Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265116962
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 560
Format : 140 x 210 mm

Aliss

Collection : Fleuve noir
Date de parution : 11/05/2017
Alice a dix-huit ans. Curieuse, intelligente et fonceuse, elle décide un jour de quitter sa province pour s'installer à Montréal. La métropole. La ville de tous les possibles.
À son arrivée, suite à une rencontre inattendue, Alice débarque dans un quartier peuplé d'excentriques. Comme Charles, mathématicien dandy et tourmenté ; Verrue, fumeur...
Alice a dix-huit ans. Curieuse, intelligente et fonceuse, elle décide un jour de quitter sa province pour s'installer à Montréal. La métropole. La ville de tous les possibles.
À son arrivée, suite à une rencontre inattendue, Alice débarque dans un quartier peuplé d'excentriques. Comme Charles, mathématicien dandy et tourmenté ; Verrue, fumeur de joints et amateur de chansons populaires ; Andromaque, poétesse et tenancière d'un club de strip-tease un peu « spécial » ; ou les inquiétants Bone et Chair, fascinés par la torture.
Alice mord la vie à pleines dents, prête à tout pour entrer dans le mystérieux Palais, où les hôtes privilégiés de la Reine Rouge se réunissent pour laisser libre cours à leurs fantasmes les plus extravagants, ou les plus cruels...
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265116962
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 560
Format : 140 x 210 mm

Ils en parlent

« variation néo-sadienne sur l’initiation d’une jeune fille… [L’] univers déviant [de Patrick Senécal], mêlant érotisme et horreur, montre sans complexe l’autre côté du miroir. Le plus attirant, le plus terrifiant… » L’Express

« Alice au pays des merveilles revisité en mode fou, en mode génial, en mode québécois ! Jubilatoire, ce livre choc va vous faire passer de l'autre côté du miroir... pour de vrai ! » Caroline Vallat, libraire FNAC Rosny 2

« Un roman sanglant à l'érotisme débridé, à ne pas mettre entre n'importe quelles mains. » La Presse – Montréal

