En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Ceux d'ici

        Plon
        EAN : 9782259263344
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 140 x 225 mm
        Ceux d'ici

        Elisabeth PEELLAERT (Traducteur)
        Collection : Feux croisés
        Date de parution : 11/01/2018
        Jonathan Dee, « l’un des meilleurs décrypteurs de l’Amérique contemporaine », livre un roman magistral sur la middle class et ses désillusions. Captivant et terriblement actuel.
        Howland, petite ville du Massachusetts, est un havre de paix pour les vacanciers venus de New York. Mark, lui, fait partie des locaux. Entrepreneur en bâtiment, il peine à joindre les deux bouts. Engagé par Philip Hadi, New-Yorkais richissime, bien décidé à s’installer à Howland, il est fasciné par cet... Howland, petite ville du Massachusetts, est un havre de paix pour les vacanciers venus de New York. Mark, lui, fait partie des locaux. Entrepreneur en bâtiment, il peine à joindre les deux bouts. Engagé par Philip Hadi, New-Yorkais richissime, bien décidé à s’installer à Howland, il est fasciné par cet homme qui brasse des millions. Et si le moment était venu pour lui de tenter  sa chance ? Avec son frère, Mark décide de se lancer dans les placements immobiliers.  
        Lorsque Hadi devient maire de la ville, utilisant ses fonds privés pour faire la pluie et le beau temps, le fossé se creuse encore un peu plus entre le New-Yorkais et les habitants de la petite ville…
        Mettant en scène la montée d’un nouvel autoritarisme, c’est la fin du rêve américain que Jonathan Dee décrypte ici de main de maître. Un roman social non seulement brillant, mais aussi inquiétant de réalisme.


        « Jonathan Dee livre un roman social non seulement brillant, mais aussi inquiétant de réalisme. Un texte tellement actuel et pertinent qu’on en vient même à se demander comment Dee a pu l’écrire avant les dernières élections. »
        Booklist

         « Passionnant. Les personnages de la middle-class, tous à la poursuite du rêve américain, sont brillamment développés et leurs préoccupations sont terriblement actuelles. Dee mène l’intrigue d’une main de maître et fait monter la tension jusqu’à la parfaite note finale. »
        Publishers Weekly
         
