Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266314275
Code sériel : 18225
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

ZOF 1945

Date de parution : 23/09/2021
Septembre 1945. René Valenton, officier du Renseignement, est affecté dans la Zone d’occupation française (ZOF), née du dépeçage de l’Allemagne vaincue. Et l’après-guerre n’est pas la paix retrouvée.
L’officier découvre alors le quotidien de l’Allemagne « année zéro »: trafics et combines, règlements de comptes et vengeances, amours interdites, traque ou...
Septembre 1945. René Valenton, officier du Renseignement, est affecté dans la Zone d’occupation française (ZOF), née du dépeçage de l’Allemagne vaincue. Et l’après-guerre n’est pas la paix retrouvée.
L’officier découvre alors le quotidien de l’Allemagne « année zéro »: trafics et combines, règlements de comptes et vengeances, amours interdites, traque ou recyclage des nazis, tensions entre Alliés et duplicité germanique. Pour les Français, la ZOF est une parenthèse enchantée autant qu’un panier de crabes.
Dans cet environnement tantôt dantesque tantôt idyllique, René Valenton doit mener à bien ses missions, et percer un mystère familial qui l’obsède...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266314275
Code sériel : 18225
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Considérez mon contentement de me retrouver personnage dans cet intéressant récit qui évoque une belle et importante époque de ma vie. »
Edgar Morin
« C’est passionnant, le sujet est méconnu, et terrible vu la cruauté de la triste réalité que révèle l'enquête. »
Albert du Roy
«Drôle, tragique, palpitant, un roman au galop dans le « zéro » de l’Allemagne occupée. »
Emmanuel de Waresquiel

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mcd30 Posté le 8 Mars 2021
    ZOF ( Zone d'Occupation Française) de Jean-Christophe Berthain est avant tout de l'histoire excellemment documentée ainsi que le regard d'un homme et son histoire personnelle après la victoire des alliés et son retour sur le vieux continent. Ce livre est le témoignage d'une époque dont j'ignorais tout d'où mon intérêt pour ZOF 1945. Car comme l'auteur le dit la paix des armes n'est pas la paix des âmes. La colère, la haine, la revanche sont là : les bourreaux deviennent victimes. La reconstruction de l'Europe et le partage de l'Allemagne sont en cours. René Valenton revient en France après huit années passée en Angleterre dans le sillage du général De Gaulle. Il est porteur d'un lourd secret et doit partir à Baden-Baden en ZOF. Il va découvrir une Europe exangue où les alliances que ce soit politiques ou entre partis ont disparues. La population a faim, les villes sont dévastées, le partage du pays vaincu donne lieu à diverses tractations, beaucoup veulent se tailler la part du lion. Et au milieu de ce chaos, certains dont le général De Gaulle et Valenton croient en une justice et une réconciliation possible avec les vaincus, prémisse d'une nouvelle Europe mais il faut avant tout... ZOF ( Zone d'Occupation Française) de Jean-Christophe Berthain est avant tout de l'histoire excellemment documentée ainsi que le regard d'un homme et son histoire personnelle après la victoire des alliés et son retour sur le vieux continent. Ce livre est le témoignage d'une époque dont j'ignorais tout d'où mon intérêt pour ZOF 1945. Car comme l'auteur le dit la paix des armes n'est pas la paix des âmes. La colère, la haine, la revanche sont là : les bourreaux deviennent victimes. La reconstruction de l'Europe et le partage de l'Allemagne sont en cours. René Valenton revient en France après huit années passée en Angleterre dans le sillage du général De Gaulle. Il est porteur d'un lourd secret et doit partir à Baden-Baden en ZOF. Il va découvrir une Europe exangue où les alliances que ce soit politiques ou entre partis ont disparues. La population a faim, les villes sont dévastées, le partage du pays vaincu donne lieu à diverses tractations, beaucoup veulent se tailler la part du lion. Et au milieu de ce chaos, certains dont le général De Gaulle et Valenton croient en une justice et une réconciliation possible avec les vaincus, prémisse d'une nouvelle Europe mais il faut avant tout s'occuper du sort des nazis, des criminels de guerre ainsi que des prisonniers de guerre. Jean-Christophe Berthain m'a beaucoup surprise avec son personnage principal très humain dont la tragique histoire familiale n'en fut qu'une parmi tant d'autres. Pour les néophytes, il y a une foultitude de détails qui rendent cette histoire passionnante. Et enfin, j'ai énormément apprécié l'humour de l'auteur malgré la gravité des situations. Une lecture pour tous. Merci aux éditons Le Cherche-Midi #ZOF#NetGalleyFrance
    Lire la suite
    En lire moins
  • PhilOche Posté le 5 Décembre 2020
    Sujet peu abordé que l'occupation française d'une zone allemande à la fin de la seconde guerre mondiale. J'ai découvert un pan d'histoire présenté crument.
