RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            2. Leviathan : Béhémoth

            Pocket jeunesse
            EAN : 9782266194174
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 492
            Format : 140 x 225 mm
            2. Leviathan : Béhémoth

            Collection : Leviathan
            Date de parution : 15/09/2011

            À l’aube de la Première Guerre mondiale. Deryn est écossaise et orpheline ; Alek est un jeune héritier qui fuit l’Empire austrohongrois. Elle s’habille en garçon et combat dans les forces aériennes darwinistes ; lui est poursuivi par le pouvoir clanker et cache ses origines. Alliés malgré eux, ils se...

            À l’aube de la Première Guerre mondiale. Deryn est écossaise et orpheline ; Alek est un jeune héritier qui fuit l’Empire austrohongrois. Elle s’habille en garçon et combat dans les forces aériennes darwinistes ; lui est poursuivi par le pouvoir clanker et cache ses origines. Alliés malgré eux, ils se retrouvent à bord de l’extraordinaire Léviathan.. Ils n’auront qu’une solution pour éviter la guerre : se faire confiance… et compter sur la créature la plus redoutable des darwinistes britanniques, le Béhémoth… 

            I. LÉVIATHAN
            II. BÉHÉMOTH
            III. GOLIATH

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266194174
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 492
            Format : 140 x 225 mm
            Pocket jeunesse
            19.30 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • mauriceandre Posté le 1 Janvier 2018
              Salut les Babelionautes et Bonne Année 2018 Voici mon premier livre de l'année, le tome 2 de Léviathan de Scott Westerfeld, et j'avoue que j'ai pris un grand plaisir a poursuivre les Aventures de Deryn et d'Alek. Dans le tome 1 Alek et ses hommes avaient étés sauvés par les Anglais après avoir utilisés les moteurs de leur mécanopodes pour remplacés ceux du Léviathan pour pouvoir fuir les Allemands. On suit donc les deux Héros volant vers Constantinople et le détroit du Bosphore ou se joue une partie d’Échec a coup de diplomatie pour que la Turquie reste neutre Dans le conflit Mondial. Deryn Garde toujours son secret et essaye d'avouer a Alek sa condition de Femme. Mais les événements et la Guerre vont les emporter dans leur tourbillons. Merci a Guillaume Fournier qui a assurés la traduction. J'attaque dans la foulé le tome 3.
            • Maliae Posté le 27 Avril 2014
              Difficile de se remettre dans le bain, car si je me rappelais de l’histoire et d’Alek et Deryn, ainsi que de la baleine volante, j’avais du mal à me souvenir de tout. Où c’était-on arrêté? Qui sont ces personnages déjà? Heureusement tout nous est à peu près réexpliqué, sans que ce soit ennuyant, et du coup hop j’étais entrée dans l’histoire et difficile d’en décrocher. Dans ce livre j’adore les personnages, qu’il s’agisse de Deryn/Dylan et de son attachement pour Alek, son sale caractère, sa façon de cacher son sexe et de se battre pour être reconnue c’est super, ou bien donc d’Alek et son caractère de prince, qui a évolué tout de même, et qui est tout mignon. Alek par moment peut avoir des propos mysogines, ce qui peut se comprendre vu l’époque et l’éducation, c’est très drôle d’ailleurs car il ne veut pas croire qu’un jour les femmes seront l’égales de l’hommes. J’aime les autres personnages tel que le dr Barlow, femme de caractère et qui est maligne comme tout, avec des plans pleins la tête. Ou le comte Volger qui prend Alek pour un enfant et qui a du mal de le voir prendre des décisions.... Difficile de se remettre dans le bain, car si je me rappelais de l’histoire et d’Alek et Deryn, ainsi que de la baleine volante, j’avais du mal à me souvenir de tout. Où c’était-on arrêté? Qui sont ces personnages déjà? Heureusement tout nous est à peu près réexpliqué, sans que ce soit ennuyant, et du coup hop j’étais entrée dans l’histoire et difficile d’en décrocher. Dans ce livre j’adore les personnages, qu’il s’agisse de Deryn/Dylan et de son attachement pour Alek, son sale caractère, sa façon de cacher son sexe et de se battre pour être reconnue c’est super, ou bien donc d’Alek et son caractère de prince, qui a évolué tout de même, et qui est tout mignon. Alek par moment peut avoir des propos mysogines, ce qui peut se comprendre vu l’époque et l’éducation, c’est très drôle d’ailleurs car il ne veut pas croire qu’un jour les femmes seront l’égales de l’hommes. J’aime les autres personnages tel que le dr Barlow, femme de caractère et qui est maligne comme tout, avec des plans pleins la tête. Ou le comte Volger qui prend Alek pour un enfant et qui a du mal de le voir prendre des décisions. Je n’ai pas tellement aimé le journaliste fouineur Eddie Malone. J’ai adoré Lilit, Nene et Zaven par contre, Lilit est trooop marrante et a aussi un sacré caractère. J’ai détesté la naïveté du sultan, il m’a trop énervé. Et puis surtout, j’ai adoré Bovril, il est adorable et il m’a vraiment fait déliré. L’histoire est entraînante, pas le temps de s’ennuyer, il se passe pas mal de choses et tout ne se passe pas comme prévu. Deryn et Alek vont continuer à vivre leur aventure et chercher un moyen d’arrêter la guerre. Y a des passages que j’ai trouvé adorable, surtout que ces personnages – au risque de me répéter – sont géniaux (et trop choux). J’aime énormément leur relation, bien qu’Alek ne sache pas que Dylan est en fait une fille. L’écriture est entraînante, les illustrations de Keith Thompson agrémente le récit, et je les trouve superbe. La fin donne envie d’avoir la suite (et je ne la possède pas, hélas), j’ai donc par conséquent hâte de me replonger dans cette histoire, quand j’aurai le tome 3 : Goliath. Je me demande bien ce qui va arriver à nos deux héros et si toute cette histoire va bien se finir (je le souhaite).
              Lire la suite
              En lire moins
            • sombrefeline Posté le 1 Décembre 2013
              Deuxième tome de la série « Leviathan », Behemoth m’a fait passer un bon moment de lecture, sans constituer un coup de cœur absolu. On retrouve nos jeunes héros là où on les avait laissés : à bord du Leviathan alors qu’il arrive à Constantinople. Alek parvient rapidement à s’enfuir et entre en contact avec les forces révolutionnaires opposées au sultan. Dylan, quant à elle, se retrouve à devoir jouer les espionnes et les forces d’intervention (et franchement, elle n’a pas grand-chose à envier à James Bond question efficacité). J’ai beaucoup aimé la description d’Istanbul, je trouve que l’auteur parvient à faire exister cette ville cosmopolite où des dizaines de peuples se mélangent, il retranscrit bien l’ambiance bouillonnante de la révolution et arrive à respecter les grandes lignes de l’histoire (un bonus pour des lecteurs un peu plus âgés que le public cible, qui s’amuseront à repérer les références). Mais en même temps, il crée sa propre Istanbul, avec ses éléphants armés de canons, ses Clankers à l’image des divinités des différents peuples qu’ils gardent. À ce titre, je trouve que les illustrations sont vraiment un gros plus. Elles permettent vraiment de visualiser les machines, les décors baroques, l’ambiance des rues d’Istanbul. Côté... Deuxième tome de la