Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258054677
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 322
Format : 132 x 201 mm

Azazel

Une aventure d'Eraste Fandorine

Odette CHEVALOT (Traducteur)
Date de parution : 01/03/2001

Moscou, mai 1876. Par un superbe après-midi de printemps, les promeneurs du parc Alexandre sont témoins d'un incident surprenant : un jeune homme se précipite aux pieds d'une demoiselle et lui demande abruptement de l'épouser, menaçant de mettre fin à ses jours sous ses yeux en cas de refus...

Quand l'intéressée se réfugie dans les jupes de sa duègne, l'inconnu sort un revolver de sa redingote et se brûle la cervelle. La police moscovite découvre très vite qu'il ne s'agit là que du premier acte d'une série de disparitions aussi sanglantes qu'inexplicables. Un jeune fonctionnaire débutant du nom d'Eraste...

Quand l'intéressée se réfugie dans les jupes de sa duègne, l'inconnu sort un revolver de sa redingote et se brûle la cervelle. La police moscovite découvre très vite qu'il ne s'agit là que du premier acte d'une série de disparitions aussi sanglantes qu'inexplicables. Un jeune fonctionnaire débutant du nom d'Eraste Fandorine est inopinément chargé de l'affaire. Sa première enquête le conduira à l'autre bout de l'Europe et seule sa perspicacité lui permettra de mettre au jour, au péril de sa vie, une conspiration internationale.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258054677
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 322
Format : 132 x 201 mm
Presses de la cité

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • josette-costeux Posté le 22 Décembre 2019
    Je n'ai pas été convaincue par ces aventures. C'est beaucoup trop rocambolesque même impossible. Ce mélange d'Eugène Sue, d'Alexandre Dumas, de James Bond ne m'a apporté aucune évasion même s'il nous fait voyager. De plus, ces noms russes à "rallonge" compliquent la compréhension de l'intrigue et la mémorisation des personnages. J'ai toutefois eu un petit coup de coeur pour le héros. J'ai assisté à l'évolution de son caractère, il s'est montré déterminé à résoudre son enquête. Sa naïveté qui le rend attachant, le perdra !
  • garanemsa Posté le 9 Décembre 2019
    Akounine Boris Azazel Livre très agréable à lire et impossible de le lâcher avant la dernière page. Azazel d’abord, c’est le dixième des anges déchus, c’est le nom d’une fameuse organisation, mais laquelle ? Ce livre se passe près de 30 ans avant 1900, et franchement, cela m’a fait penser à Gaston Leroux et son Monsieur Lecoq. D’ailleurs en quatrième de couverture : « L’écrivain revisite avec brio tous les classiques du polar, de Sherlock Holmes à Rouletabille, de Fantomas à Hercule Poirot. Action, rebondissements, romanesque, rien à dire. On palpite, on tremble, on jubile » Oui l’histoire se déroule en Russie à l’époque susdite, un employé de la police judiciaire, Fandorine (on ne donnera pas les noms entiers russes, c’est complexes) est intrigué par le suicide dans un parc public d’un jeune homme, devant les promeneurs. Quelque chose ne colle pas, les témoignages, donne une description différente d’autres jeunes hommes au bord du suicide. Son chef proche de la retraite le laisse faire et au contraire le pousse à allez voir le pourquoi du comment. Le voilà embarqué dans toute une histoire, une histoire qui va le conduire à travers toute l’Europe, des espions, des société secrètes, des faux mandataires et responsables, des billets cryptés. On... Akounine Boris Azazel Livre très agréable à lire et impossible de le lâcher avant la dernière page. Azazel d’abord, c’est le dixième des anges déchus, c’est le nom d’une fameuse organisation, mais laquelle ? Ce livre se passe près de 30 ans avant 1900, et franchement, cela m’a fait penser à Gaston Leroux et son Monsieur Lecoq. D’ailleurs en quatrième de couverture : « L’écrivain revisite avec brio tous les classiques du polar, de Sherlock Holmes à Rouletabille, de Fantomas à Hercule Poirot. Action, rebondissements, romanesque, rien à dire. On palpite, on tremble, on jubile » Oui l’histoire se déroule en Russie à l’époque susdite, un employé de la police judiciaire, Fandorine (on ne donnera pas les noms entiers russes, c’est complexes) est intrigué par le suicide dans un parc public d’un jeune homme, devant les promeneurs. Quelque chose ne colle pas, les témoignages, donne une description différente d’autres jeunes hommes au bord du suicide. Son chef proche de la retraite le laisse faire et au contraire le pousse à allez voir le pourquoi du comment. Le voilà embarqué dans toute une histoire, une histoire qui va le conduire à travers toute l’Europe, des espions, des société secrètes, des faux mandataires et responsables, des billets cryptés. On tentera de le tuer, il sera suivi, poursuivi même, mais à qui faire confiance, que faire. Intelligent et parlant plusieurs langues, il se débrouille, vit mille et une aventures. Des rebondissements de toutes sortes. Et enfin, enfin il va y arrivé au péril de sa vie. Il veut savoir ce qu’est le mot prononcé par toutes ces victimes « Azazel » À vous de le découvrir, mais que vous ayez près de 600 pages vous allez courir avec lui, refléchir avec lui et craindre pour lui. Pour ceux qui aiment Leroux et Féval et bien d’autres de l’époque, ce livre est génial, délassant et captivant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Papyriri Posté le 1 Décembre 2019
    J ai réussi a avoir l édition 10/18 de 2003 , pas évident, je l avais lu a l époque mais l avais oublié . C est en arpentant les nouvelles productions de B .Akounine que l envie m est venue de faire ce retour au passé . Eh bien c est très bien l histoire est haletante , la fin en tragédie antique dès ce premier opus Eraste Pétrovicht Fandorine se hisse par sa fougue , son intelligence au niveau des plus grands , pas encore à celui de mon pote Sherlock .ni de mon honorable correspondant asiatique le juge Ti , mais connaissant l avenir je sais qu' il y parviendra Je vais attaquer le tome 2 et vous donnerait des nouvelles du 'Gambit Turc ", j espère que mes agents très spéciaux me ramèneront toute la série en format poche
  • pit31 Posté le 1 Mai 2019
    Malheureusement, je ne sais pas lire le russe. Donc, je n'ai pu lire ce roman en français. Cet auteur a son style bien à lui.
  • Fuyating Posté le 9 Mars 2019
    Boris Akounine nous narre ici une enquête policière intéressante, bien ficelée et avec de nombreux rebondissements. Certaines situations peuvent certes parfois paraître un peu tirées par les cheveux, mais cela permet tout de même de garder un bon rythme et de ne pas s'ennuyer. J'ai beaucoup aimé découvrir cette époque, j'ai aimé également le style de l'écriture qui avait un côté quelque peu vieillot (ce qui n'est absolument pas un reproche ici), au niveau de certaines tournures de phrases par exemple, et j'ai trouvé le héros, Fandorine, original : il est jeune, peut se montrer parfois d'un grand courage mais est aussi très crédule, et un peu peureux à l'occasion (donc assez différent d'un policier type). J'ai donc découvert ce premier tome de la série avec plaisir et aimerais beaucoup lire la suite (surtout au vu de la fin !)
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.