Lisez! icon: Search engine
Hors collection
EAN : 9782701403182
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 140 x 225 mm

Anatomie d'un coeur sauvage

Autoportrait d'une femme libre

Florence Rigollet (traduit par)
Date de parution : 23/09/2021
Figure du mouvement #MeToo, actrice, réalisatrice, Asia Argento se dévoile dans un livre témoignage sans concession, dicté par la liberté
Fille du réalisateur Dario Argento et de l’actrice Daria Nicolodi, Asia a passé une enfance chaotique entre une mère violente et un père absent, totalement dévoué au cinéma. Cette absence de cadre a forgé chez elle, très jeune, un désir farouche de liberté que la vie – les hommes en... Fille du réalisateur Dario Argento et de l’actrice Daria Nicolodi, Asia a passé une enfance chaotique entre une mère violente et un père absent, totalement dévoué au cinéma. Cette absence de cadre a forgé chez elle, très jeune, un désir farouche de liberté que la vie – les hommes en particulier – n’a cessé de lui faire payer très cher.

Ses débuts dans le cinéma à 9 ans, ses rapports compliqués avec sa mère, sa découverte de l’amour et du sexe, tout comme celle de la drogue et des excès, sa carrière mais aussi les jeux de pouvoir et les rouages de l’industrie du 7e art… Victime parmi tant d’autres d’Harvey Weinstein, Asia Argento pose un regard lucide et sans complaisance sur sa vie et sur son monde, animée par la franchise de ton et la soif de liberté qui l’ont poussée à faire voler en éclats l’omerta qui y règne.

On connaissait ses films, on découvre une autrice, une forte personnalité qui parle d’elle et de notre société sans fard mais avec beaucoup d’humour, une conteuse véritable dotée d’un grand sens du rythme. C’est sa psychologue qui a conseillé à celle qui se qualifie souvent de survivante d’écrire pour se reconstruire. On ne peut qu’approuver.

Traduit de l'italien par Florence Rigollet.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782701403182
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Mia Posté le 4 Décembre 2021
    C’est complètement par hasard que j’ai entrepris la lecture de ce livre n’étant pas particulièrement fan d’Asia Argento ni des films de son père. J’ai passé ma lecture à faire des allers/retours sur le net car j’avais besoin de mettre des visages ou des images sur les expériences qu’elle rapporte dans ce récit et de la cerner un peu plus largement. J’ai eu le sentiment de « faire la connaissance » d’une personne à la fois fascinante et déroutante, complètement libre et sauvage qui aborde le monde frontalement et avec une résilience sans pathos. Bon pour la faire court, sa vie est globalement assez galère, ceci explique largement cela. Et puis on arrive à la période #meetoo avec son cortège d’émotions, de soutiens et bien évidemment aussi de controverses et autres trahisons. Ce qui déstabilise aussi dans la façon dont Asia rapporte ses souvenirs, c’est qu’on a l’impression d’être dans un contexte privé avec une pote qui nous raconterait des choses hyper personnelles et pas dans un texte édité qui va être lu par le « grand public ». Il y a par exemple tout un passage, qui m’a mise mal à l’aise, dans lequel elle retranscrit mot pour mot des échanges de lettres... C’est complètement par hasard que j’ai entrepris la lecture de ce livre n’étant pas particulièrement fan d’Asia Argento ni des films de son père. J’ai passé ma lecture à faire des allers/retours sur le net car j’avais besoin de mettre des visages ou des images sur les expériences qu’elle rapporte dans ce récit et de la cerner un peu plus largement. J’ai eu le sentiment de « faire la connaissance » d’une personne à la fois fascinante et déroutante, complètement libre et sauvage qui aborde le monde frontalement et avec une résilience sans pathos. Bon pour la faire court, sa vie est globalement assez galère, ceci explique largement cela. Et puis on arrive à la période #meetoo avec son cortège d’émotions, de soutiens et bien évidemment aussi de controverses et autres trahisons. Ce qui déstabilise aussi dans la façon dont Asia rapporte ses souvenirs, c’est qu’on a l’impression d’être dans un contexte privé avec une pote qui nous raconterait des choses hyper personnelles et pas dans un texte édité qui va être lu par le « grand public ». Il y a par exemple tout un passage, qui m’a mise mal à l’aise, dans lequel elle retranscrit mot pour mot des échanges de lettres avec l’un de ses amoureux. Certes, il n’est plus là pour s’en plaindre, et en même temps c’est touchant de naïveté et tout à fait représentatif d’une personnalité en déficit d’intimité verbale. Elle raconte aussi son éprouvant discours à Cannes, dans lequel elle dit publiquement avoir été violée par HW à l’âge de 21 ans et suite auquel personne, mis à part Spike Lee, n’a donné le moindre écho dans la soirée. En visionnant la vidéo sur YouTube, on se prend sa douleur et sa colère tellement frontalement qu’elles sont tout simplement irrecevables. Elle est ainsi Asia, complètement cash et tanpis si ça déplaît. Bien des personnes se sont senties autorisées à juger sa liberté sexuelle notamment, et je fais ici l’impasse sur de nombreux commentaires ignobles que j’ai pu lire sous certaines de ces vidéos. Moi j’ai aimé qu’elle en parle si naturellement que les questions de revendication soient totalement évacuées, on est au-delà de ça et ça fait du bien! Au final, je lui tire mon chapeau d’avoir réussi à traverser l’existence avec cette nature sauvage et indomptable même si ça s’est fait au prix fort et la seule chose que je lui souhaite c’est de couler des jours heureux et enfin apaisés sur la petite île de son enfance.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lorenzoc Posté le 4 Octobre 2021
    Fait assez rare pour être souligné, je rédige ma critique alors que je n’ai pas encore terminé cet ouvrage. Bien que cela ne saurais tarder, il me semble pertinent de vous en avertir. L’autobiographie d’Aria ;) est bouleversante dès les 1ères lignes. L’horreur « metoo » ne vient qu « achever » une jeunesse noire. Pourtant à travers ces lignes, Asia ne cesse d’être positive et de se sentir vivante. Alors que sa mère la battait sans cesse et son père présent aussi souvent que le beau temps en Bretagne, elle continue de les aimer. De les idolâtrer par moment et de s’en inspirer. A une époque où le débat subsiste « Séparer l’Homme de l’artiste » Asia a fait son choix, plusieurs fois, sans qu’il ne soit le même.
Toute l'actualité des éditions Hors Collection
Amateur de culture décalée, découvrez chaque mois les parutions insolites des éditions Hors Collection.