Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707189011
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 200
Format : 135 x 220 mm

Cerveau augmenté, homme diminué

Véronique PIRON (Traducteur)
Collection : Sciences humaines
Date de parution : 12/05/2016
Les avancées des neurosciences rendent désormais envisageables pour certains la perspective d’améliorer le cerveau et de supprimer ses faiblesses et ses « défauts » : le rêve d’un cerveau « parfait » semble à portée de la main. Miguel Benasayag montre ici pourquoi ce nouvel idéalisme du « cerveau augmenté » est en réalité une illusion dangereuse : le monde qu’entendent préparer les transhumanistes et certains scientifiques risque fort d’être surtout habité par la folie et la maladie…
Le cerveau humain connaît, étudie, explique et comprend, au point qu’il en est arrivé à prendre comme objet d’étude… lui-même. Et les nouvelles connaissances sur le fonctionnement du cerveau ébranlent profondément nombre de croyances au fondement de la culture occidentale. Car les remarquables avancées des neurosciences rendent en effet désormais... Le cerveau humain connaît, étudie, explique et comprend, au point qu’il en est arrivé à prendre comme objet d’étude… lui-même. Et les nouvelles connaissances sur le fonctionnement du cerveau ébranlent profondément nombre de croyances au fondement de la culture occidentale. Car les remarquables avancées des neurosciences rendent en effet désormais envisageable pour certains la perspective d’améliorer le cerveau et de supprimer ses faiblesses et ses « défauts » : le rêve d’un cerveau « parfait » semble à portée de la main.
Cette vision conduit à considérer notre cerveau comme un ordinateur qu’il s’agirait d’optimiser en l’améliorant par divers outils pharmacologiques ou informatiques. À partir d’une vulgarisation très pédagogique de recherches récentes souvent très « pointues » en neurosciences, Miguel Benasayag montre ici, de façon fort convaincante, pourquoi ce nouvel idéalisme du « cerveau augmenté » est en réalité une illusion dangereuse : le monde qu’entendent préparer les transhumanistes et certains scientifiques risque fort d’être surtout habité par la folie et la maladie…
Une thèse critique solidement argumentée, qui a commencé à faire son chemin dans le milieu des chercheurs les plus préoccupés par les apories et les failles de ce nouveau mythe du progrès.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707189011
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 200
Format : 135 x 220 mm

Ils en parlent

Profondément philosophe, Miguel Benasayag sait prendre à tout moment le recul de la pensée. Ni technophile, ni technophobe (une position qui était déjà celle de Luc Ferry sur le même sujet), il se demande ce que peut signifier cet homme au cerveau augmenté dans lequel il sera peut-être possible de télécharger des compétences ou de récupérer des souvenirs perdus. Et, de façon plus profonde, pourquoi la technique en est venue à occuper le centre de la scène. L’auteur répond que, sur fond d’échec de nos terribles utopies politiques, l’homme se livre à une technologie dont la vie et la culture ne seront que des segments, où la singularité même d’homme aura disparu, car si vous êtes un peu triste, un cerveau-ordinateur vous remettra un peu de joie.
 
André Masse-Stamberger / Le Quotidien du Médecin
C’est un fait. Les progrès récents des neurosciences ont levé un large coin de voila sur les mystères du cerveau. « À l’étude du fonctionnement neuronal rendue possible par la technologie, s’ajoutent les connaissances nouvelles sur la biochimie du système nerveux qui nous enseignent comment les molécules interviennent dans la régulation fine des pensées, des sensations et des affects », constate le philosophe et psychanalyste Miguel Benasayag, dans son dernier ouvrage. Problème : ces avancées servent en même temps de paravent aux tenants d’une vision totalement instrumentale du cerveau. De la modélisation des mécanismes cérébraux, on glisse en effet très vite vers l’identification du cerveau à un ordinateur et la réduction de la personne à un « simple programme ». il s’agit donc de dégager les implications d’une telle approche, pour pouvoir ensuite y résister, sans technophobie.  Et c’est à cela que s’attache Miguel Benasayag. Contre le réductionnisme numérique, et le fantasme sous-jacent d’un « cerveau augmenté », l’auteur rétablit quelques distinctions élémentaires.
 
Laurent Etre / L'Humanité
Docteur en biologie, philosophe et psychanalyste, Miguel Benasayag mobilise avec brio ses multiples compétences pour cette défense et illustration de la vie dans toute sa complexité et sa richesse. En effet, une utopie mine notre modernité : la quête d’un cerveau parfait par l’augmentation des fonctions cérébrales, notamment promue par les tenants du transhumanisme. Or ce projet est un piège, selon Benasayag, celui d’une transcendance par la technique qui entend détourner à son profit la rupture anthropologique que nous sommes en train de vivre : cette aspiration conduit à méconnaître la complexité du vivant. Benasayag rappelle que « le cerveau [seul] ne pense pas, tout le corps pense » ; le cerveau pense avec son corps et dans son contexte. Le cerveau est limite dans le temps et l’espace. Loin d’être un handicap, cette limitation est la condition du sens. Loin de mépriser la « rupture historique fondamentale » qui fait du cerveau un « organe comme les autres », le philosophe entend saisir l’apport des neurosciences dans toute sa richesse et non comme le moyen d’une réduction matérialiste de l’homme.  « Le défi de notre époque consiste donc essentiellement à articuler nos fantastiques connaissances et la puissance de la technologie avec la connaissance et le respect des circuits de la vie. » Les chemins sont multiples dans cette hybridation entre l’humain et ses artefacts, rien n’est encore joué et c’est au cœur de cette hybridation que ces chemins doivent être ouverts. Ce à quoi contribue cette passionnante discussion.
 
Franck Damour / Études
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !