Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092491720
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 64
Format : 130 x 190 mm
Nouveauté

Ariane contre le Minotaure - Histoires noires de la Mythologie - Dès 12 ans

Marie-Odile Hartmann (Texte de)
Date de parution : 09/09/2021

Les Histoires noires de la Mythologie : Ariane contre le Minotaure

« C’était donc là ce fameux Labyrinthe, dont nul ne s’échappait ? Une simple grotte ? Il suffisait d’attendre que leurs ennemis se soient éloignés pour sortir par la même issue ! Ils commençaient à se rassurer quand ils sentirent un violent courant d’air. Le sol trembla. Ils furent jetés à...

« C’était donc là ce fameux Labyrinthe, dont nul ne s’échappait ? Une simple grotte ? Il suffisait d’attendre que leurs ennemis se soient éloignés pour sortir par la même issue ! Ils commençaient à se rassurer quand ils sentirent un violent courant d’air. Le sol trembla. Ils furent jetés à terre. »

Les récits les plus sombres de la mythologie adaptés pour les adolescants. 
Dès 12 ans. 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092491720
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 64
Format : 130 x 190 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Takalirsa Posté le 2 Juillet 2021
    C'est le cinquième roman que je lis sur le mythe du Minotaure mais chaque fois le point de vue adapté a été différent, ce qui a toujours apporté une originalité au récit. Après avoir lu la version du héros, jeune (Thésée contre le Minotaure) puis âgé dans un récit rétrospectif très drôle (Thésée énerve le Minotaure), celle de l'architecte (Le labyrinthe de Dédale) et même du monstre (Moi, le Minotaure), voici donc l'histoire telle qu'elle est perçue par Ariane. Ariane est une jeune fille toute en sensibilité et émotion ("Je trouve injuste que meurent tous ces jeunes, tous ces innocents mis à mort, de génération en génération, cela me révolte!"). C'est une passionnée et en même temps elle est très courageuse de s'opposer à son père, le roi Minos. Thésée ne s'y trompe pas ("Quelle personnalité!"), lui qui n'aurait jamais pu venir à bout du Minotaure sans l'aide de la princesse. Le prince athénien est un personnage double, que l'on sent manipulateur au départ. Certains indices annoncent d'ailleurs sa trahison: le fait que son premier élan ait été pour Phèdre et non Ariane, et aussi qu'il semble craindre les sentiments de cette dernière ("Mal à l'aise, il comprit qu'il la troublait:... C'est le cinquième roman que je lis sur le mythe du Minotaure mais chaque fois le point de vue adapté a été différent, ce qui a toujours apporté une originalité au récit. Après avoir lu la version du héros, jeune (Thésée contre le Minotaure) puis âgé dans un récit rétrospectif très drôle (Thésée énerve le Minotaure), celle de l'architecte (Le labyrinthe de Dédale) et même du monstre (Moi, le Minotaure), voici donc l'histoire telle qu'elle est perçue par Ariane. Ariane est une jeune fille toute en sensibilité et émotion ("Je trouve injuste que meurent tous ces jeunes, tous ces innocents mis à mort, de génération en génération, cela me révolte!"). C'est une passionnée et en même temps elle est très courageuse de s'opposer à son père, le roi Minos. Thésée ne s'y trompe pas ("Quelle personnalité!"), lui qui n'aurait jamais pu venir à bout du Minotaure sans l'aide de la princesse. Le prince athénien est un personnage double, que l'on sent manipulateur au départ. Certains indices annoncent d'ailleurs sa trahison: le fait que son premier élan ait été pour Phèdre et non Ariane, et aussi qu'il semble craindre les sentiments de cette dernière ("Mal à l'aise, il comprit qu'il la troublait: elle agissait donc par amour?"). En réalité, tous les personnages de l'histoire sont très subtils. J'ai aimé celui de la nourrice, Tarrha, confidente bienveillante voire mère de substitution. Tarrha se montre méfiante envers Thésée ("Qui te dit qu'il est vraiment ce qu'il prétend être?") mais soutiendra Ariane jusqu'au bout. J'ai également apprécié la scène où Dédale entraîne l'adolescente en expédition jusqu'à la salle du trône pour y dérober l'épée destinée à tuer le Minotaure: on y découvre tous les passages secrets et stratagèmes ingénieux imaginés par l'architecte. L'autrice dresse aussi un portrait du Minotaure plus fin qu'il n'y paraît: "Il était difficile de décider s'il tenait de l'homme ou de la bête. Son regard, empreint d'une infinie tristesse, si humain au milieu de toute cette difformité, avait quelque chose de troublant". Face au monstre, Thésée est d'ailleurs "partagé entre terreur et compassion". Ainsi, passé les deux premiers chapitres denses (mais nécessaires) en informations sur l'origine de la bête et du pacte entre la Crète et Athènes, on se laisse volontiers porter par l'histoire, même quand on la connaît par cœur! C'est ce qui fait que le roman est étudié depuis des années dans mon collège et que nous l'avons choisi pour le défi lecture des 6e!
    Lire la suite
    En lire moins
  • MDWI Posté le 28 Novembre 2020
    Ce petit livre raconte pour un jeune public (9-12 ans) ce mythe de la mythologie. C'était la lecture scolaire de mon fils pour les vacances , je la lui ai empruntée. L'histoire est courte mais assez complète, les dialogues sont modernes, les péripéties nombreuses et bien traitées. J'ai un peu moins accroché aux personnages dont les motivations m'ont semblées peu crédibles (même si la mythologie ne l'est guère plus dans l'ensemble) mais cela reste en adéquation avec le public visé.
  • lectiole Posté le 25 Octobre 2020
    Redécouvrir une histoire qu'on connaît permet toujours de s'interroger sur les choix opérés par l'auteur. Concernant Ariane, on se demande toujours comment (et pourquoi) Thésée va l'abandonner et qui d'Artémis ou de Dionysos va ensuite venir s'intégrer dans le fil de sa destinée. Ici, le suspense est d'autant plus grand que la relation entre Ariane, seize ans, et sa sœur Phèdre, est tout de suite mise en avant par rapport à celle d'un héros, Thésée, qui fait malgré lui pâle figure face à son cousin Heraclès. L'histoire d'Ariane revue par Marie-Odile Hartmann est différente de celle contée par Madeline Miller dans "Circé", par exemple, car elle s'éloigne davantage de "l'Odyssée" d'Homère. Mais ces 109 pages suivies d'un dossier d'une quinzaine de pages se révèlent un roman jeunesse divertissant et qui se lit rapidement, en dix chapitres suivis d'un épilogue.
  • quentinbabelio Posté le 15 Mars 2020
    Ariane contre le Minotaure L'auteur Marie-Odile Hartmann est de nationalité Française. Elle exerce également le métier de comédienne et d' enseignante de grec et latin dans des collèges. Elle a aussi écrit le livre "le message de l'ange". Nous sommes en 1450 avent Jésus Christ en Crète. Ariane le personnage principal découvre que tous les neuf ans, 14 filles et garçons sont exécutés dans un labyrinthe par la faute de son père, Minos. Parmi ces 14 filles et garçons se trouve Thésée le fils du roi d'Athènes. Ariane se sent attirée par lui. Elle va tout donner jusqu'à trahir son propre père pour sauver la vie de Thésée... Ariane est une jeune fille de 16 ans brune, plutôt belle, de petite taille et de sang royal. Elle est rusée et courageuse mais parfois un peu inconsciente... J’ai apprécié l’histoire car elle est courte mais néanmoins pleine de péripéties. La lecture a été simple car tous les mots sont compréhensibles. Je conseille ce livre aux jeunes entre 9 et 13 ans qui aiment bien la mythologie de la Grèce antique.
  • viou03 Posté le 25 Octobre 2018
    Une jolie légende reprise ici et adaptée au dyslexique. J'ai été ravie de relire cette légende dont certaines parties m'avait échappées au fil du temps. Je ne parlerai pas de l'histoire que tout le monde connaît mais du livre et de sa présentation. On a ici un texte très aéré permettant une lecture fluide et simplifiée. Dans les dialogues, la prise de parole de chaque personnage est représentée par le profil de ces derniers : une riche idée pour aider l'enfant à s'y retrouver. Les mots difficiles sont expliqués. Les mots complexes sont divisés en syllabes de couleurs légèrement différentes pour les parties avec un son complexe ou une association de lettres donnant une syllabe pas simple. C'est le premier roman dys pour les pré-ados que je lis (j'en ai lu pour les plus jeunes), je trouve que la mise en page est bien faite et peut donner envie à un enfant pour qui la lecture est un moment difficile de découvrir ce récit grâce à sa présentation aérée. Une belle histoire à (re) découvrir dans cette version à la lecture facilitée.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés