Lisez! icon: Search engine
Kurokawa
EAN : 9782368528815
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 105 x 148 mm

Amour luxe et capitalisme

Julie SETA (Traducteur)
Collection : KUROSAVOIR
Date de parution : 14/11/2019
Découvrez les grandes idées de Werner Sombart développées dans son ouvrage Amour, Luxe et Capitalisme, mises en scène en pleine Révolution française !
La raison du développement du capitalisme ? Dépenser notre argent est ce qui lui a permis de se déployer rapidement. Alors gaspillons notre argent et dépensons-le dans le luxe ! Découvrez les grandes idées de Werner Sombart développées dans son ouvrage Amour, luxe et capitalisme, mises en scène en pleine Révolution française !
EAN : 9782368528815
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 105 x 148 mm

Ils en parlent

Faire comprendre et faire aimer la philosophie aux jeunes, c'est ce que propose l'un des plus grands éditeurs japonais. Une toute nouvelle collection adaptée en France permet de découvrir les ouvrages cultes de la philosophie à travers le manga. Un style de narration plus direct, voir décalé qui rend ainsi Marx ou Nietzsche beaucoup plus accessibles. (...)

Plus qu'une simple adaptation de grands classiques en dessins, cette collection tente une nouvelle approche: faire vivre la philosophie à travers des histoires originales.
 
Xavier Geiger; Ulysse Cailloux; Guillaume Delalande / M6
Un univers qui parle aux jeunes dans lequel s’insinue la voix de Nietzsche via un vieux monsieur mystérieux qui insuffle au protagoniste les grandes idées du philosophe par des démonstrations simples et accessibles, liées à son quotidien.
Aurélia Vertaldi / Le Figaro

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • pommerouge Posté le 14 Novembre 2019
    Je remercie les éditions Kurokawa pour cette lecture. J’étais impatiente de lire les prochains Kurosavoir. Comme je l’avais dit précédemment, je trouve le principe vraiment intéressant pour inculquer les bases de grande œuvre à un jeune public, même si cela n’équivaut pas à l’œuvre originale. Ici, pour illustrer l’œuvre de Wermer Sombart, on suit le personnage de Prospère Ier, lors du XVIIIème siècle. On le découvre jeune et travaillant d’arrache-pied, pour finalement gagner misère et n’avoir qu’une miche de pain comme repas. Pourtant, un jour, il va avoir une idée. Il a entendu parler de l’apparition de nouveau riche. Des personnes qui ne sont pas issue de la noblesse de naissance, mais par l’enrichissement. C’est ainsi qu’il décide de devenir marchand, afin d’essayer de s’enrichir. Cela va d’ailleurs très bien marcher pour Prospère Ier. C’est ainsi qu’à travers ce personnage, nous est expliqué la vision de Sombart. Comment le capitalisme est à ses yeux liés aux luxes et l’amour. Les riches aiment avoir des objets de luxes et les exhiber. C’est pour eux, une façon comme une autre, de montrer aux autres leur grande richesse. Mais pour Sombart, il y a également un autre point qui rentre en ligne de mire : l’amour ! En... Je remercie les éditions Kurokawa pour cette lecture. J’étais impatiente de lire les prochains Kurosavoir. Comme je l’avais dit précédemment, je trouve le principe vraiment intéressant pour inculquer les bases de grande œuvre à un jeune public, même si cela n’équivaut pas à l’œuvre originale. Ici, pour illustrer l’œuvre de Wermer Sombart, on suit le personnage de Prospère Ier, lors du XVIIIème siècle. On le découvre jeune et travaillant d’arrache-pied, pour finalement gagner misère et n’avoir qu’une miche de pain comme repas. Pourtant, un jour, il va avoir une idée. Il a entendu parler de l’apparition de nouveau riche. Des personnes qui ne sont pas issue de la noblesse de naissance, mais par l’enrichissement. C’est ainsi qu’il décide de devenir marchand, afin d’essayer de s’enrichir. Cela va d’ailleurs très bien marcher pour Prospère Ier. C’est ainsi qu’à travers ce personnage, nous est expliqué la vision de Sombart. Comment le capitalisme est à ses yeux liés aux luxes et l’amour. Les riches aiment avoir des objets de luxes et les exhiber. C’est pour eux, une façon comme une autre, de montrer aux autres leur grande richesse. Mais pour Sombart, il y a également un autre point qui rentre en ligne de mire : l’amour ! En effet, l’amour s’est défait des mœurs du mariage. Il est dans cette époque, accepté d’avoir des maîtresses et l’adultère n’est plus forcément mal vue. Ainsi, les nobles, sont près à beaucoup pour combler les femmes de beaux objets, de luxe, en échange de ce qu’elles peuvent leur donner. En bref, l’histoire est sympathique et bien expliqué. On comprend facilement dans ce manga la vision qu’avait Sombart sur le capitalisme et son lien avec l’amour et le luxe. L’histoire est intéressante et l’histoire se laisse lire facilement.
    Lire la suite
    En lire moins
Kurokawa, la newsletter qui a du punch !
Toute l'actualité 100% manga de vos collections et séries préférées.