En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Cet été là

        Sonatine
        EAN : 9782355845581
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 220 mm
        Cet été là

        FABRICE POINTEAU (Traducteur)
        Date de parution : 09/02/2017
        Un thriller poignant, sélectionné pour le prix Pulitzer du meilleur roman.
         
        Tout ce qu’on a su de cette soirée-là, c’est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu’elle n’était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l’Indiana, elle a... Tout ce qu’on a su de cette soirée-là, c’est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu’elle n’était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l’Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l’enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n’a jamais su ce qui était arrivé à Kathy.
        Que s’est-il réellement passé cet été là ?
        Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent.
        Le frère de Katie, son professeur, la veuve d’un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient.
        Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd’hui encore, qui manipule qui ?
         
        Avec ce magnifique roman polyphonique, littéralement habité par le désir et la perte, Lee Martin nous entraîne dans la résolution d’un crime à travers une exploration profonde et déchirante de la nature humaine.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355845581
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • amanline Posté le 15 Avril 2018
          Une petite fille de 9 ans est enlevée . Nous découvrons au fil des pages, les faits vus par les différents protagonistes et le rôle qu'ils ont pu jouer dans cet enlèvement. Chaque personnage doit faire face à ses responsabilités du fait des actes qu'il a ou non commis, des décisions qu'il a ou non prises. Cela reste un bon roman psychologique, qui nous fait douter et cogiter, mais je n'ai pas trop accroché.
        • Cassy Posté le 5 Avril 2018
          Cet été-là est un titre qui a beaucoup fait parler de lui lors de sa sortie en grand format, aux éditions Sonatine. Je me souviens que mon amie Léa n’avait pas trop adhéré à l’histoire (son avis) et qu’à l’inverse, Mya Rosa avait eu un réel coup de cœur (son avis). Alors, lorsque j’ai vu que les éditions 10/18 le sortaient en version poche et avec une très belle couverture, je n’ai pas hésité à le lire et à me faire mon propre avis ! L’histoire se déroule dans une petite ville des États-Unis, dans les années 1970 et sous un soleil de plomb. La chaleur est écrasante et les habitants attendent patiemment que le soleil se couche pour avoir un souffle d’air. La petite Katie Mackey a 9 ans. C’est une adorable petite fille joyeuse, issue d’une bonne famille (son père est le patron de l’usine de la ville). Il est 19h et Katie prend son vélo pour rapporter ses livres à la bibliothèque. La fillette ne reviendra jamais chez elle. 30 ans après les faits, quatre protagonistes racontent l’histoire, celle qui n’a jamais été révélée. Cet été-là met en scène quatre personnages-clés dont nous suivons les pensées, les regrets et... Cet été-là est un titre qui a beaucoup fait parler de lui lors de sa sortie en grand format, aux éditions Sonatine. Je me souviens que mon amie Léa n’avait pas trop adhéré à l’histoire (son avis) et qu’à l’inverse, Mya Rosa avait eu un réel coup de cœur (son avis). Alors, lorsque j’ai vu que les éditions 10/18 le sortaient en version poche et avec une très belle couverture, je n’ai pas hésité à le lire et à me faire mon propre avis ! L’histoire se déroule dans une petite ville des États-Unis, dans les années 1970 et sous un soleil de plomb. La chaleur est écrasante et les habitants attendent patiemment que le soleil se couche pour avoir un souffle d’air. La petite Katie Mackey a 9 ans. C’est une adorable petite fille joyeuse, issue d’une bonne famille (son père est le patron de l’usine de la ville). Il est 19h et Katie prend son vélo pour rapporter ses livres à la bibliothèque. La fillette ne reviendra jamais chez elle. 30 ans après les faits, quatre protagonistes racontent l’histoire, celle qui n’a jamais été révélée. Cet été-là met en scène quatre personnages-clés dont nous suivons les pensées, les regrets et les aveux. Nous découvrons Gilley, le grand frère de Katie, Henry Dees, le professeur particulier de Katie, Raymond R., alcoolique notoire et voisin de Mr Dees et Clare, la veuve qui se réjouit que Raymond R. ait accepté de l’aimer et de vivre avec elle. Chaque personnage joue un rôle particulier dans cette histoire et l’ensemble de ces témoignages permettra de reconstituer les faits. Ne vous attendez pas à lire un thriller mais plutôt un roman très noir. De ce fait, l’action est très peu présente. Et cela ne m’a pas empêché de beaucoup aimer l’histoire. Lee Martin nous parle de l’homme, de ses secrets, de ses émotions, de ses déviances. Chacun ses secrets mais certains sont plus sombres que d’autres. Mais Lee Martin ne juge jamais ses personnages, il reste impartial et nous laisse spectateurs impuissants de ce drame qui nous fera réfléchir. Et ce qui est remarquable dans ce roman, c’est à la fois l’atmosphère oppressante, le malaise grandissant que l’on ressent, comme si on était resté toute la journée en plein soleil et qu’on en sortait étourdi. La construction du roman est intelligente et rend la lecture captivante. Pour conclure, un roman noir particulièrement réussi qui bouleverse nos certitudes.
          Lire la suite
          En lire moins
        • KatEncoreunlivre Posté le 11 Mars 2018
          Cet-été là, ce roman noir polyphonique aux critiques les plus élogieuses ! Si je m'attendais à ça... Bouleversant ! "La bibliothèque est ouverte jusqu'à 19h" ce sont les derniers mots de Katie 9 ans. Cet été-là elle ne rentrera pas. Quatre voix. Gilley, Henry Dees, Raymond R et sa femme Clare. Tous auront une part de responsabilité, en tout cas c'est ce qu'ils disent ou ce qu'ils pensent. L'enquête est la grande absente de ce roman dramatique, Les événements, et leurs rapports avec Katie sont racontés par 4 voix, avec un style assez narratif, et sans trop d'actions. Et oui je vais oser le dire...quelques digressions qui pourront ennuyer certains mais qui ne m'ont en aucun cas gênée puisqu'elles auront malgré tout, toutes leur importance pour bien saisir la face sombre et la part d' introspection de ces quatre voix. Je dirais même qu'elles ont été nécessaires pour l'intérêt grandissant que j'ai porté à l'histoire. La culpabilité, la solitude, la confusion. Trois mots pour qualifier ce roman d'une grande intensité littéraire. J'ai adoré ce roman où tout n'est ni noir ni blanc, la complexité des sentiments humains est très présente, comment juger et sur quoi se baser ? Les apparences ne sont que....des apparences. Je crois que... Cet-été là, ce roman noir polyphonique aux critiques les plus élogieuses ! Si je m'attendais à ça... Bouleversant ! "La bibliothèque est ouverte jusqu'à 19h" ce sont les derniers mots de Katie 9 ans. Cet été-là elle ne rentrera pas. Quatre voix. Gilley, Henry Dees, Raymond R et sa femme Clare. Tous auront une part de responsabilité, en tout cas c'est ce qu'ils disent ou ce qu'ils pensent. L'enquête est la grande absente de ce roman dramatique, Les événements, et leurs rapports avec Katie sont racontés par 4 voix, avec un style assez narratif, et sans trop d'actions. Et oui je vais oser le dire...quelques digressions qui pourront ennuyer certains mais qui ne m'ont en aucun cas gênée puisqu'elles auront malgré tout, toutes leur importance pour bien saisir la face sombre et la part d' introspection de ces quatre voix. Je dirais même qu'elles ont été nécessaires pour l'intérêt grandissant que j'ai porté à l'histoire. La culpabilité, la solitude, la confusion. Trois mots pour qualifier ce roman d'une grande intensité littéraire. J'ai adoré ce roman où tout n'est ni noir ni blanc, la complexité des sentiments humains est très présente, comment juger et sur quoi se baser ? Les apparences ne sont que....des apparences. Je crois que c'est la première fois ou alors ca fait bien longtemps qu'un roman sur cette thématique ne m'avait pas autant achevée, et mis en pièces tout ce que j'avais pu ressentir et entrapercevoir. J'ai douté, j'ai soupçonné, mais je n'ai pas vu venir ce dénouement ! Bouleversant ! Tant par la révélation que par la réflexion et la confusion des sentiments que cela engendre. Cet-été là fera partie de ces histoires dramatiques les plus marquantes que j'ai eu à lire !
