Lisez! icon: Search engine
Syros
EAN : 9782748516869
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 210 mm

#Bleue

Date de parution : 29/01/2015
Imaginez un monde où la loi oblige à être heureux à tout prix...
Silas vit dans une société où tout est fait pour vivre sereinement. Chaque jour, la Cellule d’Éradication de la Douleur Émotionnelle efface les souvenirs douloureux. Plus de deuil ou de dépression, juste un point bleu au poignet comme signe d’une souffrance évitée. Sur le Réseau, les gens partagent tous leurs... Silas vit dans une société où tout est fait pour vivre sereinement. Chaque jour, la Cellule d’Éradication de la Douleur Émotionnelle efface les souvenirs douloureux. Plus de deuil ou de dépression, juste un point bleu au poignet comme signe d’une souffrance évitée. Sur le Réseau, les gens partagent tous leurs faits et gestes, « veillant » les uns sur les autres. Silas est un grand romantique : il préfère garder pour lui les moments intenses de sa relation avec l’incandescente Astrid… Mais quand sa petite amie se fait renverser par une voiture, il est immédiatement emmené par les agents de la CEDE.
Pour oublier.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782748516869
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • kingsland15 Posté le 18 Février 2020
    #Bleue Ecrit par Florence Hinckel Imaginez un monde où la loi oblige a être heureux a tout prix... Silas vit dans un monde ou la douleur émotionnelle n'existe presque plus. Chaque jour la CEDE (cellule d'éradication de douleur émotionnelle) efface les souvenirs douloureux. Plus aucun deuil ou dépression, juste un point bleu sur le poignet comme signe de souffrance évitée. Mais lorsque sa copine, Astrid, se fait renverser par un camion, il est alors emmené par des agents du CEDE, ... pour oublier. Dans cette dystopie, ou nous retrouvons un monde similaire au notre, nous pouvons donc imaginez qu'éradiquer la souffrance est bien plus facile pour avoir une vie heureuse et épanouie, mais au fil ou les pages avances nous nous rendons très vite compte de la déshumanisation que cela produit chez les gens. Une déshumanisation que nous retrouvons aussi dans le rôle des réseaux sociaux dans l'histoire. J'ai bien aimé le roman (que j'ai lu il y a 3 ans en classe de quatrième) et l'argument qui va avec sur l'importance des sentiments dans notre vie et des conséquences (plutôt néfaste) de l'utilisation excessive des réseaux sociaux dans notre quotidien. C'est un livre qui je pense peut aider beaucoup de jeune personne a... #Bleue Ecrit par Florence Hinckel Imaginez un monde où la loi oblige a être heureux a tout prix... Silas vit dans un monde ou la douleur émotionnelle n'existe presque plus. Chaque jour la CEDE (cellule d'éradication de douleur émotionnelle) efface les souvenirs douloureux. Plus aucun deuil ou dépression, juste un point bleu sur le poignet comme signe de souffrance évitée. Mais lorsque sa copine, Astrid, se fait renverser par un camion, il est alors emmené par des agents du CEDE, ... pour oublier. Dans cette dystopie, ou nous retrouvons un monde similaire au notre, nous pouvons donc imaginez qu'éradiquer la souffrance est bien plus facile pour avoir une vie heureuse et épanouie, mais au fil ou les pages avances nous nous rendons très vite compte de la déshumanisation que cela produit chez les gens. Une déshumanisation que nous retrouvons aussi dans le rôle des réseaux sociaux dans l'histoire. J'ai bien aimé le roman (que j'ai lu il y a 3 ans en classe de quatrième) et l'argument qui va avec sur l'importance des sentiments dans notre vie et des conséquences (plutôt néfaste) de l'utilisation excessive des réseaux sociaux dans notre quotidien. C'est un livre qui je pense peut aider beaucoup de jeune personne a développer sa réflexion sur des sujets peu abordés (privacité et amour) . Toute fois, je n'ai pas tellement apprécié l'intrigue du roman ni la crédibilité et comportements des personnages, je trouve qu'il y a trop de retournements de situations assez rocambolesques et un manque de réalisme. Bref un roman avec un argument central intéressant mais (a mon avis) pas si bien écrit que cela qui justifie alors ma note de 3/5 Je recommande ce livre a des jeunes, entre 10 et 14 ans qui aime bien des romans dystopique et d'amour.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Korrigan Posté le 18 Février 2020
    Une histoire d'amour entre deux adolescents. Aussi empli d'émotions l'un comme l'autre. Encore à l'abri d'un insignifiant petit point bleu au creux de leur poignet. Insignifiant, et pourtant terrifiant pour ceux qui y ont encore échappé. Dans une nouvelle société, dite bienveillante, existe l'oblitération. Cette opération permet de ne plus ressentir de douleur émotionnelle, telle que la tristesse. En souvenir un simple point bleu. "Aucune ombre n'a jamais dévoré personne. Et puis sans ombre comment distinguer les zones de lumière?" Et pourtant, la tristesse n'est-elle pas un sentiment, une émotion humaine ? L’enlever est-elle la bonne solution ? Est-ce que cela ne nous enlèverai pas, petit à petit, toutes nos émotions ? Car oui, comment savoir si l'on est heureux si l'on n'a jamais été triste ? Comment faire son deuil s’il n’y a plus de traces de l’autre ? Après la mort de sa petite amie, Silas se fait oblitérer. Il oublie peu à peu Astrid. Peut-être y-a-t-il une faille dans le système. Son amour pour Astrid peut triompher. Ce roman m'a fait réfléchir. Oui, finalement les émotions négatives sont elles aussi nécessaires. C'est grâce à chacune d'entre elles que l'on est humain. C'est ce qui nous montre la valeur de chaque instant.
