Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221189115
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 140 x 225 mm

Baad

Collection : La Bête noire
Date de parution : 04/05/2016

 

« BAAD » : Homme mauvais, violent, cruel avec les femmes.
BARBARIE Des jolies petites filles, vêtues de tenues d’apparat, apprêtées pour des noces de sang.
ABOMINATION Deux femmes, deux mères. À Kaboul, Nahid se bat pour empêcher le mariage de sa fille, dix ans, avec un riche Occidental. À Paris, les...

« BAAD » : Homme mauvais, violent, cruel avec les femmes.
BARBARIE Des jolies petites filles, vêtues de tenues d’apparat, apprêtées pour des noces de sang.
ABOMINATION Deux femmes, deux mères. À Kaboul, Nahid se bat pour empêcher le mariage de sa fille, dix ans, avec un riche Occidental. À Paris, les enfants de Nicole, ex-agent des services secrets, ont été enlevés. Pour les récupérer, elle doit retrouver un chimiste en fuite, inventeur d’une nouvelle drogue de synthèse.
AFFRONTEMENT Il se croit protégé par ses réseaux et sa fortune, par l’impunité qui règne en Afghanistan. Mais il reste encore dans ce pays des policiers déterminés à rendre la justice, comme l’incorruptible chef de la brigade criminelle, le qomaandaan Kandar.
DÉFLAGRATION Nicole et Nahid aiguisent leurs armes. Pour triompher, elles mentiront, tortureront et tueront. Car une mère aimante est une lionne qui peut se faire bourreau.

« Il fallait oser inventer un tel flic.» Le JDD.
« Un voyage à couper le souffle.» Christian Rappolt, librairie Wachenheim.
« Un incorruptible badass au pays des talibans. » Benoît Minville, Rural noir, libraire Fnac Défense.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221189115
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Scribe Posté le 5 Octobre 2020
    Baad de Cédric Bannel. L'avantage de fréquenter assidûment une petite bibliothèque comme celle de mon village, c'est que l'on peut y trouver d'anciennes pépites. C'est le cas lorsque dans l'étagère des Thrillers j'ai découvert ce livre Baad de Cédric Bannel. «  Violence et corruption, talibans vicieux, femmes asservies, trafic de drogue , mais également loyauté, solidarité : la fiction colle à la réalité . » Ce cocktail explosif ne pouvait qu'attirer mon attention. Je ne l'ai absolument pas regretté, bien qu'il faut vous l'avouer, des chapitres sont quelques fois difficiles à digérer et vous donneront peut-être quelques cauchemars. A Kaboul, le Qomaandan Oussama Kandar, ancien sniper de Massoud, patron de la brigade criminelle est informé de la découverte sur un tas d'ordures dans un bidonville, d'un troisième cadavre d'une petite fille. Les premiers indices laissent à penser qu'elle a été violée puis tuée avec une lame effilée. Pour ce chef de brigade ces crimes commis en moins de jours, sont ceux d'un tueur en série. Pour mettre fin à cette situation il doit rapidement identifier le tueur qui sans nul doute va récidiver. Dans une ville métropolitaine, cette situation criminelle, bien que complexe est relativement simple à traiter. Ici comme... Baad de Cédric Bannel. L'avantage de fréquenter assidûment une petite bibliothèque comme celle de mon village, c'est que l'on peut y trouver d'anciennes pépites. C'est le cas lorsque dans l'étagère des Thrillers j'ai découvert ce livre Baad de Cédric Bannel. «  Violence et corruption, talibans vicieux, femmes asservies, trafic de drogue , mais également loyauté, solidarité : la fiction colle à la réalité . » Ce cocktail explosif ne pouvait qu'attirer mon attention. Je ne l'ai absolument pas regretté, bien qu'il faut vous l'avouer, des chapitres sont quelques fois difficiles à digérer et vous donneront peut-être quelques cauchemars. A Kaboul, le Qomaandan Oussama Kandar, ancien sniper de Massoud, patron de la brigade criminelle est informé de la découverte sur un tas d'ordures dans un bidonville, d'un troisième cadavre d'une petite fille. Les premiers indices laissent à penser qu'elle a été violée puis tuée avec une lame effilée. Pour ce chef de brigade ces crimes commis en moins de jours, sont ceux d'un tueur en série. Pour mettre fin à cette situation il doit rapidement identifier le tueur qui sans nul doute va récidiver. Dans une ville métropolitaine, cette situation criminelle, bien que complexe est relativement simple à traiter. Ici comme nous dit Cédric Bannel, en Afghanistan rien n'est simple. Le moins que l'on puisse dire en ayant terminé ce livre, c'est pour ce Qomaadan et son équipe fidèle, rien ne va être simple et les obstacles nombreux vont devoir être surmontés. A l'autre bout de la planète à Paris, Nicole Laguna commissaire, spécialisée dans la lutte contre les grands criminels, ancienne officière de la DGSE, se retrouve confrontée à Alfredo Vipere, chef suprême de la Cupola , organe de contrôle de toutes les mafias Italiennes recherché par toutes les polices du monde entier. Celui-ci a fait enlever et détenir son mari et ses deux enfants en otage qu'il menace de tuer si elle ne réussit pas à identifier et mettre hors d'état de nuire son concurrent direct, un chimiste qui s'apprête à inonder le monde avec une nouvelle drogue neige, mélange d'héroïne et de cocaïne. La chasse à l'homme ne se révèle pas des plus facile, compte-tenu que ce chimiste a délibérément choisi la clandestinité en faisant un nettoyage de son passé, du moins c'est ce qu'il pensé. Tout au long de ce récit ou nous allons voyager de France en Italie puis en Afghanistan, Cédric Bannel nous présente de nombreux personnages dont il prendra le soin, merci à lui, de communiquer la liste et leur identification à la fin de son roman. Cédric Bannel nous immerge dans un pays qu'il connaît bien l'Afghanistan et nous rend témoin des violences les plus crues, des conditions de vie notamment pour les femmes qui sont mariées, très jeunes contre leur gré, battues, violées, humiliées sous leur burqa imposée par des religieux intégristes dévoyés. Il nous invitent à prendre connaissance de la corruption institutionnalisée et nous fait rêver à la beauté de ces territoires ou les grands bouddhas de Bamyan ont été dynamités, et comprendre la solidarité de ces guerriers de toujours ayant battu tout ceux qui sont venus combattre sur son territoire , Russes , Talibans et extrémistes. Nous suivons, les pires individus, les meilleurs aussi, et tout un petit peuple soumis à la loi du plus fort subsistant en gagnant quelques Afghanis pour se nourrir et subvenir à leur famille. L'on constate que l'homme n'a pas grande valeur dans ce pays ou les crimes d'honneur sont considérés comme légaux en justice ou les rivalités tribales sont toujours présentes. Dans ce livre vous suivrez chapitre après chapitre les dix jours de Badria, une petite fille, la dernière enlevée pour être consommée par ce sérial killer Français. Vous prendrez conscience de la corruption à tous les étages de la police, de la compromission des élites et vous serez bousculé par les scènes de violences, espérant que tout celles-ci ne soient que fiction. Toutefois, la réalité dépasse souvent la fiction. C'est avec un réel soulagement que j'ai fini ce livre en suivant cette enquête passionnante de bout en bout et en ayant apprécié cette rencontre avec ce Qomaandaan Oussama Kandar, policier intègre, respectueux et amoureux de sa femme et excellent tireur qui redore le blason de la police à Kaboul en œuvrant pour la Paix et qui d'une certaine manière met tout en œuvre pour l'obtenir. Si n'avez pas lu Baad de Cédric Bannel, courez vite à votre bibliothèque préférée ou chez votre libraire. Bien à vous.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ColineK Posté le 14 Septembre 2020
