En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Yaak Valley, Montana

        10/18
        EAN : 9782264070487
        Code sériel : 5241
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 648
        Format : 108 x 177 mm
        Yaak Valley, Montana

        Date de parution : 07/09/2017
        Dans une vallée abandonné du Montana, Pete, assistant social, jongle avec les oubliés du système… Un premier roman choc en immersion dans l’envers du rêve américain.
        La première fois qu'il l'a vu, Pete a cru rêver. Des gosses paumés, il en croise constamment dans son job d'assistant social. Mais, tout de même, un enfant en pleine forêt, méfiant, en guenilles, l'air affamé... Pete s'accroche, laisse de la nourriture et finit par gagner la confiance du petit.... La première fois qu'il l'a vu, Pete a cru rêver. Des gosses paumés, il en croise constamment dans son job d'assistant social. Mais, tout de même, un enfant en pleine forêt, méfiant, en guenilles, l'air affamé... Pete s'accroche, laisse de la nourriture et finit par gagner la confiance du petit. Suffisamment pour découvrir que le garçon n'est pas seul. Il vit avec son père, Jeremiah, un fondamentaliste chrétien qui fuit la civilisation pour se préparer à l'Apocalypse. Petit à petit, entre Pete et Jeremiah s'installe une relation étrange, tous deux aux prises avec des démons qu'ils ne pourront plus faire taire très longtemps...

        « Avec ce roman superbement écrit, on découvre aujourd'hui l'envers du décor, une Amérique de losers, brutale, larguée dans un paysage d'une monstrueuse beauté. Bouleversant. »
        Philippe Blanchet, RollingStone
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264070487
        Code sériel : 5241
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 648
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        9.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Hoarie Posté le 30 Décembre 2017
          C est un roman que j ai apprécié à lire. Les points fort du livre sont les paysages très riches, le développement du métier d assistant de social, les problèmes que des parents séparés peuvent connaitre avec leurs enfants. Mais ce que j ai pas trop aimé sont tous les soucis que rencontre Pete car on peux ce dire qu'il a vraiment pas de chance, je trouve que l histoire est vraiment trop noire, on parle un peu trop de prostitution sous toutes ses formes. Donc si vous aimez des livres plutôt noir avec beaucoup de rebondissements et d intrigues je vous encourage à le lire.
        • cardabelle Posté le 13 Décembre 2017
          Le Montana, la vallée de Yaak, je m'y suis précipitée y ayant tant apprécié les immersions qu'offre Rick Bass. Mais, la comparaison s'arrête au décor et l'engouement va faiblir au fil des pages . Pourtant, ça démarre assez bien . Retour aux années 80 et on va suivre Peter, l' assistant social , dans son travail d'abord puis dans sa vie personnelle. A ce stade du roman, il y a du rythme et du mouvement . L'auteur a le souci de présenter le cadre et les personnages d'une façon hyperréaliste peut-on dire . On pénètre dans un monde de misère sociale de l'Amérique profonde fait de délires et de désespoir ,de déviances et de violence et rien n'est épargné au lecteur. Un sujet que manifestement l'auteur semble maîtriser car il expose avec justesse une étude fouillée des pathologies mentales et des troubles de la personnalité liés à la misère ; il livre un portrait sans fard, rude et cru d'un monde marginal , devenu des "cas sociaux ". Puis, peu à peu , c'est la personnalité de Peter qui se révèle : d'abord en filigrane puis en gros plan :Peter et sa famille vont se... Le Montana, la vallée de Yaak, je m'y suis précipitée y ayant tant apprécié les immersions qu'offre Rick Bass. Mais, la comparaison s'arrête au décor et l'engouement va faiblir au fil des pages . Pourtant, ça démarre assez bien . Retour aux années 80 et on va suivre Peter, l' assistant social , dans son travail d'abord puis dans sa vie personnelle. A ce stade du roman, il y a du rythme et du mouvement . L'auteur a le souci de présenter le cadre et les personnages d'une façon hyperréaliste peut-on dire . On pénètre dans un monde de misère sociale de l'Amérique profonde fait de délires et de désespoir ,de déviances et de violence et rien n'est épargné au lecteur. Un sujet que manifestement l'auteur semble maîtriser car il expose avec justesse une étude fouillée des pathologies mentales et des troubles de la personnalité