Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264067265
Code sériel : 5030
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm

Vivre vite

Collection : Domaine Français
Date de parution : 21/01/2016
La vie de James Dean vue et romancée par Philippe Besson à travers les regards de ceux qui le connaissaient. Un destin poignant.
 
"Regardez-moi bien. Qui sait si je serai encore là demain..."

Si célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d'un garçon de l'Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais...
"Regardez-moi bien. Qui sait si je serai encore là demain..."

Si célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d'un garçon de l'Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais d'une beauté irrésistible, qui s'est donné à tous, sans jamais appartenir à personne: un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle.

"Philippe Besson parvient à rendre l'aspect irrésistible et insatiable de ce garçon trop pressé. Certes, on en connaît la fin mais on suit le film, fasciné." Françoise Dargent - Le Figaro Littéraire
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264067265
Code sériel : 5030
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Elodiedaire Posté le 27 Octobre 2019
    En rangeant ma bibliothèque, je me suis rendue compte que j’avais complètement oublié de vous parler de ce roman. Cette biographie romancée parfaitement écrit par Philippe Besson. Je ne vais pas me cacher, je ne connaissais rien de la vie de James Dean. Simplement que c’était un jeune acteur partit bien trop tôt dans un accident tragique. Alors autant vous dire que j’ai été irrémédiablement happée par cette histoire, par le choix des mots de l’auteur et par sa plume qui m’émerveille à chacun de ses livres. Bien évidemment que je recommande.
  • Tostaky61 Posté le 29 Août 2019
    Connaissez-vous l'éphémère, cet insecte qui meurt après seulement quelques heures de sa condition d'adulte ? James Dean en fut un à l'échelle humaine. Et le talent de Philippe Besson, que je découvre ici, a été de donner, au lecteur que je suis, ce sentiment de brièveté. Dans ce roman choral, où tour à tour des proches, des professeurs, des amis, des amants, des conquêtes féminines, des professionnels du cinéma ou l'acteur lui-même prennent la parole, l'auteur nous livre le portrait d'un jeune homme tourmenté que la vie n'a pas gâté. D'abord en lui enlevant sa mère très jeune, traumatisme dont il ne se remettra jamais vraiment, ensuite en éloignant son père, qui préfère le confier à sa tante Ortense, et avec qui désormais les liens du sang sont brisés. Bien sûr il y a la beauté, ce jeune homme séduira et troublera plus d'un homme et d'une femme, tous et toutes tombés sous son charme. Bien sûr il y a le talent, plus de 60 ans plus tard, les 3 films qu'il tourna sont encore considéré comme des chefs-d'oeuvres. Dean aimait les bolides, la vitesse, l'alcool, les hommes, les femmes, la vie... Vivre vite, c'était peut-être sa devise. Vivre vite c'est un roman. Besson est entré dans la peau de... Connaissez-vous l'éphémère, cet insecte qui meurt après seulement quelques heures de sa condition d'adulte ? James Dean en fut un à l'échelle humaine. Et le talent de Philippe Besson, que je découvre ici, a été de donner, au lecteur que je suis, ce sentiment de brièveté. Dans ce roman choral, où tour à tour des proches, des professeurs, des amis, des amants, des conquêtes féminines, des professionnels du cinéma ou l'acteur lui-même prennent la parole, l'auteur nous livre le portrait d'un jeune homme tourmenté que la vie n'a pas gâté. D'abord en lui enlevant sa mère très jeune, traumatisme dont il ne se remettra jamais vraiment, ensuite en éloignant son père, qui préfère le confier à sa tante Ortense, et avec qui désormais les liens du sang sont brisés. Bien sûr il y a la beauté, ce jeune homme séduira et troublera plus d'un homme et d'une femme, tous et toutes tombés sous son charme. Bien sûr il y a le talent, plus de 60 ans plus tard, les 3 films qu'il tourna sont encore considéré comme des chefs-d'oeuvres. Dean aimait les bolides, la vitesse, l'alcool, les hommes, les femmes, la vie... Vivre vite, c'était peut-être sa devise. Vivre vite c'est un roman. Besson est entré dans la peau de chacun des narrateurs ce qui donne une atmosphère particulière, un accent de vérité. D'ailleurs, elles sont où les parts de réalités ou de fictions. J'étais tellement impliqué dans le récit que je ne me suis même pas posé la question. Toutes ces personnes qui m'ont parlé, avec enthousiasme, admiration, amour, sincérité, j'ai pris plaisir à les écouter, j'ai ri avec eux, j'ai aimé avec eux et j'ai pleuré avec eux quand tout s'est arrêté sur cette route de Salinas un après-midi de septembre 1955. Et tout ça, je le dois à la plume d'un écrivain dont j'ai apprécié le style. Alors, à bientôt Mr Besson, je crois que nous sommes appelés à nous rencontrer...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kenehan Posté le 1 Juin 2019
    Plutôt petit, légèrement voûté, complètement myope, un peu plouc mais doté d'un charme indéniable, James Dean mâche ses mots et n'en impose nullement. Pourtant, tout le monde s'accorde sur son génie, sa fragilité voire son obscurité. Un être de verre, déjà fêlé, destiné à se briser, mais pas avant d'être parvenu au sommet. "Vivre vite", c'est le leitmotiv qui semble animer cet homme qui consomme les êtres et les biens, qui se consume dans sa précipitation, dans une fuite toujours plus en avant, qui n'en fait qu'à sa tête parce qu'il ne prend pas le temps de s'accorder sur le rythme des autres et qui ne trouve un réel plaisir que dans la vitesse. Une biographie romancée que j'ai bien apprécié notamment dans son choix de multiplier les voix comme autant de témoignages de proches rapportés et montés ensemble pour former ce documentaire sur l'une des légendes d'Hollywood. Dommage que toutes ces interventions monocordes ne trahissent l'artificialité de la structure. Une unique voix prédomine : celle d'un narrateur métamorphe qui change de visage mais oublie de changer de ton, de personnalité, qui manque de se singulariser dans la multiplicité des incarnations. Challenge MULTI-DÉFIS 2019 : Une biographie traitant de l'ensemble d'une... Plutôt petit, légèrement voûté, complètement myope, un peu plouc mais doté d'un charme indéniable, James Dean mâche ses mots et n'en impose nullement. Pourtant, tout le monde s'accorde sur son génie, sa fragilité voire son obscurité. Un être de verre, déjà fêlé, destiné à se briser, mais pas avant d'être parvenu au sommet. "Vivre vite", c'est le leitmotiv qui semble animer cet homme qui consomme les êtres et les biens, qui se consume dans sa précipitation, dans une fuite toujours plus en avant, qui n'en fait qu'à sa tête parce qu'il ne prend pas le temps de s'accorder sur le rythme des autres et qui ne trouve un réel plaisir que dans la vitesse. Une biographie romancée que j'ai bien apprécié notamment dans son choix de multiplier les voix comme autant de témoignages de proches rapportés et montés ensemble pour former ce documentaire sur l'une des légendes d'Hollywood. Dommage que toutes ces interventions monocordes ne trahissent l'artificialité de la structure. Une unique voix prédomine : celle d'un narrateur métamorphe qui change de visage mais oublie de changer de ton, de personnalité, qui manque de se singulariser dans la multiplicité des incarnations. Challenge MULTI-DÉFIS 2019 : Une biographie traitant de l'ensemble d'une vie
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jmolo Posté le 21 Avril 2019
    Après la chanson de Souchon, Besson réécrit, avec ses mots à lui, la vie de Jimmy Dean : quelque chose (aussi) de Tennessee ! Le lecteur se sent, tour à tour, dans les rôles de ceux qui ont fait du petit Jimmy, la légende du grand James. A chacun selon sa préférence : la mère, le père, le frère, l'ami, l'amant, la maîtresse, la confidente, le metteur en scène... La complexité et l'ambiguïté de James Dean ne pouvait que plaire à Besson, et le livre de Besson m'a donné l'envie de redécouvrir James Dean. Et quand, au détour d'une page, survient trop vite la catastrophe annoncée, on se sent un peu comme orphelin. Heureusement, restent les images, les films, la chanson de Souchon, et la ballade de Diane Tell...
  • ZeroJanvier79 Posté le 1 Septembre 2018
    Un magnifique portait à plusieurs voix de James Dean, légende du cinéma américain, avec le style toujours si délicat et naturel de Philippe Besson. Tous les ingrédients sont réunis pour en faire un très bon roman. Et ça m'a donné envie de revoir "La fureur de vivre" et de voir enfin "A l'est d'Eden".
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…