Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265098695
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 624
Format : 140 x 225 mm

Angor

Collection : Fleuve noir
Date de parution : 09/10/2014
La quatrième aventure de Lucie Henebelle et Franck Sharko plonge ces derniers dans les mystères de la mémoire cellulaire…
Camille Thibault est gendarme dans le nord de la France. Depuis sa greffe du cœur, ses collègues s’inquiètent pour elle. Chaque nuit, elle fait des cauchemars où une femme séquestrée l’appelle au secours. Un rêve tellement vrai, comme un souvenir… celui de son donneur ? Camille n’a plus qu’une obsession... Camille Thibault est gendarme dans le nord de la France. Depuis sa greffe du cœur, ses collègues s’inquiètent pour elle. Chaque nuit, elle fait des cauchemars où une femme séquestrée l’appelle au secours. Un rêve tellement vrai, comme un souvenir… celui de son donneur ? Camille n’a plus qu’une obsession : retrouver son identité et découvrir quel drame il a vécu…
Au même moment, à une centaine de kilomètres de là, deux employés de l’Office National des Forêts constatent les dégâts des orages violents survenus en ce mois d’août. Dans une cavité laissée par un arbre déraciné, ils croient apercevoir une ombre. L’un d’eux s’approche. Deux yeux presque blancs, dépourvus d’iris, c’est tout ce qu’il aura le temps de voir avant qu’une main venue des entrailles de la terre ne lui agrippe les cheveux.
Lucie et Sharko sont en train de donner le biberon à leurs jumeaux quand Franck est appelé sur une nouvelle affaire : une femme, victime d’une longue séquestration. Presque aveugle, tant elle est restée dans le noir… sous un arbre. L’enquête prend des proportions inhabituelles lorsque Sharko s’aperçoit qu’à chacune de ses découvertes, il a été devancé par une jeune femme, gendarme dans le Nord…

Pour cette quatrième aventure de Lucie et Sharko, dans la droite lignée du Syndrome E, de GATACA et d’Atomka, Franck Thilliez pousse l’art de l’énigme scientifique jusqu’à son paroxysme.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265098695
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 624
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • garanemsa Posté le 9 Octobre 2021
    Thilliez Frank Angor A chaque fois que je vais a la bibliothèque je me dis non pas un Frank Thilliez cela va être épouvantable, je vais passez la journée et la nuit à lire tant je ne peux m’arrêter et pourtant j’y retourne et je les prends en audio, c’est encore plus prenant et on peut mieux ressentir les choses Car bien que ce soit généralement des choses épouvantables, incroyables, il a l’art de démonter tout cela pour prouver que c’est possible, pour montrer aussi l’horreur et la cruauté de l’homme ; cruauté bien présente d’ailleurs à travers le monde. Ici encore il met en scène ses deux inspecteurs favoris, Sharko et Lucie qui pourtant étaient enfin dans une situation plus calme puisqu’ils avaient décidé d’enfin être ensemble et d’avoir des enfants qu’ils avaient décidés de maternés et de vivre plus calmement vu leur âge, les affres qu’ils avaient vécues ensemble ou séparément et la vision si lourde à po Et rter de ce monde incroyable, mais pourtant réel. Ici il y adjoint une jeune femme affectée à la crim qui n’est pas dans la norme cependant, elle a été greffée du cœur et a l’impression de ressentir la vie de son donneur ou sa donneuse,... Thilliez Frank Angor A chaque fois que je vais a la bibliothèque je me dis non pas un Frank Thilliez cela va être épouvantable, je vais passez la journée et la nuit à lire tant je ne peux m’arrêter et pourtant j’y retourne et je les prends en audio, c’est encore plus prenant et on peut mieux ressentir les choses Car bien que ce soit généralement des choses épouvantables, incroyables, il a l’art de démonter tout cela pour prouver que c’est possible, pour montrer aussi l’horreur et la cruauté de l’homme ; cruauté bien présente d’ailleurs à travers le monde. Ici encore il met en scène ses deux inspecteurs favoris, Sharko et Lucie qui pourtant étaient enfin dans une situation plus calme puisqu’ils avaient décidé d’enfin être ensemble et d’avoir des enfants qu’ils avaient décidés de maternés et de vivre plus calmement vu leur âge, les affres qu’ils avaient vécues ensemble ou séparément et la vision si lourde à po Et rter de ce monde incroyable, mais pourtant réel. Ici il y adjoint une jeune femme affectée à la crim qui n’est pas dans la norme cependant, elle a été greffée du cœur et a l’impression de ressentir la vie de son donneur ou sa donneuse, elle en fait des cauchemars épouvantables. Elle va tenter de découvrir qui est le donneur car elle pense que c’est quelqu’un de mauvais vu les images qu’elle perçoit dans ses cauchemars. Et pendant ce temps une femme est retrouvée sous une souche d’arbre, à moitié morte, les yeux vides de vie, qui ne parle pas, que lui est-il arrivé ? Sous cette souche d’arbre on découvre un sous-sol aménagé par quelqu’un qui l’aurait enfermée là dans la solitude et le noir et depuis combien de temps ? On se dit pourquoi parler de la nouvelle avec beaucoup d’explications et cette femme trouvées pratiquement morte, si l’auteur comme à son habitude nous emmène sur plusieurs terrains à la fois pour doucement les rassembler Oui on va découvrir l’âme humaine, noire et plus que noire Lorsque l’on recherche les adn, on s’aperçoit de chimère. Pourquoi ? Comment ? Plusieurs femmes sont passées par là, plusieurs empreintes et chaque fois des découvertes de cambriolages. Tout cela va les conduire en Argentine et en Espagne, pays qui ont connus des dictatures parfois violentes et insensées. On pense au docteur Mengele et à ses expériences avec les nazis. Il serait dans un de ces pays ou du moins aurait fait des émules. Le vol d’enfant, d’adultes, leur disparition, et surtout leurs mutilations et toutes les transplantations qui leur sont infligées. On dirait que l’auteur comme à son habitude prend un vaste pot, y met une masse d’ingrédients, touille et touille tant et si bien que ce qui en sort est le reflet retors, malsain et cruel de notre société. Il est extrêmement bien documenté sur tout un tas de choses scientifiques, pas seulement, il faut lire d’autres de ses livres, pour se rendre compte car il excelle dans les explications détaillées d’un tas de choses et donc en même temps, on apprend.
    Lire la suite
    En lire moins
  • arret_sur_la_page Posté le 6 Octobre 2021
    🌳 M#816;o#816;n#816; a#816;v#816;i#816;s#816; : Ça fait un petit moment déjà que j'ai lu ce thriller. C'était mon tout premier thriller et c'est avec lui que j'ai accroché. L'auteur a une plume efficace, il a réussi a me transporter dans l'enquête, et ça pour moi c'est un livre réussi. L'histoire est assez gore... Mais c'est ça qui est super intéressant. Le suspense est présent et on a envie d'une seule chose, c'est de connaître la fin.
  • LeMondeDeMarie Posté le 3 Septembre 2021
    Un thriller scientifique qui nous embarque dans une enquête autour des greffes d’organes et leurs horribles dérives. Une intrigue prenante, palpitante et surprenante mais où, cette fois, Lucie et Franck ne partageront la vedette et l’attention du lecteur. Le chef d’équipe Nicolas Bellanger va ici prendre une part très active aux investigations. On le sent à bout et, lorsqu’enfin, une petite lueur de bonheur vient frapper à sa porte, il va tout faire pour ne pas la perdre. J’ai beaucoup aimé le découvrir plus en profondeur. Voir que lui aussi est capable de franchir les limites. Franck et Lucie qui ont eu des jumeaux sont partagés entre la peur du danger liée à leur métier de policier et leur besoin d’investiguer en allant toujours au bout des choses. Surtout qu’une fois encore on verra qu’ils sont abonnés aux enquêtes dangereuses. Un peu moins présents mais tout aussi importants à la résolution de l’enquête. Des crimes qui nous montrent une nouvelle facette de la monstruosité humaine et qui va trouver ses fondements au-delà des frontières françaises. De nombreux dangers qui vont faire palpiter notre sang et nous donner des sueurs froides. Une résolution qui fini par tomber mais qui n’est pas... Un thriller scientifique qui nous embarque dans une enquête autour des greffes d’organes et leurs horribles dérives. Une intrigue prenante, palpitante et surprenante mais où, cette fois, Lucie et Franck ne partageront la vedette et l’attention du lecteur. Le chef d’équipe Nicolas Bellanger va ici prendre une part très active aux investigations. On le sent à bout et, lorsqu’enfin, une petite lueur de bonheur vient frapper à sa porte, il va tout faire pour ne pas la perdre. J’ai beaucoup aimé le découvrir plus en profondeur. Voir que lui aussi est capable de franchir les limites. Franck et Lucie qui ont eu des jumeaux sont partagés entre la peur du danger liée à leur métier de policier et leur besoin d’investiguer en allant toujours au bout des choses. Surtout qu’une fois encore on verra qu’ils sont abonnés aux enquêtes dangereuses. Un peu moins présents mais tout aussi importants à la résolution de l’enquête. Des crimes qui nous montrent une nouvelle facette de la monstruosité humaine et qui va trouver ses fondements au-delà des frontières françaises. De nombreux dangers qui vont faire palpiter notre sang et nous donner des sueurs froides. Une résolution qui fini par tomber mais qui n’est pas une fin en soi. Loin de là même! Je n’ai plus qu’une envie, me plonger dans « Pandemia ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • marchenry Posté le 31 Août 2021
    Critiquer n'est jamais simple, et Thilliez encore moins, qui est un auteur réellement accompli, au métier impressionnant, minutieusement documenté et sûr de son fait - il est un artisan hors pair, sans doute le meilleur dans ce genre en France. Ses romans, sortes de grosses routières allemandes de luxe qui avalent les kilomètres à vitesse élevée sans jamais émettre une seule vibration, se ressemblent tous, peut-être un peu trop noirs (prions pour que "ses" mondes n'existent jamais), toujours construits de la même manière, selon les mêmes ressorts, avec les mêmes ingrédients et obsessions - mais ça marche, ça court même, le ryhme ne faiblit jamais, monte à l'inverse en pression au fur et à mesure des chapitres qui défilent, parfaitement agencés et construits, à toute allure. C'est dense et fort, et cet Angor qui m'avait échappé est particulièrement réussi, peut-être moins que 1991 (qui avait le charme neuf... du passé), mais il n'y a pas grand-chose à redire. Ou ceci : Chapeau.
  • belette2911 Posté le 10 Août 2021
    J’ai un retard monstre dans mes Franck Thilliez et si je suis à jour avec ses dernières publications, il n’en est pas de même avec ses plus anciens romans. "Shame on me" parce que bien souvent, je les adore et ils sont hyper addictif. Tellement addictif que je risque des soucis avec la brigade des addictions… Sans compter des problèmes que je risque parce que je ne suis pas la chronologie et que j’ai sauté des tomes. Une fois de plus, Thilliez va jouer avec nous, nous entraîner là où on ne s’y attend pas, nous faisant courir dans de multiples directions, faire monter l’adrénaline et les pulsations cardiaques. Le duo Franck Sharko Lucie Hennebelle a évolué, les voici en couple et en train de pouponner leurs jumeaux. Le fait d’être père a ramolli un peu Sharko, d’ailleurs, il pense même mettre sa Lucie au placard, le reléguer à son rôle de mère, la croyant petite chose fragile alors qu’elle est flic comme lui, qu’elle a perdu ses jumelles et a surmonté ce deuil terrible… C’est une battante, pas une femme fragile. Dans ce roman, on commence aussi avec plusieurs affaires et ça nous laissera peu de temps pour se tourner les pouces... J’ai un retard monstre dans mes Franck Thilliez et si je suis à jour avec ses dernières publications, il n’en est pas de même avec ses plus anciens romans. "Shame on me" parce que bien souvent, je les adore et ils sont hyper addictif. Tellement addictif que je risque des soucis avec la brigade des addictions… Sans compter des problèmes que je risque parce que je ne suis pas la chronologie et que j’ai sauté des tomes. Une fois de plus, Thilliez va jouer avec nous, nous entraîner là où on ne s’y attend pas, nous faisant courir dans de multiples directions, faire monter l’adrénaline et les pulsations cardiaques. Le duo Franck Sharko Lucie Hennebelle a évolué, les voici en couple et en train de pouponner leurs jumeaux. Le fait d’être père a ramolli un peu Sharko, d’ailleurs, il pense même mettre sa Lucie au placard, le reléguer à son rôle de mère, la croyant petite chose fragile alors qu’elle est flic comme lui, qu’elle a perdu ses jumelles et a surmonté ce deuil terrible… C’est une battante, pas une femme fragile. Dans ce roman, on commence aussi avec plusieurs affaires et ça nous laissera peu de temps pour se tourner les pouces ou s’embêter durant sa lecture. Ceci est un pavé de plus de 600 pages, mais on ne les sent pas (sauf le poids du livre), elles se tournent toutes seules et le récit est rendu addictif du fait que l’on suivra plusieurs personnages lorsque l’on changera de chapitre. Âmes sensibles, s’abstenir ! Avec Thilliez, on s’enfonce souvent dans le glauque, dans l’horreur, l’abomination : il faut avoir le cœur et les tripes bien accrochées. Parfois, on pourrait penser que l’auteur cherche à nous montrer ce qu’il y a de plus sombre chez l’Homme, de plus horrible, de plus dégueulasse. De nouveau, j’ai retrouvé un élément dont l’auteur avait déjà utilisé dans un autre roman et cela m’a un peu gêné aux entournures, pour ma part, ce n’était pas nécessaire de jouer sur cette filiation. De même que pour le voyage en Argentine où moult péripéties vont arriver à Sharko, comme si pour ajouter du suspense et du piment à son récit, l’auteur avait voulu lui jouer des tours pendables, le mettant dans des situations totalement périlleuses… Trop est l’ennemi du bien ou, comme on dit chez nous : "Trop is te veel" (trop c’est trop). Comme toujours, beaucoup de choses se retrouvent au cœur (c’est le cas de le dire) du roman de Thilliez et l’on sent qu’il a bien potassé ses sujets afin que tout cela tienne ensemble et forme un tableau qui ne doit pas être bancal lorsqu’on le dévoilera au lectorat. Le tableau restera cohérent si l’on fait abstraction de quelques sauvetages au bon moment (ils font du bien), de quelques facilités auxquelles l’auteur aura recours pour aider ses personnages qui enquêtent (ah, les doués en langues !) ou d’un personnage qui avait l’air d’être quelqu’un de bien et qui, finalement, sera un abominable assassin, sans que l’on en sache plus sur lui et son basculement du côté obscur de la Force. Ce pavé de Thilliez met, une fois de plus, le Mal absolu face à ceux qui tentent de faire respecter la loi ou de rester tout simplement en vie. Face à certains, les autres ne sont que des proies potentielles pour les superprédateurs qu’ils sont. Prédateurs prêts à tout pour aller plus loin encore dans l’horreur absolue (mon Dieu, le coup du portefeuille !). On descendra dans tout ce que l’Homme est capable de faire aux autres, on arpentera les couloirs glauques et sanglants de l’Histoire de certaines dictatures, on frémira d’émotion devant des chiffres et on tremblera à l’idée que ce que l’on a lu dans ces pages puissent avoir lieu un jour (on sait qu’elles ont lieu, mais on aimerait croire que non). Comme toujours, Franck Thilliez a joué avec mes nerfs, mon cœur, mes tripes, me foutant la rate au court-bouillon et me tenant éveillée alors que j’aurais dû aller au lit. Je l’aurais bien terminé en deux jours, top chrono, mais bon, je m’en étais gardé un peu pour mon voyage en train, en espérant ne pas rater ma gare pour cause de plongée dans le final de son roman. Malgré mes bémols, j’ai passé un excellent moment de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
Retenez votre souffle avec la newsletter Franck Thilliez !
Attention, vous allez adorer avoir peur…