Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266280556
Code sériel : 17074
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 120 x 180 mm
Carnets de steppes
Collection : Aventure Humaine
Date de parution : 02/11/2017
Éditeurs :
Pocket

Carnets de steppes

,

Collection : Aventure Humaine
Date de parution : 02/11/2017
Dans les grandes étendues de l'Eurasie, c'est le cheval qui a permis à l'homme de s'approprier la steppe. Aussi, lorsque Priscilla et Sylvain, à 23 et 27 ans, décident d'inscrire... Dans les grandes étendues de l'Eurasie, c'est le cheval qui a permis à l'homme de s'approprier la steppe. Aussi, lorsque Priscilla et Sylvain, à 23 et 27 ans, décident d'inscrire leurs pas dans la poussière d'Asie centrale, quel autre choix s'offre à eux que celui de se présenter, en selle,... Dans les grandes étendues de l'Eurasie, c'est le cheval qui a permis à l'homme de s'approprier la steppe. Aussi, lorsque Priscilla et Sylvain, à 23 et 27 ans, décident d'inscrire leurs pas dans la poussière d'Asie centrale, quel autre choix s'offre à eux que celui de se présenter, en selle, rênes à la main et pied à l'étrier ?
En six mois d'expédition, au gré des recontres, des bonheurs et des dangers, du Kirghizstan à la mer d'Aral, Priscilla et Sylvain ont collecté un bouquet d'émotions, de souvenirs et de réflexions qu'ils nous offrent dans ce carnet de voyage. Recueil intime pour livrer la saveur de l'instant, le goût du khumus bu sous la yourte, l'entente entre les chevaux, le chant des grandes steppes, les bouleversements d'un peuple...

Nouvelle édition revue par les auteurs
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266280556
Code sériel : 17074
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 120 x 180 mm

Ils en parlent

« L'ouvrage incite à la rêverie et nous fait voyager dans les steppes mais aussi dans les cultures et dans l'histoire. » Johanna Nobili - Carnets d'aventures magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • BRUMANT 11/12/2021
    c’est le 8eme livre de Tesson que je lis. Ce livre parle du Tunduk le cœur de la yourte. Les fenêtres du toit sont les 1ères. Le feutre est fabriqué avec de la laine de mouton. Les femmes soutiennent les treillis de l’intérieur pendant que les hommes emboîtent les perches et la couronne. Ce voyage a été fait avec Priscilla Telmon. Une fois mouillé le feutre est sèche au soleil. Leurs motifs sont des entrelacs pour isoler de la terre avec les coffres au fonds et avec l’outre a khumus. Le moine Rubrouck est en admiration devant la rapidité de la construction de cette yourte. D’osh a Boukhara, Samarcande me rappelle Jacques et le tombeau de Tamerlan ou de gengis khan je ne sais plus. Ella Maillart la suissesse ou la Superfosfate avec Zoroastre le Dieu feu. On vous parle d’Allah. Zafer-name avec la mer d’Aral. Les zeks sont les pires forçats du monde quoiqu’on en dit. L’amou Daria et le Syr Daria, quelles rivieres avons-nous la? Je sais que Tesson aime Peguy. Il en récite parfois.La mer d’Aral est sèche comme le vaguin d’une femme qui n’aime plus.
  • gege255 18/11/2021
    J'aime vraiment beaucoup Sylvain Tesson. Ce livre est tout simplement une invitation au voyage dans des lieux où peu ont l'idée d'aller. les nombreuses photos sont magnifiques, et c'est si bien écrit que l'on voyage un peu aussi, tant c'est dépaysant.
  • clemia 29/03/2021
    "En voyage, le temps se transforme. Sa nature change." C'est le cas également de la lecture me semble-t-il, une sorte de voyage en soi. Immobile certe mais un voyage quand même. Les carnets et récits de voyage en sont l'exemple par excellence. Les lecteurs, le temps de quelques heures sont transportés dans la réalité plus ou moins lointaine de voyageurs, d'explorateurs. Je vous propose ici une invitation à goûter la liberté des grandes steppes de l'Asie Centrale aux côtés de Sylvain Tesson et Priscilla Telmon. Pendant plusieurs mois, ils ont remontés l'Asie Centrale, d'Almaty aux restes de la mer d'Arale. On vit par procuration quelques-unes de leurs expériences, on revisite un petit peu l'histoire de ces pays morcelés selon les désirs et la volonté de reigner de l'URSS. Enfin et surtout on sent l'amour qui les liait à leur compagnons équins, qui leur sera très difficile de laisser derrière eux. Un récit, enfin, ponctué de photos qui prolongent les textes pour leur donner forme physique. J'aurais sans doute aimé que les textes soient plus longs et plus poussés mais néanmoins le désir de découvrir l'histoire de cette région et de ses nombreux peuples nomades m'habite dorénavant. La prochaine étape pour moi : aller découvrir les... "En voyage, le temps se transforme. Sa nature change." C'est le cas également de la lecture me semble-t-il, une sorte de voyage en soi. Immobile certe mais un voyage quand même. Les carnets et récits de voyage en sont l'exemple par excellence. Les lecteurs, le temps de quelques heures sont transportés dans la réalité plus ou moins lointaine de voyageurs, d'explorateurs. Je vous propose ici une invitation à goûter la liberté des grandes steppes de l'Asie Centrale aux côtés de Sylvain Tesson et Priscilla Telmon. Pendant plusieurs mois, ils ont remontés l'Asie Centrale, d'Almaty aux restes de la mer d'Arale. On vit par procuration quelques-unes de leurs expériences, on revisite un petit peu l'histoire de ces pays morcelés selon les désirs et la volonté de reigner de l'URSS. Enfin et surtout on sent l'amour qui les liait à leur compagnons équins, qui leur sera très difficile de laisser derrière eux. Un récit, enfin, ponctué de photos qui prolongent les textes pour leur donner forme physique. J'aurais sans doute aimé que les textes soient plus longs et plus poussés mais néanmoins le désir de découvrir l'histoire de cette région et de ses nombreux peuples nomades m'habite dorénavant. La prochaine étape pour moi : aller découvrir les récits d'Ella Maillart et de Nikolaï Prjevalski.
    Lire la suite
    En lire moins
  • corally4 26/08/2018
    Une lecture facile : « Carnets de steppe », les paysages sont magnifiques cela nous le ressentons bien à travers l’écrit …ET les photos, les pays traversés, Oubekistan , Turkmenistan, Kirghizstan ,Kazakhstan A travers les descriptions, et les résumés historiques sur les différents personnages qui se sont distingués dans ces contrées : Tamerlan, Gengis Kan par exemple pour les plus connus, les descriptions d’anciens voyageurs, les réflexions, il m’a le quotidien des deux voyageurs. On ne sait rien : rien sur les difficultés quotidiennes pour se nourrir, se loger ou coucher à la belle étoile. J’ai eu l’impression d’un voyage aseptisé où tout c’est déroulé à merveilles sans aucune anicroche. Certes il ya un hommage vibrant, plein d’amour pour les compagnons de tous les jours , les trois chevaux : un étalon et les deux hongres. Néanmoins j’ai lu avec plaisir, et je le recommande afin de connaitre les coutumes, les changements de régime de ces pays.
  • Giraud_mm 14/03/2018
    Joli livre d'aventure, agrémenté de belles photographies, facile à lire et permettant de découvrir une immense région totalement méconnue. Je reste cependant sur ma faim sur trois aspects : - Je ne suis pas parvenu à partager la vie, les doutes, les angoisses ou les bonheurs des deux auteurs au cours de cette traversés à cheval... Trop de pudeur dans le récit ? - les survols historiques m'on paru un peu décousus et simplistes, ne permettant pas vraiment de se faire une vue d'ensemble. - J'aurais aimé plus de détails sur les sites, naturels ou pas, les plus remarquables, un peu à l'image de ce qui est écrit sur Samarcande, Boukhara et Khiva, mais en plus détaillé. J'ai lu le livre avec plaisir au cours d'un voyage à Jérusalem, mais je qui quand même un peu déçu... Peut-être à proposer aux jeunes pour leur faire découvrir cette région ?
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.