Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782258054677
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 322
Format : 132 x 201 mm
Azazel
Une aventure d'Eraste Fandorine
Odette Chevalot (traduit par)
Date de parution : 01/03/2001
Éditeurs :
Presses de la cité

Azazel

Une aventure d'Eraste Fandorine

Odette Chevalot (traduit par)
Date de parution : 01/03/2001

Moscou, mai 1876. Par un superbe après-midi de printemps, les promeneurs du parc Alexandre sont témoins d'un incident surprenant : un jeune homme se précipite aux pieds d'une demoiselle et lui demande abruptement de l'épouser, menaçant de mettre fin à ses jours sous ses yeux en cas de refus...

Quand l'intéressée se réfugie dans les jupes de sa duègne, l'inconnu sort un revolver de sa redingote et se brûle la cervelle. La police moscovite découvre très vite qu'il ne...

Quand l'intéressée se réfugie dans les jupes de sa duègne, l'inconnu sort un revolver de sa redingote et se brûle la cervelle. La police moscovite découvre très vite qu'il ne s'agit là que du premier acte d'une série de disparitions aussi sanglantes qu'inexplicables. Un jeune fonctionnaire débutant du nom d'Eraste...

Quand l'intéressée se réfugie dans les jupes de sa duègne, l'inconnu sort un revolver de sa redingote et se brûle la cervelle. La police moscovite découvre très vite qu'il ne s'agit là que du premier acte d'une série de disparitions aussi sanglantes qu'inexplicables. Un jeune fonctionnaire débutant du nom d'Eraste Fandorine est inopinément chargé de l'affaire. Sa première enquête le conduira à l'autre bout de l'Europe et seule sa perspicacité lui permettra de mettre au jour, au péril de sa vie, une conspiration internationale.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258054677
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 322
Format : 132 x 201 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cvd64 27/09/2021
    Grigori Chlvovitch Tchkhartichvili alias Boris Akounine nous fait découvrir un nouvel enquêteur en la personne Eraste Petrovitch Fandorine qui doit, après être entré dans la police par la petite porte car orphelin, résoudre une énigme à portée internationale. Pour ce faire, il devra traverser l'Europe pour se rendre en Angleterre, centre du complot. A force de courage, d'abnegation et de beaucoup de chance, Fandorine va résoudre son enquête et gravir les échelons de la hiérarchie judiciaire. Description physique et psychologique des personnages qui donne du fond au récit.
  • nanouche 10/09/2021
    Moscou, 1876. Un jeune homme élégant interpelle dans un parc une jeune fille, lui déclare sa flamme puis se brûle la cervelle sous ses yeux (heureusement elle les avait fermés). Le jeune fonctionnaire de 14° classe Eraste Petrovitch Fandorine, entré dans la police judiciaire depuis trois semaines, s'intéresse à certaines étrangetés de l'affaire et convainc son supérieur de le laisser mener l'enquête. Elle le mène à la fatale Amalia Bejetskaïa qui semble n'être pas totalement innocente dans cette histoire. Fandorine la poursuivra jusqu'en Angleterre où il découvrira un complot d'envergure mondiale. Pour faire éclater la vérité il devra déjouer les embuches d'ennemis prêts à tout et s'apercevra qu'il ne peut pas faire confiance à grand monde. Je relis avec plaisir cette première aventure d'Eraste Petrovitch Fandorine. Ma première lecture remonte maintenant à une dizaine d'années mais je m'aperçois que j'en ai encore de bons souvenirs. Fandorine est encore tout jeune (il n'a que 20 ans) et bien naïf ce qui permet à Boris Akounine de se moquer gentiment de lui. La fin est tragique cependant. Je ne pouvais pas l'avoir oubliée et elle m'a serré le coeur par anticipation. "- Eh oui, eh oui. Au fait, comment t'appelles-tu ? - Eraste. - Allons-y, Eraste de... Moscou, 1876. Un jeune homme élégant interpelle dans un parc une jeune