Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260021438
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 144
Format : 130 x 205 mm

Brève histoire des choses

Date de parution : 05/03/2015

La chaise
« Tout le malheur de l’Homme tient à ce qu’il n’a jamais su se contenter de s’asseoir par terre. »
L’ordinateur
« Ceux qui croient tout ce qu’ils trouvent sur Internet sont ceux qui croyaient tout ce qu’ils lisaient dans les journaux au siècle dernier. »
Le parapluie
« Cro-Magnon...

La chaise
« Tout le malheur de l’Homme tient à ce qu’il n’a jamais su se contenter de s’asseoir par terre. »
L’ordinateur
« Ceux qui croient tout ce qu’ils trouvent sur Internet sont ceux qui croyaient tout ce qu’ils lisaient dans les journaux au siècle dernier. »
Le parapluie
« Cro-Magnon eût-il connu le parapluie, nul doute qu’il l’aurait oublié dans la caverne d’une relation de voisinage. »
Le chapeau
« C’est le chapeau qui fait l’Homme. Qui sait si, sans son petit chapeau, Napoleone Buonaparte ne serait pas resté simple lieutenant d’artillerie ? »
Les paires
« Des tas de choses vont par paire. Ce par quoi elles sont spécialement exposées à être dépareillées. »
Les journées de
« Durant la journée de la Tolérance, doit-on tolérer l’intolérance ? Qui embrasser le 29 janvier, journée mondiale des Lépreux ? »
Du barbecue à la perceuse, en passant par l’ascenseur, la météo et même le rondpoint, Jacques A. Bertrand nous livre une vingtaine de chroniques drôles et savantes sur cette espèce mystérieuse et muette que l’on nomme « les choses », dans la même veine jubilatoire que Les Sales Bêtes ou Les autres, c’est rien que des sales types.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260021438
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 144
Format : 130 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Mladoria Posté le 25 Janvier 2020
    A travers l'Histoire plus ou moins loufoque d'objets du quotidien, l'auteur arpente les travers de l'humain, de ses origines à nos jours. Vous vous posez des questions sur votre parapluie, le barbecue de tonton Jeannot, pourquoi il y a des tabourets et des chaises, et la parité dans tout ça ? En bref, c'est assez drôle, à lire par petits bouts sans prise de tête, histoire de passer un bon moment en compagnie des objets que vous utilisez tous les jours ou presque (oui parce que si la perceuse vous est d'usage quotidien, je plains vos voisins).
  • Kittiwake Posté le 10 Octobre 2015
    Jacques A. Bertrand est un orfèvre, un ciseleur de bijoux littéraires. A partir de la pierre brute que sont les mots, les mots banals qui désignent les objets du quotidien, un parapluie, une chaise, ou une invention plus conceptuelle comme les jours dédiés (à la mère, aux grands-pères, à la musique ou ou à l’abstention de la cigarette),.il effectue une manipulation et crée une ambiance particulière, comme la lumière qui accroche les faces d’un diamant taillé pour en magnifier les reliefs. Ainsi le parapluie, qui ouvre ce catalogue : « Rien ne raconte mieux l’Homme et le progrès que le parapluie ». Et qui sait qu’Einstein oubliait ses parapluies comme tout le monde, et que Kundera en possédait deux, l’un chez lui et l’autre à l’université », mais sortait sans de crainte de se retrouver avec deux parapluies dans le même endroit? Le parapluie change de main, s’emprunte et comme les livres ne se rend pas Mais « A tout prendre, il vaut mieux sortir avec un livre qu’avec un parapluie ». C’est aussi poétique que drôle. L’humour jaillit d’un malentendu, d’une vision détournée et inhabituelle, qui crée la surprise. Ces courts chapitres ont été repris dans l’émission de... Jacques A. Bertrand est un orfèvre, un ciseleur de bijoux littéraires. A partir de la pierre brute que sont les mots, les mots banals qui désignent les objets du quotidien, un parapluie, une chaise, ou une invention plus conceptuelle comme les jours dédiés (à la mère, aux grands-pères, à la musique ou ou à l’abstention de la cigarette),.il effectue une manipulation et crée une ambiance particulière, comme la lumière qui accroche les faces d’un diamant taillé pour en magnifier les reliefs. Ainsi le parapluie, qui ouvre ce catalogue : « Rien ne raconte mieux l’Homme et le progrès que le parapluie ». Et qui sait qu’Einstein oubliait ses parapluies comme tout le monde, et que Kundera en possédait deux, l’un chez lui et l’autre à l’université », mais sortait sans de crainte de se retrouver avec deux parapluies dans le même endroit? Le parapluie change de main, s’emprunte et comme les livres ne se rend pas Mais « A tout prendre, il vaut mieux sortir avec un livre qu’avec un parapluie ». C’est aussi poétique que drôle. L’humour jaillit d’un malentendu, d’une vision détournée et inhabituelle, qui crée la surprise. Ces courts chapitres ont été repris dans l’émission de France-Culture « Des papous dans la tête » tout à fait dans le ton de ces jeux avec la langue. C’est un vrai bonheur, un régal pour qui aime le maniement du langage, avec pour effet secondaire de pointer les travers de nos comportements sociaux. A essayer sans hésiter.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ComiteromansPoissy Posté le 19 Juin 2015
    Jacques A. Bertrand fait partie de l’équipe des Papous dans la tête, émission historique de France Culture. Il sait manier les mots avec esprit et humour et retourne ici chaque chose pour nous emmener dans son univers fantasque. Dans ce petit dictionnaire nous nous découvrons partager son point de vue jubilatoire sur la chaise, les parapluie ou l’ordinateur. A lire pour le plaisir des mots, qui lui a valu le Prix Vialatte 2015. Florence (Le Vésinet)

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.