Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749117676
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 464
Format : 140 x 220 mm

221 B Baker Street

Françoise SMITH (Traducteur)
Collection : Néo
Date de parution : 12/01/2012

Un thriller diabolique, prenant pour héros Conan Doyle, vendu dans plus de trente langues, à paraître en même temps que la sortie du nouveau Sherlock Holmes, avec Robert Downey Jr et Jude Law sur le grand écran (le 25 janvier).

« Tous les amateurs de romans historiques, de Sherlock Holmes et d’énigmes intellectuelles vont adorer. »
Matthew Pearl, auteur du Club Dante

 



Au cœur des secrets du légendaire journal perdu de Conan Doyle.



Octobre 1900, Londres. Après avoir reçu un étrange courrier, Conan Doyle se retrouve mêlé à la disparition...

« Tous les amateurs de romans historiques, de Sherlock Holmes et d’énigmes intellectuelles vont adorer. »
Matthew Pearl, auteur du Club Dante

 



Au cœur des secrets du légendaire journal perdu de Conan Doyle.



Octobre 1900, Londres. Après avoir reçu un étrange courrier, Conan Doyle se retrouve mêlé à la disparition de plusieurs jeunes filles dans les bas-fonds de la ville. Sur les traces d’un tueur en série, il demande l’assistance d’un de ses amis, l’écrivain Bram Stoker, auteur de Dracula.

Janvier 2009, New York. C’est un grand jour pour Harold White : son article mettant en parallèle les exploits de Sherlock Holmes et la naissance de la médecine légale lui vaut d’être intronisé dans la prestigieuse association des « Baker Street Irregulars ». C’est aussi un grand jour pour ladite association : Alex Cale, l’un de ses membres les plus renommés, vient de retrouver le « Saint-Graal » des fanatiques de Conan Doyle, le fameux tome perdu du journal intime de l’écrivain, couvrant les mois d’octobre à décembre 1900. C’est en effet à cette époque que Conan Doyle, après avoir fait mourir Sherlock Holmes sept ans plus tôt au grand dam de ses admirateurs, a décidé, pour une raison demeurée inconnue, de faire revivre le célèbre détective. Mais Alex Cale est assassiné avant d’avoir pu dévoiler le contenu du fameux journal et Harold, inspiré par l’art de la déduction de son illustre modèle, se lance sur la piste du meurtrier.


Deux enquêtes à plus d’un siècle de distance, de mystérieuses correspondances, un formidable coup de théâtre. Avec ce premier roman passionnant, Graham Moore, s’inspirant de faits réels, nous offre un voyage fascinant dans le monde des collectionneurs et des obsessionnels de Sherlock Holmes, et met le lecteur à l’épreuve : saura-t-il résoudre l’énigme avant le héros ?


« Graham Moore s’inspire de faits réels, la mort suspecte d’un illustre collectionneur qui prétendait avoir retrouvé le journal perdu de Conan Doyle, et nous offre un plaisir de lecture rare, à la fois intelligent, intrigant et très ludique. » The New York Times

