En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        1915

        Perrin
        EAN : 9782262030353
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 408
        Format : 140 x 210 mm
        1915
        L'enlisement

        Date de parution : 17/10/2013

        Avec son 1914, premier opus de sa série consacrée à la Grande Guerre, Jean-Yves Le Naour a réussi son pari : renouveler la narration de la Grande Guerre pour rendre au plus près ce que fut le quotidien de tous les Français durant ces quatre années. Faits, sentiments et réalités de la guerre cohabitent dans ce 1915 pour une lecture encore plus haletante.

        Avec 1915, L’enlisement, second volume de sa série consacrée à la Grande Guerre, Jean-Yves Le Naour continue de retracer au plus près le quotidien des Français durant ces quatre années de malheur. Alternant les points de vue d’en haut et d’en bas, s’attachant aux rumeurs comme aux faits établis, au...

        Avec 1915, L’enlisement, second volume de sa série consacrée à la Grande Guerre, Jean-Yves Le Naour continue de retracer au plus près le quotidien des Français durant ces quatre années de malheur. Alternant les points de vue d’en haut et d’en bas, s’attachant aux rumeurs comme aux faits établis, au ressenti aussi bien qu’au vécu, l’auteur nous livre un récit haletant. En 1915, le conflit entre dans une phase particulièrement meurtrière, marquée par des offensives aussi terribles qu’inutiles, rendues plus cruelles encore depuis l’usage des gaz asphyxiants. La guerre est partout : à Londres ou à Paris, sous les bombardements des zeppelins, sur la mer, en Afrique et au Moyen-Orient où les Turcs ont lancé le djihad contre les Alliés, au nom du panislamisme, tout en se livrant au génocide des Arméniens…
        Tandis que les Allemands étrillent la Russie et écrasent la Serbie, les Alliés enchaînent les échecs. Sourd aux critiques, le général Joffre conduit la guerre comme il l’entend : 320 000 Français sont ainsi sacrifiés en pure perte. La crise politique et la lassitude grandissent sur les décombres d’une Union sacrée qui a vécu, comme en témoignent les archives des Renseignements généraux jusqu’ici inexploitées. Pour les Français, 1915 est bien l’année la plus dramatique de toute la guerre, celle des horizons bouchés.

        En quelques années, Jean-Yves Le Naour est devenu l’un des meilleurs historiens de la Grande Guerre, à laquelle il a consacré de nombreux ouvrages, dont Les Soldats de la honte (Grand Prix du livre d’histoire Ouest-France-Société Générale, 2011). 1914, La grande illusion a été distingué par la presse comme « un livre d’histoire qui se lit comme un roman » (François Busnel, La Grande Librairie).

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782262030353
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 408
        Format : 140 x 210 mm
        Perrin
        23.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Nikoz Posté le 27 Mai 2015
          Plus on explore la guerre de 14... Plus on est abasourdi! Que cela soit écrit avec le sang des hommes et non avec l'encre de la science fiction reste inimaginable.
        • ay_guadalquivir Posté le 29 Septembre 2014
          Jean-Yves LE NAOUR poursuit son feuilleton de la Grande Guerre. Il égrène les années, caractérise chacune de ces époques de la première geurre mondiale. 1915 est l'année de l'enlisement, son sous-titre. L'espoir d'une guerre de mouvement s'est évanoui depuis la Marne. Le Naour est très sévère envers Joffre, qui impose au gouvernement sa propre vision de la guerre. En 1915, le Parlement se rebelle, exige de pouvoir contrôler l'action du Grand Quartier Général. L'auteur détaille cette bataille - l'Union sacrée est loin, même si les fissures sont cachées à la population - entre Joffre et les ministres, et les Députés parfois eux-mêmes combattants. 1915 est aussi l'année de l'Armée d'Orient, que Joffre ne semblait pas vouloir, et qui arrive trop tard pour modifier le cours de la guerre dans les Balkans. L'épisode des Dardanelles est un désastre. L'auteur montre aussi comment chacun des bélligérants entretient la haine, quitte à la retourner vers l'intérieur. Peur des traîtres, espionnite aigue, et recherche de boucs émissaires. Les Arméniens en seront les victimes en Turquie. Cette année est complexe, car les alliances ne sont pas simples à construire ou à faire durer. Mais 1915 ne sera pas l'année décisive. Je mets cette série en parallèle... Jean-Yves LE NAOUR poursuit son feuilleton de la Grande Guerre. Il égrène les années, caractérise chacune de ces époques de la première geurre mondiale. 1915 est l'année de l'enlisement, son sous-titre. L'espoir d'une guerre de mouvement s'est évanoui depuis la Marne. Le Naour est très sévère envers Joffre, qui impose au gouvernement sa propre vision de la guerre. En 1915, le Parlement se rebelle, exige de pouvoir contrôler l'action du Grand Quartier Général. L'auteur détaille cette bataille - l'Union sacrée est loin, même si les fissures sont cachées à la population - entre Joffre et les ministres, et les Députés parfois eux-mêmes combattants. 1915 est aussi l'année de l'Armée d'Orient, que Joffre ne semblait pas vouloir, et qui arrive trop tard pour modifier le cours de la guerre dans les Balkans. L'épisode des Dardanelles est un désastre. L'auteur montre aussi comment chacun des bélligérants entretient la haine, quitte à la retourner vers l'intérieur. Peur des traîtres, espionnite aigue, et recherche de boucs émissaires. Les Arméniens en seront les victimes en Turquie. Cette année est complexe, car les alliances ne sont pas simples à construire ou à faire durer. Mais 1915 ne sera pas l'année décisive. Je mets cette série en parallèle de celle que dessina tardi il y a quelques années, au coeur des combats et des tranchées.
          Lire la suite
          En lire moins
        • GildeLonce Posté le 29 Décembre 2013
          Deux poilus pouilleux et boueux sont dans leur tranchée."Pourvu qu'ils tiennent!"dit l'un."Qui ça?"demande son camarade interloqué."Ceux de l'arrière!" Cette caricature de l'époque résume exactement l'ouvrage de J.Y.Le Naour.Fidèle à sa méthode,l'auteur évite de nous raconter la Grande Guerre : tant d'autres l'ont fait avant lui...Il va donc décrire les Français dans la guerre,du moins ceux qui jouent un rôle.D'abord les généraux (ceux de l'arrière),perplexes devant cette guerre de positions et bien incapables de briser le front ennemi , mais qui refusent de l'avouer : Joffre ne cesse d'annoncer la victoire pour la prochaine offensive ; les Allemands se bornent à repousser les assauts suicidaires et c'est l'armée française qui est de la sorte "grignotée"en pure perte. Puis les députés et sénateurs qui ont solennellement juré "l'Union Sacrée"...mais c'était dans la perspective d'une guerre courte et le temps lézarde la belle union! Ensuite le gouvernement , soucieux de ne pas heurter le Parlement qui pourrait le renverser à tout moment et trop pusillanime pour destituer Joffre. Enfin les diplomates qui s'efforcent de vendre la peau de l'ours dans le secret des chancelleries parce que ces marchandages sont inavouables...Et c'est un fameux répertoire des occasions manquées qui vont coûter si cher et engluer un peu plus le conflit dans "l'enlisement"dont on n'aperçoit pas la... Deux poilus pouilleux et boueux sont dans leur tranchée."Pourvu qu'ils tiennent!"dit l'un."Qui ça?"demande son camarade interloqué."Ceux de l'arrière!" Cette caricature de l'époque résume exactement l'ouvrage de J.Y.Le Naour.Fidèle à sa méthode,l'auteur évite de nous raconter la Grande Guerre : tant d'autres l'ont fait avant lui...Il va donc décrire les Français dans la guerre,du moins ceux qui jouent un rôle.D'abord les généraux (ceux de l'arrière),perplexes devant cette guerre de positions et bien incapables de briser le front ennemi , mais qui refusent de l'avouer : Joffre ne cesse d'annoncer la victoire pour la prochaine offensive ; les Allemands se bornent à repousser les assauts suicidaires et c'est l'armée française qui est de la sorte "grignotée"en pure perte. Puis les députés et sénateurs qui ont solennellement juré "l'Union Sacrée"...mais c'était dans la perspective d'une guerre courte et le temps lézarde la belle union! Ensuite le gouvernement , soucieux de ne pas heurter le Parlement qui pourrait le renverser à tout moment et trop pusillanime pour destituer Joffre. Enfin les diplomates qui s'efforcent de vendre la peau de l'ours dans le secret des chancelleries parce que ces marchandages sont inavouables...Et c'est un fameux répertoire des occasions manquées qui vont coûter si cher et engluer un peu plus le conflit dans "l'enlisement"dont on n'aperçoit pas la fin. Si cette guerre n'est pas décrite,elle est par contre analysée en détail et J.Y.Le Naour nous montre combien elle préfigure celle de 39-45 : toutes les horreurs à venir sont esquissées dès 1915. La guerre "totale" est déjà là,avec ses génocides,ses attaques contre les populations civiles,ses procédés qui font fi des lois.Et si l'emploi des gaz,les attaques sous-marines contre des paquebots ou les bombardements n'ont produit qu'un nombre limité de victimes,c'est qu' on manquait encore des moyens techniques nécessaires...Patience! Vingt-cinq ans plus tard,cela sera résolu. Si l'auteur s'enlise un peu dans le tableau des manoeuvres politiques, la lecture demeure toutefois aisée et agréable,grâce à quelques phrases percutantes et à un humour inoxydable,témoin cette vision des socialistes,liés par leur serment à l'Union Sacrée,et contraignant leurs propres pacifistes à ne plus parler de la paix...avant la fin de la guerre!
          Lire la suite
          En lire moins
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
        Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.