  • Waterlyly Posté le 17 Novembre 2020
    1945. René Valenton qui est un officier du Renseignement ayant été muté à Londres pendant la Seconde Guerre Mondiale, est de retour en France. Son supérieur va alors l’affecter à Baden-Baden, en Allemagne, dans la Zone d’Occupation Française, nommée la ZOF. Valenton va alors découvrir une nouvelle réalité inversée. Après l’occupation subie dans sa patrie, c’est maintenant la France qui occupe une partie de l’Allemagne. Voilà un roman très intéressant qui aborde un pan de la Seconde Guerre Mondiale sous un angle différent de ce que j’ai l’habitude de trouver dans mes lectures à ce sujet. En effet, ici, c’est dans une Allemagne occupée juste après le conflit mondial que j’ai retrouvé, et c’est la première fois que ma route croise un roman de cet acabit. Pour le côté historique, c’est donc réellement intéressant, et une chose est certaine, l’auteur s’est énormément renseigné et connaît bien son sujet afin de coller au plus près de la réalité de l’époque. J’en ai ainsi beaucoup appris, et l’immersion dans cette ZOF est totale. Si le côté historique est très bien rendu, j’ai cependant regretté que l’auteur ne romance pas davantage son récit, se contentant de retracer les déambulations de Valenton, en fournissant des descriptions très... 1945. René Valenton qui est un officier du Renseignement ayant été muté à Londres pendant la Seconde Guerre Mondiale, est de retour en France. Son supérieur va alors l’affecter à Baden-Baden, en Allemagne, dans la Zone d’Occupation Française, nommée la ZOF. Valenton va alors découvrir une nouvelle réalité inversée. Après l’occupation subie dans sa patrie, c’est maintenant la France qui occupe une partie de l’Allemagne. Voilà un roman très intéressant qui aborde un pan de la Seconde Guerre Mondiale sous un angle différent de ce que j’ai l’habitude de trouver dans mes lectures à ce sujet. En effet, ici, c’est dans une Allemagne occupée juste après le conflit mondial que j’ai retrouvé, et c’est la première fois que ma route croise un roman de cet acabit. Pour le côté historique, c’est donc réellement intéressant, et une chose est certaine, l’auteur s’est énormément renseigné et connaît bien son sujet afin de coller au plus près de la réalité de l’époque. J’en ai ainsi beaucoup appris, et l’immersion dans cette ZOF est totale. Si le côté historique est très bien rendu, j’ai cependant regretté que l’auteur ne romance pas davantage son récit, se contentant de retracer les déambulations de Valenton, en fournissant des descriptions très détaillées de l’ambiance qui régnait dans cette partie de l’Allemagne. Je suis par conséquent restée quelque peu en retrait, et Valenton ne m’a pas forcément paru attachant. J’avais envie de savoir ce qui était arrivé à sa famille, mais j’ai trouvé les explications trop rapides en fin de roman. Je comparerais plutôt ce roman à un véritable documentaire, très intéressant mais sans une véritable intrigue qui servirait de fil rouge. La plume de l’auteur est claire et accessible. Jean-Christophe ne m’a jamais perdue dans son récit et mon intérêt s’est maintenu tout au fil des pages. L’auteur veille en amorce de chapitre à bien indiquer l’espace spatio-temporel, ce qui est appréciable. Un roman très intéressant qui aborde une perspective que je n’avais pas encore trouvée dans mes lectures. Ce roman est très documenté, et je ne peux que lui reprocher un manque au niveau du côté romancé de l’intrigue. À découvrir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bina Posté le 25 Octobre 2020
    Jusqu'à présent, je connaissais historiquement le découpage de Berlin, et de l'Allemagne en quatre zones ( USA, Grande Bretagne, France, URSS), avant la réunification des zones ouest, et le rôle joué par l'URSS dans la séparation de Berlin, de l'Allemagne et de l'Europe, derrière le rideau de fer, et le déclenchement de la guerre froide. Mais je n'avais rien lu, ni en ouvrage historique, ni en roman, sur le sujet, et je m'étais toujours posé la question de savoir comment cela s'était déroulé concrètement sur le terrain. C'est pour cela que j'ai choisi ce titre lors de la masse critique. Il y a toujours un écart entre le discours politique de dénazification et de redémocratisation, et ce qui se passe réellement sur le terrain, quand l'ancien occupant, devenu exsangue, est à son tour occupé, par des hommes qui pensent avant tout à leur faire payer ce que leurs familles ont subit. C'est probablement pour cela que c'est dans la ZOF (Zone d'occupation française) que la chasse aux nazis était la plus vive, selon l'auteur. Comme le disait Churchill lors d'un de ses discours après guerre pour la naissance de l'Europe, ''L'Europe ne s'est jamais faite, et nous avons eu la guerre'',... Jusqu'à présent, je connaissais historiquement le découpage de Berlin, et de l'Allemagne en quatre zones ( USA, Grande Bretagne, France, URSS), avant la réunification des zones ouest, et le rôle joué par l'URSS dans la séparation de Berlin, de l'Allemagne et de l'Europe, derrière le rideau de fer, et le déclenchement de la guerre froide. Mais je n'avais rien lu, ni en ouvrage historique, ni en roman, sur le sujet, et je m'étais toujours posé la question de savoir comment cela s'était déroulé concrètement sur le terrain. C'est pour cela que j'ai choisi ce titre lors de la masse critique. Il y a toujours un écart entre le discours politique de dénazification et de redémocratisation, et ce qui se passe réellement sur le terrain, quand l'ancien occupant, devenu exsangue, est à son tour occupé, par des hommes qui pensent avant tout à leur faire payer ce que leurs familles ont subit. C'est probablement pour cela que c'est dans la ZOF (Zone d'occupation française) que la chasse aux nazis était la plus vive, selon l'auteur. Comme le disait Churchill lors d'un de ses discours après guerre pour la naissance de l'Europe, ''L'Europe ne s'est jamais faite, et nous avons eu la guerre'', mentionnant les conflits multiséculaires entre ces deux voisins. Lorsque les alsaciens-lorrains sont impliqués dans la ZOF, n'oublions pas ce qu'ils ont vécu depuis 1870. On voit en arrière-trame de cette occupation, à travers les relations des personnages et leurs échanges, se dessiner les relations diplomatiques tendues entre la France et les Etats-Unis et les britanniques, et on ressent ce que Churchill et Roosevelt pensaient de De Gaulle. Se dessine aussi à l'horizon le procès de Nuremberg, à travers les détenus, anciens cadres nazis qu'il faut faire parler, sans trop laisser de traces, de façon à ce qu'ils soient présentables. A travers les personnages qui se croisent dans la zone d'occupation française se dessine aussi ce qui s'est passé en France ( les camps en présence, les engagements de chacun, les choix assumés ou imposés) le tout se cristallisant dans la famille du narrateur, cet agent du renseignement français, qui a passé la guerre à Londres avant de nettoyer la ZOF. J'aurais aimé suivre ce personnage plus loin dans sa quête probablement vaine de sa famille, je me suis demandée en refermant ce livre, s'il allait conserver sa foi dans ce qu'il faisait, ou s'il allait s'abandonner à la noirceur de l'âme humaine, ne pouvant supporter ce dont il se juge coupable. Quant au style de l'auteur, j'ai souris plus d'une fois à la lecture des échanges entre les personnages, à travers lesquels pointe probablement un certain humour de l'auteur, donnant du recul à la scène.
