En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Anna et l'homme-hirondelle

        Seghers
        EAN : 9782232128363
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 252
        Format : 130 x 197 mm
        Anna et l'homme-hirondelle

        Aline AZOULAY-PACVON (Traducteur)
        Date de parution : 11/05/2017

        6 novembre 1939, Cracovie.
        Un million de soldats en marche et mille chiens aboyeurs, un endroit de peur et de froid où il ne fait pas bon grandir.
        Anna a sept ans quand son père, professeur à la faculté, se rend à une convocation des autorités allemandes, puis disparaît.
        Seule et à...

        6 novembre 1939, Cracovie.
        Un million de soldats en marche et mille chiens aboyeurs, un endroit de peur et de froid où il ne fait pas bon grandir.
        Anna a sept ans quand son père, professeur à la faculté, se rend à une convocation des autorités allemandes, puis disparaît.
        Seule et à la rue, Anna rencontre alors l’Homme-Hirondelle, un grand et étrange personnage qui parle toutes les langues – même l’oiseau. D’instinct, elle est prête à lui confier sa vie.
        Avec des mots et des images simples, il lui explique la guerre. Comment y survivre. Un long voyage va commencer pour eux, à travers champs et forêts, pour échapper aux forces nazies et soviétiques.
        Mais dans un monde devenu fou, tout peut se révéler dangereux. Et l’Homme-Hirondelle aussi... *

        « Comme La Voleuse de livres et Le Garçon au pyjama rayé, il est impossible de ne pas aimer ce livre. » The Guardian

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782232128363
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 252
        Format : 130 x 197 mm
        Seghers
        18.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • diablotin0 Posté le 14 Octobre 2018
          Entrer dans le monde de Anna et l'homme-hirondelle est entrer dans un monde tout à la fois cruel et poétique, un monde empli de tendresse et de délicatesse mais aussi d'horreur et de violence. Nous entrons dans ce monde avec Anna , âgée de 7 ans et l'homme-hirondelle, homme qui parle toutes les langues, même l'oiseau. Il va protéger Anna durant les années de guerre et vont parcourir, l'Allemagne, la Pologne et la Russie. Afin d'aider la petite à comprendre et surtout à survivre durant de voyage, il va user de métaphores très poétiques qui m'ont vraiment émue. A ce stade, j'ai souvent eu en tête le magnifique film de Benigni, la vie est belle, et je rejoins alors, la critique littéraire Olivia de Lamberterie qui en fait référence sur la quatrième de couverture. C'est un livre sur la guerre et ses atrocités, un livre sur la magie des mots qui peuvent être interprétés et qui n'ont de sens que ce qu'on leur donne. Un livre-conte poétique d'une grande puissance et qui laisse au lecteursa part d'interprétation, à lui de donner sens à certains mots... Bravo et merci ! Merci aussi à visages, sans toi, je serais passée à côté de ce... Entrer dans le monde de Anna et l'homme-hirondelle est entrer dans un monde tout à la fois cruel et poétique, un monde empli de tendresse et de délicatesse mais aussi d'horreur et de violence. Nous entrons dans ce monde avec Anna , âgée de 7 ans et l'homme-hirondelle, homme qui parle toutes les langues, même l'oiseau. Il va protéger Anna durant les années de guerre et vont parcourir, l'Allemagne, la Pologne et la Russie. Afin d'aider la petite à comprendre et surtout à survivre durant de voyage, il va user de métaphores très poétiques qui m'ont vraiment émue. A ce stade, j'ai souvent eu en tête le magnifique film de Benigni, la vie est belle, et je rejoins alors, la critique littéraire Olivia de Lamberterie qui en fait référence sur la quatrième de couverture. C'est un livre sur la guerre et ses atrocités, un livre sur la magie des mots qui peuvent être interprétés et qui n'ont de sens que ce qu'on leur donne. Un livre-conte poétique d'une grande puissance et qui laisse au lecteursa part d'interprétation, à lui de donner sens à certains mots... Bravo et merci ! Merci aussi à visages, sans toi, je serais passée à côté de ce petit bijou.
