Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260001324
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 130 x 205 mm

Antoine de Saint-Exupéry

Date de parution : 21/01/1994

Est-ce parce que la plupart des écrivains contemporains n'ont presque plus de réponses à apporter au chaos du monde, prisonniers eux-mêmes de leurs masques et de leurs mensonges, préoccupés davantage de leur image que du " besoin d'être ", plus occupés à posséder qu'à " prendre en charge ", que...

Est-ce parce que la plupart des écrivains contemporains n'ont presque plus de réponses à apporter au chaos du monde, prisonniers eux-mêmes de leurs masques et de leurs mensonges, préoccupés davantage de leur image que du " besoin d'être ", plus occupés à posséder qu'à " prendre en charge ", que je me surprends à relire Saint-Exupéry ? Est-ce parce que je réclame de l'écrivain qu'il m'aide à donner un sens à ma vie, pour donner un sens à la mort, que cette oeuvre me paraît soudain immense et nécessaire ? De cette relecture, un autre visage de Saint-Exupéry a surgi, loin des clichés méprisants dont l'accabla l'establishment littéraire. Il m'est apparu plus fragile qu'héroïque, plus traversé d'échardes qu'assoiffé de conquêtes, cherchant dans l'aventure nocturne et non moins enivrante du ciel des moyens de mieux supporter ses douleurs sur la " terre des hommes ". A. V.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260001324
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 130 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AnnieCecile Posté le 3 Août 2021
    Joli livre trouvé dans la bibliothèque familiale , bel hommage parfois cocasse, mais terriblement tendre de l'auteur pour son père. Étant confrontée à la même absence, ce portrait résonne particulièrement et me semble aussi un appel vibrant à savoir dire ou exprimer sa gratitude pour ne pas avoir de regrets.
  • cascasimir Posté le 4 Décembre 2020
    Pascal Jardin se livre et délivre un véritable hommage à son père : Jean Jardin surnommé le Nain Jaune. "Et si je garde en moi, toutes les blessures du passé C'est pour me rappeler tout ce que tu as fait pour moi Dans mon jardin secret les mauvaises fleurs ont toutes fané Le temps va, tout s'en va, pas l'amour que j'ai pour toi." Papa, La Fouine. Un portrait édulcoré et cocasse, car quel enfant va raconter les défauts et les faiblesses de son père? "Il (le père) me détestait de vouloir prendre sa place. Il m'aimait follement d'être un autre lui-même." L'auteur va revisiter sa propre histoire, à travers les yeux de l'enfant, du jeune homme et de l'homme qu'il est devenu (grâce à son père ?) "L'enfance sait que tout est possible, ne l'oublions pas... Mais le charme est rompu. Les fées ont déserté... Nous étions toujours ensemble ou toujours fâchés, mais jamais en eau calme." "Je te regarde d'en haut, tu me regardes d'en bas Je suis trop souvent absent, me le pardonneras-tu?" Ce n'est plus du silence, c'est une sorte d'absence. Il m'a tellement rêvé, j'en rêve encore. Pascal Jardin.
  • Chasto Posté le 18 Juillet 2019
    Regards sur ces instants de quotidiens qui trop vite s'enfuient dans notre oubli et qui, un jour se font mémoires de ces banalités de vie que nous avons pu laisser nous échapper. Retour sur soi même, sur l'autre, ces autres qui nous ont fait, accompagnés, malgré notre indifférence et nos ignorances du moment. Belle introspection avec ces mots venant réparer nos erreurs d'être, qui, parfois nous firent oublier l'importance de l'instant et de sa richesse. Les pages se tournent, les années passent, les chapitres s'inscrivent et, la dernière page se tourne. Le livre se ferme et nos souvenirs continuent leur route...
  • Bel-Ami Posté le 16 Avril 2016
    Un livre empli de poésie, une plume délicieuse, qui ne dissimule pourtant pas les affres de ce père dont l'auteur quémande dans un ultime hommage, la reconnaissance et l'acceptation de son identité. Qui n'a jamais vécu dans l'ombre de quelqu'un, qui s'en es défait ? Peu d'entres nous l'admettront, notre premier amour, demeure être filiale !
  • bendanco Posté le 25 Mars 2016
    La famille Jardin : un grand-père directeur de cabinet de Laval à Vichy et très influent dans les années 50 et 60, un fils scénariste et dialoguiste entre autres du Vieux Fusil, un petit fils écrivain de romans à l’eau de rose mais pas seulement. Dans leur vie quotidienne, des dingues, Jean était capable de se vexer parce qu’en sa présence, on avait appelé son fils : « Jardin », appellation à laquelle il avait seul droit. Pascal qui est celui qui a inspiré le personnage joué par Sami Frey dans César et Rosalie avait pour habitude de laisser des chèques en blanc dans les bottins des cabines téléphoniques. Dans Le nain jaune, écrit immédiatement après la mort de son père, il raconte la vie de celui-ci. C’est une magnifique déclaration d’amour d’un père à son fils. Sans nier ses failles, mais son rôle n’est pas d’être procureur. Pour mettre l’eau à la bouche, le passage sur l’opération de la prostate de Papa Jardin est quasi épique.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.