    Lire la suite
    En lire moins
  • 1001histoires Posté le 21 Octobre 2020
    ZOF : derrière cet acronyme énigmatique se cache un épisode méconnu ou oublié de l'immédiat après seconde Guerre mondiale lorsque le territoire allemand a été découpé en zones d'occupation, britannique, américaine, soviétique et française. Personnellement j'ignorais tout de la participation française. La Zone d'Occupation Française couvrait une superficie restreinte scindée en deux poches une en Sarre et l'autre dans le Palatinat, à l'est et au nord de Strasbourg. Jean-Christophe Berthain a habilement choisi d'y emmener le lecteur dans les pas de René Valenton, tout juste promu colonel du Renseignement français. De septembre à décembre 1945, Valenton va parcourir la ZOF, sa mission est d'observer et de rendre compte de la situation. Dans la ZOF, l'ancien occupé est devenu occupant du territoire de son ennemi. Comment ne pas sombrer dans la vengeance ? Les consignes du général de Gaule, chef du Gouvernement provisoire de la République française et déjà très attaché à une future entente franco-allemande, sont à la fois claires et difficiles à mettre en oeuvre, "punir sans humilier ni se venger". Valenton partage avec le lecteur ses observations et son vécu et lui fait rencontrer des personnages très représentatifs de cette période sombre et de lieux traumatisés alors... ZOF : derrière cet acronyme énigmatique se cache un épisode méconnu ou oublié de l'immédiat après seconde Guerre mondiale lorsque le territoire allemand a été découpé en zones d'occupation, britannique, américaine, soviétique et française. Personnellement j'ignorais tout de la participation française. La Zone d'Occupation Française couvrait une superficie restreinte scindée en deux poches une en Sarre et l'autre dans le Palatinat, à l'est et au nord de Strasbourg. Jean-Christophe Berthain a habilement choisi d'y emmener le lecteur dans les pas de René Valenton, tout juste promu colonel du Renseignement français. De septembre à décembre 1945, Valenton va parcourir la ZOF, sa mission est d'observer et de rendre compte de la situation. Dans la ZOF, l'ancien occupé est devenu occupant du territoire de son ennemi. Comment ne pas sombrer dans la vengeance ? Les consignes du général de Gaule, chef du Gouvernement provisoire de la République française et déjà très attaché à une future entente franco-allemande, sont à la fois claires et difficiles à mettre en oeuvre, "punir sans humilier ni se venger". Valenton partage avec le lecteur ses observations et son vécu et lui fait rencontrer des personnages très représentatifs de cette période sombre et de lieux traumatisés alors qu'en filigrane le danger soviétique se profile à l'est. PUBLICITÉ La ZOF se prête bien à la chasse aux criminels nazis. Il s'agit d'une région rurale et forestière où les réfugiés allemands affluent ( ils fuient devant l'ogre soviétique ). La frontière suisse n'est pas loin avec la promesse d'un exil salvateur. Cette chasse a deux visages, celui d'une ébauche et délicate recherche conjointe avec des allemands qui s'étaient tenus à l'écart des dirigeants nazis et celui d'exactions humiliantes parfois prémices à des exécutions sommaires d'une rare violence. La vengeance est toujours latente, du côté français mais également entre allemands car dénoncer un voisin permet de s'acheter une bonne conduite. Bien d'autres sujets sont abordés toujours avec la grande rigueur d'un historien et sans jamais lasser car l'auteur est aussi un remarquable conteur qui sait mettre en scène les personnages fictifs de son récit aux côtés de personnalités réelles. Le lecteur suit ainsi le général de Gaule en visite début octobre 1945. Il y a aussi le physicien français Yves Rocard, un peu perdu dans le démantèlement des usines allemandes et le recrutement de savants. Il aurait préféré embaucher des chercheurs n'ayant pas soutenu Hitler mais nécessité fait loi, l'opération doit être rentable quitte à engager des scientifiques nazis. C'est à ce prix que la France pourra redevenir une grande puissance. Et puis il y a Baden-Baden, la capitale caricaturale de la ZOF. C'est le siège du gouvernement militaire commandée par le général Pierre Koenig secondé par un administrateur civil, Emile Laffon. Baden-Baden a été épargnée par le fracas de la guerre. Il y fait bon vivre, la ville fourmille de militaires et de civils qui s'activent dans des administrations qui n'existent encore que sur le papier. La vie festive et nocturne y est bien réelle, il faut imprégner cette terre étrangère de culture française. En un tour de passe-passe, les patriotes sont devenus des vacanciers. Le style pince-sans-rire de l'auteur se prête bien à la dénonciation du ridicule de cette situation. La mission officielle de Valenton cache également une quête personnelle, retracer le parcours de ses proches parents ( sa mère, sa soeur et son frère ) durant l'occupation de la France alors qu'il était en poste à Londres. Résistance ou collaboration avec les nazis ? Ce fil conducteur est très ténu et aurait mérité d'être approfondi. Le parti-pris de l'éluder aurait pu aussi se concevoir tellement l'exploration de la ZOF suffit à passionner le lecteur. Merci aux Éditions Le cherche midi
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.