Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221111505
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1632
Format : 132 x 198 mm

Anthologie mondiale de la stratégie

Des origines au nucléaire

Collection : Bouquins
Date de parution : 05/03/2009

Cette anthologie est le premier recueil réunissant les écrits militaires de l’Antiquité gréco-latine, ceux des stratèges occidentaux modernes et contemporains, mais aussi les contributions théoriques des Chinois, des Indiens, des Byzantins et des musulmans (Arabes, Persans, Turcs). Une importante partie de ces textes est inédite en français. Cette somme constitue...

Cette anthologie est le premier recueil réunissant les écrits militaires de l’Antiquité gréco-latine, ceux des stratèges occidentaux modernes et contemporains, mais aussi les contributions théoriques des Chinois, des Indiens, des Byzantins et des musulmans (Arabes, Persans, Turcs). Une importante partie de ces textes est inédite en français. Cette somme constitue non seulement un instrument pour la recherche et un guide pour l’amateur, mais aussi une remise en perspective d’un art de la guerre trop longtemps considéré comme étant, sur le plan de la théorie, l’apanage de l’Occident.
D’autres cultures stratégiques que les nôtres ont joué, dans l’histoire, un rôle décisif. Ainsi, les nomades de Haute-Asie, tels que les Mongols de Gengis Khan, ont, durant deux millénaires, bouleversé les équilibres des États eurasiatiques, de la Russie à la Chine, comme de l’Iran à l’Inde.
Aujourd’hui, le jeu nucléaire qui marque une rupture qualitative dans la généalogie de l’armement modifie les données de la guerre. Il a, jusqu’à présent, prévenu la montée aux extrêmes. Les conflits classiques se font rares et les guerres irrégulières, jadis considérées comme mineures, démontrent, comme en Irak et en Afghanistan, leur redoutable efficacité.
Réactualisé, le présent ouvrage a été traduit en anglais et publié à University of California Press.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221111505
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1632
Format : 132 x 198 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • UnKaPart Posté le 31 Janvier 2020
    Achtung, pavé ! Volume de 1500 pages, une arme en soi ! Dans les 150 auteurs pour environ 170 extraits, avec malgré tout quelques trous, certains expliqués en intro, d’autres plus mystérieux. Pas de Moyen Âge européen, pas de Japon féodal ou post-Meiji, dommage. On ne jettera pas la pierre à Chaliand concernant l’absence de l’Afrique subsaharienne et de l’Amérique précolombienne, les sources d’époque font défaut. L’anthologie obéit à un principe simple : un découpage chronologique de la plus haute antiquité à nos jours, sur une articulation mi-temporelle mi-spatiale (Grèce et Rome, Byzance, Chine, Asie centrale, Europe découpée par siècle du XVe au XXe, ère nucléaire…). Hormis une brève notice pour situer chaque extrait et son auteur, du texte d’époque et rien que du texte d’époque pour donner un panorama complet de la stratégie à l’échelle du globe depuis la première mention d’une guerre qui nous soit parvenue. Parmi les auteurs cités, on trouvera les classiques Xénophon, César, Sun Tzu, Vauban, Napoléon, Jomini, Clausewitz, Rommel, Guderian… Au côté des ces têtes d’affiche habituelles, beaucoup d’extraits et d’auteurs rares, qui sortent des tartes à la crème gréco-romano-européano-nombrilistes. Une part conséquente de l’ouvrage permet de découvrir Indiens, Arabes, Turcs, Persans, Mongols, trop souvent absents... Achtung, pavé ! Volume de 1500 pages, une arme en soi ! Dans les 150 auteurs pour environ 170 extraits, avec malgré tout quelques trous, certains expliqués en intro, d’autres plus mystérieux. Pas de Moyen Âge européen, pas de Japon féodal ou post-Meiji, dommage. On ne jettera pas la pierre à Chaliand concernant l’absence de l’Afrique subsaharienne et de l’Amérique précolombienne, les sources d’époque font défaut. L’anthologie obéit à un principe simple : un découpage chronologique de la plus haute antiquité à nos jours, sur une articulation mi-temporelle mi-spatiale (Grèce et Rome, Byzance, Chine, Asie centrale, Europe découpée par siècle du XVe au XXe, ère nucléaire…). Hormis une brève notice pour situer chaque extrait et son auteur, du texte d’époque et rien que du texte d’époque pour donner un panorama complet de la stratégie à l’échelle du globe depuis la première mention d’une guerre qui nous soit parvenue. Parmi les auteurs cités, on trouvera les classiques Xénophon, César, Sun Tzu, Vauban, Napoléon, Jomini, Clausewitz, Rommel, Guderian… Au côté des ces têtes d’affiche habituelles, beaucoup d’extraits et d’auteurs rares, qui sortent des tartes à la crème gréco-romano-européano-nombrilistes. Une part conséquente de l’ouvrage permet de découvrir Indiens, Arabes, Turcs, Persans, Mongols, trop souvent absents ou mentionnés à l’arrache dans d’autres ouvrages. Parmi les recueils sur la stratégie, l’anthologie de Chaliand représente LE livre, exceptionnel autant sur le balayage quasi-exhaustif du sujet que pour le nombre de portes qu’il ouvre en matière de lectures complémentaires.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SCOman Posté le 7 Novembre 2013
    Réunir en un seul ouvrage tous les plus grands textes de stratégie militaire écrits depuis la nuit des temps : tel est le pari fou tenté par Gérard Chaliand. Et force est d’admettre que ce pari est pleinement réussi. Bien sûr une anthologie suppose certains choix arbitraires de la part de son auteur, mais l’épaisseur de l’ouvrage –1500 pages ! – lui confère une exhaustivité maximale. On retrouve bien sûr les historiens ou stratèges les plus célèbres, à l’image de Jules César, Sun Tse, Vauban, Clausewitz ou encore Guderian, mais on découvre également pléthores d’écrits méconnus, comme Le rouleau de la guerre (Ier siècle av. J.-C.), le Livre des ruses arabe (XIVe siècle), La conquête du Pérou de Francisco de Jerez ou Le traité des stratagèmes de Joly de Maizeroy. Gérard Chaliand introduit chaque extrait d’œuvre par un bref paragraphe de présentation de son auteur et du contexte historique. Il déroule sous nos yeux quatre mille ans d’art de la guerre, sans omettre une seule des grandes périodes géostratégiques : l’orient ancien, la Grèce et Rome, Byzance, la Chine, l’Inde, les Arabes, les Persans, les Turcs, les Mongols et l’Asie centrale, les XVe-XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles, l’âge... Réunir en un seul ouvrage tous les plus grands textes de stratégie militaire écrits depuis la nuit des temps : tel est le pari fou tenté par Gérard Chaliand. Et force est d’admettre que ce pari est pleinement réussi. Bien sûr une anthologie suppose certains choix arbitraires de la part de son auteur, mais l’épaisseur de l’ouvrage –1500 pages ! – lui confère une exhaustivité maximale. On retrouve bien sûr les historiens ou stratèges les plus célèbres, à l’image de Jules César, Sun Tse, Vauban, Clausewitz ou encore Guderian, mais on découvre également pléthores d’écrits méconnus, comme Le rouleau de la guerre (Ier siècle av. J.-C.), le Livre des ruses arabe (XIVe siècle), La conquête du Pérou de Francisco de Jerez ou Le traité des stratagèmes de Joly de Maizeroy. Gérard Chaliand introduit chaque extrait d’œuvre par un bref paragraphe de présentation de son auteur et du contexte historique. Il déroule sous nos yeux quatre mille ans d’art de la guerre, sans omettre une seule des grandes périodes géostratégiques : l’orient ancien, la Grèce et Rome, Byzance, la Chine, l’Inde, les Arabes, les Persans, les Turcs, les Mongols et l’Asie centrale, les XVe-XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles, l’âge du nucléaire, et enfin la stratégie à l’heure de l’hégémonie américaine. Certains passages de cette anthologie se lisent comme des récits d’aventure. J’ai à titre exemple été tout particulièrement frappé par la retranscription que nous livre Xénophon de la retraite des dix mille, effectuée sur 2500 kilomètres et pendant plus de huit mois par une armée de mercenaires grecs harcelée par l’ennemi. Une des grandes originalités de l’auteur est d’engager une réflexion non pas occidentalo-centrée, mais qui prend en compte les influences théoriques reçues des Byzantins, Chinois, Indiens et musulmans. Dans sa brillante introduction, Gérard Chaliand montre en effet que jusqu’au XIVe siècle, « l’antagonisme fondamental, à l’échelle du continent eurasiatique, est celui entre nomade et sédentaires ». Une idée qu’il développera à nouveau dans son Nouvel art de la guerre. Le lecteur ne peut s’y méprendre : cette imposante Anthologie mondiale de la stratégie est sans aucun doute le must-have ultime en matière de polémologie. À se procurer d’urgence, sans hésitation !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Walktapus Posté le 8 Juillet 2012
    Gros pavé (1500 pages), ouvrage incontournable au principe très simple. Un ensemble d'auteurs (environ 150). Pour chacun, de longs extraits de textes, précédés d'une biographie qui précise le contexte. On retrouve les usual suspects : Sun-Zi, Végèce, Machiavel, Clausewitz, Mao-Ze-Dong, De Gaulle, Churchill, mais aussi des choix plus originaux : la stèle de Naram-Sin, le Mahabharata, Ibn Khaldoun, Richelieu, Gandhi. Avec une vaste culture et les centres d'intérêt qui sont les siens, Chaliand ne sous estime ni la culture stratégique de l'Asie, ni la guerre irrégulière. C'est un panorama impressionnant, mais forcément toujours incomplet, qui est proposé là à l'amateur de pensée stratégique. Il embrasse toutes les époques et tous les continents, et aborde aussi bien l'art des sièges que la relation entre les militaires et les politiques.
Inscrivez-vous à la newsletter de Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.