    J'ai beaucoup aimé cette lecture, on est en plein immersion dans la société afghane. On s'y croirait presque. On s'attache très vite aux personnages et notamment au commandant. Malheureusement, cette partie a été un peu occulté par celle qui se passe en France qui est moins profonde. J'ai été moins intéressé par celle-ci, ce qui m'a un peu gâché ma lecture, même si on comprend bien le lien entre les deux
  • willydelaunay Posté le 3 Septembre 2020
    Un roman noir qui vous happe dès les premières pages tant l'auteur dépeint des personnages profonds, un contexte qu'il maitrise parfaitement et déroule une intrigue complexe sans aucun temps mort. Le cadre de l'histoire, l'Afghanistan et sa complexité géo-politique, permet au roman d'être plus qu'un énième livre policier autour de sordides meurtres d'enfants. L'enquête est à la fois un moyen de nous proposer une réflexion sur un pays dont le grand public (dont je fais partie) ne connait que ce que veulent bien en dire les médias, sur le trafic de drogue à l'échelle mondiale mais aussi sur la place de la tradition, le poids des valeurs ancestrales dans un monde dit "moderne" qui est pourtant si régressif sous beaucoup d'aspects. En bref, j'ai autant apprécié la forme que le fond et, au-delà du pur plaisir d'un roman policier rondement mené, j'ai aimé découvrir tout un monde, une culture, qui m'ont donné envie d'approfondir mes connaissances sur l'Afghanistan.
  • TrueDuck Posté le 22 Mars 2020
    Je n'arrive pas à dire si c'est de retrouver le Qomaandaan Kandar ou l'Afghanistan tel que le décrit Cédric Bannel qui m'a donné le plus de plaisir dans ce livre. Au final, c'est sûrement les 2. Ces 2 qui sont des personnages à part entière et servent parfaitement l'histoire. Concernant l'intrigue justement, elle est excellente avec comme trame de fond, la drogue et la pédophilie, fléaux parmi les 2 les pires qui puissent être associés. On jongle toujours entre jeux de pouvoir et de destruction dans cette région du monde fascinante et terrifiante par la banalité d'une vie rythmée par les conflits. Dans cet opus, plus encore que dans les autres des 3 tomes existants à ce jour, les alliances sont tordues car tout le monde peut s'associer avec n'importe qui, à n'importe quel moment. Vraiment, pour ceux qui veulent un livre dépaysant, qui fait peur, et mal (certaines scènes sont atroces : vous vous souviendrez des pieds rouge, de l'hélicoptère sous la grêle et j'en passe encore des pires !), je pense que ce titre jouera pleinement son rôle. En tous cas, cette série est vraiment excellente ! Je serai du voyage s'il y en a d'autres. Bravo et merci Monsieur Bannel !
  • Tostaky61 Posté le 3 Mai 2019
    Pourtant habitué à la lecture de polars, je viens de prendre une claque. Bon, une de plus me direz-vous, dans un milieu qui en distribue beaucoup. Mais là, j'avoue que celle-ci m'a marqué, genre, comme si il y avait un poing américain... Bref, j’ai adoré ce bouquin. Parce que Baad, c'est pas tout à fait un polar comme les autres. L'histoire ? Classique, des fillettes sont retrouvées violées et mutilées. La police enquête. Oui, mais voilà, le Qomaandaan Kandar n'est pas un flic comme les autres. Parce que tout ça se passe en Afghanistan. Parce que Oussama Kandar est un ancien sniper du Commandant Massoud. Parce que Baad, c'est la violence faite homme. Parce que dans ce pays aux coutumes ancestrales, la femme, reléguée au rang de faire-valoir, doit se cacher sous la burka. Parce qu'on vit pauvrement dans un pays entre islamistes radicaux et modérés. Parce que les talibans. Parce que la Charia. Parce que la paix n'est que factice. Parce que la drogue, qui fait des ravages, fait l'économie d'un pays résigné et corrompu. Kandar doit retrouver un terrible sérial killer, mais il doit aussi protéger ses proches et se protéger soi-même. Les traîtres sont partout, même aux... Pourtant habitué à la lecture de polars, je viens de prendre une claque. Bon, une de plus me direz-vous, dans un milieu qui en distribue beaucoup. Mais là, j'avoue que celle-ci m'a marqué, genre, comme si il y avait un poing américain... Bref, j’ai adoré ce bouquin. Parce que Baad, c'est pas tout à fait un polar comme les autres. L'histoire ? Classique, des fillettes sont retrouvées violées et mutilées. La police enquête. Oui, mais voilà, le Qomaandaan Kandar n'est pas un flic comme les autres. Parce que tout ça se passe en Afghanistan. Parce que Oussama Kandar est un ancien sniper du Commandant Massoud. Parce que Baad, c'est la violence faite homme. Parce que dans ce pays aux coutumes ancestrales, la femme, reléguée au rang de faire-valoir, doit se cacher sous la burka. Parce qu'on vit pauvrement dans un pays entre islamistes radicaux et modérés. Parce que les talibans. Parce que la Charia. Parce que la paix n'est que factice. Parce que la drogue, qui fait des ravages, fait l'économie d'un pays résigné et corrompu. Kandar doit retrouver un terrible sérial killer, mais il doit aussi protéger ses proches et se protéger soi-même. Les traîtres sont partout, même aux plus hauts sommets de l'Etat. Bannel maitrise totalement son sujet, plus qu'un roman, une photo d'une partie de notre monde contemporain. Il nous fait pénétrer dans le quotidien de la population afghane, nous montre la misère, la souffrance et la résignation parfois, nous qui avons le bonheur (mais en sommes-nous conscients ) de ne pas avoir à choisir un camp, nous qui ne vivons pas avec la peur permanente, nous qui connaissons (pour la plupart) le confort. Merci Cédric Bannel, de nous ouvrir les yeux. LE polar dépaysant et efficace que vous devez lire. Quant à moi, je vais me précipiter sur la suite des aventures de ce policier incorruptible.
    Lire la suite
    En lire moins
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.