          Lire la suite
          En lire moins
        • SuzyBess Posté le 8 Octobre 2018
          Sublime, ce roman - tout en restant d'une authenticité brute - est d'une douceur et d'une poésie indescriptibles ! Un jour d'automne 1939, le père d'Anna la confie à un ami pharmacien le temps de se rendre à une conférence ordonnée à tous les professeurs de l'université de Jagellonne dont il fait partie. C'est l'opération Sonderaktion Krakau, visant les intellectuels. Il n'en reviendra pas. Quand le pharmacien refuse de garder la fillette avec lui, elle s'installe dans la rue, devant sa boutique; c'est là qu'elle fait la rencontre de l'Homme-Hirondelle, qu'elle va décider de suivre après qu'il lui ait redonné le moral. Cet homme n'a pas de nom car les noms sont dangereux, ils "sont le moyen dont disposent les gens pour nous retrouver. [...] Si tu conserves ton nom, ils sauront qui demander. Et ceux qui savent quelle personne demander peuvent découvrir où elle est allée, et ça peut les aider à te retrouver. Or, nous ne voulons pas être retrouvés." Cet homme énigmatique qui sait parler plusieurs langues, comme Anna, va, au cours de leur périple à travers la Pologne, lui enseigner le langage de la route (qui diffère du mensonge), la survie en temps de guerre lorsque... Sublime, ce roman - tout en restant d'une authenticité brute - est d'une douceur et d'une poésie indescriptibles ! Un jour d'automne 1939, le père d'Anna la confie à un ami pharmacien le temps de se rendre à une conférence ordonnée à tous les professeurs de l'université de Jagellonne dont il fait partie. C'est l'opération Sonderaktion Krakau, visant les intellectuels. Il n'en reviendra pas. Quand le pharmacien refuse de garder la fillette avec lui, elle s'installe dans la rue, devant sa boutique; c'est là qu'elle fait la rencontre de l'Homme-Hirondelle, qu'elle va décider de suivre après qu'il lui ait redonné le moral. Cet homme n'a pas de nom car les noms sont dangereux, ils "sont le moyen dont disposent les gens pour nous retrouver. [...] Si tu conserves ton nom, ils sauront qui demander. Et ceux qui savent quelle personne demander peuvent découvrir où elle est allée, et ça peut les aider à te retrouver. Or, nous ne voulons pas être retrouvés." Cet homme énigmatique qui sait parler plusieurs langues, comme Anna, va, au cours de leur périple à travers la Pologne, lui enseigner le langage de la route (qui diffère du mensonge), la survie en temps de guerre lorsque l'on se retrouve pris entre deux armées, et une certaine vision de l'existence. Cette histoire va longtemps me rester en tête. Gavriel Savit raconte un conflit dur et terrible, des yeux d'une enfant de 7 ans (au début du récit), d'une manière tout à fait poignante. Le duo principal est rapidement attachant par le contraste de caractère et de vécu qui les sépare, un abîme qui permet à leur relation de fonctionner au-delà de ce que l'on pourrait imaginer; Anna est captivante grâce à sa naïveté et à son innocence, quand l'Homme-Hirondelle, toujours très sibyllin, nous attire et nous fascine justement grâce à ce côté ténébreux. Pour se faire comprendre de la fillette, ce dernier va user, tout au long de leur histoire, de nombreuses métaphores et autres allégories - le récit en est plein; ces images et ces symboles apportent beaucoup de lyrisme. C'est d'ailleurs un roman d'une beauté cruelle, presque comme celle d'un conte, sa poésie est sans cesse contrebalancée par l'horreur de la situation - la fouille de corps morts pour trouver un peu de nourriture, les cris, les odeurs, les bruits des tirs, la peur... L'auteur possède une plume d'une délicatesse qui m'a touchée, elle est envoûtante et à suivre de très près ! Son récit, court, se lit rapidement; tout en contraste, il m'a subjuguée: je le recommande vivement !
          Lire la suite
          En lire moins
        • visages Posté le 7 Octobre 2018
          Coup de coeur pour ce petit roman emplit de poésie et de douceur alors qu'il nous décrit l'errance d'une petite fille auprès d'un homme hirondelle qui l'a protège sous son aile entre Pologne, Russie et Allemagne des années 40. La façon très sensible et métaphorique par laquelle Gavriel Savit interroge sur le sens des mots et même l'identité d'une langue et sa fonction m'a ravi. C'est que toute cette épopée se vit à travers cette attachante petite Anna de 7 ans ce qui offre un regard pur et novateur sur le sens de la vie, le lien à l'Autre, ce qui crée l'attachement...Mais aussi sur la guerre et ce que l'homme peut-être pour l'homme quand il n'est plus qu'une bête féroce déguisée en homme...Aucune niaiserie ou bonne morale dans ce conte comme c'est parfois le cas dans les romans dont le personnage central est un enfant. L'écriture savoureuse et imagée de cette auteur m'aurait donné l'envie,si j'en avais eu le talent, de le transposer en album graphique...
        • douceplume Posté le 7 Octobre 2018
          J’ai reçu ce livre dans le cadre de l’opération Masse Critique Rentrée Littéraire organisée par Babelio. Je les remercie ainsi que les Editions Pocket pour l’envoi de ce roman. J’avais choisi ce roman car la présentation me plaisait sans trop savoir où cela allait me mener et au bout du compte, je ne le regrette pas. La couverture est épurée et belle, ce n’est qu’après avoir refermé le livre que je me suis attardée sur l’image et que j’y ai vu un détail que je n’avais pas détecté auparavant et dont il est question dans le récit. C’est un joli roman mais pas toujours facile à lire. Pour être tout à fait franche, j’ai eu un peu de mal au début, je n’arrivais pas vraiment à entrer dans l’histoire et je me sentais perdue. Et puis, j’ai pris conscience que je ne lisais pas comme il le fallait. En fait, ce roman est à aborder comme une sorte de conte et une fois que j’ai compris cela, j’ai apprécié ma lecture. Nous suivons donc Anna et le mystérieux Homme-Hirondelle au fil des saisons, sur plusieurs années. Anna se retrouve seule dans les rues de Cracovie et ne peut compter sur personne pour l’aider jusqu’à ce... J’ai reçu ce livre dans le cadre de l’opération Masse Critique Rentrée Littéraire organisée par Babelio. Je les remercie ainsi que les Editions Pocket pour l’envoi de ce roman. J’avais choisi ce roman car la présentation me plaisait sans trop savoir où cela allait me mener et au bout du compte, je ne le regrette pas. La couverture est épurée et belle, ce n’est qu’après avoir refermé le livre que je me suis attardée sur l’image et que j’y ai vu un détail que je n’avais pas détecté auparavant et dont il est question dans le récit. C’est un joli roman mais pas toujours facile à lire. Pour être tout à fait franche, j’ai eu un peu de mal au début, je n’arrivais pas vraiment à entrer dans l’histoire et je me sentais perdue. Et puis, j’ai pris conscience que je ne lisais pas comme il le fallait. En fait, ce roman est à aborder comme une sorte de conte et une fois que j’ai compris cela, j’ai apprécié ma lecture. Nous suivons donc Anna et le mystérieux Homme-Hirondelle au fil des saisons, sur plusieurs années. Anna se retrouve seule dans les rues de Cracovie et ne peut compter sur personne pour l’aider jusqu’à ce qu’elle rencontre un homme mystérieux qui connait la langue des oiseaux. Monsieur Hirondelle devient un protecteur, un père de substitution pour Anna. Il lui explique la guerre avec des métaphores de façon à ce qu’elle puisse y mettre des images qu’elle peut comprendre (les loups et les ours par exemple). Anna a un côté naïf malgré le côté précoce qu’on lui prête. En cela, elle reste une enfant, enfant qui va devoir affronter des situations auxquelles elle n’était pas préparée. Son père lui a appris à parler plusieurs langues mais cela lui permettra t-il de survivre si elle reste seule ? Comment pourrait-elle sans sortir ? C’est la raison pour laquelle elle rejoint l’Homme-Hirondelle. Cet homme mystérieux, froid et intelligent va lui apprendre à survivre. Il a une connaissance incroyable de la nature et des hommes et c’est grâce à cela qu’ils parviennent à survivre. Cependant, j’ai trouvé peu crédible cette “facilité” qu’ils ont à se fondre dans le décor, comme s’ils avaient le pouvoir de devenir invisibles. Comment un homme et une enfant peuvent-ils réussir à survivre dans le froid et la faim pendant aussi longtemps ? D’où pour moi cet aspect conte. L’histoire se déroule sur plusieurs années et nous voyons Anna évoluer. Anna grandit et le danger de sa féminité naissante s’ajoute à celui de la guerre auquel elle est confrontée chaque jour. L’arrivée d’un troisième protagoniste apporte un peu plus de dynamisme au roman car ce personnage est à l’opposé de Monsieur Hirondelle. Ce troisième personnage va être important dans l’évolution et la réflexion d’Anna sur le monde. Même si la guerre y est racontée de façon à ce que l’enfant dont il est question comprenne les choses, ce n’est en aucun cas un roman pour les plus jeunes car il reste exigeant dans la lecture. Certains passages sont très philosophiques, très métaphoriques, très poétiques et peuvent vite vous faire perdre le fil de l’histoire. On se demande parfois où cela va nous mener, c’est ce qui rend la lecture particulièrement complexe. C’est un roman qui demande de l’attention et de la concentration dans son appréhension. Et surtout, malgré le sujet, ne vous attendez pas à de l’action, il y en a très peu. J’aurais aimé que l’auteur nous dévoile plus de choses sur l’Homme-Hirondelle, tout ce qui le concerne n’est que suppositions. Sa profession et les raisons de sa fuite ne sont jamais clairement dites, on ne peut qu’imaginer des choses, au risque de se tromper. Les mystérieuses pilules qu’il ingurgite m’ont intriguées et leur composition étant dévoilée vers la fin du roman, j’ai fait quelques recherches sur internet, cependant, je ne parviens pas à comprendre pourquoi le manque le met dans un tel état. Et puis il y a la fin que j’ai trouvée tellement frustrante. J’espérais avoir des réponses à mes questions, mais non, rien de tout cela. Je ne demandais pas une fin heureuse, seulement des réponses. Malheureusement elles ne sont pas là. Gavriel Savit nous laisse avec une fin ouverte, il ne nous apporte pas de réponses. Il nous appartient, avec ce qu’il nous a livré dans le dernier chapitre, d’imaginer ce qu’il va se passer, comment les choses vont se terminer pour Anna et son protecteur. Cela m’a laissé comme un sentiment d’inachevé, comme s’il manquait quelque chose. J’ai trouvé cette fin trop brutale. Cela reste cependant une lecture que j’ai appréciée mais qui demande des efforts.
          Lire la suite
          En lire moins
        • ATOS Posté le 13 Août 2018
          Traduit de l'anglais ( États Unis) par Aline Azoulay-Pacvon « La Sonderfahndungsbuch Polen“ (Livre spécial des individus polonais recherchés ») est une liste de personnalités polonaises, rédigée en prélude à l'invasion nazie de la Pologne. Cette « liste des ennemis du Reich » a été rédigée par le Bureau Central II / P - Pologne (« Zentralstelle IIP Polen »), une unité spéciale des SS ainsi que par la Gestapo et les Allemands vivant dans l'ouest de la Pologne. Elle contenait les noms de 61 000 membres de l’élite polonaise ( enseignants, universitaires, chercheurs, scientifiques, médecins, avocats, juges, anciens officiers, anciens combattants, prêtres, acteurs, artistes, …) qui devaient être fusillés par des unités spéciales armées des nazis en vue d’annexer plus facilement les territoires de la Pologne en 1939. Septembre/ octobre 1939 . Pologne. L’Opération Tannenberg est le nom de code d'une action d'extermination dirigée contre les cadres de la société polonaise conçue par l'Allemagne nazie. » Opération « Sonderaktion Krakau » . Pologne. Cracovie. Université Jagellone. 06 novembre 1939. 183 professeurs et assistants furent arrêtés et déportées vers les camps de concentration de Sachsenhausen et de Dachau, par les occupants nazis. 1939- Pologne -17 septembre 1939 sans déclaration de guerre préalable l'armée soviétique attaque la Pologne. » -... Traduit de l'anglais ( États Unis) par Aline Azoulay-Pacvon « La Sonderfahndungsbuch Polen“ (Livre spécial des individus polonais recherchés ») est une liste de personnalités polonaises, rédigée en prélude à l'invasion nazie de la Pologne. Cette « liste des ennemis du Reich » a été rédigée par le Bureau Central II / P - Pologne (« Zentralstelle IIP Polen »), une unité spéciale des SS ainsi que par la Gestapo et les Allemands vivant dans l'ouest de la Pologne. Elle contenait les noms de 61 000 membres de l’élite polonaise ( enseignants, universitaires, chercheurs, scientifiques, médecins, avocats, juges, anciens officiers, anciens combattants, prêtres, acteurs, artistes, …) qui devaient être fusillés par des unités spéciales armées des nazis en vue d’annexer plus facilement les territoires de la Pologne en 1939. Septembre/ octobre 1939 . Pologne. L’Opération Tannenberg est le nom de code d'une action d'extermination dirigée contre les cadres de la société polonaise conçue par l'Allemagne nazie. » Opération « Sonderaktion Krakau » . Pologne. Cracovie. Université Jagellone. 06 novembre 1939. 183 professeurs et assistants furent arrêtés et déportées vers les camps de concentration de Sachsenhausen et de Dachau, par les occupants nazis. 1939- Pologne -17 septembre 1939 sans déclaration de guerre préalable l'armée soviétique attaque la Pologne. » - Wiki source. L'Allemagne d'Hitler et l'union soviétique de Staline se seront partagés la Pologne, laissant ses habitants se faire broyer entre leurs mâchoires de monstres de fer. La petite Anna, enfant précoce, livrée à elle même après l'arrestation de son père, professeur de linguistique, par les nazie, rencontre dans une rue de Cracovie, l'homme-Hirondelle. L'homme Hirondelle : Celui qui ne veut pas se faire reconnaître, ne vaut pas se faire prendre. Celui qui connaît le langage des oiseaux. Il marche, et ne cessera plus de marcher à travers la Pologne, durant toutes les années de guerre. Il protégera Anna comme un père. Il lui apprendra à survivre, à se cacher, et lui apprendra le langage de la route. Le seul langage qui peut vous sauver lorsque les loups et les ours vous pourchassent. C'est un très beau roman, plein de poésie, d'humanité et de tendresse. Une ode au langage, à l'enfance, à l'innocence. Par amour pour Anna, L'homme Hirondelle, le scientifique, prendra Reb Hirschl, le poète et tendre clarinettiste yiddish, sous son aile. C'est à trois qu'il poursuivront leur marche à travers les lignes ennemis, tombant en pleine opération Barbarossa, la plus grande invasion de l’histoire militaire, l'instant où les loups nazis prirent la décision de venir mordre les flancs des ours soviétiques. Ni le froid, ni la faim, ni la haine, ni les crimes, n'arrêteront les trois héros de ce roman. « Ainsi ils voyagèrent, bien des années durant Par les monts et les vaux, une vie tout entière Mais de tout ce qu’ils virent et de ce qu’ils vécurent Comment rendrais-je compte#8201;? Que pourrais-je bien dire#8201;? Il te faudrait toi-même parcourir le chemin Pour en suivre de près les tours et les détours C’est alors seulement que tu sauras vraiment Ce qu’ils ont accompli et ce qu’ils ont souffert#8201;» «#8201;Le Cantique des oiseaux#8201;»,Farid al-Din Attar 12e siècle. Premier roman de Gavriel Savit, et c'est une réussite. Astrid Shriqui Garain
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com