En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Allons-nous renoncer à la liberté ?

        Belfond
        EAN : 9782714478306
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 176
        Format : 140 x 225 mm
        Allons-nous renoncer à la liberté ?
        Une feuille de route pour affronter des temps incertains

        Laurence RICHARD (Traducteur)
        Date de parution : 15/02/2018
        En ces temps incertains, ceux des attentats, des fondamentalismes, de la montée de l’extrême-droite et du populisme, Carlo Strenger, philosophe et essayiste, grande figure de la gauche libérale israélienne nous interpelle : et si plutôt que de sombrer dans la peur et dans le défaitisme, nous revendiquions haut et fort nos valeurs fondamentales, à commencer par la liberté ?
        S’inspirant tout à la fois de grands penseurs, du XVIIème siècle à nos jours, mais aussi des romans de Michel Houellebecq, des films de Scorsese et de la psychanalyse, Carlo Strenger nous offre une lecture inédite, à la fois géopolitique et existentielle, des grands maux de notre époque. Il nous... S’inspirant tout à la fois de grands penseurs, du XVIIème siècle à nos jours, mais aussi des romans de Michel Houellebecq, des films de Scorsese et de la psychanalyse, Carlo Strenger nous offre une lecture inédite, à la fois géopolitique et existentielle, des grands maux de notre époque. Il nous rappelle que la  liberté n’est pas un droit fondamental mais une conquête de la culture occidentale qu’il s’agit de préserver, nous exhortant ainsi à opposer au consumérisme passif, au manque de responsabilité citoyenne et au renoncement, le courage d’une pensée critique instruite et ouverte au débat.
        Après le succès du Mépris civilisé, ce nouveau pamphlet de Carlo Strenger vise toujours aussi juste et nous donne les outils pour un engagement éclairé. 
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714478306
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 176
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        16.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • michel.carlier15 Posté le 27 Mars 2018
          Difficile de rendre compte en quelques phrases lapidaires de cet essai si érudit et foisonnant d'idées . Néanmoins , je vais essayer ! Il y a une idée qui est dominante dans cet ouvrage , c'est que la liberté n'est pas une chose définitivement acquise , il faut toujours se battre pour garder ses droits et ses libertés inviolés . D'autant plus que les politiques populistes et démagos qui sont aux commandes dans certains pays sont prêts à rogner les libertés pour asseoir leur pouvoir . La politique vire au show-business , les citoyens , au lieu de s'intéresser au fond et au contenu , vont évaluer les candidats aux élections sur des détails superficiels : ceux qui friment , qui éructent , "à l'aide d'une rhétorique agressive" , et offrent des solutions simples à des questions complexes , qui d'ailleurs les dépassent . Dans un autre ordre d'idées , l'auteur cite l'essayiste John Gray , lequel a rompu avec la tradition des Lumières , qui disait en résumé , à propos de la religion , que les êtres humains devaient prendre eux-mêmes leur vie en main , au lieu de se tourner par des prières vers un Dieu tout-puissant . Jusqu'à une période récente... Difficile de rendre compte en quelques phrases lapidaires de cet essai si érudit et foisonnant d'idées . Néanmoins , je vais essayer ! Il y a une idée qui est dominante dans cet ouvrage , c'est que la liberté n'est pas une chose définitivement acquise , il faut toujours se battre pour garder ses droits et ses libertés inviolés . D'autant plus que les politiques populistes et démagos qui sont aux commandes dans certains pays sont prêts à rogner les libertés pour asseoir leur pouvoir . La politique vire au show-business , les citoyens , au lieu de s'intéresser au fond et au contenu , vont évaluer les candidats aux élections sur des détails superficiels : ceux qui friment , qui éructent , "à l'aide d'une rhétorique agressive" , et offrent des solutions simples à des questions complexes , qui d'ailleurs les dépassent . Dans un autre ordre d'idées , l'auteur cite l'essayiste John Gray , lequel a rompu avec la tradition des Lumières , qui disait en résumé , à propos de la religion , que les êtres humains devaient prendre eux-mêmes leur vie en main , au lieu de se tourner par des prières vers un Dieu tout-puissant . Jusqu'à une période récente , l'humanité se croyait libérée de tous ses soucis par la technologie et le savoir , mais ce rêve tourne au cauchemar : la consommation énergétique en hausse esquisse les contours d'une catastrophe climatique . Simultanément , les machines déchargent les gens d'un travail pénible , mais privent toute une classe sociale de sa dignité et de ses revenus . Changeons de registre une nouvelle fois : héritier de la thèse rousseauiste du vrai Soi , le Mouvement du potentiel humain , né en Californie , dit que le seul véritable objectif dans la vie serait de réaliser pleinement son potentiel intérieur . Ainsi , les valeurs de la génération précédente sont jetées aux orties ( avec raison ) : il ne s'agit plus de s'assurer d'une réussite professionnelle , avec nouvelle voiture , nouveau réfrigérateur ou nouvelle télé . Désormais , les valeurs prisées sont la créativité , la liberté , et surtout , l'épanouissement personnel . Comme le dit si bien l'auteur , aujourd'hui , "la peur ressentie à l'égard de nos propres désirs s'est affranchie de prescriptions religieuses : la punition des péchés n'est plus l'enfer , mais le surpoids , la mauvaise forme et , potentiellement , l'infarctus" . Ainsi , la tendance aux excès alimentaires semble être l'une des multiples expressions du vide chronique que ressentent constamment de nombreux individus . C'est une maladie caractéristique de notre société d'abondance . On ne meurt plus de faim dans les sociétés occidentales , pourtant le sentiment de vide et d'incomplétude persiste . S'en saisir et admettre que "le souhait d'un bonheur durable n'est tout bonnement pas réaliste , tel est le grand défi de notre époque" . Si nous ne relevons pas ce défi , l'Occident postmoderne ne pourra pas enrayer la tendance à l'infantilisation et à l'apathie politique . Et ses citoyens seront incapables "d'assumer et de jouir de cette liberté conquise de haute lutte au bout de plusieurs siècles" .
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « L’engagement de Carlo Strenger est source d’inspiration, tout comme son combat contre les dérives du politiquement correct. Le mépris civilisé est un concept pratique et intelligent pour défendre nos libertés, un appel à prendre position. »
        Berliner Zeitung
        Toute l'actualité des éditions Esprit d'ouverture
        Les livres des plus grands spécialistes pour redonner du sens à nos vies
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !