En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Bourbon Kid

            Sonatine
            EAN : 9782355846083
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 456
            Format : 140 x 220 mm
            Bourbon Kid

            Cindy COLIN KAPEN (Traducteur)
            Date de parution : 21/09/2017
            Quand le tueur en série le plus impitoyable et le plus mystérieux que la terre ait jamais porté devient une cible. 
            Les Dead Hunters ont une morale très personnelle. C’est la moindre des choses pour une confrérie de tueurs sanguinaires. Ils ont aussi quelques menus défauts, se croire invincibles, par exemple. Un démon va néanmoins vite les détromper. Malin, fort et intelligent comme seuls les démons savent parfois l’être, il va... Les Dead Hunters ont une morale très personnelle. C’est la moindre des choses pour une confrérie de tueurs sanguinaires. Ils ont aussi quelques menus défauts, se croire invincibles, par exemple. Un démon va néanmoins vite les détromper. Malin, fort et intelligent comme seuls les démons savent parfois l’être, il va tranquillement les décimer les uns après les autres. À une exception près. Un des membres des Hunters reste en effet introuvable, et non des moindres : le Bourbon Kid.
             
            Notre démon va alors jeter toutes ses forces dans la bataille, depuis les quatre cavaliers de l’Apocalypse jusqu’à une armée de morts vivants, pour retrouver et anéantir définitivement notre tueur bien-aimé.
             
