RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Austerlitz 10.5

            Belfond
            EAN : 9782714473356
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 272
            Format : 140 x 225 mm
            Austerlitz 10.5

            ,

            Date de parution : 17/03/2016
            Imaginez un monde où la Joconde a disparu…
            En 1910 la Seine avait atteint lors de la grande crue de Paris son niveau maximal : 8.62 mètres sur l'échelle hydrométrique du pont d'Austerlitz.
            Aujourd’hui, la pluie tombe depuis trois jours dans la capitale. Les trois premiers jours les habitants de la grande ville ont râlé. Et puis, le soir du...
            En 1910 la Seine avait atteint lors de la grande crue de Paris son niveau maximal : 8.62 mètres sur l'échelle hydrométrique du pont d'Austerlitz.
            Aujourd’hui, la pluie tombe depuis trois jours dans la capitale. Les trois premiers jours les habitants de la grande ville ont râlé. Et puis, le soir du quatrième jour, l’alimentation électrique a été coupée. La plupart des arrondissements ont alors connu un black-out total faisant souffler un vent de panique sans précédent dans la population. Le métro a été fermé. L’ensemble du vaste réseau sous-terrain des transports publics s’étant retrouvé noyé par des hectolitres d’eau sombre et glacée. Lorsque les premiers immeubles se sont effondrés et que la grande vague de boue a déferlé sur la ville, une véritable hystérie collective s’est emparée des parisiens et les pires exactions ont été commises. Au nom de la survie… La peur, puis la violence ont déferlé sur la ville.
            Paris est dévastée et la plupart des habitants, du moins ceux qui ont la chance d’avoir encore un toit, se terrent chez eux en attendant que cette pluie démentielle cesse enfin…
            Sous le pont d’Austerlitz l’eau a atteint son record : 10.5.

            Un an plus tard, on sait que Paris ne sera plus jamais la même. Pour François Mallarmé qui a tout perdu dans cette catastrophe, sa femme et son enfant, la vie n’est qu’un long cauchemar. Il continue tant bien que mal à faire son boulot de flic dans une ville où plus rien n’a de sens. Jusqu’au jour où une affaire de meurtres sordides le ramène à son cauchemar, au cœur même du Louvre,  dans ce musée qui pour le monde entier était le symbole de ce qui fut la plus belle ville du monde, et où même la Joconde a disparu….
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714473356
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 272
            Format : 140 x 225 mm
            Belfond
            19.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            «Roman à quatre mains écrit par François-Xavier Dillard et Anne-Laure Béatrix (directrice des relations extérieures du Louvre), ont concocté un thriller apocalyptique dans un Paris submergé par la crue du siècle. La catastrophe qui ouvre l’histoire, semble tellement bluffante de réalité qu’on ne peut qu’y croire. Rien n’est épargné, ni les gens ni les lieux, on en prend plein la figure… un réalisme tout à fait effrayant… Et au milieu de ce chaos, des meurtres en série. Les auteurs nous proposent un récit palpitant dans cette ambiance crépusculaire, tout en ménageant le suspense jusqu'au bout. L’intrigue nous entraine dans des sociétés occultes, mêlant trafic d’œuvres d’art, soirées privées licencieuses, avec en toile de fond un des lieux les plus emblématiques de la capitale : le musée du Louvre. Au final : un thriller aux ficelles nombreuses, bien rodé au service d’un scénario habilement construit, et qui ménage le suspens jusqu’au bout. Et qui accroche le lecteur…»
            Christian Rappolt / Librairie Wachenheim - Sélestat - 67

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Pistache21 Posté le 29 Avril 2019
              L'idée est originale Face à l'adversité, il y aura toujours des hommes pour s'enrichir du malheur des autres Déçue par la fin qui m'a laissée sur... ma faim !
            • LeoLabs Posté le 29 Mars 2019
              J'ai été attiré par ce roman de par son contexte des plus original, un Paris dévasté par une crue historique de la Seine après des jours de déluge. Le prologue spectaculaire annonçait un récit jubilatoire. Malheureusement le rythme est assez irrégulier et l’enquête policière peu passionnante (mon humble avis bien sur).
            • Jaklek Posté le 8 Mars 2018
              le Louvre a été submergé, la Joconde a bu le bouillon, des êtres humains ont péri avec, et d'autres ont succombé à leurs démons. Le commissaire Mallarmé, qui n'a pas été épargné mène l'enquête parmi une faune de dépravés qui pensent que l'argent peut tout acheter, y compris la vie humaine. Un peu glauque à mon goût, mais je dois accorder aux auteurs l'art consommé du suspens pour l'un et une vraie connaissance des tableaux du Louvre pour l'autre.
            • zazy Posté le 16 Juin 2017
              Le déluge s’est abattu sur Paris. L’eau monte, s’engouffre dans le métro, s’infiltre dans les tunnels, sape les immeubles qui s’effondrent comme des châteaux de sable. La catastrophe a fait beaucoup de morts, causé d’énormes dégâts dont la ville n’arrive pas à se relever. Paris est dévasté et la province ne veut plus payer pour réparer. Le gouvernement s’est replié à Vincennes, laissant la place à la maire de Paris. Les politiques étant ce qu’ils sont, les luttes intestines, larvées, ou au grand jour éclatent qui facilitent les trafics en tout genre. Une faune composée de gangs, de trafiquants, meurtriers… règne dans les sous-sols de la capitale. « Car après le chagrin et la peine, après la sueur et les larmes, viendrait le temps du chaos et des troubles. » Des personnalités, des peoples comme l’on dit, sont tuées. François Mallarmé (mal armé pour survivre à la mort de sa femme et de son fils) reprend son métier de flic et conduit cette enquête qui le mènera au Louvre, dévasté après l’explosion, par la force de l’eau, de la pyramide. En effet, le seul point commun que Mallarmé trouve entre toutes ces personnalités est un rendez-vous au Louvre. Le fils d’une... Le déluge s’est abattu sur Paris. L’eau monte, s’engouffre dans le métro, s’infiltre dans les tunnels, sape les immeubles qui s’effondrent comme des châteaux de sable. La catastrophe a fait beaucoup de morts, causé d’énormes dégâts dont la ville n’arrive pas à se relever. Paris est dévasté et la province ne veut plus payer pour réparer. Le gouvernement s’est replié à Vincennes, laissant la place à la maire de Paris. Les politiques étant ce qu’ils sont, les luttes intestines, larvées, ou au grand jour éclatent qui facilitent les trafics en tout genre. Une faune composée de gangs, de trafiquants, meurtriers… règne dans les sous-sols de la capitale. « Car après le chagrin et la peine, après la sueur et les larmes, viendrait le temps du chaos et des troubles. » Des personnalités, des peoples comme l’on dit, sont tuées. François Mallarmé (mal armé pour survivre à la mort de sa femme et de son fils) reprend son métier de flic et conduit cette enquête qui le mènera au Louvre, dévasté après l’explosion, par la force de l’eau, de la pyramide. En effet, le seul point commun que Mallarmé trouve entre toutes ces personnalités est un rendez-vous au Louvre. Le fils d’une des victimes était avec son père et a sûrement été kidnappé par le meurtrier. Une bande comme il y en a tant dans les boyaux du métro ? Une demande de rançon ? KKK le rédacteur en chef du Nouveau Parisien, colle l’affaire entre les mains de Chloé, jeune journaliste, « L’affaire prend une tournure éminemment politique, Chloé. Notre ministre de l’Intérieur ne manquera pas de saurer sur l’occasion de ce nouveau meurtre, de cette disparition, pour appeler à un retour immédiat du gouvernement à Paris. Et pour flinguer au passage les projets d’autonomie de notre maire chérie, l’inénarrable Marianne Figari… Tu ne vas quand même pas laisser ça à ce pauvre Fignol et à ses chiens écrasés » On dit que les parallèles ne rejoignent jamais. Pourtant Mallarmé et Chloé vont finir par se rencontrer et travailler ensemble soulevant les trafics d’œuvres d’art, les soirées privées spéciales Comment parler de ce bouquin qui m’a tenu en haleine jusqu’à la fin ? De fausses pistes en rencontre, de meurtres en soirées licencieuses… chapitre par chapitre, de page en page, les deux auteurs ont écrit un suspens avec de nombreuses pistes, habilement tressées avec une fin…. Anne-Laure Béatrix connait le Louvre sur le bout de ses pieds, donnant, ainsi beaucoup de véracité aux lieux. Chaque titre de chapitre porte le nom d’une œuvre où le crime lié est mis en scène. Pourquoi le meurtrier a-t-il agi ainsi ? Ce roman apocalyptique à quatre mains est stupéfiant de réalisme. Les eaux troubles de la Seine ne sont rien à côté du marigot souterrain et politique. Les premiers chapitres parlant de l’inondation sont apocalyptiques et vraisemblables. L’écriture est nerveuse sans être sèche, le scénario construit aux petits oignons ; de la belle ouvrage. Je suis conquise
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lorrainedesmordusdelecture Posté le 20 Avril 2017
              Une pluie diluvienne s'abbat sur Paris....atteignant 10m50 sous le pont d'Austerlitz, dévastant une grande partie du précieux patrimoine Français. .. Un an après, une série de meurtres tout aussi cinglants les uns que les autres vient toucher la capitale. ..le point commun de ces meurtres?? Le Louvre, La Joconde ...vous ne verrez plus Jamais ce musée et ce célèbre tableau de la même façon. ...et une simple averse non plus d'ailleurs. .. . Un immense merci à François-Xavier Dillard de m'avoir permis de lire ce livre co-écrit avec Anne-Laure Béatrix, en avant première.....deux plumes extraordinaires, pleines de rebondissements et d'intrigues. ...
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.