Lisez! icon: Search engine

Volia Volnaïa

10/18
EAN : 9782264072993
Code sériel : 5402
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 408
Format : 108 x 177 mm
Volia Volnaïa

Luba JURGENSON (Traducteur)
Date de parution : 17/01/2019
Rybatchi, un petit village Russe de Sibérie. Ici, tous les habitants sont chasseurs, pêcheurs, tous sont braconniers. Maintenus dans l’illégalité par une milice corrompue, ils n’ont qu’un rêve : acheter une licence pour vendre légalement le fruit de leurs efforts, sans rien devoir aux autorités. Tout bascule lorsque le braconnier Kobiakov... Rybatchi, un petit village Russe de Sibérie. Ici, tous les habitants sont chasseurs, pêcheurs, tous sont braconniers. Maintenus dans l’illégalité par une milice corrompue, ils n’ont qu’un rêve : acheter une licence pour vendre légalement le fruit de leurs efforts, sans rien devoir aux autorités. Tout bascule lorsque le braconnier Kobiakov refuse de céder leur dû aux miliciens. Une rébellion s’ébauche, et s’enflamme dès l’arrivée d’une unité des forces spéciales venu de Moscou. L’émeute devient fait politique et la chasse à l’ours se transforme en chasse à l’homme. Dès lors un dilemme se pose aux villageois : se soumettre ou partir dans la taïga se refaire une vie, très loin mais enfin libre ?

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264072993
Code sériel : 5402
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 408
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mablehome Posté le 1 Juin 2019
    Grands espaces sauvages et glacés de la taïga... personnages truculents et souvent attachants, perdus dans les vapeurs de la vodka... Corruption à tous les étages... Un roman étonnant, à lire ! Dommage qu'il y ait tous ces noms, prénoms, surnoms à la mode russe qui empêchent une lecture vraiment fluide...
  • christinebeausson Posté le 26 Mars 2019
    Rybatchi, Me voilà perdue, Megooglemap me propose deux versions : Rybatchi, tout près du parcours de l'express côtier dans le nord de la Norvège, une péninsule, la péninsule Rybatchi, située la plus au nord de la Russie européenne continentale, son nom signifie « péninsule des pêcheurs », pratiquement entièrement entourée par les eaux de la mer de Barents. Rybatchi, l'autre est une base des sous marins nucléaires qu'un décret du soviet suprême de la République socialiste fédérative soviétique de Russie rattacha avec Primorski ( base de la flotte du pacifique) et Seldevaïa (chantier naval de la flotte du pacifique ) pour fonder la ville de Vilioutchinsk le 16 octobre 1968, ville fermée du kraï kamtchatka sur la baie d'Avatcha. Pour faire plus simple on dira que le lieu de l'intrigue tourne autour de la mer d'Okhotsk, tout à l'est de la Russie, juste au dessus du Japon. Comme souvent dans la littérature russe récente nous retrouvons au début du roman une longue liste des personnages avec leurs noms, leurs patronymes, ou leurs surnoms ... la lecture est déstabilisante et peut faire peur ... quelle énumération fastidieuse... pour ma part, j'ai depuis longtemps abandonné l'idée de tout mémoriser ... prendre les choses comme elles viennent et... Rybatchi, Me voilà perdue, Megooglemap me propose deux versions : Rybatchi, tout près du parcours de l'express côtier dans le nord de la Norvège, une péninsule, la péninsule Rybatchi, située la plus au nord de la Russie européenne continentale, son nom signifie « péninsule des pêcheurs », pratiquement entièrement entourée par les eaux de la mer de Barents. Rybatchi, l'autre est une base des sous marins nucléaires qu'un décret du soviet suprême de la République socialiste fédérative soviétique de Russie rattacha avec Primorski ( base de la flotte du pacifique) et Seldevaïa (chantier naval de la flotte du pacifique ) pour fonder la ville de Vilioutchinsk le 16 octobre 1968, ville fermée du kraï kamtchatka sur la baie d'Avatcha. Pour faire plus simple on dira que le lieu de l'intrigue tourne autour de la mer d'Okhotsk, tout à l'est de la Russie, juste au dessus du Japon. Comme souvent dans la littérature russe récente nous retrouvons au début du roman une longue liste des personnages avec leurs noms, leurs patronymes, ou leurs surnoms ... la lecture est déstabilisante et peut faire peur ... quelle énumération fastidieuse... pour ma part, j'ai depuis longtemps abandonné l'idée de tout mémoriser ... prendre les choses comme elles viennent et suivre mot à mot les phrases et les idées. Commencer par pêcher, il est plaisant de comprendre les différences entre les saumons de mer et les ombles, "les uns vivaient et se protégeaient, mesquins, les autres se sacrifiaient, et cela les rendaient forts". Puis chasser, mais chasser quoi les zibelines, un petit mammifère carnivore que l'on ne peut pas croiser dans nos régions. On la rencontre en Chine, au Japon, en Corée, en Mongolie, en Finlande, en Pologne et bien sûr en Russie. Elle est chassée pour sa fourrure remarquable de couleur foncée, elle est très gourmande. Elle peut vivre jusqu'à 17 ans et pèse environ 2 kg. Nous croiserons aussi des tamias, petits mammifères rongeurs, une seule espèce est native d'Eurasie, le tamia de Sibérie. Il semblerait que cette gentille petite bête (Tic et Tac de Disney sont des tamias ), puisse transmettre la maladie de Lyme car elle peut héberger un grand nombre de tiques. Découvrir la végétation avec les pins nains qui ont la particularité l'hiver de se coucher sur le sol quand la température descend trop et là, ils attendent tranquillement que ça se réchauffe. Pour l'instant je n'ai fait que planter le paysage, c'est important pour ressentir l'atmosphère dans ce "far est" de notre époque. Là, pas d'indiens, ni de cowboys, juste des hommes qui essaient de survivre dans cette terre oubliée par le pouvoir. Il n'y a pas de lois, il s'agit juste de respecter des usages pour que tout le monde s'y retrouve ... ne nous faisons pas d'illusions ... comme toujours, il y a ceux qui en ch... et ceux qui profitent du travail des autres ... nous sommes dans le pays des travailleurs ! Le style est agréable, nous écoutons de grands airs de musique qui illustrent la situation géographique du lieu, nous respirons l'air de la taïga, nous grelottons dans la neige et pataugeons dans la glace, nous dégustons des plats de la tradition populaire, et bien sûr la vodka coule à flots ... nous sommes loin de notre petit confort quotidien ... nous rêvons ! L'auteur vit à Moscou, il n'hésite pas dans un langage non dénué de provocation à mettre en cause le régime, mis à mal dans cette partie de l'empire russe laissé à l'abandon et où les polpulations doivent faire face seules aux difficultés économiques, à l'éloignement géographique .... les seules solutions restant la débrouille et les petits arrangements entre amis. Même le grand chef n'est pas à l'abri des moqueries, le peuple russe n'a pas besoin d'autres héros car il en a déjà un et c'est le plus grand ! Le deuxième roman de l'auteur vient de sortir, ce sera un vrai plaisir de continuer à découvrir son univers.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CUCCA Posté le 11 Mars 2019
    Des personnages haut en couleur, couleur blanche et glacée. La Taiga et les espaces silencieux, j'ai replonge des mes hivers d'enfance, ceux charges de neige, de manteau blanc et de traces fraîches.
  • Annette55 Posté le 27 Février 2019
    «  La taïga était silencieuse . « De petites paillettes voltigeaient dans l’air , tombant du ciel, de l’obscurité cosmique où tout allait certainement bien mieux que sur terre, puis se déposaient sur les rondins gris près de l’isba .... » Extrait de ce roman russe d'une grande richesse ( je remercie chaleureusement Idil qui m’a fait acheter cet ouvrage....) Grand merci vraiment 😀. Il nous emporte très loin, au cœur de la taïga, dans l’immense Sibérie Orientale en Russie post- communiste : Rybatchi où tous les habitants sont chasseurs , pêcheurs....braconniers....Guennadi Milouitine dit « Guéna »aime pêcher à la senne avec Michka, , son fils aîné....il chasse la zibeline .. Au bout du monde, les habitants de Rybatchi tirent leurs principaux revenus du trafic illégal d’œufs de saumon et de la pêche, activités formellement interdites par la «  milice » en échange d’une taxe de 20 %, un impôt payé tout à fait discrètement aux autorités corrompues en Cash ... Ces hommes courageux aux habitudes originales et pittoresques passent plusieurs mois dans ces contrées , loin de leurs familles, seuls dans des isbas rudimentaires ... L’auteur s’attache à explorer l’âme de ces hommes éternellement épris de liberté tel des brigands au cœur de paysages grandioses ...... «  La taïga était silencieuse . « De petites paillettes voltigeaient dans l’air , tombant du ciel, de l’obscurité cosmique où tout allait certainement bien mieux que sur terre, puis se déposaient sur les rondins gris près de l’isba .... » Extrait de ce roman russe d'une grande richesse ( je remercie chaleureusement Idil qui m’a fait acheter cet ouvrage....) Grand merci vraiment 😀. Il nous emporte très loin, au cœur de la taïga, dans l’immense Sibérie Orientale en Russie post- communiste : Rybatchi où tous les habitants sont chasseurs , pêcheurs....braconniers....Guennadi Milouitine dit « Guéna »aime pêcher à la senne avec Michka, , son fils aîné....il chasse la zibeline .. Au bout du monde, les habitants de Rybatchi tirent leurs principaux revenus du trafic illégal d’œufs de saumon et de la pêche, activités formellement interdites par la «  milice » en échange d’une taxe de 20 %, un impôt payé tout à fait discrètement aux autorités corrompues en Cash ... Ces hommes courageux aux habitudes originales et pittoresques passent plusieurs mois dans ces contrées , loin de leurs familles, seuls dans des isbas rudimentaires ... L’auteur s’attache à explorer l’âme de ces hommes éternellement épris de liberté tel des brigands au cœur de paysages grandioses ... époustouflants... Entre vent de révolte , désobéissance civile, pagaille, braconnage, chant d’amour pour cette nature indomptée, le silence et la beauté de la forêt enneigée, l’auteur critique férocement la corruption généralisée, cette gangrène qui a volé les rêves que l’on a remplacé par du fric, « ce pouvoir qui est pourri partout », pareil à Moscou , ces enfants dégénérés , pourtant la Sibérie a toujours été libre ! Victor Remizov attaque ce pouvoir arbitraire qui n’aime que lui- même ....violent ,exercé à l'aveugle, sans justice ! Il décrit à l’aide d’une écriture élegante et poétique aussi bien les chevilles déliées , les hanches étroites de Macha, l’amie de Sania, : « sa taille fine et ses fesses fermes » que la trogne rouge des époux Gnidiouk: elle plantureuse, cuisinière hors pair avec « un ventre et un derrière sacrément proéminents » , nommée «  petite maman ».au visage presque carré »...... Faut - il choisir la retraite dans la taïga ? Très loin mais enfin libres ? Ou la voix de la révolte , de la violence , de l’affrontement dans ce pays où l’emeute devient politique ? Nature grandiose, esprit de liberté Imprègnent ce roman foisonnant de personnages où lourd labeur , travail épuisant au cœur de l’immense taïga cachaient la beauté du monde , où ces hommes devaient affronter une époque de dérèglement ? Dilemme ... Une très belle œuvre visuelle , imagée qui parle et chante au lecteur comme une liqueur forte ou un film, une chasse à l'ours qui se transforme en chasse à l’homme ! Pour les amoureux de la nature et des grands espaces !
    Lire la suite
    En lire moins
  • clodermer Posté le 2 Avril 2018
    Volia volnaïa nous entraîne dans un coin reculé de la Sibérie. La vie y est rude mais les habitants y trouvent leur compte. L'hiver, les hommes partent chacun dans leur domaine de chasse. Ils aiment cette période où ils se retrouvent seuls face aux éléments, mais entièrement libres. L'été, ils pêchent et les autorités policières encouragent un trafic d'œufs de saumon moyennant une commission qui est en fait du racket. Mais un jour, tout va basculer. Un pêcheur qui ne veut pas être rançonné par les flics, un policier qui veut faire du zèle et tout va déraper. Superbe roman de Victor Remizov qui nous entraîne dans de magnifiques paysages de la Sibérie : la nature y est somptueuse, puissante, l'homme y est libre mais à la fois fragile puisqu'à la merci de la rigueur du climat et des ours et puissant puisqu'armé et équipé. Mais les hommes appartiennent à une société, avec ses règles et ses compromissions, qui les rattrapent au cœur de la forêt. Un roman passionnant sur les relations entre les hommes et la nature et sur un système humain corrompu et sa logique implacable.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…