Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714452306
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 315
Format : 140 x 225 mm

Ce qui restera de nous

Date de parution : 02/05/2013

Un roman drôle et touchant, d’une honnêteté désarmante sur les affres de la paternité, qui rappelle Un jour de Nicholls pour la tendresse, la nostalgie et l’humour, mais aussi pour sa peinture sociale des années Thatcher.

Entre rires et larmes, un roman d’une honnêteté désarmante sur l’amour et les affres de la paternité, qui rappelle le Un jour, de David Nicholls, pour l’humour et la tendresse, mais aussi pour sa peinture sociale des années Thatcher.

Nous sommes en 1985, dans le nord de l’Angleterre. Graham Melton...

Entre rires et larmes, un roman d’une honnêteté désarmante sur l’amour et les affres de la paternité, qui rappelle le Un jour, de David Nicholls, pour l’humour et la tendresse, mais aussi pour sa peinture sociale des années Thatcher.

Nous sommes en 1985, dans le nord de l’Angleterre. Graham Melton rencontre Charlotte Marshall. Lui est fils d’ouvrier, abhorre Thatcher et adore la bière. Elle est issue de la bourgeoisie, voterait plutôt conservateur et ne jure que par l’opéra.
Contre toute attente, entre ces deux-là, c’est le coup de foudre, le début d’une grande histoire d’amour.

Vingt-quatre ans plus tard, Tony Blair est au pouvoir, la crise a laissé une partie de la jeunesse sur le carreau et Graham élève seul Michael, leur fils de quinze ans.
Papa poule un peu envahissant, Graham essaie coûte que coûte de tenir son fils éloigné des filles. Michael, adolescent moqueur, inscrit en secret son père sur des sites de rencontres. Avec autant d’amour que de maladresse, chacun veille sur l’autre comme il peut.

Mais un drame va faire voler en éclats ce fragile équilibre et replonger Graham dans un passé douloureux…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714452306
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 315
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Tendresse, nostalgie et humour sont les ingrédients de ce récit des difficultés d'être père, du deuil impossible, de la violence urbaine et des clivages sociaux au sein de la société anglaise."

Ouest France

"Un roman aussi drôle que touchant sur les affres de la paternité"

Femme Actuelle

"Une plongée dans la société britannique de ces deux décennies agitées. Une réflexion sur les difficultés de la paternité, surtout. Et sur l'impossible deuil. Emouvant et, finalement, réconfortant. Recommandé !"

Questions de Femmes

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sld09 Posté le 27 Juin 2017
    Une bonne surprise que ce roman dont la couverture (je n'arrive vraiment pas à m'y faire) avait fini par me faire douter de mon choix.Mark Gartside signe ici un premier roman bien écrit dont le ton reste léger malgré les sujets dramatiques abordés (deuil, alcoolisme, maladie, etc).J'ai beaucoup aimé cette histoire qui alterne les récits de deux périodes de la vie d'un seul personnage. On découvre d'abord Graham en tant qu'adolescent puis jeune adulte et en parallèle on le suit dans son rôle de père d'un adolescent. Les deux récits se font écho et s'apportent réciproquement un éclairage permettant de mieux comprendre la personnalité de Graham. Le tout avec en toile de fond une Angleterre en pleine évolution socio-économique.Un très bon moment de lecture.
  • Tiphrom Posté le 3 Février 2015
    L’histoire, telle qu’on l’approche à l’ouverture de ce premier roman, est assez banale et déjà vue : Graham et Charlotte sont deux adolescents que leurs milieux opposent et qui vont s’aimer passionnément malgré tout. Pourtant, vingt-quatre ans plus tard, Graham élève seul leur fils Michael et c’est alors la construction de cette relation père-fils qui devient le centre de toutes les attentions. La construction aussi est assez classique mais très bien exploitée : les chapitres alternent entre passé et présent – enfance des parents et adolescence de Michael, leur fils, aujourd’hui. L’occasion aussi de voir s’effondrer les idéaux travaillistes défendus mordicus par le père de Graham sous l’ère Thatcher, devenus si fades entre les mains de Tony Blair. C’est donc un peu l’histoire de la fin de l’Angleterre ouvrière, le démantèlement des services publics dans la conversation attablée de familles provinciales. La couverture comme sa quatrième laissent vraiment attendre un roman d’une certaine banalité. De ceux qui détendent sans jamais absorber tout à fait, que l’on peut fermer sans prendre le temps de les regretter. Mais non ! A la faveur d’une écriture simple et efficace – mais bien incarnée, chaleureuse – l’auteur campe fermement des personnages sincères, courants, auxquels on ne... L’histoire, telle qu’on l’approche à l’ouverture de ce premier roman, est assez banale et déjà vue : Graham et Charlotte sont deux adolescents que leurs milieux opposent et qui vont s’aimer passionnément malgré tout. Pourtant, vingt-quatre ans plus tard, Graham élève seul leur fils Michael et c’est alors la construction de cette relation père-fils qui devient le centre de toutes les attentions. La construction aussi est assez classique mais très bien exploitée : les chapitres alternent entre passé et présent – enfance des parents et adolescence de Michael, leur fils, aujourd’hui. L’occasion aussi de voir s’effondrer les idéaux travaillistes défendus mordicus par le père de Graham sous l’ère Thatcher, devenus si fades entre les mains de Tony Blair. C’est donc un peu l’histoire de la fin de l’Angleterre ouvrière, le démantèlement des services publics dans la conversation attablée de familles provinciales. La couverture comme sa quatrième laissent vraiment attendre un roman d’une certaine banalité. De ceux qui détendent sans jamais absorber tout à fait, que l’on peut fermer sans prendre le temps de les regretter. Mais non ! A la faveur d’une écriture simple et efficace – mais bien incarnée, chaleureuse – l’auteur campe fermement des personnages sincères, courants, auxquels on ne peut que s’identifier. Les quelques clichés, stylistiques comme narratifs, sont compensés par de vrais moments de poésie. Certaines scènes, par leur construction originale, sont tout à fait prenantes : ainsi de l’expérience de l’impuissance du père à défendre son fils face à une génération qu’il n’a pas compris. Un choc de générations autant subtil que violent. J’ai passé un excellent moment avec ce roman, qui maintient la lumière allumée parfois un peu plus longtemps qu’attendu. A mi-chemin entre un bon Douglas Kennedy et dans un style qui n’est pas sans rappeler Jonathan Tropper – avec une poésie plus fraîche, une tendresse plus immédiate, c’est une formidable découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • musy Posté le 11 Novembre 2013
    Ils s'aiment mais leurs familles sont tellement différentes. Un drame va bouleverser leur amour...
  • carob06 Posté le 9 Septembre 2013
    un roman très agréable à lire, à la fois tendre, drôle et émouvant parfois. Les personnages ne sont pas assez fouillés à mon goût, on est un peu trop dans le cliché, mais cela reste une excellente lecture-détente, dans la lignée de Un Jour
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.