          Lire la suite
          En lire moins
        • MAPATOU Posté le 7 Mars 2018
          Etats-Unis dans les années 70 : la petite Katie , âgée de 9 ans, a oublié de rendre les livres qu’elle a empruntés à la bibliothèque municipale. Son père, qui veut que tout soit toujours en ordre et parfait, lui ordonne de s’y rendre avant la fermeture de l’établissement à 19H. Katie s’empresse d’obéir et part à bicyclette. On ne la reverra plus jamais vivante. Seul son vélo sera retrouvé. « Cet été là » donne la parole de façon alternée et 30 ans après à divers protagonistes ayant vécu ce drame. Il y a les parents bien sûr, son frère qui culpabilise d’avoir dit à leur père que sa soeur n’avait pas rendu ses livres pour se venger du fait qu’elle avait rayé dans l’après-midi un de ses disques. Puis le témoignage de Clare, si reconnaissante que Raymond l’ait épousée lui épargnant de vivre seule après le décès de son premier mari. Un homme louche que ce Raymond dont on ignore d’où il vient et dont on se demande s’il est aussi honnête qu’il voudrait en avoir l’air. Et puis, il y a Henry Dees, professeur de mathématique. Un brave homme ! Pensez-donc il vit seul et s’est... Etats-Unis dans les années 70 : la petite Katie , âgée de 9 ans, a oublié de rendre les livres qu’elle a empruntés à la bibliothèque municipale. Son père, qui veut que tout soit toujours en ordre et parfait, lui ordonne de s’y rendre avant la fermeture de l’établissement à 19H. Katie s’empresse d’obéir et part à bicyclette. On ne la reverra plus jamais vivante. Seul son vélo sera retrouvé. « Cet été là » donne la parole de façon alternée et 30 ans après à divers protagonistes ayant vécu ce drame. Il y a les parents bien sûr, son frère qui culpabilise d’avoir dit à leur père que sa soeur n’avait pas rendu ses livres pour se venger du fait qu’elle avait rayé dans l’après-midi un de ses disques. Puis le témoignage de Clare, si reconnaissante que Raymond l’ait épousée lui épargnant de vivre seule après le décès de son premier mari. Un homme louche que ce Raymond dont on ignore d’où il vient et dont on se demande s’il est aussi honnête qu’il voudrait en avoir l’air. Et puis, il y a Henry Dees, professeur de mathématique. Un brave homme ! Pensez-donc il vit seul et s’est toujours dévoué à ses élèves, ne comptant pas son temps pour leur donner des leçons particulières. Mais cet homme vit de façon masquée et le lecteur se demande rapidement si l’attachement qu’il portait à Katie, son élève préférée, n’était pas malsain. L’enquête se déroule dans cette toute petite ville où l’on sent bien qu’une grande importance est donnée au statut social et qu’il sera pardonné aux plus riches, tout du moins détournera-t-on les yeux. Au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture, on oscille entre les deux coupables potentiels qui nous sont désignés. On se pose un tas de questions. On veut savoir si ce sympathique professeur est un détraqué sexuel doublé d’un grand sens de la manipulation ou un pauvre hère qui a raté sa vie. J’avoue avoir lutté contre le sommeil hier soir pour découvrir le pot aux roses !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Brooklynbythesea Posté le 4 Mars 2018
          C'est une histoire douloureuse que raconte Lee Martin. L'histoire de ceux qui n'ont jamais rien gagné, ceux dont la vie s'est moquée, ceux qui pourtant n'ont pas démérité pour recevoir leur part de bonheur, mais... les choses ont tourné autrement pour eux. Et il ne leur reste plus, alors, qu'à se résigner, ou voler des morceaux de la vie qu'ils envient -ou la détruire. J'ai beaucoup aimé ce roman, la plongée au coeur de ce chaud été américain du début des 70's, ses personnages complexes, à la fois attachants et répugnants. Sans les juger, l'auteur cherche à nous faire comprendre comment la vie peut rapidement les déborder. Et c'est bouleversant.

        Ils en parlent

        "Un brillant roman noir."
        Jean-Paul Guéry / Le Courrier de l'Ouest
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.