            Après Le Pape, le Kid et l’Iroquois, l’auteur toujours aussi anonyme du Livre sans nom se déchaîne littéralement dans cette nouvelle aventure du Bourbon Kid. Et il fait souffler toutes les forces maléfiques imaginables et inimaginables pour éprouver la capacité de résistance d’un héros que les feux de l’enfer chatouillent à peine.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782355846083
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 456
            Format : 140 x 220 mm
            Sonatine
            22.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Allesia Posté le 9 Octobre 2018
              6ème tome des aventures de notre (anti)héros préféré et c'est toujours aussi jouissif de le retrouver lui, ainsi que tous nos protagonistes préférés dans des aventures complètements folles. De l'action à gogo, je n'ai pas vu le temps passer, j'ai dévorer le livre en très peu de temps, très bien rythmé, l'histoire ne laisse pas une seconde de répit au lecteur, vivement le prochain tome !
            • lemillefeuilles Posté le 16 Mai 2018
              Deux ans après le fameux Le Pape, le Kid et l'Iroquois, j'étais impatiente de me lancer dans le sixième tome... mais j'ai tout de même attendu quelques mois de plus, sans bien savoir pourquoi. Cette fois, les Dead Hunters vont devoir s'occuper d'un démon et même des quatre cavaliers de l'Apocalypse, accompagnés de "goules", qui sont en réalité des morts-vivants. En plus de ça, il faut se procurer un poignard introuvable et se rendre dans une mystérieuse Forêt Noire qui tue tous les automnes chaque personne qui y pénètre... Dans certains cas, j'aurais dit que l'intrigue partait dans tous les sens. Mais pas avec le Bourbon Kid : tout semble pensé et réfléchi pour qu'on est l'impression que ça ne l'est absolument pas... Quel plaisir de retrouver ce côté décalé, ce style complètement hors-norme de l'auteur ! Il y a de l'action et des rebondissements, mais j'ai trouvé que ça avait moins de saveur qu'auparavant. Les choses étaient presque trop simples (quoique... certains personnages paient cher ce sixième tome). L'humour est toujours aussi présent, et les dialogues m'éclatent vraiment ! Le personnage de Scratch m'a particulièrement amusée, et le duo de Jasmine et Sanchez également... En parlant de ce dernier,... Deux ans après le fameux Le Pape, le Kid et l'Iroquois, j'étais impatiente de me lancer dans le sixième tome... mais j'ai tout de même attendu quelques mois de plus, sans bien savoir pourquoi. Cette fois, les Dead Hunters vont devoir s'occuper d'un démon et même des quatre cavaliers de l'Apocalypse, accompagnés de "goules", qui sont en réalité des morts-vivants. En plus de ça, il faut se procurer un poignard introuvable et se rendre dans une mystérieuse Forêt Noire qui tue tous les automnes chaque personne qui y pénètre... Dans certains cas, j'aurais dit que l'intrigue partait dans tous les sens. Mais pas avec le Bourbon Kid : tout semble pensé et réfléchi pour qu'on est l'impression que ça ne l'est absolument pas... Quel plaisir de retrouver ce côté décalé, ce style complètement hors-norme de l'auteur ! Il y a de l'action et des rebondissements, mais j'ai trouvé que ça avait moins de saveur qu'auparavant. Les choses étaient presque trop simples (quoique... certains personnages paient cher ce sixième tome). L'humour est toujours aussi présent, et les dialogues m'éclatent vraiment ! Le personnage de Scratch m'a particulièrement amusée, et le duo de Jasmine et Sanchez également... En parlant de ce dernier, je n'ai pas compris pourquoi il était si présent. C'est un protagoniste que j'apprécie, mais j'étais agacée de le voir autant, parce que ça amenait à un humour très scato légèrement saoulant à la longue. Malgré ces quelques bémols, j'ai pris un véritable plaisir avec cette suite ! J'ai dévoré le livre, et j'en redemande...! C'était trop peu, trop court...! J'ai adoré revoir le personnage du Bourbon Kid (un peu trop absent à mon goût), toujours aussi badass. Et Elvis, Rex, Flake, Beth, Bébé, Joey... qui ont tous et toutes une personnalité qui, a leur façon, me plaît. En conclusion, c'était top de retourner dans cet univers qui n'existe dans aucun autre livre, mais la lecture a été moins jouissive que je le pensais à cause de quelques éléments. Malgré tout - et surtout grâce à la fin -, j'espère bien que cet auteur Anonyme va nous écrire une suite bientôt...
              Lire la suite
              En lire moins
            • Annabelle19 Posté le 12 Avril 2018
