Lisez! icon: Search engine
Héloïse d'Ormesson
EAN : 9782350872155
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 347
Format : 142 x 207 mm

A l'encre russe

RAYMOND CLARINARD (Traducteur)
Date de parution : 21/03/2013

L’œuvre de sa vie

2006. Nicolas Duhamel souhaite renouveler son passeport. La démarche va se révéler aussi éprouvante que périlleuse. Ses parents étant nés à l’étranger, il doit prouver qu’il est bel et bien français. En prime, une stupéfiante découverte l’attend : son père n’est pas le fils de Lionel Duhamel, mais se nomme...

2006. Nicolas Duhamel souhaite renouveler son passeport. La démarche va se révéler aussi éprouvante que périlleuse. Ses parents étant nés à l’étranger, il doit prouver qu’il est bel et bien français. En prime, une stupéfiante découverte l’attend : son père n’est pas le fils de Lionel Duhamel, mais se nomme en fait Koltchine. Depuis vingt-quatre ans, Nicolas vit dans le mensonge. Pourquoi avoir savamment entretenu le secret ? Son père, surfeur hors pair, disparu au large de Guéthary quand il était encore enfant, n’est plus là pour lui répondre. Que savait-il d’ailleurs, ce père intrépide, des circonstances de sa naissance ? Quoi qu’il en soit, celles de sa mort en mer restent auréolées de mystère. Profondément secoué par ces révélations, qui ravivent la douleur de la perte, Nicolas se lance sur la piste de ses origines jusqu’à Saint-Pétersbourg. Contre toute attente, de cette enquête personnelle découlera un roman, publié sous le pseudo de Kolt, qui rencontrera un succès phénoménal et propulsera son auteur en tête des meilleures ventes.
2011. Un brin plus arrogant, un poil plus égoïste après trois ans sous les projecteurs, de Hollywood à Singapour, Nicolas Kolt a choisi de fêter l’anniversaire de sa fiancée au Gallo Nero, villégiature de rêve sur la côte toscane. Il espère y trouver l’inspiration pour son second roman, tant attendu (par ses parents, amis, lecteurs, éditeurs). Pendant trois jours où il croyait trouver luxe, calme et volupté, dans ce paradis pour happy few, Nicolas verra s’accumuler orages et périls, défiler sa vie et se jouer son avenir.

Clients inénarrables (du couple ostentatoire à la famille glamour), coulisses de l’édition (enchères et transferts), foire aux vanités (duel sur Facebook et Instagram du succès), jeux de séduction (professionnelle autant que sexuelle), Tatiana de Rosnay jongle avec les registres et les intrigues pour nous offrir le plus affriolants des romans à tiroirs. Réflexion sur l’identité mais aussi sur l’écriture, À l’encre russe démontre la puissance et la virtuosité de la romancière. Son spectaculaire roman gigogne marque le sacre de la reine du secret.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350872155
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 347
Format : 142 x 207 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sicily Posté le 29 Septembre 2020
    Ce n'est que le deuxième livre de Tatiana de Rosnay que je lis, après Manderley forever. J'ai tout de suite accroché à l'écriture de l'auteure. J'aime la description des personnages, le suspense et l'enchaînement de l'intrigue. Un décor paradisiaque, des personnages plus ou moins détestables, on est happé par l'histoire jusqu'au bout.
  • fabienne1809 Posté le 2 Août 2020
    J'ai reçu ce livre en cadeau à l'achat de deux livres de poche. Mon choix s'est porté sur ce livre parce que j'aime généralement cette auteure. J'ai dû ronger mon frein tant le personnage principal m'agaçait par sa vacuité et sa vanité... J'ai également longtemps attendu l'arrivée, lors du week-end toscan du personnage principal, de ce moment où sa vie va basculer, dont il est question sur la 4ème de couverture. Pour moi, c'est quasiment à la fin du roman que tout bascule ! Il y a de très jolies choses néanmoins dans ce roman, où le personnage principal découvre les secrets de sa famille. J'ai dû passer le cap de la page 180 environ pour avoir envie de continuer ma lecture. Pour moi, il n'était pas requis de nous balader pendant 372 pages. Un peu plus de la moitié aurait suffi.
  • madamelafee Posté le 30 Mai 2020
    L’enfance de Nicolas Kolt l’a mené à écrire, puis il s’est intéressé aux origines russes de son père d’où son voyage à St Pétersbourg, à partir de là il réinvente et reconstruit une histoire romanesque plus vraie que nature. Tout son travail de romancier a été de donner une logique à ces événements reçus du passé ce qui a sollicité en lui un imaginaire plus riche encore que la réalité. Nicolas a construit avec les briques de son passé une autofiction « l’enveloppe » et ce premier roman fut un succès planétaire. Son éditrice qui a cru et qui croit toujours en lui attend un second roman mais Nicolas peine à trouver une autre source d’inspiration. Il préfère profiter de son succès et de la vie dans un hôtel de luxe sur une île paradisiaque au large de la Toscane en compagnie de la belle Malvina que de travailler d’arrache-pied à son nouveau roman peut-être pour substituer la fiction de l’écrit à la réalité de sa vie ou bien l’inverse on ne sait pas trop avec les auteurs à succès. Toujours est-il et on l’espère que cette escapade amoureuse fera naître en lui une idée géniale pour l’écriture de... L’enfance de Nicolas Kolt l’a mené à écrire, puis il s’est intéressé aux origines russes de son père d’où son voyage à St Pétersbourg, à partir de là il réinvente et reconstruit une histoire romanesque plus vraie que nature. Tout son travail de romancier a été de donner une logique à ces événements reçus du passé ce qui a sollicité en lui un imaginaire plus riche encore que la réalité. Nicolas a construit avec les briques de son passé une autofiction « l’enveloppe » et ce premier roman fut un succès planétaire. Son éditrice qui a cru et qui croit toujours en lui attend un second roman mais Nicolas peine à trouver une autre source d’inspiration. Il préfère profiter de son succès et de la vie dans un hôtel de luxe sur une île paradisiaque au large de la Toscane en compagnie de la belle Malvina que de travailler d’arrache-pied à son nouveau roman peut-être pour substituer la fiction de l’écrit à la réalité de sa vie ou bien l’inverse on ne sait pas trop avec les auteurs à succès. Toujours est-il et on l’espère que cette escapade amoureuse fera naître en lui une idée géniale pour l’écriture de son nouveau récit. En attendant il aime être flatté, il aime être convoité par les éditeurs, il aime séduire et être séduit, il suit les critiques heure par heure, minute par minute sur les réseaux sociaux, il se perd sur facebook et twitter, il est seul, il n’arrive plus à écrire, tout n’est que joie éphémère. Il faut se méfier de cette couverture teintée de bleu lagon car c’est un roman âpre et d’une vigueur corrosive. Tatiana de Rosnay nous dévoile la férocité du monde de l’édition, désintègre les vaniteux et les désabusés et dévoile les enfers intimes des auteurs. On feint l’aménité, on se chouchoute, on s’adore et on s’abomine.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Metisse17 Posté le 13 Avril 2020
    Surprise Je suis assez surprise et septique vis à vis de ce livre… Le début est plutôt décevant, je trouve que le livre commence à nous « tenir » dans les 100 dernières pages. En revanche, il est surprenant car tout au long de la lecture, on se demande si Nicolas KOLT existe réellement… Après ma lecture j’ai fait quelques recherches. En effet, dans le roman l’auteur est accro aux réseaux sociaux tel que Facebook, l’histoire se déroule sur fond d’évènements réels tel que l’affaire DSK ou le naufrage d’un paquebot de croisière au large des côtes italiennes… J’ai ainsi trouvé le profil Instagram du personnage mais, il s’agit d’un faux profil, Nicolas KOLT n’existe pas. En revanche, la vie de ce personnage est légèrement inspirée de celle de Tatiana De ROSNAY. En effet, Nicolas KOLT a des origines russes et il écrit son premier roman, en s’inspirant de sa vie, suite à une série de problèmes survenue au moment de refaire sa carte d’identité tout comme l’auteure. Et oui, au moment de refaire sa carte d’identité, Tatiana De ROSNAY a du prouver sa nationalité française à cause de ses origines russes. Et tout comme son personnage, elle a connu un grand succès... Surprise Je suis assez surprise et septique vis à vis de ce livre… Le début est plutôt décevant, je trouve que le livre commence à nous « tenir » dans les 100 dernières pages. En revanche, il est surprenant car tout au long de la lecture, on se demande si Nicolas KOLT existe réellement… Après ma lecture j’ai fait quelques recherches. En effet, dans le roman l’auteur est accro aux réseaux sociaux tel que Facebook, l’histoire se déroule sur fond d’évènements réels tel que l’affaire DSK ou le naufrage d’un paquebot de croisière au large des côtes italiennes… J’ai ainsi trouvé le profil Instagram du personnage mais, il s’agit d’un faux profil, Nicolas KOLT n’existe pas. En revanche, la vie de ce personnage est légèrement inspirée de celle de Tatiana De ROSNAY. En effet, Nicolas KOLT a des origines russes et il écrit son premier roman, en s’inspirant de sa vie, suite à une série de problèmes survenue au moment de refaire sa carte d’identité tout comme l’auteure. Et oui, au moment de refaire sa carte d’identité, Tatiana De ROSNAY a du prouver sa nationalité française à cause de ses origines russes. Et tout comme son personnage, elle a connu un grand succès littéraire grâce à un de ses romans (Elle s’appelait Sarah). Le roman en lui même est très différent de ce que je connaissais de Tatiana De ROSNAY (à savoir Elle s’appelait Sarah) mais, une fois qu’on a commencé à le lire, on veut quand même savoir comment ça se termine.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BruC Posté le 15 Mars 2020
    Après deux romans historiques (Elle s’appelait Sarah et Rose), Tatiana de Rosnay surprenait, pour ne pas dire qu’elle prenait à contre-pied, ses lecteurs avec cette histoire d’anti-héros et d’écrivain à succès contraint de respecter ses engagements littéraires dans un palace italien. Nicolas Duhamel, ou Nicolas Kolt pour le grand public, a signé l’Enveloppe, un best-seller français international devenu une adaptation cinéma réussie avec Robin Wright. Du jour au lendemain, ce jeune homme qui peinait à joindre les deux bouts et était obligé de vivre chez sa mère, devient une star de l’édition. Tout lui réussit, malgré une séparation difficile avec Delphine, la femme qui a connu son virage vers le succès. Un succès qui a son revers, car Nicolas s’est transformé en un sale gosse capricieux qui décide de traîner sa nouvelle petite amie Malvina au Gallo Negro, un hôtel réservé à la jet-set. Quatre ans après la parution de son roman à succès, le lieu retiré du monde et loin des sollicitations semble être l’endroit idéal pour se remettre à écrire. En vain. Loin de se projeter vers son futur livre, ardemment réclamé par son éditrice, Nicolas est sous l’eau. Il ressasse son premier livre, L’Enveloppe. Ce roman lui revient... Après deux romans historiques (Elle s’appelait Sarah et Rose), Tatiana de Rosnay surprenait, pour ne pas dire qu’elle prenait à contre-pied, ses lecteurs avec cette histoire d’anti-héros et d’écrivain à succès contraint de respecter ses engagements littéraires dans un palace italien. Nicolas Duhamel, ou Nicolas Kolt pour le grand public, a signé l’Enveloppe, un best-seller français international devenu une adaptation cinéma réussie avec Robin Wright. Du jour au lendemain, ce jeune homme qui peinait à joindre les deux bouts et était obligé de vivre chez sa mère, devient une star de l’édition. Tout lui réussit, malgré une séparation difficile avec Delphine, la femme qui a connu son virage vers le succès. Un succès qui a son revers, car Nicolas s’est transformé en un sale gosse capricieux qui décide de traîner sa nouvelle petite amie Malvina au Gallo Negro, un hôtel réservé à la jet-set. Quatre ans après la parution de son roman à succès, le lieu retiré du monde et loin des sollicitations semble être l’endroit idéal pour se remettre à écrire. En vain. Loin de se projeter vers son futur livre, ardemment réclamé par son éditrice, Nicolas est sous l’eau. Il ressasse son premier livre, L’Enveloppe. Ce roman lui revient comme un boomerang dans ce palace italien où se jouera l’une des plus grandes étapes de son existence. Contrairement à ce que pourrait laisser entendre le pitch d’À l’Encre russe, Tatiana de Rosnay met au second plan le sujet assez classique des affres de la création littéraire. Ce qui l’intéresse, comme souvent, est la construction de soi à travers les liens de sang et les secrets de famille. Ici, ces secrets sont dévoilés par petites touches, au fur et à mesure que Nicolas revient sur l’héroïne de son livre, Margaux Dansor, en réalité son double féminin. Un double comme Nicolas pourrait d’ailleurs l’être pour Tatiana de Rosnay. À l’Encre russe est de ce point de vue l’un des livres les plus personnels de l’auteure de Manderley for Ever : les racines russes, la mort en mer du père de Nicolas en 1993 qui renvoie à la disparition en mer du véliplanchiste surfeur Arnaud de Rosnay, la rencontre épéhmère avec une vieille dame russe naufragée et bien entendu le succès littéraire qui n’est pas le plus mince des traits communs entre Tatiana de Rosnay et Nicolas Duhamel. Sans oublier le prénom même de son personnage principal, qui n’est pas sans renvoyer à Nicolas Jolly, le mari de l’auteure. Un terme n’est pas utilisé tout le long des 350 pages de ce quasi huis-clos au bord de la Méditerranée : celui de "dépression". Sans doute est là l’une des clés de ce roman sombre et grinçant de Tatiana de Rosnay qui, après ses héroïnes (Sarah, Rose, Colombe ou Margaux), choisit de suivre un homme devenu suffisant, insupportable et pathétique après le succès de son premier livre. Nicolas Duhamel, dont l’explication du pseudonyme – Kolt – sera le fil conducteur d’À l’Encre russe, se débat, tel un poisson rouge dans un bocal, au milieu d’une galerie de personnages secondaires croqués avec soin par Tatiana de Rosnay. Elle ne se prive pas, au passage, d’égratigner le milieu de l’édition, avec notamment la charismatique et ténébreuse Dagmar Hunoldt. De vraies interrogations en fausses pistes, en passant par des coups de colère homériques, Nicolas Duhamel/Kolt, cet inoubliable salaud, se verra transfiguré dans les dernières pages en un de ces héros ordinaires, à la faveur d’un coup de théâtre incroyable.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.