Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262018436
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 204
Format : 140 x 225 mm

Agnès Sorel

La première favorite

Collection : Biographies
Date de parution : 01/09/2005

La très belle Agnès Sorel, première favorite officielle de l'histoire de France, est morte empoisonnée. C'est la troublante découverte effectuée en avril 2005 par une équipe de chercheurs.

En 1443, à Toulouse, Charles VII remarque une jeune femme de vingt et un ans, à la beauté éclatante, et malgré le scandale général en fait sa favorite officielle. D'un naturel gai et enjoué, d'une bonté et d'une générosité reconnues par tous, même par ses ennemis, Agnès distrait le roi,...

En 1443, à Toulouse, Charles VII remarque une jeune femme de vingt et un ans, à la beauté éclatante, et malgré le scandale général en fait sa favorite officielle. D'un naturel gai et enjoué, d'une bonté et d'une générosité reconnues par tous, même par ses ennemis, Agnès distrait le roi, son aîné de dix-huit ans. Fine politique, elle exerce son influence en aidant à l'ascension de certains personnages essentiels, comme Jacques Cœur. Patriote, elle jouera un rôle décisif dans la victoire de Charles VII sur les Anglais. Sa mort brutale, à vingt-huit ans, a toujours intrigué chroniqueurs et historiens.
Grâce aux recherches scientifiques menées par le CHRU de Lille lors de l'exhumation de ses restes à Loches en 2004, on le sait maintenant : Agnès a été empoisonnée au mercure. Accident ? Crime ? Comblée par les faveurs du roi à qui elle a donné quatre enfants, elle avait beaucoup d'ennemis. Des rumeurs ont même accusé le dauphin, futur Louis XI, qui la haïssait pour l'emprise qu'elle avait sur son père.
Ainsi la « Dame de beauté » n'aura-t-elle jamais cessé d'être un personnage énigmatique dont le rayonnement nous trouble encore.

Françoise Kermina a publié chez Perrin : Jeanne d'Albret, la mère passionnée d'Henri IV (1998), Jeanne de Chantal (2000), Les Montmorency, grandeur et déclin (2002).

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262018436
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 204
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sarindar Posté le 12 Octobre 2020
    On a beaucoup répandu l'idée qu'Agnès Sorel qui avait environ 21 ans lorsque le roi Charles VII posa son regard sur elle en 1443 eut sur ce roi le pouvoir de le transfigurer. Si ce fut le cas, son influence s'exerça sur un laps de temps assez court, car elle mourut dès 1450,sans doute empoisonnée au mercure, comme cela semble maintenant être définitivement prouvé. Encore que cette mort brutale ne fut peut-être pas le résultat d'une action criminelle mais plutôt celui d'une utilisation à très haute dose dans la mesure où Agnès s'en servait elle-même apparemment pour traiter son ascaridiose. Mais l'on a vite fait d'imaginer derrière cette mort une main criminelle et la liste est longue de ceux qui auraient pu vouloir précipiter la mort de la Dame de Beauté, ainsi appelée parce qu'on l'avait mise en possession de ce château qui avait été une des demeures prisées par Charles V, grand-père de Charles VII. On cite souvent le nom de Jacques Cœur, qui avait l'argentier de Charles VII et un protégé d'Agnès et dont l'étoile devait pâlir moins d'un an après la mort de la jeune femme et l'on dit parfois que sa déchéance et sa chute rapides ne... On a beaucoup répandu l'idée qu'Agnès Sorel qui avait environ 21 ans lorsque le roi Charles VII posa son regard sur elle en 1443 eut sur ce roi le pouvoir de le transfigurer. Si ce fut le cas, son influence s'exerça sur un laps de temps assez court, car elle mourut dès 1450,sans doute empoisonnée au mercure, comme cela semble maintenant être définitivement prouvé. Encore que cette mort brutale ne fut peut-être pas le résultat d'une action criminelle mais plutôt celui d'une utilisation à très haute dose dans la mesure où Agnès s'en servait elle-même apparemment pour traiter son ascaridiose. Mais l'on a vite fait d'imaginer derrière cette mort une main criminelle et la liste est longue de ceux qui auraient pu vouloir précipiter la mort de la Dame de Beauté, ainsi appelée parce qu'on l'avait mise en possession de ce château qui avait été une des demeures prisées par Charles V, grand-père de Charles VII. On cite souvent le nom de Jacques Cœur, qui avait l'argentier de Charles VII et un protégé d'Agnès et dont l'étoile devait pâlir moins d'un an après la mort de la jeune femme et l'on dit parfois que sa déchéance et sa chute rapides ne seraient que la conséquence de certains soupçons du roi. L'envie et la jalousie devaient plutôt avoir joué un rôle dans l'histoire, mais les deux choses ne s'excluent peut-être pas. On ne sait s'il a réellement quelque chose à voir avec la mort étrange d'Agnès Sorel, laquelle ne soutenait pas moins que Yolande d'Aragon, duchesse d'Anjou et belle-mère de Charles VII, les projets de reconquête de ce dernier face à l'envahisseur anglais. Il ne faudrait cependant pas voir des complots partout, mais c'est un fait que le futur Louis XI qui ne supportait pas que Charles trompât son épouse, Marie d'Anjou, fille de Yolande, avec Agnès Sorel, détestait la jeune femme issue de l'entourage de l'épouse du Bon Roi René. Marie était en effet la mère de Louis et c'est vrai que ce dernier avait beaucoup de comptes à régler avec son père. De là à voir en lui le commanditaire d'un meurtre par empoisonnement, il y a un pas que nous nous garderons de trop vite franchir. Dernière personne sur qui planait un doute, la cousine germaine d'Agnès, Antoinette de Maignelais, tombait assez vite dans les bras du roi, quelques mois à peine après la mort de la favorite de Charles VII. Quelle douleur éprouva ce dernier à cette occasion ? Il faudrait creuser la question à la suite de Georges Minois et de Philippe Contamine, grands biographes du cinquième souverain de la dynastie des Valois. Françoise Kermina a tenté une synthèse équilibrée avec les données nouvelles dont elle disposait au moment d'ëcrire ce livre, agréable à lire. François Sarindar, auteur de : Jeanne d'Arc, une mission inachevée (2015) et Charles V le Sage, Dauphin, duc et régent (2019)
    Lire la suite
    En lire moins
  • boubou35730 Posté le 8 Avril 2016
    Un livre très bien documenté sur la vie d'Agnès Sorel.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…