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749117676
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 464
Format : 140 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • collectifpolar Posté le 26 Juillet 2021
    Il ne fait pas bon être Holmésiens ces derniers temps. Car visiblement les auteurs contemporains qui se sont emparer du plus célèbre des détectives, les trucident sans le moindre scrupule. Il faut dire que les holmesolâtres sont des personnes très pointilleuse et qu’il est à parier que ce pastiche des romans de Sir Conan Doyle risque de ne par plaire à ses messieurs dames. En effet Graham Moore, ici ne respecte en rien les codes que dis-je les canons holmésiens. Car en effet pour les purs amateurs des aventures de Sherlock Holmes en matière d’écrit, les romans apocryphes ont peu de valeur. La preuve, ils utilisent sans vergogne le vocabulaire biblique pour distinguer les romans de Conan Doyle et ceux des autres auteurs tentant de mettre en scène leur divinité toute puissante, ce sacré Sherlock. Maos alors que nous raconte 221b Baker Street 1893. Horripilé par sa créature, Arthur Conan Doyle précipite Sherlock Holmes dans les chutes de Reichenbach. Mais si la mort de son héros le soulage, la disparition de plusieurs femmes dans les bas quartiers de Londres le tourmente. En 2009 à New York, Harold White va être intronisé dans la prestigieuse association des Baker Street Irregulars alors qu'un de ses membres,... Il ne fait pas bon être Holmésiens ces derniers temps. Car visiblement les auteurs contemporains qui se sont emparer du plus célèbre des détectives, les trucident sans le moindre scrupule. Il faut dire que les holmesolâtres sont des personnes très pointilleuse et qu’il est à parier que ce pastiche des romans de Sir Conan Doyle risque de ne par plaire à ses messieurs dames. En effet Graham Moore, ici ne respecte en rien les codes que dis-je les canons holmésiens. Car en effet pour les purs amateurs des aventures de Sherlock Holmes en matière d’écrit, les romans apocryphes ont peu de valeur. La preuve, ils utilisent sans vergogne le vocabulaire biblique pour distinguer les romans de Conan Doyle et ceux des autres auteurs tentant de mettre en scène leur divinité toute puissante, ce sacré Sherlock. Maos alors que nous raconte 221b Baker Street 1893. Horripilé par sa créature, Arthur Conan Doyle précipite Sherlock Holmes dans les chutes de Reichenbach. Mais si la mort de son héros le soulage, la disparition de plusieurs femmes dans les bas quartiers de Londres le tourmente. En 2009 à New York, Harold White va être intronisé dans la prestigieuse association des Baker Street Irregulars alors qu'un de ses membres, Alex Cale, vient de retrouver le tome perdu du journal intime de Conan Doyle où ce dernier évoque la raison qui l'a poussé à faire revivre Sherlock Holmes, 7 ans après l'avoir fait mourir. Mais Cale est assassiné et White décide d'enquêter. Depuis sa dernière apparition publique officielle dans « Son dernier coup d’archet », on ne compte plus les textes d'auteurs aussi innombrables qu'éclectiques qui ont mis ou en scène ou pastiché Sherlock Holmes. Mais ici ce n’est pas notre détective ne mène pas l’enquête lui-même. C’est d’abord son créateur qui nous entraine dans le Londres victoriens que l’on aime. Il va allez à la rencontre des lecteurs de son Sherlock pour tenter de résoudre le mystère de la disparition de quatre jeunes femmes. Dans son enquête il va être aider par son ami Bram Stoker. Et puis sera le tour d’un tout nouveau membre de la Baker Streets Irregulars de New-York de mener l’enquête sur le meurtre d’un des plus célèbre holmésiens. Bien sur ces deux enquêtes vont se rejoindre même à plus d’un siècle de distance. Alors pour résumé dans ce roman, nous suivons deux enquêtes, une menée par Conan Doyle et une autre se déroulant en 2009 dans l'univers des spécialistes Holmésiens. IL est amusant d'apprendre que Doyle souffrait de la notoriété de son personnage et de le suivre. Graham Moore s'inspire de faits réels, la mort suspecte d'un illustre collectionneur qui prétendait avoir retrouvé le journal perdu de Conan Doyle, et nous offre un plaisir de lecture rare, à la fois intelligent, intrigant et très ludique. Une véritable recréation toute entière vouée à la célébration de l'hôte du 221 B Baker Street.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Scopa Posté le 20 Juillet 2021
    221b Baker Street débute par la mort violente d'un distingué holmésien, Alex Cale, qui venait de retrouver le tome perdu du journal intime d'Arthur Conan Doyle (octobre-décembre 1900), supposé expliquer le revirement d'attitude de Conan Doyle. Créant ainsi « Le grand hiatus ». Le roman est construit de façon extrêmement habile avec le déroulement parallèle mais à un siècle d'intervalle. Les enquêtes vont rebondir et entrer en résonance. le scénario assez plaisant intègre, comme souvent, célébrités et faits historiques. le cortège de guest stars entourant Conan Doyle est cette fois-ci composé de : Bram Stoker, Oscar Wilde, Millicent Fawcett… Tout au long des deux récits, le style reste alerte, les dialogues savoureux, les décors et l'ambiance sont parfaitement reconstitués, agrémentés de personnages attachants.
