Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782260016588
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 234
Format : 130 x 205 mm
Bouche cousue
Date de parution : 24/02/2005
Éditeurs :
Julliard

Bouche cousue

Date de parution : 24/02/2005

Longtemps, Mazarine Pingeot a vécu «bouche cousue». Aujourd'hui, elle rompt le silence et tente de percer sa mémoire emmurée par une histoire trop lourde à porter.

Depuis que son père est mort, Mazarine a perdu l'un de ses deux principaux témoins et acteurs de son enfance. Et tandis que les historiens et les journalistes continuent de...

Depuis que son père est mort, Mazarine a perdu l'un de ses deux principaux témoins et acteurs de son enfance. Et tandis que les historiens et les journalistes continuent de s'approprier le personnage public de François Mitterrand, sa jeunesse, déroulée dans le secret le plus total auprès de cet homme,...

Depuis que son père est mort, Mazarine a perdu l'un de ses deux principaux témoins et acteurs de son enfance. Et tandis que les historiens et les journalistes continuent de s'approprier le personnage public de François Mitterrand, sa jeunesse, déroulée dans le secret le plus total auprès de cet homme, semble perdre peu à peu de sa réalité. Tout cela a-t-il bien existé? Ce François Mitterrand des journaux et des livres d'histoire a-t-il bien été son père? Pour lutter contre l'oubli, elle doit faire revivre, à tout prix, la petite fille heureuse qu'elle a été, ses paysages et ses jeux d'enfant, ses parents amoureux, le trio idéal, jalousement gardés dans un coin de sa mémoire… Tissant les instants magiques, banals ou cruels d'une enfance pas comme les autres, passée auprès d'un père président de la République, Mazarine fait surgir la figure étonnante de l'homme qu'elle a connu, celle d'un père aimant et exclusif. Et c'est cette image émouvante, salvatrice, qu'elle s'autorise enfin à partager.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260016588
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 234
Format : 130 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PGilly Posté le 31 Décembre 2021
    L'inconfort et l'ambiguïté des sentiments côtoient l'admiration et l'amour envers un père dont elle doit taire le nom. Mazarine admet ce silence qui lui pèse également. La fille a hérité du talent d'écriture de ses parents. Elle nous dit beaucoup d'elle-même et révèle aussi le père en alternance qu' a pu être Mitterrand. Mazarine parle surtout à l'enfant à naître, pour le protéger de leur histoire en clarifiant la sienne. L'ironie douce-amère affleure, les anecdotes étonnent et charment sur une vie semi-clandestine dix-neuf années durant. Et puis, il y eut la photo et le coup de fil du père : Prépare-toi. Est-on jamais prête à être la fille illégitime d'un président ?
  • itculture Posté le 23 Octobre 2021
    Ouvrage tout en émotion sur la vie d’une enfant issue d’adultère, puisque le père a refusé de divorcer de son épouse légitime. Puis enfant cachée car ce père est devenu président de la République alors qu’elle avait 6 ans. Situation qui dure à nouveau les 7 années suivantes. Quelle image de soi donner à l’école, en société ? Comment se construire sereinement, même avec tout l’amour de ses parents, quand on doit cacher ses origines ? Malgré le lot de sacrifices intimes, bel hommage au père dans ce livre. Mazarine est forte, elle a de qui tenir !
  • mellecatherine_ Posté le 1 Mars 2021
    Je n'aurais jamais choisi ce livre si ma tante ne me l'avait pas glissé dans un colis de Noël. Alors les vacances de fin d'année aidant je me suis plongée dedans. Ce qu'il faut tout de suite reconnaître c'est l'écriture agréable de Mazarine Pingeot et le courage qu'elle a de livrer un récit aussi intime. Cela en est presque contradictoire tellement son enfance cachée l'a fait souffrir. Bien qu'on lise l'amour inconditionnelle d'une fille pour son père, toutes les blessures de l'enfance sont là, à chaque anecdote. Derrière l'homme politique nous découvrons François Mitterrand dans toutes ses contradictions, presque pathétique tant il est embourbé dans cette double vie qu'il a pourtant pleinement choisie. Loin de la politique, le récit autobiographique de Mazarine Pingeot est une difficile histoire de famille où, comme souvent, les enfants sont les victimes des erreurs de leurs parents.
  • Lepetitcoinlecture Posté le 9 Décembre 2020
    J’ai particulièrement aimé ce livre pour son côté poignant. J’ai eu tellement d’émotions que je pense qu’il va être compliqué de trouver les mots. Ce livre est d’une authenticité incroyable je trouve. J’ai aimé le message que l’auteure souhaitait faire passer, le fait qu’elle montre que son père n’était pas seulement « le président de la France » ou « un homme politique ». C’est un roman dans lequel j’ai ressenti une souffrance profonde. Mazarine a souhaité montrer ce qu’elle a vécu avec son père et comment son père a toujours été lié à elle, même après sa mort. On voit chacune des étapes de sa vie. On la suit dans ces interrogations notamment de mettre un enfant au monde par ce qu’elle a pu vivre. Mais malgré tout cela, ce qui prime c’est réellement un amour pour un parent. Ce livre m’a poussé à aller faire des recherches par moi-même et à vraiment penser par moi-même. Il était extrêmement touchant et on peut ressentir ce que Mazarine a ressenti par sa plume très véritable. J’ai passé un agréable moment. Ce court roman fut un réel bonheur de mon côté. J’ai pu apprendre des choses et ressortir à la fois instruite et bouleversée... J’ai particulièrement aimé ce livre pour son côté poignant. J’ai eu tellement d’émotions que je pense qu’il va être compliqué de trouver les mots. Ce livre est d’une authenticité incroyable je trouve. J’ai aimé le message que l’auteure souhaitait faire passer, le fait qu’elle montre que son père n’était pas seulement « le président de la France » ou « un homme politique ». C’est un roman dans lequel j’ai ressenti une souffrance profonde. Mazarine a souhaité montrer ce qu’elle a vécu avec son père et comment son père a toujours été lié à elle, même après sa mort. On voit chacune des étapes de sa vie. On la suit dans ces interrogations notamment de mettre un enfant au monde par ce qu’elle a pu vivre. Mais malgré tout cela, ce qui prime c’est réellement un amour pour un parent. Ce livre m’a poussé à aller faire des recherches par moi-même et à vraiment penser par moi-même. Il était extrêmement touchant et on peut ressentir ce que Mazarine a ressenti par sa plume très véritable. J’ai passé un agréable moment. Ce court roman fut un réel bonheur de mon côté. J’ai pu apprendre des choses et ressortir à la fois instruite et bouleversée de ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Magdalenon Posté le 24 Octobre 2020
    A travers un roman autobiographique qui flirte avec l’écriture fragmentaire, Mazarine Pingeot, fille cachée de François Mitterrand, tente de reconstituer l’image de celui qui fût son père. Ce travail de remémoration lui devient d’autant plus essentiel qu’elle attend un enfant et, que pour devenir mère à son tour, il lui faut démêler les fils du drôle d’héritage qui fût le sien. D’une écriture sobre, allant de la description de scènes familiales tendres à l’exploration des traces psychiques qui demeurent à avoir été la fille de son père, Mazarine Pingeot semble souscrire sincèrement au pacte autobiographique. Tentant de s’approprier la double figure paternelle : celle de la télévision, celle de la maison, ainsi que les conséquences sur ce qu’elle est devenue d’avoir été enfant du secret, elle convie paradoxalement le lecteur à explorer les sentiments les plus universels. Tous les pères n’ont peut-être pas été président, tous les pères n’ont peut-être pas conduits à vivre une enfance cachée, mais tous ont réclamés que l’on se positionne à partir d’eux, à partir de ce qu’ils furent, à partir de ce que nous y avons sélectionné au regard du lien intime (ou non) que nous avons noués avec eux, pour nous-même advenir. C’est... A travers un roman autobiographique qui flirte avec l’écriture fragmentaire, Mazarine Pingeot, fille cachée de François Mitterrand, tente de reconstituer l’image de celui qui fût son père. Ce travail de remémoration lui devient d’autant plus essentiel qu’elle attend un enfant et, que pour devenir mère à son tour, il lui faut démêler les fils du drôle d’héritage qui fût le sien. D’une écriture sobre, allant de la description de scènes familiales tendres à l’exploration des traces psychiques qui demeurent à avoir été la fille de son père, Mazarine Pingeot semble souscrire sincèrement au pacte autobiographique. Tentant de s’approprier la double figure paternelle : celle de la télévision, celle de la maison, ainsi que les conséquences sur ce qu’elle est devenue d’avoir été enfant du secret, elle convie paradoxalement le lecteur à explorer les sentiments les plus universels. Tous les pères n’ont peut-être pas été président, tous les pères n’ont peut-être pas conduits à vivre une enfance cachée, mais tous ont réclamés que l’on se positionne à partir d’eux, à partir de ce qu’ils furent, à partir de ce que nous y avons sélectionné au regard du lien intime (ou non) que nous avons noués avec eux, pour nous-même advenir. C’est peut-être là toute la force du roman de Manzarine ; à travers une histoire exceptionnelle, elle relate la très vieille et très commune histoire de l’amour filiale qui, après la perte de l’être aimé, ne sait pas toujours quoi faire de cet amour.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la Newsletter Julliard
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.