fille, lui déclare sa flamme puis se brûle la cervelle sous ses yeux (heureusement elle les avait fermés). Le jeune fonctionnaire de 14° classe Eraste Petrovitch Fandorine, entré dans la police judiciaire depuis trois semaines, s'intéresse à certaines étrangetés de l'affaire et convainc son supérieur de le laisser mener l'enquête. Elle le mène à la fatale Amalia Bejetskaïa qui semble n'être pas totalement innocente dans cette histoire. Fandorine la poursuivra jusqu'en Angleterre où il découvrira un complot d'envergure mondiale. Pour faire éclater la vérité il devra déjouer les embuches d'ennemis prêts à tout et s'apercevra qu'il ne peut pas faire confiance à grand monde. Je relis avec plaisir cette première aventure d'Eraste Petrovitch Fandorine. Ma première lecture remonte maintenant à une dizaine d'années mais je m'aperçois que j'en ai encore de bons souvenirs. Fandorine est encore tout jeune (il n'a que 20 ans) et bien naïf ce qui permet à Boris Akounine de se moquer gentiment de lui. La fin est tragique cependant. Je ne pouvais pas l'avoir oubliée et elle m'a serré le coeur par anticipation. "- Eh oui, eh oui. Au fait, comment t'appelles-tu ? - Eraste. - Allons-y, Eraste de Rotterdam, allons dans mon bureau boire du cognac. J'en ai soupé de ces sales gueules. - Erasme, corrigea mécaniquement Fandorine. - Quoi ? - Pas Eraste, Erasme. - Excuse-moi, j'avais mal entendu. Allons-y Erasme."
    Lire la suite
    En lire moins
  • Maxime4369 27/08/2021
    Premier opus des aventures d'Eraste Fandorine. L'auteur nous plonge dans l'Empire russe pour une enquête prenante. A chaque roman, Akounine change de sous-genre policier. Ici, c'est une conspiration. Le prochain, c'est un roman d'espionnage... Je trouve cela très original. Très agréable de lire un policier historique qui ne se passe par en Europe (ou pas tout à fait) : la Russie permet un changement de cadre bienvenu. Le roman se lit très facilement, les personnages sont attachants même si on peut regretter une certaine naïveté du protagoniste principal et quelques facilités dans la résolution du mystère. Je recommande cet auteur.
  • mylena 30/07/2021
    A partir d’un simple suicide l’intrigue s’emballe avec de très (trop ?) nombreux rebondissements dignes d’un roman d’aventure édité en feuilletons. C’est un polar historique et effectivement l’action se passe au XIXème siècle, mais on dirait en plus qu’il a été écrit vers la même époque. C’est désuet à souhait, avec des tournures d’un autre temps. C’est aussi un bon moyen de découvrir la Russie des tsars, on prend plaisir à découvrir Moscou et Saint-Pétersbourg autrefois. L’auteur ne se prend pas trop au sérieux (lire son pseudo, entre autres, comme B Akounine) et ne prend pas non plus ses héros trop au sérieux, mais cela n’enlève rien au livre : une fois commencé, impossible de le lâcher, même si la fin n’est pas une surprise. Les protagonistes ne sont pas caricaturaux, leurs caractères sont plutôt nuancés. Par contre l’intrigue policière manque de vraisemblance, mais ce n’est pas l’essentiel de l’attrait de ce livre et c’est une lecture fort agréable. Encore un détail : l’auteur raconte qu’il a écrit Azazel pour « se reposer du travail long et démoralisant » de l’écriture de « L’écrivain et le suicide ». Cela donne le ton.
  • Simach 08/03/2021
    On est pris, dès le début de la lecture de ce livre, par une intrigue bien mise en place, et la mise en scène de la société russe du dernier quart du XIX° siècle y est particulièrement intéressante. Ce livre est cependant desservi par des retournements de situation miraculeux dont l’accumulation enlève de la crédibilité à l’histoire. La fin est, en particulier, très spectaculaire, mais en complet décalage avec ce qui avait été montré auparavant des capacités intuitives du personnage principal.
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.