Lisez! icon: Search engine

À ceux qui se croisent

Robert Laffont
EAN : 9782221239254
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 1 x 240 mm
À ceux qui se croisent

Date de parution : 18/04/2019
Qu’est-il arrivé à Lucy pour qu’elle perde sa voix du jour au lendemain ?

Sur un coup de tête, Lucy, devenue aphone, décide de s’arracher à une vie apparemment sans histoires et quitte Nice, sa famille, ses amis, la librairie où elle travaille, pour New York.
Le choc qu’elle ressent à son arrivée dans cette ville l’oblige à affronter une femme qu’elle avait jusque-là soigneusement...

Sur un coup de tête, Lucy, devenue aphone, décide de s’arracher à une vie apparemment sans histoires et quitte Nice, sa famille, ses amis, la librairie où elle travaille, pour New York.
Le choc qu’elle ressent à son arrivée dans cette ville l’oblige à affronter une femme qu’elle avait jusque-là soigneusement évitée : elle-même. Elle y retrouve un scénographe rencontré quelques semaines plus tôt en France, Paul Patterson, et leur relation, d’abord hésitante, devient vite passionnelle.
Mais elle doit rentrer d’urgence à Nice, et Paul, partir en Australie pour son travail. Leur histoire survivra-t-elle à cette séparation ? Et, avec sa voix, Lucy retrouvera-t-elle un sens à sa vie ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221239254
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 1 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Carmendb Posté le 17 Mai 2019
    C'est d'abord un roman d'amour entre Lucy et Paul qui croise sa route, un jour au cimetière. Autour de Lucy gravitent de nombreux personnages, dont certains hauts en couleur, comme son père, Georges, instituteur " né en colère et l'est resté toute sa vie", Takis, l'exilé grec, la tante Honorade, Delphine, Sylvie, les vieilles amies de toujours, Richard Massiah le libraire, Leonora, sa belle-mère, la respectée "duchesse douairière" du lieu, son mari, Laurent, qui lui a menti, le petit Brahim et sa mère, Tiwaka la chamane, Jim et Rosie, Markus, Paul. Mais au-delà de toutes ces routes qui se croisent, on sent surtout le silence qui relie ces personnages entre eux. Lucy, réduite au silence en devenant brutalement aphone. Il lui faudra du temps pour retrouver sa voix. Et la voie à suivre par la même occasion. Longs silences qui s'installent aussi dans ses conversations. Silences, non-dits, doutes, mensonges. Lucy et Paul, ne feront-ils que se croiser ou seront-ils capables de cheminer ensemble, sur le même chemin ? Pauline Maurenc ménage le suspense jusqu'à la fin… J'ai aimé Lucy et j'ai aimé la suivre sur les sentiers qu'elle explore, ceux qui doivent la libérer de celle qu'elle était pour devenir ELLE. ELLE à part... C'est d'abord un roman d'amour entre Lucy et Paul qui croise sa route, un jour au cimetière. Autour de Lucy gravitent de nombreux personnages, dont certains hauts en couleur, comme son père, Georges, instituteur " né en colère et l'est resté toute sa vie", Takis, l'exilé grec, la tante Honorade, Delphine, Sylvie, les vieilles amies de toujours, Richard Massiah le libraire, Leonora, sa belle-mère, la respectée "duchesse douairière" du lieu, son mari, Laurent, qui lui a menti, le petit Brahim et sa mère, Tiwaka la chamane, Jim et Rosie, Markus, Paul. Mais au-delà de toutes ces routes qui se croisent, on sent surtout le silence qui relie ces personnages entre eux. Lucy, réduite au silence en devenant brutalement aphone. Il lui faudra du temps pour retrouver sa voix. Et la voie à suivre par la même occasion. Longs silences qui s'installent aussi dans ses conversations. Silences, non-dits, doutes, mensonges. Lucy et Paul, ne feront-ils que se croiser ou seront-ils capables de cheminer ensemble, sur le même chemin ? Pauline Maurenc ménage le suspense jusqu'à la fin… J'ai aimé Lucy et j'ai aimé la suivre sur les sentiers qu'elle explore, ceux qui doivent la libérer de celle qu'elle était pour devenir ELLE. ELLE à part entière.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LevoyagedeLola Posté le 14 Mai 2019
    Un portrait de femme, une femme qui a aimé, a été trahie, part se reconstruire et aime de nouveau et... Les histoires d'amour finissent mal en général ? comme le chantait merveilleusement Les Rita en 86. C'est après avoir reçu une lettre anonyme que Lucy, niçoise, décide de quitter sa petite vie bien rangée pour New York. Laurent, son mari mène une double vie depuis des années, elle en reste sans voix. Elle part donc, prend la fuite plutôt, sans vraiment prévenir, sans rien organiser. Elle arrive perdue mais prend rapidement ses marques, retrouve sa voix et rencontre Paul, un artiste. Je n'arrive pas à m'enthousiasmer, même si l'histoire est sympa et l'écriture pas désagréable mais j'ai l'impression d'avoir déjà lu ce roman maintes fois. Les histoires d'amour se ressemblent et pour qu'elles deviennent extraordinaires, il faut y ajouter un petit "je ne sais quoi" (je ne suis pas auteure juste lectrice). Ce type de romans fleurit, ni mauvais, ni bons mais auxquels il manque juste cet indispensable petit truc.
  • coquinnette1974 Posté le 12 Mai 2019
    Je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Robert Laffont pour l'envoi, dans le cadre d'une masse critique privilégiée, du roman À ceux qui se croisent de Pauline Maurenc. Lucy, 50 ans, a perdu l'usage de sa voix en découvrant que son mari, Laurent, menait une double vie depuis dix ans. Elle quitte sur un coup de tête Nice, sa famille, la librairie où elle travaille et part pour New York. Elle va devenir amie avec Paul Patterson, un scénographe rencontré en France quelques semaines plus tôt. Petit à petit, Lucy retrouve sa voix tandis que sa relation avec Paul, d'abord hésitante, devient passionnelle. Paul met toutefois une condition à la poursuite de leur histoire : qu'elle reprenne sa vie en main, sa liberté et son indépendance.... Mais Lucy doit rentrer d'urgence à Nice, et Paul, partir à Sydney pour son travail. Comment les choses vont t'elles évoluées pour eux ?? À ceux qui se croisent est un roman dont j'ai démarré la lecture sur les chapeaux de roue. J'ai profité du premier mai pour le lire aux trois quarts, j'ai aimé découvrir Lucy, une femme qui perd soudainement sa voix. Je l'ai parfois trouvé touchante même si je dois avouer avoir... Je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Robert Laffont pour l'envoi, dans le cadre d'une masse critique privilégiée, du roman À ceux qui se croisent de Pauline Maurenc. Lucy, 50 ans, a perdu l'usage de sa voix en découvrant que son mari, Laurent, menait une double vie depuis dix ans. Elle quitte sur un coup de tête Nice, sa famille, la librairie où elle travaille et part pour New York. Elle va devenir amie avec Paul Patterson, un scénographe rencontré en France quelques semaines plus tôt. Petit à petit, Lucy retrouve sa voix tandis que sa relation avec Paul, d'abord hésitante, devient passionnelle. Paul met toutefois une condition à la poursuite de leur histoire : qu'elle reprenne sa vie en main, sa liberté et son indépendance.... Mais Lucy doit rentrer d'urgence à Nice, et Paul, partir à Sydney pour son travail. Comment les choses vont t'elles évoluées pour eux ?? À ceux qui se croisent est un roman dont j'ai démarré la lecture sur les chapeaux de roue. J'ai profité du premier mai pour le lire aux trois quarts, j'ai aimé découvrir Lucy, une femme qui perd soudainement sa voix. Je l'ai parfois trouvé touchante même si je dois avouer avoir parfois eu du mal à m'attacher à elle. Paul est un personnage intéressant même s'il m'a lui aussi parfois laissé indifférente. Ils sont sympathiques tous les deux, mais il y a des longueurs dans ce roman. Il ne se passe pas énormément de choses, tout va lentement. Après avoir lu le roman aux trois quarts, je me suis couchée, j'ai repris le travail et... j'ai peu à peu oublié de reprendre ma lecture ! Cela m'arrive rarement mais je dois avouer ne pas avoir vraiment eu envie de reprendre ma lecture pour savoir comment aller évoluer la relation entre Lucy et Paul. Ce roman est un peu trop lent pour moi, cela m'a un peu découragé. Je me suis enfin forcé à le terminer cette après-midi, d'une traite. Et... mon avis est très mitigé ! J'ai bien aimé les personnages, mais sans plus. Je ne suis pas sure de garder un grand souvenir d'eux. L'histoire est assez classique même si j'ai trouvé original de mettre en avant une femme qui vient de perdre sa voix. Mais en fait, à un moment je me suis dit que ça ressemblait à un roman de Danielle Steel... en moins bon. L'écriture est parfois jolie, mais j'ai un peu l'impression d'être passé à coté de ma lecture. Mon avis est très mitigé car par moment j'ai apprécié ma lecture, alors que parfois je me suis ennuyée. Je dirais, à vous de le lire pour vous faire votre propre idée car les avis sont vraiment très partagés sur A ceux qui se croisent. Ma note : trois étoiles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Faura Posté le 9 Mai 2019
    Je remercie les éditions Robert Laffont et Babelio de m’avoir adressé ce livre dans le cadre d’une masse critique privilégiée. #8233;Tout au long de la lecture, je me suis demandée quel serait mon avis définitif. L’intrigue portée en quatrième de couverture me plaisait, avec cette femme, Lucy, qui perd sa voix et décide de tout laisser derrière elle quand elle apprend que son mari Laurent lui a menti depuis toujours. Les cassures, les façons de se relever, les fêlures qu’on porte en soi souvent sans le savoir sont des sujets qui m’intéressent. #8233;La première partie, la mise en place, se situe à Nice et aux alentours : Lucy y a une vie bien rangée dont elle va s’extraire presque sur un coup de tête. On y découvre la vie bourgeoise, les faux-semblants, les bien-pensants. C’est là aussi que Lucy va rencontrer Paul, pour la première fois, complètement par hasard.#8233; Lucy vient d’apprendre la trahison de son époux, elle est déboussolée mais ne se laisse pas pour autant atteindre par ce Paul toujours entre deux avions et qui lui confie sa carte de visite. Ils partagent à ce moment des visites dans l’arrière-pays niçois et quelques furtives confidences.#8233; La deuxième partie, c’est New-York. Autant Nice... Je remercie les éditions Robert Laffont et Babelio de m’avoir adressé ce livre dans le cadre d’une masse critique privilégiée. #8233;Tout au long de la lecture, je me suis demandée quel serait mon avis définitif. L’intrigue portée en quatrième de couverture me plaisait, avec cette femme, Lucy, qui perd sa voix et décide de tout laisser derrière elle quand elle apprend que son mari Laurent lui a menti depuis toujours. Les cassures, les façons de se relever, les fêlures qu’on porte en soi souvent sans le savoir sont des sujets qui m’intéressent. #8233;La première partie, la mise en place, se situe à Nice et aux alentours : Lucy y a une vie bien rangée dont elle va s’extraire presque sur un coup de tête. On y découvre la vie bourgeoise, les faux-semblants, les bien-pensants. C’est là aussi que Lucy va rencontrer Paul, pour la première fois, complètement par hasard.#8233; Lucy vient d’apprendre la trahison de son époux, elle est déboussolée mais ne se laisse pas pour autant atteindre par ce Paul toujours entre deux avions et qui lui confie sa carte de visite. Ils partagent à ce moment des visites dans l’arrière-pays niçois et quelques furtives confidences.#8233; La deuxième partie, c’est New-York. Autant Nice était lumineux, autant il en ressort une impression de froid et de grisaille. Peut-être parce que Lucy s’est enfuie après avoir perdu sa voix, que son corps a trahi ce que son esprit lui refusait. Lucy est confuse, elle essaye de se faire une place dans la ville grouillante, il y a une sensation de lenteur qui s’installe dans cette période presque d’hibernation, d’introspection. Et Lucy fait appel à Paul qui la retrouve et l’accueille dans sa maison. Commence alors une valse-hésitation des sentiments : ces deux-là se cherchent, ils savent qu’ils se trouveront, oui mais pour combien de temps? Car Paul refuse que Lucy s’attache à lui par défaut, pour combler en quelque sorte le vide de sa vie. Alors qu’ils commencent néanmoins à former quelques projets communs, Lucy est appelée en urgence à Nice où son père est malade, et Paul doit se rendre en Australie.#8233; La troisième et dernière partie est celle des décisions. Mais au prix de nombreuses larmes, de projets avortés et de tri entre rêves et réalité. C’est le moment de la prise de conscience de Lucy, de sa transformation pour envisager de mener sa vie comme elle le souhaite vraiment.#8233; Mon avis est mitigé. La lenteur semble caractériser l’ouvrage, ce qui m’a gênée à plusieurs reprises et qui m’a fait le lâcher pour en lire d’autres en parallèle. Cette femme qui s’est laissée vivre et porter pendant longtemps mais qui doit désormais faire face et prendre des décisions, presque à son corps défendant, ne m’a pas vraiment touchée. J’ai trouvé le personnage de Paul très dur par moments, même si l’on comprend que les blessures de son passé et une envie de ne pas être « accroché » à l’autre façonnent son raisonnement.#8233; Pour autant, l’écriture, les échanges épistolaires particulièrement, certains passages, certaines expressions m’ont plu. Dont évidemment celle qui fonde le titre, le toast porté « A ceux qui se croisent... et qui ont le courage de s’arrêter ». #8233;Et en se penchant sur la totalité du livre, il en ressort que ce sont en effet les rencontres qui peuvent modifier le cours d’une existence : des gens croisés, des personnes qui au détour d’une conversation vont permettre d’éclaircir une situation complexe. Mais on enfonce un peu des portes ouvertes, me semble-t-il. #8233;Il s’agit plus précisément d’une réflexion sur le désir, l’amour et leurs manifestations, la possession, les incompatibilités de vie et notamment celle de la vie commune. Ce choix de construire un amour sur deux existences qui se doivent d’être complètes et indépendantes pour qu’il puisse s’épanouir pleinement.#8233; Et une découverte de la poésie de Leonard Cohen, que je ne connaissais pas... lirelanuitoupas.wordpress.com
    Lire la suite
    En lire moins
  • prune42 Posté le 5 Mai 2019
    Lucy Passerin, 50 ans, mène dans le Sud de la France une vie apparemment tranquille. Elle apprend brutalement que Laurent, son mari, a une double vie depuis des années. Sous le choc, Lucy devient aphone. Elle rencontre par hasard un scénographe américain, Paul Patterson, et noue une amitié avec lui. Sur un coup de tête, Lucy part aux Etats-Unis où elle va faire des expériences et des rencontres étonnantes. Elle y retrouve Paul et tous deux tombent passionnément amoureux. Mais Lucy doit retourner en France pour raison familiale et sa relation avec Paul devient compliquée en raison de la distance et le fait que Paul tient à son indépendance. Lucy saura-t-elle devenir la femme qu'elle est vraiment ? Tout d'abord, je remercie la maison d'éditions Robert Laffont et Babelio de m'avoir offert la possibilité de découvrir ce roman en avant-première grâce à Masse Critique. Contrairement à certaines critiques de lecteurs, j'ai trouvé cette lecture agréable et me suis laissée prendre au jeu, même si parfois, j'ai trouvé le roman un peu long. Je ne me suis pas ennuyée avec ce livre qui rebondit sans cesse et qui est émaillé de personnages hauts en couleur et originaux, j'ai parfois ri aussi. J'ai... Lucy Passerin, 50 ans, mène dans le Sud de la France une vie apparemment tranquille. Elle apprend brutalement que Laurent, son mari, a une double vie depuis des années. Sous le choc, Lucy devient aphone. Elle rencontre par hasard un scénographe américain, Paul Patterson, et noue une amitié avec lui. Sur un coup de tête, Lucy part aux Etats-Unis où elle va faire des expériences et des rencontres étonnantes. Elle y retrouve Paul et tous deux tombent passionnément amoureux. Mais Lucy doit retourner en France pour raison familiale et sa relation avec Paul devient compliquée en raison de la distance et le fait que Paul tient à son indépendance. Lucy saura-t-elle devenir la femme qu'elle est vraiment ? Tout d'abord, je remercie la maison d'éditions Robert Laffont et Babelio de m'avoir offert la possibilité de découvrir ce roman en avant-première grâce à Masse Critique. Contrairement à certaines critiques de lecteurs, j'ai trouvé cette lecture agréable et me suis laissée prendre au jeu, même si parfois, j'ai trouvé le roman un peu long. Je ne me suis pas ennuyée avec ce livre qui rebondit sans cesse et qui est émaillé de personnages hauts en couleur et originaux, j'ai parfois ri aussi. J'ai éprouvé beaucoup de sympathie pour Lucy, le personnage principal féminin, qui est attendrissante avec ses doutes et ses remises en question. Vers la fin du roman, j'ai tremblé plusieurs fois pour Lucy et Paul car je m'étais attachée à leur relation amoureuse. Ce n'est pas une histoire d'amour traditionnelle avec des personnages jeunes, beaux et riches mais le charme opère malgré nous sur nous. J'ai beaucoup apprécié aussi le style de P. Maurenc, notamment quand l'action se passe dans le Sud de la France. Elle a su rendre avec réussite le langage des habitants de ce petit village méridional en employant des mots typiques. Cela donne beaucoup de charme au roman car on se croirait projeté dans le livre.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.