série « Leviathan », Behemoth m’a fait passer un bon moment de lecture, sans constituer un coup de cœur absolu. On retrouve nos jeunes héros là où on les avait laissés : à bord du Leviathan alors qu’il arrive à Constantinople. Alek parvient rapidement à s’enfuir et entre en contact avec les forces révolutionnaires opposées au sultan. Dylan, quant à elle, se retrouve à devoir jouer les espionnes et les forces d’intervention (et franchement, elle n’a pas grand-chose à envier à James Bond question efficacité). J’ai beaucoup aimé la description d’Istanbul, je trouve que l’auteur parvient à faire exister cette ville cosmopolite où des dizaines de peuples se mélangent, il retranscrit bien l’ambiance bouillonnante de la révolution et arrive à respecter les grandes lignes de l’histoire (un bonus pour des lecteurs un peu plus âgés que le public cible, qui s’amuseront à repérer les références). Mais en même temps, il crée sa propre Istanbul, avec ses éléphants armés de canons, ses Clankers à l’image des divinités des différents peuples qu’ils gardent. À ce titre, je trouve que les illustrations sont vraiment un gros plus. Elles permettent vraiment de visualiser les machines, les décors baroques, l’ambiance des rues d’Istanbul. Côté personnages, je trouve que Behemoth approfondit pas mal la psychologie des personnages principaux, notamment Deryn qui se révèle une femme d’action, tout en luttant contre des sentiments naissants pour Alek. L’introduction de Lilit, jeune anarchiste turque, va encore brouiller les pistes (Disons que la jeune fille en pince pour l’un des personnages, mais pas forcément celui auquel on pense). Côté action, on est plutôt servis : évasion en fanfare du Léviathan, mission d’infiltration, batailles titanesques de clankers, du grand art. Mais j’ai trouvé par moment que l’action prenait un peu trop le pas sur l’émotion, notamment au niveau de la bataille finale, qui reste cantonnée à des échanges de coups entre ces grands méchas. Je suis un peu restée en dehors de cet affrontement, car j’ai trouvé que ça manquait un peu de consistance et d’émotion. Malgré ce bémol, la fin est assez prenante, car elle ouvre pas mal de questions : le pape est mort, quelle est donc la valeur de la lettre d’Alek ? Que sont au juste les loris perspicaces du docteur Barlow ? Que va-t-il se passer quand Alek découvrira la vraie identité de « Dylan » ? En conclusion : Un bon moment de lecture, une aventure haute en couleur et en dépaysement, dont j’attends la conclusion avec impatience.
              Lire la suite
              En lire moins
            • murielan Posté le 21 Janvier 2013
              Dans ce second volet, on retrouve nos 2 héros Alek et Deryn/Dylan à l'endroit où nous les avions laissés. Ils sont désormais à bord du Léviathan, ce gigantesque aéronef fabriqué (comprenez, une bête darwiniste conçue par croisements génétiques) et doivent faire équipe malgré eux pour fuir les troupes clankers allemandes et se rendre à Istanbul, ville pour l'instant neutre, où les attendent de nombreuses aventures... Le conflit s'étend et suit toujours les grandes lignes de la Première Guerre Mondiale et l'on découvre, dans la bataille finale, le fameux Béhémoth, monstre des mers redoutable. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman où les actions s'enchainent sans temps mort, où les personnages se révèlent, et où l'imagination de Scott Westerfeld nous livre un univers passionnant, toujours aussi magnifiquement illustré d'ailleurs par Keith Thompson. Je vais très vite commencer le troisième tome pour découvrir ce que va leur réserver leur voyage vers l'Asie...
            • tousleslivres Posté le 29 Décembre 2012
              Dans le tome 1 : Nous reprenons l'histoire après une ultime attaque des clankers, le Léviathan a réussi à décoller de Suisse et se dirige vers Constantinople. Alek, était traqué par les Allemands qui cherchaient à finir le travail commencé par ses parents. Il avait sauvé le Léviathan pour qu'il puisse se sauver. Mais ce que personne ne savait, c'est qu'Alek, devait passer la totalité de la guerre en Suisse en se cachant et en attendant le moment de dévoiler son lourd secret : il est l’hérité du trône de l'Autriche-hongrie. Dans ce second opus : Après avoir essuyé une attaque des dankers (allemands) sur le Léviathan avec un canon à foudre Tesla, le Léviathan arrive enfin à Constantinople. A son bord cinq autrichiens qui y avaient pris place jusqu'à ce que les moteurs n'aient plus de secret pour les darwinistes. Ils avaient pris leur temps. En effet pour s'échapper de Suisse, Alek a donné au Léviathan deux moteurs pour qu'il puisse prendre la fuite plus rapidement. On retrouve aussi, notre héroïne, Deryn, la jeune fille travestie en garçon pour pouvoir prendre place sur le Léviathan, mais surtout, elle veut prendre place dans cette guerre qui fait rage. J'ai retrouvé toute la magie... Dans le tome 1 : Nous reprenons l'histoire après une ultime attaque des clankers, le Léviathan a réussi à décoller de Suisse et se dirige vers Constantinople. Alek, était traqué par les Allemands qui cherchaient à finir le travail commencé par ses parents. Il avait sauvé le Léviathan pour qu'il puisse se sauver. Mais ce que personne ne savait, c'est qu'Alek, devait passer la totalité de la guerre en Suisse en se cachant et en attendant le moment de dévoiler son lourd secret : il est l’hérité du trône de l'Autriche-hongrie. Dans ce second opus : Après avoir essuyé une attaque des dankers (allemands) sur le Léviathan avec un canon à foudre Tesla, le Léviathan arrive enfin à Constantinople. A son bord cinq autrichiens qui y avaient pris place jusqu'à ce que les moteurs n'aient plus de secret pour les darwinistes. Ils avaient pris leur temps. En effet pour s'échapper de Suisse, Alek a donné au Léviathan deux moteurs pour qu'il puisse prendre la fuite plus rapidement. On retrouve aussi, notre héroïne, Deryn, la jeune fille travestie en garçon pour pouvoir prendre place sur le Léviathan, mais surtout, elle veut prendre place dans cette guerre qui fait rage. J'ai retrouvé toute la magie des machines toutes plus farfelues les unes que les autres. Comme ces mécanopodes éléphants, ils incarnent la royauté et le pouvoir, c'est pour cela que l'ambassadeur l'utilise l'éléphant (qui aurait prédit la naissance du prophète Mahomet). Il y a aussi tous ces animaux darwinistes, ces fabuleux aéronefs et autre petites bestioles en tout genre, sans oublier le monstrueux Béhémoth, clé de la bataille finale de ce Tome. Quant aux fameux œufs que transporte le Léviathan, bien au chaud dans la salle des machines, ils ont un secret militaire bien gardé. Ce que j'ai le plus aimé, c'est la référence à Nikola Tesla qui a réellement existé, c'est un inventeur célèbre pour avoir découvert les principes de base de la radio, du radar et du courant alternatif, rien que ça !!! Il a passé une grande partie de sa vie à travailler sur un rayon de la mort, dont il prétendait dans les années 1930 qu'il pourrait « abattre dix mille avions à une distance de 250 milles ». Il offrit son invention à plusieurs gouvernements, mais aucun ne s'y intéressa... c'est d'ailleurs une très bonne chose... J'ai croisé Tesla dans le livre « Le prestige » de Christophe Priest. Comme dans ce livre, l'Empire ottoman était instable en 1914, mais dans le monde réel, le sultan et son Vizir n'étaient plus à la tête du pays. La révolution des 1908 les avaient renversés, et le Comité Union et Progrès tenait déjà les rênes du pouvoir. L’influence des Allemands à Istanbul était bien réelle. Quant à l'Orient Express, il a réellement existé. Il déversait plusieurs lignes entre Paris et Istanbul depuis 1883. Un second opus qui fini, comme il démarre avec de l'action, beaucoup d'action et surtout tout un monde totalement tourné vers les machines. Et toujours ces très très belles illustrations de Keith Thompson qui ajoutent à ces livres un très grand plus, elles permettent de bien visualiser ces fameuses inventions absolument Steampunk.
              Lire la suite
              En lire moins
            Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
            À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.