Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782258075245
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 392
Format : 132 x 201 mm
Avant la fin du monde
Dédicaces 3
Luba Jurgenson (traduit par)
Date de parution : 18/03/2010
Éditeurs :
Presses de la cité
En savoir plus

Avant la fin du monde

Dédicaces 3

Luba Jurgenson (traduit par)
Date de parution : 18/03/2010

Elémentaire, mon cher Fandorine…

Parure précieuse qui s'évanouit dans la nature, serpent monstrueux s'attaquant aux héritiers d'une famille fortunée, crime presque parfait ou « épidémie » de suicides au fin fond d'une Sibérie rongée...

Parure précieuse qui s'évanouit dans la nature, serpent monstrueux s'attaquant aux héritiers d'une famille fortunée, crime presque parfait ou « épidémie » de suicides au fin fond d'une Sibérie rongée par la superstition… Aucune énigme, aussi machiavélique soit-elle, ne résiste à la sagacité d'Eraste Fandorine.
Ces quatre enquêtes dédiées aux...

Parure précieuse qui s'évanouit dans la nature, serpent monstrueux s'attaquant aux héritiers d'une famille fortunée, crime presque parfait ou « épidémie » de suicides au fin fond d'une Sibérie rongée par la superstition… Aucune énigme, aussi machiavélique soit-elle, ne résiste à la sagacité d'Eraste Fandorine.
Ces quatre enquêtes dédiées aux maîtres de la littérature policière que sont Arthur Conan Doyle, Patricia Highsmith, Agatha Christie et Umberto Eco révèlent un Boris Akounine au sommet de son art, capable de naviguer d'un univers romanesque à un autre avec une aisance époustouflante.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258075245
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 392
Format : 132 x 201 mm
Presses de la cité
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nanouche 06/09/2021
    Ce petit recueil propose quatre nouvelles, quatre enquêtes de Fandorine, détective russe à la fin du 19° siècle. La guivre des Baskarov : un serpent fantastique, la guivre (ou vouivre) terrorise une famille de la noblesse rurale. Les morts violentes se succèdent. 0.1 pour cent : un prince tué à la chasse. Accident ou meurtre prémédité ? Pourtant l'auteur du coup de feu mortel n'a aucun mobile. Le five o'clock à Bristol : réfugié à Bristol Fandorine élucide avec l'aide de sa logeuse, une vieille dame perspicace, le mystère de la disparition d'un vieux lord... et de sa rivière de diamants. C'est l'occasion d'une petite pique particulièrement d'actualité : "Le football, ce jeu dont les amis britanniques de Fandorine lui avaient rebattu les oreilles, n'avait en réalité aucun intérêt. (...) Persuadé que ce jeu n'avait aucun avenir, Eraste Pétrovitch quitta le stade (...)" Avant la fin du monde : épidémie de suicides chez les vieux croyants (des schismatiques de Sibérie). Cette nouvelle est la plus longue, à peu près autant que les trois précédentes réunies. Cela permet donc à l'auteur d'installer un cadre plus détaillé, ce que j'ai apprécié. Il y a aussi une réflexion sur la russité : "Les voyageurs s'adonnaient à deux éternels plaisirs... Ce petit recueil propose quatre nouvelles, quatre enquêtes de Fandorine, détective russe à la fin du 19° siècle. La guivre des Baskarov : un serpent fantastique, la guivre (ou vouivre) terrorise une famille de la noblesse rurale. Les morts violentes se succèdent. 0.1 pour cent : un prince tué à la chasse. Accident ou meurtre prémédité ? Pourtant l'auteur du coup de feu mortel n'a aucun mobile. Le five o'clock à Bristol : réfugié à Bristol Fandorine élucide avec l'aide de sa logeuse, une vieille dame perspicace, le mystère de la disparition d'un vieux lord... et de sa rivière de diamants. C'est l'occasion d'une petite pique particulièrement d'actualité : "Le football, ce jeu dont les amis britanniques de Fandorine lui avaient rebattu les oreilles, n'avait en réalité aucun intérêt. (...) Persuadé que ce jeu n'avait aucun avenir, Eraste Pétrovitch quitta le stade (...)" Avant la fin du monde : épidémie de suicides chez les vieux croyants (des schismatiques de Sibérie). Cette nouvelle est la plus longue, à peu près autant que les trois précédentes réunies. Cela permet donc à l'auteur d'installer un cadre plus détaillé, ce que j'ai apprécié. Il y a aussi une réflexion sur la russité : "Les voyageurs s'adonnaient à deux éternels plaisirs russes : le chant et la conversation. Eraste Pétrovitch se demanda si ce n'était pas là l'origine de toute la littérature russe avec sa lenteur, ses investigations des tréfonds de l'âme et sa totale liberté de pensée. A quel moment et où les habitants de ce pays qui n'avait jamais connu la liberté pouvaient-ils enfin se sentir libre? Lorsqu'ils se trouvaient sur la route ! Là, il n'y avait ni le propriétaire, ni le supérieur, ni la famille." Une lecture facile et plaisante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • boubili 10/04/2020
    Ce livre est composé de 3 nouvelles et d’un court roman sur les aventures de Eraste Fandorine, un policier russe dans les années 1890. Chaque histoire représente une dédicace à un auteur illustre : Arthur Conan Doyle, Agatha Christie, Patricia Highsmith et Umberto Eco. Le style de l’auteur s’adapte, les histoires aussi. La première nouvelle, La guivre des Baskakov, une référence évidente au Chien des Baskerville, se déroule dans la campagne russe, qui est terrorisée par un serpent monstrueux : légende ou réalité ? Dans la deuxième, hommage à Patricia Highsmith, un notable trouve la mort lors d’une partie de chasse. L’auteur du coup de feu n’a aucun lien avec lui mais un témoin affirme qu’il s’agit d’un assassinat et non pas d’un accident. Dans la troisième, le five o’clock à Bristol, notre héros Eraste Fandorine se retrouve dans une sorte d’exil à Londres. Il va se retrouver mêler à une histoire de témoignage et de collier disparu. Enfin, la dernière nouvelle, ou roman court, Eraste Fandorine est de retour en Russie et part dans une communauté reculée du grand nord, où schismatiques, les vieux-croyants se suicident les uns après les autres, dans la peur de l’antéchrist. C’était ma première rencontre... Ce livre est composé de 3 nouvelles et d’un court roman sur les aventures de Eraste Fandorine, un policier russe dans les années 1890. Chaque histoire représente une dédicace à un auteur illustre : Arthur Conan Doyle, Agatha Christie, Patricia Highsmith et Umberto Eco. Le style de l’auteur s’adapte, les histoires aussi. La première nouvelle, La guivre des Baskakov, une référence évidente au Chien des Baskerville, se déroule dans la campagne russe, qui est terrorisée par un serpent monstrueux : légende ou réalité ? Dans la deuxième, hommage à Patricia Highsmith, un notable trouve la mort lors d’une partie de chasse. L’auteur du coup de feu n’a aucun lien avec lui mais un témoin affirme qu’il s’agit d’un assassinat et non pas d’un accident. Dans la troisième, le five o’clock à Bristol, notre héros Eraste Fandorine se retrouve dans une sorte d’exil à Londres. Il va se retrouver mêler à une histoire de témoignage et de collier disparu. Enfin, la dernière nouvelle, ou roman court, Eraste Fandorine est de retour en Russie et part dans une communauté reculée du grand nord, où schismatiques, les vieux-croyants se suicident les uns après les autres, dans la peur de l’antéchrist. C’était ma première rencontre avec Eraste mais certainement pas la dernière : dès le confinement terminé, je me procurerais les 2 autres livres de la série. J’aime beaucoup les polars, mais ce qui fait tout le sel de cette série, c’est l’utilisation de la logique et de la déduction. En effet, se déroulant au XIXème siècle, il n’y a pas de techniques scientifiques pour les enquêtes, le protagoniste se base donc sur la logique pour résoudre ses enquêtes. J’ai aussi aimé l’aspect ethnographique avec la rencontre des habitants russes, ceux des villes ou ceux des « champs », j’ai apprécié découvrir leurs coutumes, etc. Dans la 4ème nouvelle, on est emmené dans un voyage en traineau à travers les glaces, on découvre une communauté qui existe encore : les vieux-croyants, j’ai trouvé ça passionnant. Petit bémol : ces nouvelles sont inégales, la 2ème est un hommage d’accord mais c’est du déjà-vu et revu. Cela reste tout de même une agréable découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bilonico 25/07/2014
    Recueil de quatre nouvelles relatant des aventures d'Eraste Fandorine et permettant de combler certains trous de sa biographie. A noter particulièrement la nouvelle éponyme nous immergeant dans le Nord russe dans les villages des vieux croyants (ceux ayant refusé les évolutions de l'orthodoxie impulsées au XVIIème siècle par Pierre le Grand). Toujours stimulant et addictif.
  • Thoxana 03/04/2011
    Dans cette série de nouvelles, Boris Akounine nous entraîne une fois encore dans les pas de son héros fétiche : Eraste Fandorine. Cette fois, 4 aventures attendent notre fin limier. 4 aventures en forme d'hommages et de pastiches d'autres écrivains du genre policier : Dédicaces à Conan Doyle, Patricia Highsmith, Agatha Christie et Umberto Eco. C'est très amusant et bien raconté. Pour les amateurs du genre !!
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.