Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
Bomarzo
Catherine Ballestero (traduit par)
Date de parution : 05/01/2023
Éditeurs :
Cherche midi
Nouveauté

Bomarzo

Catherine Ballestero (traduit par)
Date de parution : 05/01/2023
L’autobiographie imaginaire, baroque et effrenée de Pier Francesco Orsini, prince de la Renaissance. Le chef-d’œuvre de Manuel Mujica Láinez.
Bomarzo est l’autobiographie imaginaire de Pier Francesco Orsini, prince de la Renaissance italienne, qui connut l’infortune de naître bossu – qualité qu’il compensa par un désir illimité de beauté, de grandeur... Bomarzo est l’autobiographie imaginaire de Pier Francesco Orsini, prince de la Renaissance italienne, qui connut l’infortune de naître bossu – qualité qu’il compensa par un désir illimité de beauté, de grandeur et de vengeance.

Lui qui comptait parmi ses proches des papes, des chefs de guerre et des courtisans distingués possédait en...
Bomarzo est l’autobiographie imaginaire de Pier Francesco Orsini, prince de la Renaissance italienne, qui connut l’infortune de naître bossu – qualité qu’il compensa par un désir illimité de beauté, de grandeur et de vengeance.

Lui qui comptait parmi ses proches des papes, des chefs de guerre et des courtisans distingués possédait en outre une grande culture et une imagination extravagante. Ainsi le vit-on rassembler des sculptures de pierre aux formes monstrueuses près de son château, dans un lieu déréalisant qui sera, quelques siècles plus tard, fréquenté « religieusement » par les surréalistes.

Mais revenons à Bomarzo, le roman-romanesque monumental que vous tenez entre les mains : écrit dans un style baroque effréné, il réussit comme peu d’autres à mêler la réalité et l’imagination, l’histoire et la fiction, sans craindre de hisser les paradoxes de l’humanité à la hauteur des miracles. Ici, l’euphémisme est haï ; ici, le cynisme n’empêche pas la plus impressionnante des lucidités. Et pour cause : Orsini demeure le symbole de cette époque où des crimes effroyables et le goût sauvage du pouvoir ont suscité les plus grandes œuvres de l’esprit et de l’art.

Qu’on veuille bien en juger : Bomarzo est un chef-d’œuvre de la littérature sud-américaine.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749173955
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 928
Format : 140 x 200 mm
EAN : 9782749173955
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 928
Format : 140 x 200 mm

Ils en parlent

« Une lecture terriblement agréable qui permet de re-découvrir la Renaissance italienne et ses jeux de pouvoir.
Un grand plaisir à lire. »
Librairie Métropolis

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lamifranz 10/10/2022
    Ceux et celles d’entre vous qui ont eu la chance de visiter l’Italie, ont peut-être eu l’occasion de parcourir ce parc fantasque, fantastique et très original, au nord de Rome dans la région de Viterbe. Ce parc, justement appelé « Parc des monstres », en raison des sculptures extravagantes qui le peuplent, a été bâti à la Renaissance, vers 1550, sur l’impulsion d’un « condottiere » local (aventurier mercenaire), Pier Francesco Orsini, (les historiens ne sont pas d’accord sur ses dates de naissance et de mort). Des dizaines de sculptures de toutes tailles, parfois monumentales, qui se signalent toutes par leur bizarrerie, et des inscriptions énigmatiques, parsèment le domaine, où l’on peut voir également nombre de bâtiments et de fontaines qui présentent le même aspect fantastique et quasi fabuleux. « Bomarzo », le roman de Manuel Mujica Lainez, se présente comme une évocation de la vie de Pier Francesco Orsini, le condottiere à l’origine de ce jardin. A travers lui c’est toute l’histoire de la Renaissance italienne que nous vivons, avec ces deux pôles qui la caractérisent : la violence et la beauté. La violence, parce que nous sommes dans le pays de Machiavel où tous les moyens sont bons pour... Ceux et celles d’entre vous qui ont eu la chance de visiter l’Italie, ont peut-être eu l’occasion de parcourir ce parc fantasque, fantastique et très original, au nord de Rome dans la région de Viterbe. Ce parc, justement appelé « Parc des monstres », en raison des sculptures extravagantes qui le peuplent, a été bâti à la Renaissance, vers 1550, sur l’impulsion d’un « condottiere » local (aventurier mercenaire), Pier Francesco Orsini, (les historiens ne sont pas d’accord sur ses dates de naissance et de mort). Des dizaines de sculptures de toutes tailles, parfois monumentales, qui se signalent toutes par leur bizarrerie, et des inscriptions énigmatiques, parsèment le domaine, où l’on peut voir également nombre de bâtiments et de fontaines qui présentent le même aspect fantastique et quasi fabuleux. « Bomarzo », le roman de Manuel Mujica Lainez, se présente comme une évocation de la vie de Pier Francesco Orsini, le condottiere à l’origine de ce jardin. A travers lui c’est toute l’histoire de la Renaissance italienne que nous vivons, avec ces deux pôles qui la caractérisent : la violence et la beauté. La violence, parce que nous sommes dans le pays de Machiavel où tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins, aussi bien dans les affaires privées que publiques : Orsini est un aventurier, quoique d’un haut lignage, qui ne lésine pas sur le meurtre, le vol, la captation d’héritage, et j’en passe, pour devenir le maître du domaine, le duc de Bomarzo. Et la beauté parce que nous sommes au cœur de l’Italie de la Renaissance, entre Rome et Florence, à l’âge des plus grands génies. Ajoutez à cela la science et l’attrait pour l’occultisme, et vous aurez le portrait craché d’un grand prince de la Renaissance (comme les Borgia, les Médicis et autres Sforza ou Visconti). Manuel Mujica Lainez (1910-1984) est un romancier argentin. Il est l’auteur d’une œuvre éclectique (romancier, poète, essayiste et critique d’art) dont peu de livres sont arrivés jusqu’à nous (« Bomarzo », son principal ouvrage, écrit en 1962, ne fut traduit en français qu’en 1987). Manuel Mijica Lainez est un écrivain sud-américain. Son style retranscrit la luxuriance qu’on retrouve souvent dans cette littérature, et de fait, elle s’accorde parfaitement avec le sujet du roman : le terme qui convient le mieux pour décrire cet ouvrage pourrait être « foisonnement » (attention, « foisonnement », pas « fouillis »). Multiplicité des intrigues et des personnages, multiplicité aussi des sentiments, souvent contradictoires, parfois même contradictoires ET simultanés (on pense à Lorenzaccio, qui se situe à la même époque). Tout cela ne va pas, forcément, sans des descriptions qui peuvent être lassantes pour ceux et celles que n’intéressent que l’action et l’intrigue. Mais il y a à boire et à manger pour tout le monde. Et chaque lecteur y trouve son compte, même ceux qui, comme Pier Francesco Orsini ont autant soif d’absolu (voire d’immortalité) que de jouissances terrestres. Un très beau roman, donc, historique (mais pas seulement), qui donne un éclairage particulier sur une époque-phare de l’humanité. Passionnant et agréable à lire. En parallèle, cherchez sur Internet les images des « Jardins de Bomarzo », ou « Sacro Bosco » ou « Parc des monstres », vous aurez une idée précise de l’esprit à la fois clair et tourmenté de ce héros pas comme les autres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SophieChalandre 04/12/2016
    Adepte d'une littérature historique très documentée, Manuel Mujica Lainez brosse un portrait envoûtant de l'extravagant aristocrate italien Pier Francesco Orsini. Ce livre, paru en 1962, habité pat de nombreux personnages historiques, riche de références et de citations érudites rompt avec les récits essentiellement centrés sur l'Amérique Latine. Avec Bomarzo, l'auteur entame une trilogie européenne, s'ouvrant à un humanisme plus universel. Le narrateur semble être Orsini lui –même et joue avec l'unité temporelle donnant à l'Histoire une conception moderne : elle contient des versions multiples, voire contradictoires. Un roman passionnant à l'esthétique sophistiquée, comme le siècle des sculptures du Bois sacré de Bomarzo.
  • VACHARDTUAPIED 15/04/2013
    Ce roman est considéré comme un des grands livres contemporains en Amérique latine. Première oeuvre de l'écrivain argentin, il se présente comme l'autobiographie d'un prince de la Renaissance, promis par son horoscope à l'immortalité. Âme tourmentée, éprise de beauté et de grandeur, Pier Francesco Orsini reflète une époque contrastée où cruauté et idéalisme font bon ménage, et où la sauvagerie des mœurs va de pair avec l'éclosion des plus grandes œuvres d'art.....
  • zalliel 22/06/2011
    Un grande fresque qui se passe en Italie dans un siècle sanglant et passionnant. Vous êtes dans les familes qui ont fait la grandeur de l'Italie, partagez leurs diners, mais veillez à ne rien boire, ni manger.
Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rater aucune actualité du Cherche Midi
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !