En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        1Q84 - Livre 2

        Belfond
        EAN : 9782714449849
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 544
        Format : 140 x 225 mm
        1Q84 - Livre 2
        Juillet-Septembre

        Hélène MORITA (Traducteur)
        Date de parution : 25/08/2011

        L¿événement de l¿année ! Le livre de tous les records, l¿¿uvre la plus ambitieuse de Haruki Murakami. Deux tomes pour une odyssée initiatique entre deux mondes parallèles, une atmosphère aussi étrange qu¿envoûtante pour un roman double qui rassemble toutes les obsessions du maître.

        Les choses qui restent enfermées dans notre c¿ur n¿existent pas en ce monde. Mais c¿est dans notre c¿ur, ce monde à part, qu¿elles se construisent pour y vivre.

        Le Livre 1 a révélé l¿existence du monde 1Q84.

        Certaines questions ont trouvé leur réponse.
        D¿autres subsistent...

        Les choses qui restent enfermées dans notre c¿ur n¿existent pas en ce monde. Mais c¿est dans notre c¿ur, ce monde à part, qu¿elles se construisent pour y vivre.

        Le Livre 1 a révélé l¿existence du monde 1Q84.

        Certaines questions ont trouvé leur réponse.
        D¿autres subsistent : qui sont les Little People ? Comment se fraient-ils un chemin vers le monde réel ? Pourquoi deux lunes dans le ciel ? Et la chrysalide de l¿air, est-elle ce lieu où sommeille notre double ?

        Ceux qui s¿aiment ne sont jamais seuls.

        Le destin de Tengo et d¿Aomamé est en marche.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714449849
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 544
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        23.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • DELAGRANGE Posté le 12 Janvier 2018
          Beaucoup d'éléments mystérieux du livre 1 se dévoilent, les connexions apparaissent lentement et on s'attache progressivement à tous les personnages qu'on avait rencontré avant. Le fantastique s'invite encore un peu plus et on se laisse planer... porté par l'intrigue et l'histoire parallèle des deux "heros".
        • cecileterrestria Posté le 31 Décembre 2017
          Dans ce tome 2, le brio de l’auteur est encore à l’oeuvre, les pièces du puzzle savamment distillées tout au long du lent premier tome se mettent en place avec un génie certain. L’action est bien plus rapide, la lecture également, ce tome se dévore en trois fois moins de temps, nous captivant toujours davantage… Les chapitres sont toujours consacrés par alternance à Aonamé et Tengo, nos deux protagonistes, leurs histoires respectives se rapprochent, faisant évoluer tout autant l’action que leur psychologie et leur émotionnel. Je suis pour ma part, très enthousiaste, j’aime le style tout autant que l’histoire, tout est parfaitement maîtrisé et ça se sent, ce deuxième volet réussi sa mission de nous emmener inexorablement vers le 3e tome avec brio, le lecteur n’a que l’envie de se laisser embarquer dans cet étrange univers, il n’y a qu’à suivre le chemin que l’auteur a balisé… Suite au prochain et dernier tome…
        • Coyotl Posté le 11 Novembre 2017
          Remarquable.... Une écriture claire, un univers étonnant vraiment original.... Elégant et finesse !!! Définitivement japonais .
        • JeanRene43 Posté le 7 Novembre 2017
          1Q84, tome 2, nous révèle davantage les deux mondes entrevus dans le tome 1, au prix de suspens et d'émotions fortes, l'un notre univers habituel et l'autre avec deux lunes ; celle que nous connaissons et l'autre mystérieuse aux reflets verts, perceptible seulement par nos contemporains pris. Lorsque l'on pénètre malencontreusement dans ce second univers, on ne peut plus en sortir, on est alors sous l'emprise des Little People, intermédiaires entre des dieux et des démons. Il s'agit de résister à la domination de ces Little People. Ils sont redoutables, mais certains des nôtres sont disposés au sacrifice suprême pour nous sauver. Ce mélange de deux mondes fait penser aux dessins animés d'aujourd'hui où les humains côtoient les êtres et des décors imaginaires. Que deviendont Fukaeri et Tengo, les co-auteurs de "La chrysalide de l'air" ? Le suspens reste entier. Si Murakami s'inspire de 1984, la célèbre fiction qui veut nous rendre vigilants pour ne pas sombrer dans l'horreur, lui se contente de nous distraire et de nous renvoyer à nos croyances et à nos démons qui nous dirigent et nous malmènent. Patience et nouveau plaisir à venir, le tome 3 devra nous éclairer...
        • Claraz68 Posté le 15 Septembre 2017
          Intriguée par la lenteur inhabituelle du récit chez Murakami, j'ai continué la trilogie 1Q84 par ce tome, et il se trouve que cette lenteur n'est que le reflet déformé d'une grande toile bien tissée où les intrigues se rejoignent, les connexions se font entre les différents personnages et leur but, et petit à petit ce piège littéraire se referme sur sa proie qu'est le lecteur. En somme la vitesse du récit avance à peine, les personnages font presque du surplace, mais loin d'être un tort cela permet à Murakami de tisser le décor, les résolutions et de tisser lentement mais sûrement et avec beaucoup d'adresse les connexions qui nous amèneront les réponses à nos questions. Les Little People ne sont plus qu'une évocation et l'on s'inquiète de leurs actions. Les éléments fantastiques sont bien plus présents, et l'on finit par plonger dans notre propre ville des chats, par s'y perdre même... Avant que l'auteur tel un sauveur nous tienne la main pour nous aider à grimper dans le dernier train. A la fin du premier tome j'étais intriguée, A la fin du Deuxième j'étais envoûtée Et quand même on me l'aurai proposé Je n'aurais pu m'arrêter. A vous de vous faire votre idée, Murakami, comme... Intriguée par la lenteur inhabituelle du récit chez Murakami, j'ai continué la trilogie 1Q84 par ce tome, et il se trouve que cette lenteur n'est que le reflet déformé d'une grande toile bien tissée où les intrigues se rejoignent, les connexions se font entre les différents personnages et leur but, et petit à petit ce piège littéraire se referme sur sa proie qu'est le lecteur. En somme la vitesse du récit avance à peine, les personnages font presque du surplace, mais loin d'être un tort cela permet à Murakami de tisser le décor, les résolutions et de tisser lentement mais sûrement et avec beaucoup d'adresse les connexions qui nous amèneront les réponses à nos questions. Les Little People ne sont plus qu'une évocation et l'on s'inquiète de leurs actions. Les éléments fantastiques sont bien plus présents, et l'on finit par plonger dans notre propre ville des chats, par s'y perdre même... Avant que l'auteur tel un sauveur nous tienne la main pour nous aider à grimper dans le dernier train. A la fin du premier tome j'étais intriguée, A la fin du Deuxième j'étais envoûtée Et quand même on me l'aurai proposé Je n'aurais pu m'arrêter. A vous de vous faire votre idée, Murakami, comme presque toujours, m'a ensorcelée.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Nous vivons une époque où il est très difficile d’avoir un jugement sur ce qui est juste ou non. Le mur qui sépare ceux qui commettent un crime et les autres est mince. Dans un monde plus chaotique, les fondamentalismes gagnent du terrain. C’est le rôle de l’écrivain de créer des fictions qui les contrent. Une fiction doit être d’autant plus forte que le Net sombre sous les "opinions". »
        Haruki Murakami, in Yomiuri

        « À la suite de la "bulle spéculative", du séisme de Kobe et de l’attaque d’Aum, la quiétude qui régnait au Japon s’est évaporée. Le 11-Septembre n’a fait que confirmer la perte du socle sur lequel nous pensions nous tenir solidement. À cette impression de confiance s’est substituée celle du chaos. En même temps, le système de communication et d’information était bouleversé par Internet. Nous vivons aujourd’hui dans la civilisation numérique, un monde submergé par la mondialisation, gavé d’informations et de signes, et il est de plus en plus difficile de discerner ce qui est juste ou non. À la mort des grands récits s’est ajoutée la déréalisation des rapports sociaux. Et il est aussi plus facile d’être manipulé. »
        Haruki Murakami, interview Philippe Pons dans Le Monde Magazine

        « Par son ironie détachée, jamais malveillante, ses digressions imagées et ses métaphores, reflet de cette oscillation entre réalité et fiction qui caractérise son écriture, il esquisse le malaise de la société contemporaine sous une quiétude de surface… 1Q84 est l’aboutissement littéraire du travail sur lui-même auquel l’ont conduit deux événements qui se sont produits à quelques mois de distance en 1995 : le séisme de Kobe et l’attentat au gaz sarin du métro de Tokyo. »
        Philippe Pons, Le Monde Magazine

        « Murakami utilise le procédé du roman-dans-le-roman pour ouvrir sur des thèmes allant de la difficulté d’écrire au fanatisme. Certains de ces sujets sont inédits dans l’œuvre romanesque de Murakami, même s’il les a déjà abordés dans sa non-fiction… comme l’attentat au gaz sarin du métro de Tokyo par la secte Aum, dont Murakami souligne qu’il est moins le fait d’un groupe d’illuminés que des échecs de la société japonaise. Dans cette optique, 1Q84 revisite la relation conflictuelle qui oppose le culte à la culture en plongeant dans la psychologie d’une secte. »
        The Japan Times

        « Auteur "transgénérationnel" et "transnational", Haruki Murakami colle à son époque. Oscillant entre réalisme et fantastique, il excelle, au fil d’allégories et de pastiches, à fondre le familier et l’étrange, à nourrir les hasards de destinées, à esquisser l’indéfinissable malaise d’êtres en attente de quelque chose, sans savoir au juste quoi. »
        Philippe Pons, Le Monde

        « 1Q84, un récit collectif qui, affrontant la question du mal qui sommeille en chacun de nous, tente d’explorer coûte que coûte les voies étroites qui mènent vers la rédemption. Le romancier répond-il à cette attente ? L’important est moins sans doute dans le résultat (superbe) que dans l’intention : la tornade 1Q84 signifie l’adhésion heureuse du public à la démarche d’un artisan de l’écriture dont il salue, en toute amitié, le courage et l’honnêteté. »
        Kazihiko Yatabe, Courrier International

        « Comme le laisse deviner le titre, 1Q84 fait référence à 1984 de George Orwell. Le roman de Murakami se différencie néanmoins de ce dernier dans la mesure où il tente d’appréhender l’existence d’un mal invisible, qui aborde les gens sous un jour séduisant et raffiné, et qui contrôle et déforme leur pensée et leur conscience à leur insu. Comment parvenir à reconnaître rapidement ce mal qui s’approche de nous tout sourire et comment y faire face ? Cette question est l’un des thèmes du livre, mais aucune réponse concrète n’y est apportée. Le lecteur doit trouver sa propre réponse à travers des mots-clés et les actes d’Aomame et de Tengo. »
        Yoshimi Suekuni, Shukan Asahi/Courrier International

        PRESSE
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.