              J'attendais avec impatience de pouvoir le lire, et au final je dois dire que ce dernier tome de la série du Bourbon Kid m'a fortement laissée sur ma faim. Tout cela a manqué de moments d'actions, de cette atmosphère survoltée à laquelle l'auteur nous avait habitués. Presque à chaque fois qu'une difficulté ou un conflit se présente, l'auteur s'en sort par une ellipse qui donne un peu l'impression de passer à côté de la moitié des événements. Le personnage du Bourbon Kid est la classe incarnée, mais il est sous utilisé et on ne le voit quasiment jamais en action. Ses actes sont pour beaucoup dans l'avancée de l'intrigue, le problème c'est qu'on ne le voit jamais faire. Alors oui, les dialogues sont toujours aussi drôles et incisifs et les interactions entre les personnages savoureuses (mention spéciale à Scratch, il m'a beaucoup fait rire). Mais pour moi ça n'a jamais été l'intérêt premier des romans d'Anonyme. Ce qu'il y avait de bien dans les premiers livres, c'était l'aspect déchaîné, délirant et violent. Je n'ai retrouvé rien de tout ça dans ce tome-ci. D'ailleurs, je me pose la question : pourquoi le roman s'appelle-t-il "Bourbon Kid" ? Il ne m'a pas semblé qu'il avait... J'attendais avec impatience de pouvoir le lire, et au final je dois dire que ce dernier tome de la série du Bourbon Kid m'a fortement laissée sur ma faim. Tout cela a manqué de moments d'actions, de cette atmosphère survoltée à laquelle l'auteur nous avait habitués. Presque à chaque fois qu'une difficulté ou un conflit se présente, l'auteur s'en sort par une ellipse qui donne un peu l'impression de passer à côté de la moitié des événements. Le personnage du Bourbon Kid est la classe incarnée, mais il est sous utilisé et on ne le voit quasiment jamais en action. Ses actes sont pour beaucoup dans l'avancée de l'intrigue, le problème c'est qu'on ne le voit jamais faire. Alors oui, les dialogues sont toujours aussi drôles et incisifs et les interactions entre les personnages savoureuses (mention spéciale à Scratch, il m'a beaucoup fait rire). Mais pour moi ça n'a jamais été l'intérêt premier des romans d'Anonyme. Ce qu'il y avait de bien dans les premiers livres, c'était l'aspect déchaîné, délirant et violent. Je n'ai retrouvé rien de tout ça dans ce tome-ci. D'ailleurs, je me pose la question : pourquoi le roman s'appelle-t-il "Bourbon Kid" ? Il ne m'a pas semblé qu'il avait une place plus importante que les autres dans cette histoire (à part pour le fait qu'il est la cible des quatre cavaliers, mais ça ne mène jamais nulle part, alors...) Le roman aurait mieux fait de s'appeler Sanchez. Il a en effet une place beaucoup plus active dans cette intrigue, même s'il est toujours aussi grotesque. Je n'avais rien contre lui en personnage secondaire comique, mais qu'il prenne le devant de la scène transforme tout le bouquin en quelque chose d'assez bouffonnesque (mot que je viens d'inventer, mais vous voyez l'idée), et en retire le côté badass qui me plaisait tant. Parce que Sanchez, il est marrant, mais ce n'est pas vraiment le genre de héros qui fait rêver et en met plein les yeux. Donc voilà : déçue, frustrée surtout, parce qu de tome en tome j'ai l'impression qu'il n'y a, au fond, que le personnage du Bourbon Kid qui soit vraiment approfondi et digne qu'on s'y intéresse, le problème c'est qu'il est de plus en plus effacé. Dans les premiers tomes, ses apparitions tardives créaient un effet d'attente et ajoutaient au mystère du personnage. Mais quand on fait attendre le lecteur, il faut qu'il y ait au moins une scène d'action finale explosive. Là, le problème, c'est que le personnage ne sort jamais de l'ombre. Tout ce qu'il fait, il le fait sans qu'on n'en voit rien. C'est d'autant plus frustrant que, dans ce tome, le Bourbon Kid se sort plusieurs fois de situations très délicates, et on se dit que les scènes auraient certainement été très spectaculaires à lire, si l'auteur avait pris la peine de les écrire. La fin est assez décevante pour cette raison aussi : [masquer] qu'est-ce qu'il se passe dans cette fichue forêt ? Le Bourbon Kid y entre une première fois et ressort on ne sait comment. Puis il y retourne, poursuivi par une horde de goules, et à nouveau, on n'a aucune idée de ce qui arrive à l'intérieur. [/masquer] Et ça se termine comme ça. On se retrouve obligé d'imaginer les scènes tout le temps, c'est agaçant. Les autres persos font à peu près le boulot : Rex, Elvis et surtout Jasmine sont plus présents, même si on a souvent l'impression qu'ils sont surtout là pour servir de faire-valoir à un Sanchez omniprésent. En bref, je suis une grand fan du personnage du Bourbon Kid et de l'univers des premiers tomes, mais la série prend un tournant que je n'aime pas beaucoup. Moins de scènes d'action badass et plus d'humour grotesque. Moins de personnages mémorables et approfondis pour plus de prétextes à des situations comiques. ça perd en punch, en intensité et, au final, en intérêt. Ce roman m'a juste donné envie de relire les premiers tomes.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Arthur409 Posté le 15 Mars 2018
              Voici déjà le septième tome des aventures jubilatoires (comme dirait Télérama) du Bourbon Kid et de sa bande. Car maintenant le Bourbon Kid n’est plus un serial killer solitaire au passé mystérieux : avec d’autres êtres tourmentés comme lui, il fait partie désormais des Dead Hunters, avec Elvis, l’Iroquois et Rex… et leurs copines, bien sûr. Leur réputation de justiciers un peu particuliers est bien établie. Si bien d’ailleurs, que les voilà devenus la cible d’un méchant particulièrement méchant : ce n’est rien moins que Caïn… oui, Caïn, signalé dès les premières pages de la Bible pour le meurtre de son frère Abel. Caïn a juré de faire la peau du Bourbon Kid, aidé en cela par de puissants alliés, les quatre Cavaliers de l’Apocalypse. Bientôt les forces du Mal se déchaînent sur Santa Mondega, avec invasion de goules et de zombies, qui se lancent à la poursuite de nos héros. Le Kid et ses amis ne sont pas seuls, le maladroit (mais chanceux) barman Sanchez est là également, et frôle la mort en différentes occasions, mais se tire toujours d’affaire in extremis, parfois grâce à des utilisations inattendues de son liquide favori (les connaisseurs savent de quel liquide je parle…) Les... Voici déjà le septième tome des aventures jubilatoires (comme dirait Télérama) du Bourbon Kid et de sa bande. Car maintenant le Bourbon Kid n’est plus un serial killer solitaire au passé mystérieux : avec d’autres êtres tourmentés comme lui, il fait partie désormais des Dead Hunters, avec Elvis, l’Iroquois et Rex… et leurs copines, bien sûr. Leur réputation de justiciers un peu particuliers est bien établie. Si bien d’ailleurs, que les voilà devenus la cible d’un méchant particulièrement méchant : ce n’est rien moins que Caïn… oui, Caïn, signalé dès les premières pages de la Bible pour le meurtre de son frère Abel. Caïn a juré de faire la peau du Bourbon Kid, aidé en cela par de puissants alliés, les quatre Cavaliers de l’Apocalypse. Bientôt les forces du Mal se déchaînent sur Santa Mondega, avec invasion de goules et de zombies, qui se lancent à la poursuite de nos héros. Le Kid et ses amis ne sont pas seuls, le maladroit (mais chanceux) barman Sanchez est là également, et frôle la mort en différentes occasions, mais se tire toujours d’affaire in extremis, parfois grâce à des utilisations inattendues de son liquide favori (les connaisseurs savent de quel liquide je parle…) Les aventures sont toujours aussi percutantes et sanglantes, il n’y a pas de relâche dans l’enchaînement des péripéties avec des surprises tout au long du récit. L’humour déjanté est présent à toutes les pages, et l’auteur anonyme est toujours aussi percutant. Je ne décèle pas d’essoufflement dans sa plume. Attention pourtant, cette fois le groupe des Dead Hunters ne sort pas indemne de cette aventure, il y a de la perte… Pour moi ce « Bourbon Kid » est un des meilleurs de la série, le récit est simple et linéaire, très facile à suivre (j’avais eu plus de mal avec « Le Pape et l’Iroquois »). A conseiller sans hésiter à tout lecteur amateur d’humour noir et de films de Tarentino, ne craignant pas de frôler les limites du « scato-potache ».
              Lire la suite
              En lire moins
            • artemisia02 Posté le 15 Mars 2018
              Quel plaisir de retrouver toute la bande de tueurs au service du diable... Un roman rythmé style rock n roll, une intrigue à 100 à l'heure , déjanté, un langage cru voire vulgaire pour des oreilles averties et peu sages, des personnages hauts en couleur et aussi atypiques les uns que les autres. Et bien sûr le Bourbon Kid, fidèle à lui même dans sa façon de résoudre les problèmes et d'aimer sa chère Beth. Même Sanchez et son bar miteux le Tapioca sont là, et dans ce tome , il est au top de lui-même. Notre bande est confrontée à Cain, frère de Abel (rien que ça ) et aux 4 cavaliers de l'Apocalypse. Un vrai régal, je ne me lasse pas de cette série de romans. Un tome ne vous laisse pas le temps de respirer.

            les contenus multimédias

            Ils en parlent


            « Le cocktail Bourbon Kid est bien frappé, à base de poudres noires ou blanches, bons mots, mitraillades, intrigues menées à toute berzingue, flics corrompus, sorcières mystiques, hordes de créatures du Mal convergeant vers nos héros. »
             
            Philippe Manoeuvre / Rock & Folk
            A propos du Livre sans nom : « Livre contaminé par la junk culture, des séries télé aux séries Z, Le Livre sans nom dynamite le genre du roman noir à coups d’humour et de parodie pop. »
            Les Inrockuptibles
            Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
            Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com