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AdeleBrisson Posté le 20 Octobre 2020
    Ayant lu presque l'intégralité de l'oeuvre de Senécal, je dois dire qu'Aliss est dans ses moins bons. Beaucoup trop de sexe et de drogue, à un moment on devient aussi indifférent qu'Aliss face à tout ça. De plus, contrairement à d'autres romans de Senécal, j'ai trouvé que beaucoup d'éléments sont laissés en suspend. Par exemple *attention aux spoilers*, au début du roman, Aliss refuse catégoriquement de coucher avec quiconque n'ayant pas mis de condom, et tout d'un coup, elle cède avec Mario et finalement couche avec toute la population du quartier sans protection et on ne parle plus jamais de maladies transmissibles sexuellement? Ou même de grossesse? Autre exemple, les foutus cadavres empaillés de la Reine Rouge. Ce personnage m'a beaucoup déçue, elle est peu approfondie, ou alors on a l'impression qu'elle sera approfondie mais ne l'est pas. Pourquoi ces «musées» dans l'immeuble à logement? On sait qu'elle les fait en mémoire de son père, mais en quel honneur? C'est quoi cette «maison de l'horreur» à laquelle on fait référence dans les coupures de journaux et qui semble si importante mais qui n'est jamais expliquée? Il m'a semblé que l'auteur a eu des idées d'intrigue pour garder le lecteur accroché... Ayant lu presque l'intégralité de l'oeuvre de Senécal, je dois dire qu'Aliss est dans ses moins bons. Beaucoup trop de sexe et de drogue, à un moment on devient aussi indifférent qu'Aliss face à tout ça. De plus, contrairement à d'autres romans de Senécal, j'ai trouvé que beaucoup d'éléments sont laissés en suspend. Par exemple *attention aux spoilers*, au début du roman, Aliss refuse catégoriquement de coucher avec quiconque n'ayant pas mis de condom, et tout d'un coup, elle cède avec Mario et finalement couche avec toute la population du quartier sans protection et on ne parle plus jamais de maladies transmissibles sexuellement? Ou même de grossesse? Autre exemple, les foutus cadavres empaillés de la Reine Rouge. Ce personnage m'a beaucoup déçue, elle est peu approfondie, ou alors on a l'impression qu'elle sera approfondie mais ne l'est pas. Pourquoi ces «musées» dans l'immeuble à logement? On sait qu'elle les fait en mémoire de son père, mais en quel honneur? C'est quoi cette «maison de l'horreur» à laquelle on fait référence dans les coupures de journaux et qui semble si importante mais qui n'est jamais expliquée? Il m'a semblé que l'auteur a eu des idées d'intrigue pour garder le lecteur accroché au livre en cours d'écriture, mais que ces idées n'ont jamais abouti. Somme toute, je dirais que ce livre m'a plu, c'était divertissant et loin de me laisser indifférente, mais il y a des lacunes au niveau de l'histoire et des personnages. La plupart des personnages sont peu exploités et la simplicité voire même le ridicule de la quête d'Aliss ne m'a pas impressionnée. Même que par moment ça m'a fâchée, rentre chez toi la petite. Bref, une lecture accrochante que je ne regrette pas mais qui n'est pas à la hauteur de Hell.com ou Le Vide.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jalawy Posté le 21 Septembre 2020
    Un livre étrange et perturbant qui me laisse un sentiment bizarre... Je ne sais pas si j'ai aimé ou pas. C'est gore, extrêmement malsain, la pornographie y est présente tout au long de l'histoire, et en même temps j'avais hâte de connaître la suite. Un livre à ne certainement pas laisser entre toutes les mains...
  • FloCl Posté le 10 Juillet 2020
    J'avais déjà eu l'occasion de lire un livre de Patrick Sénécal, Les 7 Jours du Talion. Très bon roman, perturbant, mais très bon. C'est donc avec plaisir que je me suis lancé dans Aliss, attiré par cette réutilisation du conte de Lewis Carroll. Ce roman est très très perturbant. Patrick Sénécal sait bien les écrire, les romans perturbants. C'est une étrange aventure que j'ai mené aux côté d'Alice, alias Aliss. Souvent je me suis senti très mal à l'aise, souvent j'ai sourcillé, souvent j'ai retenu mon souffle face à cette bizarrerie, à ce trip sous acide. Je ne saurais dire si le livre m'a plu, c'est assez ambivalent. La froideur et la brutalité qui le caractérisent ont fait que je l'ai à la fois beaucoup apprécié, et à la fois, détesté. Je l'ai dévoré en quelques jours seulement, plongé dans le quotidien d'Aliss. Dès que je le refermais, je ressentais une étrange sensation de malaise, de crasse car ce livre et son univers sont très crasseux. J'ai atterri dans un quartier Montréalais surréaliste qui ne correspond à aucune de mes valeurs, décomplexé et déconnecté de ma réalité. Dans ce roman, le grotesque est roi, les situations sont abracadabrantesques. Je... J'avais déjà eu l'occasion de lire un livre de Patrick Sénécal, Les 7 Jours du Talion. Très bon roman, perturbant, mais très bon. C'est donc avec plaisir que je me suis lancé dans Aliss, attiré par cette réutilisation du conte de Lewis Carroll. Ce roman est très très perturbant. Patrick Sénécal sait bien les écrire, les romans perturbants. C'est une étrange aventure que j'ai mené aux côté d'Alice, alias Aliss. Souvent je me suis senti très mal à l'aise, souvent j'ai sourcillé, souvent j'ai retenu mon souffle face à cette bizarrerie, à ce trip sous acide. Je ne saurais dire si le livre m'a plu, c'est assez ambivalent. La froideur et la brutalité qui le caractérisent ont fait que je l'ai à la fois beaucoup apprécié, et à la fois, détesté. Je l'ai dévoré en quelques jours seulement, plongé dans le quotidien d'Aliss. Dès que je le refermais, je ressentais une étrange sensation de malaise, de crasse car ce livre et son univers sont très crasseux. J'ai atterri dans un quartier Montréalais surréaliste qui ne correspond à aucune de mes valeurs, décomplexé et déconnecté de ma réalité. Dans ce roman, le grotesque est roi, les situations sont abracadabrantesques. Je tiens faire mention spéciale à un duo de sadiques marquant chacune de leur apparition avec des calembours à dormir dehors qui m'ont beaucoup fait rire. De plus, l'hommage au célèbre conte de Lewis Carroll est à mon sens réussi. En effet, dans ce roman, il y a la démesure, le grotesque, le surréalisme que l'on peut retrouver dans le conte originel, mais l'auteur Québecois y a rajouté sa touche horrifique et très crue pour finalement faire une mixture littéraire assez perturbante. Ce livre est fort, cru. Cependant, je ne me vois pas lui mettre plus de 3 étoiles, car mine de rien, il m'a tourmenté. A lire en toute connaissance de cause et certainement pas durant un moment de déprime!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tefon Posté le 6 Juillet 2020
    Alice au pays des merveilles version Sénécal ! Grandiose ! Encore une fois, l'auteur nous transporte dans un univers passionnant et dérangeant.
  • Desmarais57 Posté le 2 Juillet 2020
    Très vulgaire

les contenus multimédias

Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.