Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714473356
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 225 mm

Austerlitz 10.5

,

Date de parution : 17/03/2016
Imaginez un monde où la Joconde a disparu…
En 1910 la Seine avait atteint lors de la grande crue de Paris son niveau maximal : 8.62 mètres sur l'échelle hydrométrique du pont d'Austerlitz.
Aujourd’hui, la pluie tombe depuis trois jours dans la capitale. Les trois premiers jours les habitants de la grande ville ont râlé. Et puis, le soir du...
En 1910 la Seine avait atteint lors de la grande crue de Paris son niveau maximal : 8.62 mètres sur l'échelle hydrométrique du pont d'Austerlitz.
Aujourd’hui, la pluie tombe depuis trois jours dans la capitale. Les trois premiers jours les habitants de la grande ville ont râlé. Et puis, le soir du quatrième jour, l’alimentation électrique a été coupée. La plupart des arrondissements ont alors connu un black-out total faisant souffler un vent de panique sans précédent dans la population. Le métro a été fermé. L’ensemble du vaste réseau sous-terrain des transports publics s’étant retrouvé noyé par des hectolitres d’eau sombre et glacée. Lorsque les premiers immeubles se sont effondrés et que la grande vague de boue a déferlé sur la ville, une véritable hystérie collective s’est emparée des parisiens et les pires exactions ont été commises. Au nom de la survie… La peur, puis la violence ont déferlé sur la ville.
Paris est dévastée et la plupart des habitants, du moins ceux qui ont la chance d’avoir encore un toit, se terrent chez eux en attendant que cette pluie démentielle cesse enfin…
Sous le pont d’Austerlitz l’eau a atteint son record : 10.5.

Un an plus tard, on sait que Paris ne sera plus jamais la même. Pour François Mallarmé qui a tout perdu dans cette catastrophe, sa femme et son enfant, la vie n’est qu’un long cauchemar. Il continue tant bien que mal à faire son boulot de flic dans une ville où plus rien n’a de sens. Jusqu’au jour où une affaire de meurtres sordides le ramène à son cauchemar, au cœur même du Louvre,  dans ce musée qui pour le monde entier était le symbole de ce qui fut la plus belle ville du monde, et où même la Joconde a disparu….
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714473356
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 225 mm
Belfond
En savoir plus

Ils en parlent

«Roman à quatre mains écrit par François-Xavier Dillard et Anne-Laure Béatrix (directrice des relations extérieures du Louvre), ont concocté un thriller apocalyptique dans un Paris submergé par la crue du siècle. La catastrophe qui ouvre l’histoire, semble tellement bluffante de réalité qu’on ne peut qu’y croire. Rien n’est épargné, ni les gens ni les lieux, on en prend plein la figure… un réalisme tout à fait effrayant… Et au milieu de ce chaos, des meurtres en série. Les auteurs nous proposent un récit palpitant dans cette ambiance crépusculaire, tout en ménageant le suspense jusqu'au bout. L’intrigue nous entraine dans des sociétés occultes, mêlant trafic d’œuvres d’art, soirées privées licencieuses, avec en toile de fond un des lieux les plus emblématiques de la capitale : le musée du Louvre. Au final : un thriller aux ficelles nombreuses, bien rodé au service d’un scénario habilement construit, et qui ménage le suspens jusqu’au bout. Et qui accroche le lecteur…»
Christian Rappolt / Librairie Wachenheim - Sélestat - 67

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ramettes Posté le 31 Juillet 2021
    Un titre qui intrigue, une couverture très accrocheuse, très belle et me voilà embarqué dans un roman policier. Au début on est vraiment dans le roman SF apocalyptique on est au cœur de la tourmente avec les éléments qui se déchaînent. On a à peine le temps de respirer qu’on est submergé par les vagues d’eau et de boue… on est avec les personnages qui vivent des situations dramatiques. La fin du chapitre on reprend notre souffle mais pas tous les personnages… Puis un an passe est c’est un Paris post-apocalyptique qui apparaît et avec lui les enquêtes. Le commissaire suit un tueur en série et une journaliste des trafics… mais comme le monde est petit tout semble s’entremêler. On n’est pas au bout de nos surprises et nos protagonistes non plus. Rebondissements en tout genre. La Mort rode, plane… on est dans une atmosphère délétère. Il faut se méfier de tout le monde, on ne sait pas qui va donner le prochain coup mortel. Qui dit Paris, dit capitale et l’on voit les enjeux politiques qui viennent nourrir l’ambiance malsaine où les relations sont faussées. Une sorte de course contre la montre se met en place dès qu’un enfant disparaît parce... Un titre qui intrigue, une couverture très accrocheuse, très belle et me voilà embarqué dans un roman policier. Au début on est vraiment dans le roman SF apocalyptique on est au cœur de la tourmente avec les éléments qui se déchaînent. On a à peine le temps de respirer qu’on est submergé par les vagues d’eau et de boue… on est avec les personnages qui vivent des situations dramatiques. La fin du chapitre on reprend notre souffle mais pas tous les personnages… Puis un an passe est c’est un Paris post-apocalyptique qui apparaît et avec lui les enquêtes. Le commissaire suit un tueur en série et une journaliste des trafics… mais comme le monde est petit tout semble s’entremêler. On n’est pas au bout de nos surprises et nos protagonistes non plus. Rebondissements en tout genre. La Mort rode, plane… on est dans une atmosphère délétère. Il faut se méfier de tout le monde, on ne sait pas qui va donner le prochain coup mortel. Qui dit Paris, dit capitale et l’on voit les enjeux politiques qui viennent nourrir l’ambiance malsaine où les relations sont faussées. Une sorte de course contre la montre se met en place dès qu’un enfant disparaît parce qu’il était au mauvais endroit et au mauvais moment… Le problème c’est que les personnages sont des gens blessés moralement, affaiblis et perturbés alors ils ne sont pas à cent pourcent performants et il y a de gros malades de la tête en face !!!). Les vies humaines n’ont plus de valeur. L’intrigue, les personnages, les décors, d’accord j’ai bien aimé… mais ce qui m’a vraiment mais vraiment plu et qui fait son originalité se sont les titres des chapitres. En effet, chaque chapitre porte le nom d’un tableau, sculpture du Louvre… Car Le Louvre est un personnage de l’histoire ! Mais ce n’est pas juste pour faire joli… le contenu du chapitre fait écho à l’œuvre et là s’engage une relation entre le lecteur et le livre. Cela m’a fait penser à un « desk », un mur avec des images qui inspire l’écrivain et qui donne le sentiment texte augmenté, derrière les mots une image. Avant de commencer le chapitre je regardais sur mon téléphone une reproduction et je me demander à quoi le texte allait s’attacher… Attention ce n’est pas une explication picturale… par exemple une scène de chasse cela va donner un chapitre où l’action et la traque vont être les maîtres mots… Parfois je n’ai pas trouvé vraiment le lien subtil. C’est un livre qui mériterait avoir des illustrations.
    Lire la suite
    En lire moins
  • collectifpolar Posté le 14 Décembre 2019
    Dans un Paris apocalyptique, le policier François Mallarmé voit sa vie basculer quand il perd sa femme et sa fille lors de la submersion d’une rame de métro. Ecrasé par le chagrin il doit cependant faire face à une affaire de meurtres troublants et son enquête l’amène dans l’un des lieux les plus emblématiques de la capitale, le musée du Louvres. Entre manipulations, chantage, rituels barbares et fêtes décadentes, Mallarmé va être plongé dans un univers sans règles ni morale, confronté à nouveau à la souffrance, à la folie et à la mort… Sur fond de crue du siècle dans la capitale française, les 2 auteurs nous entraînent dans une course effrénée pour démasquer un sérial killer mais pas que … Et c’est là tout l’intérêt de ce livre qui nous fait découvrir les coulisses du Louvre où se livrent de bien drôles de soirées privées ainsi que dans les couloirs du métro abandonnés après la crue et où se déroulent de bien drôles de choses. Au passage, quelques petits coups de griffes envers certains Hauts Fonctionnaires et soi-disant serviteurs de l’Etat sont finement assénés. Bref une anticipation plutôt crédible qu’on ne souhaiterait pas voir se réaliser. A nouveau une belle réussite pour FX Dillard... Dans un Paris apocalyptique, le policier François Mallarmé voit sa vie basculer quand il perd sa femme et sa fille lors de la submersion d’une rame de métro. Ecrasé par le chagrin il doit cependant faire face à une affaire de meurtres troublants et son enquête l’amène dans l’un des lieux les plus emblématiques de la capitale, le musée du Louvres. Entre manipulations, chantage, rituels barbares et fêtes décadentes, Mallarmé va être plongé dans un univers sans règles ni morale, confronté à nouveau à la souffrance, à la folie et à la mort… Sur fond de crue du siècle dans la capitale française, les 2 auteurs nous entraînent dans une course effrénée pour démasquer un sérial killer mais pas que … Et c’est là tout l’intérêt de ce livre qui nous fait découvrir les coulisses du Louvre où se livrent de bien drôles de soirées privées ainsi que dans les couloirs du métro abandonnés après la crue et où se déroulent de bien drôles de choses. Au passage, quelques petits coups de griffes envers certains Hauts Fonctionnaires et soi-disant serviteurs de l’Etat sont finement assénés. Bref une anticipation plutôt crédible qu’on ne souhaiterait pas voir se réaliser. A nouveau une belle réussite pour FX Dillard et son acolyte du moment.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pistache21 Posté le 29 Avril 2019
    L'idée est originale Face à l'adversité, il y aura toujours des hommes pour s'enrichir du malheur des autres Déçue par la fin qui m'a laissée sur... ma faim !
  • LeoLabs Posté le 29 Mars 2019
    J'ai été attiré par ce roman de par son contexte des plus original, un Paris dévasté par une crue historique de la Seine après des jours de déluge. Le prologue spectaculaire annonçait un récit jubilatoire. Malheureusement le rythme est assez irrégulier et l’enquête policière peu passionnante (mon humble avis bien sur).
  • Jacline Posté le 8 Mars 2018
    le Louvre a été submergé, la Joconde a bu le bouillon, des êtres humains ont péri avec, et d'autres ont succombé à leurs démons. Le commissaire Mallarmé, qui n'a pas été épargné mène l'enquête parmi une faune de dépravés qui pensent que l'argent peut tout acheter, y compris la vie humaine. Un peu glauque à mon goût, mais je dois accorder aux auteurs l'art consommé du suspens pour l'un et une vraie connaissance des tableaux du Louvre pour l'autre.
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.