  • pikanelle Posté le 4 Juin 2021
    L’avantage avec un titre comme celui-là, c’est qu’on sait d’emblée où on met les pieds 😁 Graham Moore entraîne son lecteur dans deux enquêtes holmésiennes qu’un siècle sépare et inspirées de faits réels. La première où le membre d’un « fan club » de l’illustre détective se fait assassiner après avoir découvert un journal disparu d’Arthur Conan Doyle. La seconde où on suit carrément Arthur Conan Doyle himself, assisté pour l’occasion de son « fidèle » Bram Stoker (excusez du peu 😉). Si le texte n’est pas exempt de longueurs qui appesantissent le rythme, les deux intrigues n’en sont pas moins intéressantes. Ma préférence va à celle qui se passe au début du XXe siècle, dont l’atmosphère londonienne brumeuse et faiblement éclairée par les lampadaires à gaz m’a bien plu. J’ai également apprécié la description faite par l’auteur du contexte social des dernières années de l’ère victorienne.
  • Caro17 Posté le 19 Avril 2019
    Étant une grande fan du célèbre détective, j'ai passé un très bon moment de lecture avec cette fiction historique qui mêle et alterne deux enquêtes sous le signe de Sherlock Holmes à deux époques différentes : l'une se déroulant en 1900 avec pour protagonistes Arthur Conan Doyle et son ami Bram Stoker, l'autre en 2010 avec un Holmésien qui tente de résoudre un meurtre et de retrouver le fameux carnet perdu de Conan Doyle. Lors de ma lecture, j'ai eu une nette préférence pour l’enquête se déroulant en 1900, j'ai trouvé l'histoire plus passionnante et les personnages plus sympathiques. Comme pour son deuxième roman Les derniers jours de l'émerveillement, l'auteur s'inspire de faits réels (la mort suspecte d'un collectionneur qui prétendait avoir trouvé le journal perdu de Conan Doyle) et propose sa version des faits (comme il l'explique en postface). Un roman sympathique qui plaira aux fans de Sherlock Holmes.
  • philippemarlin Posté le 11 Avril 2018
    Ce livre est assurément destiné aux « holmésiens fous ». Avec 221b Baker Street (Cherche Midi, collection NEO, 2012), Graham Moore nous donne en effet une leçon d’holmésologie de très haut niveau. L’action se déroule sur deux plans : De nos jours, lors d’un Congrès des Baker Street Irregulars (Holmésiens fous américains), un chercheur ultra passionné doit faire une contribution sur une découverte thermonucléaire : il aurait retrouvé un journal disparu de Conan Doyle, datant de la fin du XIX ème siècle, juste après que l’auteur ait mis une fin (provisoire) à notre héros favori lors de l’affaire dite des chutes de Reichenbach. Et pour cause ! Sherlock pourissait la vie de son papa et l’empêchait de développer sa véritable carrière littéraire. A l’époque en question, où Conan Doyle supporte difficilement les conséquences fâcheuses de « son meurtre littéraire. » Il recevra du reste une bombe à retardement dont il échappera de peu à l’explosion, mais dans l’emballage de laquelle il découvrira une étrange coupure de presse faisant état d’un meurtre crapuleux à Whitechapel. Et les deux actions de se développer en rebondissant l’une sur l’autre, le docte chercheur étant assassiné dans sa chambre d’hôtel — le journal... Ce livre est assurément destiné aux « holmésiens fous ». Avec 221b Baker Street (Cherche Midi, collection NEO, 2012), Graham Moore nous donne en effet une leçon d’holmésologie de très haut niveau. L’action se déroule sur deux plans : De nos jours, lors d’un Congrès des Baker Street Irregulars (Holmésiens fous américains), un chercheur ultra passionné doit faire une contribution sur une découverte thermonucléaire : il aurait retrouvé un journal disparu de Conan Doyle, datant de la fin du XIX ème siècle, juste après que l’auteur ait mis une fin (provisoire) à notre héros favori lors de l’affaire dite des chutes de Reichenbach. Et pour cause ! Sherlock pourissait la vie de son papa et l’empêchait de développer sa véritable carrière littéraire. A l’époque en question, où Conan Doyle supporte difficilement les conséquences fâcheuses de « son meurtre littéraire. » Il recevra du reste une bombe à retardement dont il échappera de peu à l’explosion, mais dans l’emballage de laquelle il découvrira une étrange coupure de presse faisant état d’un meurtre crapuleux à Whitechapel. Et les deux actions de se développer en rebondissant l’une sur l’autre, le docte chercheur étant assassiné dans sa chambre d’hôtel — le journal ayant bien sûr disparu — alors que par ailleurs, Conan Doyle et son fidèle ami Bram Stoker se mettent en quête de résoudre l’affaire criminelle.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !