En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Avant que naisse la forêt

        Les Escales
        EAN : 9782365691833
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 224
        Format : 140 x 225 mm
        Avant que naisse la forêt

        Collection : Domaine français
        Date de parution : 25/08/2016
        Un premier roman qui conte l’histoire d’un deuil impossible. Le tête-à-tête d’un homme avec une forêt et les secrets de sa famille.
         
        Marié à une jolie rousse, père d’une petite fille, Albert vit paisiblement au bout du RER parisien. Un jour qu’il traîne au lit avec sa femme, il laisse le téléphone sonner. Le répondeur se déclenche : sa mère est morte.
        Albert décide de faire le point et s’enferme seul avec l’urne...
        Marié à une jolie rousse, père d’une petite fille, Albert vit paisiblement au bout du RER parisien. Un jour qu’il traîne au lit avec sa femme, il laisse le téléphone sonner. Le répondeur se déclenche : sa mère est morte.
        Albert décide de faire le point et s’enferme seul avec l’urne maternelle dans la propriété familiale de Mayenne, une grande maison cerclée de plusieurs hectares de bois. Une idée l’obsède : trouver une chanson pour la cérémonie funèbre – une chanson qui dira à tous, et mieux que n’importe quel discours, qui était cette femme sensible et indépendante.
        Mais une nuit, il est réveillé par des bruits étranges. Dans l’aile ancienne du bâtiment, les murs chantent…  Les échos font revenir le passé. Et puis, il y a cette légende familiale qui dit qu’un ermite erre dans la forêt. Commence alors la lente remontée des souvenirs, et avec elle, celle des secrets d’une mère que seul un fils pouvait entendre.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365691833
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 224
        Format : 140 x 225 mm
        Les Escales
        17.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • sabine59 Posté le 26 Décembre 2017
          Imprégnation forestière et plume ensorcelantes ! Ce sont les ressentis d'Erveine et de Fanafanouche24 qui m'avaient donné envie de lire ce livre, merci à elles! Un premier roman qui n'a pas l'air du tout d'en être un, tant le propos est maîtrisé, le style superbe. Vous me direz que j'abonde en adjectifs élogieux, mais franchement, l'auteur les mérite. Eau, forêt, femme. Tout est là, dans cette trinité familiale, dans cette malédiction transmise , ce repli au fond des secrets de sous-bois, du lac, d'une maison dont les voix inquiètent, au coeur du chêne ardent, dans les recoins cinglants d'une chambre, au centre fou du mystère maternel. Car après la mort de sa mère,le narrateur et fils cherche sans cesse son identité profonde, jusque dans les flammes purificatrices, jusqu'à la nudité première, jusqu'à se fondre dans la forêt...Et je l'ai accompagné, fascinée par la poésie des mots, par la force attractive des arbres et de la vie sauvage, dépossédée de tout, révélatrice de l'être. Et j'ai aimé cette immersion dans les souvenirs, cette remontée du temps, notamment à travers les chansons, reflets du moi. Ce que l'auteur écrit à propos de "Partir" de Julien Clerc, ou de "Michèle" de... Imprégnation forestière et plume ensorcelantes ! Ce sont les ressentis d'Erveine et de Fanafanouche24 qui m'avaient donné envie de lire ce livre, merci à elles! Un premier roman qui n'a pas l'air du tout d'en être un, tant le propos est maîtrisé, le style superbe. Vous me direz que j'abonde en adjectifs élogieux, mais franchement, l'auteur les mérite. Eau, forêt, femme. Tout est là, dans cette trinité familiale, dans cette malédiction transmise , ce repli au fond des secrets de sous-bois, du lac, d'une maison dont les voix inquiètent, au coeur du chêne ardent, dans les recoins cinglants d'une chambre, au centre fou du mystère maternel. Car après la mort de sa mère,le narrateur et fils cherche sans cesse son identité profonde, jusque dans les flammes purificatrices, jusqu'à la nudité première, jusqu'à se fondre dans la forêt...Et je l'ai accompagné, fascinée par la poésie des mots, par la force attractive des arbres et de la vie sauvage, dépossédée de tout, révélatrice de l'être. Et j'ai aimé cette immersion dans les souvenirs, cette remontée du temps, notamment à travers les chansons, reflets du moi. Ce que l'auteur écrit à propos de "Partir" de Julien Clerc, ou de "Michèle" de Lenormand a réveillé des impressions personnelles fortes. Surtout, il y a la forêt des origines, où l'on se noie, ou l'on se retrouve.Enfin. Au-delà des morts. En un mot: impressionnant!
          Lire la suite
          En lire moins
        • JOE5 Posté le 24 Novembre 2017
          Une rencontre inoubliable, un total bouleversement. Coïncidence, loi de synchronicité ? C'est au retour de la cérémonie d'adieux célébrée pour ma soeur que j'ouvre ce livre sans savoir de quoi il traite, simplement attirée par le titre et la couverture car j'ai besoin d'être bercée. Le choc ! Dédicace "à Jacqueline" le prénom de ma soeur ! Et ces premières pages où "Albert" apprend le décès de sa mère, Jacqueline, alors qu'il écoute du Brel. BREL cité à l’extrême et BREL c'est le patronyme de ma soeur !! Alors c'est dit nous allons faire un bout de chemin ensemble, un accompagnement dans le deuil. Peu à peu le vague à l’âme anéantit les couleurs et les saveurs, le vide s’installe, la douleur fait son nid. Les souvenirs affluent repoussant le nécessaire lâcher prise. Puis la révolte éclate, le cri doit sortir si l’on ne veut pas imploser car dans ce corps recroquevillé, intériorisée la douleur enfle. Pour Albert, le chemin est long et périlleux et n’ayant pu ni crier, ni lâcher prise … Je vous laisse découvrir cet hallucinant et bouleversant récit au sein d’une forêt dévoreuse d’âmes.
        • Manika Posté le 9 Juin 2017
          Un roman au coeur de la nature comme que je les aime. Albert se retrouve dans la maison familiale au milieu de la forêt et il nous raconte son histoire, celle de sa famille, celle de sa mère, celle de cette maison et celle de cette nature qui fait partie intégrante de chacune de ces histoires. C'est aussi un profond retour sur lui même que fait Albert avec cette quête, les souvenirs ramènent avec eux des peurs des angoisses des bruits des secrets...mais aussi l'envie de tout vider, bruler, anéantir en se coupant du monde : le village mais aussi sa tante, sa femme ou sa fille. Magnifiquement porté par l'écriture poétique, ce roman nous interpelle sur nos propres réactions dans une même situation. J'ai aussi aimé les longs passages sur le choix de cette musique qui accompagnera sans doute aussi bien qu'un discours ce dernier hommage.
        • moussk12 Posté le 17 Mai 2017
          Premier roman de Jérôme Chantreau, qui pour moi est une réussite. Cet homme qui revient dans la maison de enfance, après le décès de sa mère. Mais pas n'importe quelle maison. Entourée d'une forêt sauvage, qui a abrité plusieurs générations jusqu'à lui, Albert. Il a construit sa vie et sa famille en banlieue parisienne, son travail à Paris, et rien ne prédestinait son retour sur les lieux qui l'ont vu grandir. Il doit organiser les funérailles. Il cherche une chanson qu'il ne trouvera jamais. Il est seul et il se souvient. Et tous les jours, il se promène dans cette forêt comme le faisait sa mère. Puis il entend des voix, il sent des présences. Il n' a plus envie de rien. Jour après jour, cette maison va le repousser en même temps que la forêt va l'engloutir. C'est une descente vers la folie. Mais pour lui, c'est une renaissance. C'est la communion avec la nature foisonnante, inquiétante et mystérieuse. L'écriture est très fine, choisie, agréable. J'ai passé un très bon moment de lecture.
        • BabaLoe Posté le 15 Avril 2017
          L’auteur nous embarque dans cette fiction grâce à un style puissant et tranquille comme un fleuve. Les phrases coulent avec aisance et fluidité, et diffusent une temporalité hors de tout. L’espace est lui-même repensé, à l’image de cette forêt qui parait immense et minuscule, tant Albert en connait les recoins. Un des principaux thèmes développés est celui du rapport à la mère. Le héros a perdu la sienne, mais il la retrouve dans la forêt, dont les racines des arbres sont comme des bras protecteurs. Il retrouve ce qui fait l’essence de son être, ce dont il est issu. Ce topos de la littérature est particulièrement bien exploité ici avec des alternances et des comparaisons entre humains et nature, animaux et végétaux. Tout entre en harmonie dans la nature. C’est pourquoi Albert cherche à se couper de tout ce qu’il y a d’artificiel et de mécanique dans sa vie. Les relations humaines sont présentées comme difficiles, une sorte de frein au parcours d’Albert. Sa femme, sa fille, sa sœur, il les met de côté pour se focaliser sur la maison et la forêt. Il revient à une relation primitive, sensuelle et non verbale. Ce roman propose une sorte d’esthétique de la nature, au... L’auteur nous embarque dans cette fiction grâce à un style puissant et tranquille comme un fleuve. Les phrases coulent avec aisance et fluidité, et diffusent une temporalité hors de tout. L’espace est lui-même repensé, à l’image de cette forêt qui parait immense et minuscule, tant Albert en connait les recoins. Un des principaux thèmes développés est celui du rapport à la mère. Le héros a perdu la sienne, mais il la retrouve dans la forêt, dont les racines des arbres sont comme des bras protecteurs. Il retrouve ce qui fait l’essence de son être, ce dont il est issu. Ce topos de la littérature est particulièrement bien exploité ici avec des alternances et des comparaisons entre humains et nature, animaux et végétaux. Tout entre en harmonie dans la nature. C’est pourquoi Albert cherche à se couper de tout ce qu’il y a d’artificiel et de mécanique dans sa vie. Les relations humaines sont présentées comme difficiles, une sorte de frein au parcours d’Albert. Sa femme, sa fille, sa sœur, il les met de côté pour se focaliser sur la maison et la forêt. Il revient à une relation primitive, sensuelle et non verbale. Ce roman propose une sorte d’esthétique de la nature, au sens grec du terme, c’est-à-dire cette faculté de sentir. L’auteur ne se contente pas de décrire, il entre en profondeur dans la terre et nous fait ressentir son pouls, peut-être à travers la figure de l’ermite.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Un premier roman qui célèbre la puissance magnétique de la forêt..."
        Véronique Rossignol / Livres Hebdo
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.