liés à la misère ; il livre un portrait sans fard, rude et cru d'un monde marginal , devenu des "cas sociaux ". Puis, peu à peu , c'est la personnalité de Peter qui se révèle : d'abord en filigrane puis en gros plan :Peter et sa famille vont se fondre dans la décadence de ce monde en péril. Intéressant donc , et j'ai cherché le message . Sans doute , l'auteur a-t-il voulu exprimer un sentiment de découragement et mettre en lumière la décadence d'une société de consommation en montrant les plus faibles ou les plus malchanceux sur le bord de la route à qui , au mieux , on ne propose que des aides bancales ou illusoires . Mais voilà ...au fil des pages de ce pavé , l'intérêt faiblit, l'ennui me guette , la forme me dérange . Je flaire la volonté d'innover : le récit est ponctué de sortes de parenthèses , des chapitres rédigés comme des interrogatoires qui mettent en scène la vie de la fille de Peter ,une ado rebelle, en détresse elle aussi . Un effet de style qui ne m'a pas convaincue . Pas vraiment plaisant à lire .Bizarre. Et puis , surtout , je me lasse du remplissage . Car remplissage il y a ! Des longueurs ,des situations qui tournent en boucle , des répétitions et des dialogues stériles . Et le tout est servi par un style ordinaire quand il n'est pas médiocre . Ou alors faut-il évoquer la qualité de la traduction ? Ce roman pour moi a manqué de souffle et il est bien trop long et je ne sais que penser de certaines descriptions : j'ai parfois eu une impression malsaine de voyeurisme. Et quand-même un mot sur la quatrième de couverture : cet auteur serait " l'héritier des grandes oeuvres de nature-writing " ? Pauvre Jim Harrison ... Pour l'instant, il ne ressemble qu'à lui-même . Une lecture que je n'étais pas fâchée de terminer mais un peu dépitée car déçue par un livre qui a plu à bon nombre .Alors, pour finir sur une note d'optimisme, j'ai envie de croire qu' il est toujours permis d'espérer , c'est un premier roman , voyons la suite !
          Lire la suite
          En lire moins
        • fannyvincent Posté le 3 Décembre 2017
          Le Montana, encore et toujours... mais pas le Montana de carte postale, celui de la nature et des grands espaces. Dans ce roman, c'est l'envers du décor, les laissés pour compte, la détresse humaine et sociale. Le personnage central, Pete, est en effet assistant social, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a du boulot. Il fait ce qu'il peut pour aider des gamins dans des situations terribles, sachant qu'il a lui-même aussi fort à faire avec sa propre fille, et sa famille. Il va ainsi être amené à rencontrer un père et son fils, qui vivent à la dure, en marge de la société, en pleine nature. Il va, petit à petit, développer une relation particulière avec eux, soucieux de venir également en aide au reste de leur famille, qu'il ne voit jamais... "Yaak valley, Montana" est un roman très fort, émouvant, plein d'humanité et d'empathie. Un roman marquant, dans lequel plusieurs histoires s'entremêlent, mais toutes avec Pete comme dénominateur commun. Un homme investi dans sa tâche, dans sa volonté d'aider les autres, comme pour racheter ses fautes, et notamment son incapacité à avoir su élever sa propre fille. Un roman qui, je le pense, est susceptible... Le Montana, encore et toujours... mais pas le Montana de carte postale, celui de la nature et des grands espaces. Dans ce roman, c'est l'envers du décor, les laissés pour compte, la détresse humaine et sociale. Le personnage central, Pete, est en effet assistant social, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a du boulot. Il fait ce qu'il peut pour aider des gamins dans des situations terribles, sachant qu'il a lui-même aussi fort à faire avec sa propre fille, et sa famille. Il va ainsi être amené à rencontrer un père et son fils, qui vivent à la dure, en marge de la société, en pleine nature. Il va, petit à petit, développer une relation particulière avec eux, soucieux de venir également en aide au reste de leur famille, qu'il ne voit jamais... "Yaak valley, Montana" est un roman très fort, émouvant, plein d'humanité et d'empathie. Un roman marquant, dans lequel plusieurs histoires s'entremêlent, mais toutes avec Pete comme dénominateur commun. Un homme investi dans sa tâche, dans sa volonté d'aider les autres, comme pour racheter ses fautes, et notamment son incapacité à avoir su élever sa propre fille. Un roman qui, je le pense, est susceptible de vous hanter longtemps après l'avoir achevé...
          Lire la suite
          En lire moins
        • virginie-musarde Posté le 6 Novembre 2017
          Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur le rêve américain, des dollars pleins les poches ! Même lorsque Reagan bat Jimmy Carter, à Tenmile, le pire est toujours certain ! Et ça n'est pas Pete, assistant social qui dira le contraire, d'autant que lui aussi en tient une bonne couche : il trimballe un frangin qui a cogné son contrôleur judiciaire, sa future-ex-femme se drogue et picole, et sa fille Rachel-Rose a pris la tangente pour finir pute ! Pas de quoi pavoiser ni donner des leçons à Cecil, violenté par sa propre mère, ni à Jeremiah Pearl qui survit en mode ermite avec son fils Ben (survivant d'une fratrie décimé). Rien n'est simple dans cette Amérique des années 1980, ni survivre quand on n'a rien 'ni famille ni fric ni espoir) ni croire qu'on peut aider les autres, supposèment moins bien lotis, à survivre. C'est moche le rêve américain quand on est dans la mouise ! L'auteur livre un portrait sans concessions d'un pays qui laisse ses pauvres à la marge, et qui montre déjà les limites d'un système qui n'a eu de cesse, depuis lors, de péricliter et où, un mauvais trip de coke vaut toujours mieux qu'une... Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur le rêve américain, des dollars pleins les poches ! Même lorsque Reagan bat Jimmy Carter, à Tenmile, le pire est toujours certain ! Et ça n'est pas Pete, assistant social qui dira le contraire, d'autant que lui aussi en tient une bonne couche : il trimballe un frangin qui a cogné son contrôleur judiciaire, sa future-ex-femme se drogue et picole, et sa fille Rachel-Rose a pris la tangente pour finir pute ! Pas de quoi pavoiser ni donner des leçons à Cecil, violenté par sa propre mère, ni à Jeremiah Pearl qui survit en mode ermite avec son fils Ben (survivant d'une fratrie décimé). Rien n'est simple dans cette Amérique des années 1980, ni survivre quand on n'a rien 'ni famille ni fric ni espoir) ni croire qu'on peut aider les autres, supposèment moins bien lotis, à survivre. C'est moche le rêve américain quand on est dans la mouise ! L'auteur livre un portrait sans concessions d'un pays qui laisse ses pauvres à la marge, et qui montre déjà les limites d'un système qui n'a eu de cesse, depuis lors, de péricliter et où, un mauvais trip de coke vaut toujours mieux qu'une remise en question assortie d'un bout de pain rassis, et où, il est presque mieux venu de parier sur la théorie du complot que de regarder ses propres échecs. J'ajoute que pour un premier roman, l'auteur joue déjà dans la cour des grands ! A peine quelques longueurs (mais sur presque 650 pages, format poche, on ne va pas chipoter !) et tant de choses à dire ! Incroyable roman !
          Lire la suite
          En lire moins
        • redmary Posté le 1 Octobre 2017
          Très bon roman! Sortie littéraire dede la rentrée 2016. Je l'ai découvert grâce à l'avis de Michel Dufranne (critique littéraire pour "livrés à domicile", le "6/8" et la RTBF. L'histoire se passe en Amérique, principalement dans le Montana, vous l'aurez compris. On suit la vie tumultueuse d'un assistant social américain. Le ton est parfaitement juste. Effectivement, plusieurs situations sociales difficiles sont présentées, mais le tout est extrêmement réaliste, les personnages et les familles étant très bien décrites tant sur le plan émotionnel que relationnel et social. On suit également la vie personnelle de ce travailleur social. Et à cette belle fresque sociologique, s'ajoutent constamment des rebondissements et intrigues, on est à la limite du polar sociologique, j'ai vraiment ADORE, se lit très vite, aucune longueur et surtout, une réelle plongée au coeur d'un monde parfois bien méconnu. Je le conseille vraiment!
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.