  • melajeh Posté le 5 Janvier 2020
    Ce roman d'anticipation pour ado nous embarque dans un futur où la douleur et la tristesse sont éradiquées et ou Le Réseau (réseau sociaux unique) est omniprésent dans la société. Il pose des questions essentielles sur le deuil, le souvenirs, les émotions ainsi que sur la part de plus en plus grande que prend le virtuel dans nos vies. L'histoire en elle même est assez simple et le personnage de Silas est sincère et humain. Florence Hinckel tente de nous ramener vers ce qui est important et ce qui fait la beauté de l'être humain.Ce livre est un message d'alerte sur les dérives de la technologie et de l'individualisme teinté par une note d'espoir...
  • Lademoiselleauxcerfs Posté le 30 Novembre 2019
    La petite amie de Silas est décédée lors d’un accident qui a fait plusieurs victimes. Effondré par la nouvelle, Silas est emmené au CEDE, un centre pour faire disparaître la douleur. Grâce à cette nouvelle technologie, la souffrance n’existe plus et un joli point bleu apparaît sur le poignet. Mais le système est défaillant chez Silas. Silas est un adolescent éperdument amoureux d’Astrid. Il a typiquement toutes les caractéristiques que l’on retrouve chez le personnage adolescent amoureux : des paillettes plein les yeux et une façon de s’exprimer plutôt cucul. Astrid possède les mêmes traits que Silas mais elle m’a semblé plus caractérielle et plus secrète. La romance entre ces deux personnages est étouffante, ils sont amoureux alors c’est évident que l’un pense à l’autre mais ce n’est forcément agréable dans une lecture que la majorité de l’histoire parle des sentiments qu’ils éprouvent, ce n’est pas le but que je recherchais en lisant ce livre. Ce qui m’a attiré, c’est le résumé et l’univers que l’autrice a créé. Ici, la douleur n’existe pas, on peut se dire que c’est formidable mais Florence Hinckel est là pour nous montrer que ce n’est pas si paradisiaque que l’on croit. Le monde inventé est parfaitement... La petite amie de Silas est décédée lors d’un accident qui a fait plusieurs victimes. Effondré par la nouvelle, Silas est emmené au CEDE, un centre pour faire disparaître la douleur. Grâce à cette nouvelle technologie, la souffrance n’existe plus et un joli point bleu apparaît sur le poignet. Mais le système est défaillant chez Silas. Silas est un adolescent éperdument amoureux d’Astrid. Il a typiquement toutes les caractéristiques que l’on retrouve chez le personnage adolescent amoureux : des paillettes plein les yeux et une façon de s’exprimer plutôt cucul. Astrid possède les mêmes traits que Silas mais elle m’a semblé plus caractérielle et plus secrète. La romance entre ces deux personnages est étouffante, ils sont amoureux alors c’est évident que l’un pense à l’autre mais ce n’est forcément agréable dans une lecture que la majorité de l’histoire parle des sentiments qu’ils éprouvent, ce n’est pas le but que je recherchais en lisant ce livre. Ce qui m’a attiré, c’est le résumé et l’univers que l’autrice a créé. Ici, la douleur n’existe pas, on peut se dire que c’est formidable mais Florence Hinckel est là pour nous montrer que ce n’est pas si paradisiaque que l’on croit. Le monde inventé est parfaitement bien développé, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire les idées de l’autrice. En conclusion, je ne suis pas totalement convaincue par les personnages mais je suis ravie de l’univers créé par Florence Hinckel qui est bien développé et qui mérite que l’on s’y attarde. Elle a également élaboré de bonnes idées pour ce roman, du beau travail, j’ai passé un bon moment même s’il comporte quelques éléments qui m’ont moins plu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marilou09 Posté le 2 Novembre 2019
    Un livre jeunesse tout à fait agréable à lire, et qui pose des questions intéressantes, notamment sur l'éthique du progrès scientifique. C'est d'ailleurs un thème qui tient à coeur de F. HINCKEL puisqu'on le retrouve aussi dans Théa pour l'éternité. Ici, nous suivons la vie de Silas et Astrid qui vivent dans une société qui a trouvé le moyen d'annihiler la douleur psychique grâce au processus d'oblitération. Si cette technique apparaît effectivement comme un progrès dans un premier temps, au fil des pages, l'auteure nous laisse entrevoir tout ce que cela soulève comme questionnements: peut-on connaître le bonheur sans souffrance?
SYROS, LA NEWSLETTER ALTERNATIVE !
Créatives, engagées… Recevez chaque mois de nouvelles idées de lecture jeunesse, dans votre boîte mail !