Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221260555
Façonnage normé : BROCHE
Format : 135 x 215 mm
Ce qui est au-dedans
Bernard Cohen (traduit par), Patti Smith (préface de)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 07/04/2022
Éditeurs :
Robert Laffont

Ce qui est au-dedans

Bernard Cohen (traduit par), Patti Smith (préface de)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 07/04/2022
Un roman inédit en poche du charismatique et multi primé Sam Shepard, préfacé par Patti Smith.
Le jour se lève. Chez lui, entouré par les trembles et les increvables coyotes qui jappent au loin, un homme, les yeux grands ouverts, submergé par les souvenirs, voit sa... Le jour se lève. Chez lui, entouré par les trembles et les increvables coyotes qui jappent au loin, un homme, les yeux grands ouverts, submergé par les souvenirs, voit sa vie défiler à la manière d’un trailer de cinéma. Dans ses visions, l’Amérique de son enfance se dessine, et il... Le jour se lève. Chez lui, entouré par les trembles et les increvables coyotes qui jappent au loin, un homme, les yeux grands ouverts, submergé par les souvenirs, voit sa vie défiler à la manière d’un trailer de cinéma. Dans ses visions, l’Amérique de son enfance se dessine, et il retrouve l’amante de son père avec laquelle il a lui aussi eu une histoire. Les méandres complexes de son inconscient l’emportent entre les montagnes et les déserts, qu’il traverse assis à l’arrière d’une Honda, défoncé au jazz, à la benzédrine et au rock’n’roll.
La plume résolument poétique de Sam Shepard et sa narration théâtrale mettent à nu les grands moments d’une vie et ce qu’il en reste, une expérience à la fois surréaliste, émouvante et inoubliable.

« Ce livre est un atlas en devenir, marqué par les semelles de quelqu’un qui, instinctivement et les yeux grands ouverts, arpente ses routes surnaturelles. » Patti Smith
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221260555
Façonnage normé : BROCHE
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • VirginieDoucet 06/03/2022
    On s'interroge durant toute la lecture sur la part d'autobiographie de ce livre. Est-ce Sam Shepard qui nous livre ses souvenirs, ses rêves, ses craintes et des tranches de son quotidien ou est-ce un simple narrateur qui partage avec l'auteur le fait d'avoir été marié à une new-yorkaise, d'avoir tourné dans des films, etc.? Quoi qu'il en soit, on suit un homme déjà vieillissant dans ses démêlés avec une maîtresse chanteuse bien plus jeune que lui. On plonge dans son passé à la rencontre de la flamboyante, sensuelle et mystérieuse Felicity. On assiste à la miniaturisation imaginaire de son père, emballé dans du film plastique et trimballé par des mafieux. On l'accompagne sur des tournages où il s'interroge sur le métier d'acteur. Il règne une ambiance chaude et sexuelle dans ces écrits; on sentirait presque le vent du désert nous caresser le joue et glisser sous nos jupes.
  • gilles3822 11/11/2020
    Après Patti Smith et son année du singe, un ami à elle, Sam Shepard avec qui elle relu ce manuscrit quand il était déjà gravement atteint par la maladie qui allait l'emporter en 2017. Quelques fulgurances dans ce livre nous transporte dans un questionnement sur le sens de la vie, les rapports père-fils et...ses relations avec les femmes, celles de son père et les siennes. Des flashs percutent le déroulé chronologique de cette succession de scènes, un peu désordonnées. On se demande quand se déroule l'action, avant, dans son adolescence, aujourd'hui, au crépuscule de son existence et Félicity, ex-petite amie de son père, fut-elle la sienne, en vrai, ou en rêve. Le départ de sa compagne, provoqué ou involontaire, je t'aime , moi non plus, version Grands espaces américains, le laisse assommé, par quoi ? Une liberté enfin trouvée ? Un torrent de regrets ? Une amertume non assumée ? Ou tout cela mélangée, un peu groggy, le beau Sam aux conquêtes faciles, elle était peut-être juste fatiguée de ses écarts de conduite même si, dans les cercles évolués, l'on joue avec les codes de la fidélité, être libéré de ses contraintes semblant être le comble de l'émancipation, le sentiment... Après Patti Smith et son année du singe, un ami à elle, Sam Shepard avec qui elle relu ce manuscrit quand il était déjà gravement atteint par la maladie qui allait l'emporter en 2017. Quelques fulgurances dans ce livre nous transporte dans un questionnement sur le sens de la vie, les rapports père-fils et...ses relations avec les femmes, celles de son père et les siennes. Des flashs percutent le déroulé chronologique de cette succession de scènes, un peu désordonnées. On se demande quand se déroule l'action, avant, dans son adolescence, aujourd'hui, au crépuscule de son existence et Félicity, ex-petite amie de son père, fut-elle la sienne, en vrai, ou en rêve. Le départ de sa compagne, provoqué ou involontaire, je t'aime , moi non plus, version Grands espaces américains, le laisse assommé, par quoi ? Une liberté enfin trouvée ? Un torrent de regrets ? Une amertume non assumée ? Ou tout cela mélangée, un peu groggy, le beau Sam aux conquêtes faciles, elle était peut-être juste fatiguée de ses écarts de conduite même si, dans les cercles évolués, l'on joue avec les codes de la fidélité, être libéré de ses contraintes semblant être le comble de l'émancipation, le sentiment amoureux, le lien que l'on met à mal, dominant son sujet. Posture ô combien surfaite, la poésie se joue de la réalité des sentiments, la littérature ne joue que des partitions écrites d'avance, dans la vraie vie, le cheminement suit des voies imprévisibles, la boucle est bouclée en un noeud qui se resserre inexorablement. Elle part, revient, repart et s'en va, la femme jamais ne se retourne sur une histoire finissante. C'est écrit, passons à autre chose. Ouvrage un tantinet crépusculaire, se souvenir de l'acteur et de ses pièces de théâtre, un homme des grands espaces, une mythologie en marche. Comme vous le sentez.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Flaubauski 24/10/2020
    Déroutant, mais non dénué d’intérêt, Ce qui est au-dedans est une série de fragments qui racontent la vie d’un homme septuagénaire, écrivain et acteur, comme l’était lui-même Sam Shepard au moment de l’écriture, en proie à des souvenirs plus ou moins proches, à des rêves ou cauchemars qui transfigurent ces souvenirs en des hallucinations parfois poético-burlesques. De retours en arrière en retours en arrière, de flashs fulgurants en flashs fulgurants, comme expulsés violemment de l’esprit de leur auteur, nous naviguons à vue dans le temps, dans un morcellement qui paraît au départ totalement décousu, qui peut donc perturber par son surréalisme narratif, mais qui prend sens au fil des flashs pour nous dévoiler une vie en accéléré, faite d’une relation troublante avec un père qui aura une incidence sur les relations avec les femmes, d’écriture, de cinéma… De tout ce qui a, en somme, fait l’existence de cet homme désormais à son crépuscule. Introspection de fin de vie qui prend des accents tortueux, parfois mélancoliques, parfois comiques, dans tous les cas sympathique à découvrir, même si parfois ardu à suivre. Je remercie les éditions Robert Laffont et NetGalley de m’avoir permis de découvrir l’ultime roman de Sam Shepard.
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.