        « Un nouveau roman magnifique… Dee s’est surpassé avec Ceux d’ici. Cet ouvrage examine la psyché américaine mise à mal entre les deux années charnières que sont 2001 et 2008. »
        Boston Globe
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782259263344
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 416
        Format : 140 x 225 mm
        Plon
        21.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • rattedebibli Posté le 1 Mai 2018
          Pas mal du tout ce roman sur l'Amérique post 11 septembre, je vais vite aller lire ses autres romans.
        • Bazart Posté le 24 Avril 2018
          Howland, petite ville du Massachusetts, havre de paix bucolique au Nord de New-York. Mark Firth, entrepreneur récemment ruiné par les investissements hasardeux d’un escroc, effectue des travaux de modernisation dans la belle villa d’un professeur d’université qui a fait fortune dans l’informatique. Philip Hadi, après les attentats de septembre 2001, veut mettre sa famille à l’abri à la campagne. Hadi, riche philanthrope se lance en politique et devient maire de la ville. L’argent à le pouvoir de tout adoucir, d’huiler les rapports de domination et de soumission. Le carnet de chèque personnel du maire est tellement plus rapide et efficace que la lente administration démocratique. La petite bourgade glisse vers un confort douillet lorsque les riches New-yorkais viennent passer des vacances loin de la grande métropole. Mark Firth comme tous les locaux, titre original du roman, regarde avec envie cet argent qui achète tout, même l’opposition politique, même la liberté de penser. Mais qu’arrivera-t-il lorsque que le milliardaire se sera lassé de son jouet ? « Ceux d’ici », vie et mort d’une petite ville du Massachusetts sur l’autel d’un libéralise effronté. Envie, jalousie, anxiété, des riches toujours plus riches observés par des pauvres qui peinent à se maintenir la tête... Howland, petite ville du Massachusetts, havre de paix bucolique au Nord de New-York. Mark Firth, entrepreneur récemment ruiné par les investissements hasardeux d’un escroc, effectue des travaux de modernisation dans la belle villa d’un professeur d’université qui a fait fortune dans l’informatique. Philip Hadi, après les attentats de septembre 2001, veut mettre sa famille à l’abri à la campagne. Hadi, riche philanthrope se lance en politique et devient maire de la ville. L’argent à le pouvoir de tout adoucir, d’huiler les rapports de domination et de soumission. Le carnet de chèque personnel du maire est tellement plus rapide et efficace que la lente administration démocratique. La petite bourgade glisse vers un confort douillet lorsque les riches New-yorkais viennent passer des vacances loin de la grande métropole. Mark Firth comme tous les locaux, titre original du roman, regarde avec envie cet argent qui achète tout, même l’opposition politique, même la liberté de penser. Mais qu’arrivera-t-il lorsque que le milliardaire se sera lassé de son jouet ? « Ceux d’ici », vie et mort d’une petite ville du Massachusetts sur l’autel d’un libéralise effronté. Envie, jalousie, anxiété, des riches toujours plus riches observés par des pauvres qui peinent à se maintenir la tête hors de l’eau. Jonathan Dee décrit de manière naturaliste l’Amérique de 2001 jusqu’à la crise des subprimes de 2008. Il dresse le portrait de la classe moyenne avec réalisme et précision, des hommes et des femmes qui, abandonnés par l’American Way of Life se désespèrent et se résignent. Ce grand roman contemporain témoigne d’une Amérique qui a, sans s’en rendre compte, élu Donald Trump.
          Lire la suite
          En lire moins
        • sguessous Posté le 27 Février 2018
          Quand Mark Firth débarque à New York, la ville n’est plus debout mais vautrée, pantelante. Quelques jours après le 11 septembre, la panique et la poussière saturent l’air. L’énorme fracas des tours anéanties bourdonne encore dans les oreilles. Une ambiance « de film de fin du monde » qui n’est pas sans déplaire à l’artisan du bâtiment venu du fin fond du Massachusetts, pour tenter de régler une sombre affaire d’escroquerie financière. À son retour à Howland, le provincial est reçu comme un héros, un rescapé de guerre. Tu parles d’un héros. Mark Firth n’était même pas là quand les gratte-ciels ont mordu la poussière. Mark Firth est un amas de chair honteuse, il ne se remet pas de son immense stupidité : qui confie des dizaines de milliers de dollars à un type – soi-disant trader dans un fonds privé – qu’il ne connaît pas, qu’il n’a même pas pris la peine de googler ? L’idiot dans toute sa splendeur. L’idiot de Jonathan Dee n’a rien d’un prince plein de mansuétude. Personnage livide et inconsistant, il traîne ses chaussures de chantier tout au long du roman, persuadé de la validité de ses actions. Sa rencontre avec le milliardaire new-yorkais Philip Hadi... Quand Mark Firth débarque à New York, la ville n’est plus debout mais vautrée, pantelante. Quelques jours après le 11 septembre, la panique et la poussière saturent l’air. L’énorme fracas des tours anéanties bourdonne encore dans les oreilles. Une ambiance « de film de fin du monde » qui n’est pas sans déplaire à l’artisan du bâtiment venu du fin fond du Massachusetts, pour tenter de régler une sombre affaire d’escroquerie financière. À son retour à Howland, le provincial est reçu comme un héros, un rescapé de guerre. Tu parles d’un héros. Mark Firth n’était même pas là quand les gratte-ciels ont mordu la poussière. Mark Firth est un amas de chair honteuse, il ne se remet pas de son immense stupidité : qui confie des dizaines de milliers de dollars à un type – soi-disant trader dans un fonds privé – qu’il ne connaît pas, qu’il n’a même pas pris la peine de googler ? L’idiot dans toute sa splendeur. L’idiot de Jonathan Dee n’a rien d’un prince plein de mansuétude. Personnage livide et inconsistant, il traîne ses chaussures de chantier tout au long du roman, persuadé de la validité de ses actions. Sa rencontre avec le milliardaire new-yorkais Philip Hadi est un signe du destin : au diable les chantiers miteux, il faut se jeter à l’eau, acheter, retaper et revendre des maisons en cascade, souffler la bulle immobilière au chalumeau. Une brillante idée quand on sait ce qui s’est passé en 2006. À travers Mark Firth et la myriade de personnages défaits qui gravitent autour de lui, Jonathan Dee décrit l’Amérique de la loose, revenue de ses rêves en toc, serrant les dents face à un inconnu inquiétant. Après le 11 septembre, après la crise des subprimes, la fumeuse devise The sky is the limit résonne comme une sinistre plaisanterie. Le ciel est peut-être la limite des 1%, mais pas de la tenancière du café moisi, pas du seul policier de Howland, qui distribue les amendes de stationnement le jour et traque les chauffards la nuit, pas de la proviseure de collège rétrogradée « faute de moyens », pas du petit entrepreneur du BTP qui se rêve magnat de l’immobilier. Ceux d’ici a été qualifié de chef-d’oeuvre par nombre de critiques. Je n’irais pas jusque-là. Si le roman de Jonathan Dee décrit de manière efficace et lucide cette Amérique hébétée, éreintée par les inégalités, le style m’a semblé passablement monocorde. Les phrases se succèdent, comme les pensées amorphes des personnages : elles exsudent l’ennui et l’impuissance. Du Houellebecq sans la dimension lunaire, barrée, de l’auteur de Plateforme.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Jeneen Posté le 8 Février 2018
          « Ceux d'ici » est un excellent roman, très bien écrit, passionnant et subtilement construit. C'est le roman d'une famille, d'une petite ville, d'une Amérique que le 11 septembre 2001 et les crises successives ont transformées. Le livre part du 12 septembre 2001 à New York pour poser le décor d'une Amérique attaquée dans son coeur et affaiblie. Mais la question de la liberté collective bafouée est mise de côté au profit d'un repli sur soi d'une partie de la société américaine, prise de paranoïa envers les classes plus riches, les communautés différentes, les politiques qui les oublient. Une société qui a perdu de vue son rêve américain... Le roman évoque en parallèle l'ascension d'un milliardaire new yorkais dans la petite ville où il prenait ses vacances et les ambitions, succès et échecs des habitants de la même ville pour qui ce milliardaire est un modèle du rêve américain...Ou un représentant d'une classe riche à haïr. Toutes ces histoires, très bien racontées, avec des personnages très bien décrits psychologiquement, servent de prétexte pour montrer les inégalités dans la société américaine, la montée d'un sentiment de rejet de l'autre, quel qu'il soit, de la politique politicienne et du repli sur soi. Une... « Ceux d'ici » est un excellent roman, très bien écrit, passionnant et subtilement construit. C'est le roman d'une famille, d'une petite ville, d'une Amérique que le 11 septembre 2001 et les crises successives ont transformées. Le livre part du 12 septembre 2001 à New York pour poser le décor d'une Amérique attaquée dans son coeur et affaiblie. Mais la question de la liberté collective bafouée est mise de côté au profit d'un repli sur soi d'une partie de la société américaine, prise de paranoïa envers les classes plus riches, les communautés différentes, les politiques qui les oublient. Une société qui a perdu de vue son rêve américain... Le roman évoque en parallèle l'ascension d'un milliardaire new yorkais dans la petite ville où il prenait ses vacances et les ambitions, succès et échecs des habitants de la même ville pour qui ce milliardaire est un modèle du rêve américain...Ou un représentant d'une classe riche à haïr. Toutes ces histoires, très bien racontées, avec des personnages très bien décrits psychologiquement, servent de prétexte pour montrer les inégalités dans la société américaine, la montée d'un sentiment de rejet de l'autre, quel qu'il soit, de la politique politicienne et du repli sur soi. Une idée revient souvent dans ce roman : à la politique réelle et démocratique se substitue parfois la richesse des élus qui leur donne une légitimité pour agir, sous couvert d'efficacité, mais au détriment de la démocratie. Le principe qu'un homme riche ne s'intéresse forcément pas à l'argent puisqu'il en a, mène à l'idée qu'il est donc incorruptible et que son engagement est dans l'intérêt collectif. Cette idée est souvent évoquée et développée dans ce livre au travers des ambitions des différents personnages, de la transformation de la ville, des réactions de rejet ou d'adhésion des habitants. Les rancunes apparaissent, les inégalités se creusent, conduisant à des réactions populistes et de repli. Un roman, donc, où les tensions sont dans tous les domaines, et s'exacerbent au fur et à mesure de la lecture, un roman (et une dernière phrase, parfaite) qui fait froid dans le dos car on ne peut éviter de faire un parallèle avec la réalité aux Etats-Unis...Pourtant, Jonathan Dee avait commencé son livre bien avant l'avènement d'un certain président milliardaire (mais après celui d'un riche maire de NY charismatique...) Un roman que je conseille en tout cas, parce-que Jonathan Dee sait raconter des histoires, tout en nous faisant subtilement réfléchir. Et que son livre, au delà des qualités littéraires, réussit à brosser avec brio une image de la middle-class américaine confrontée à ses espoirs et désillusions, sans en faire trop. Un très bon livre pour tous ceux qui s'intéressent à l'Amérique contemporaine et aux jeux de pouvoirs. Je remercie les éditions Plon et NetGalley pour la lecture de ce roman.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LeaTouchBook Posté le 28 Janvier 2018
          Ceux d'ici fait partie des romans nord-américains les plus attendus de ce début d'année. Il signe le retour de Jonathan Dee avec une histoire décrivant le quotidien d'une petite ville des États-Unis. Ce livre défendu notamment par le libraire Stanislas Rigot (Librairie Lamartine) est indéniablement une lecture passionnante et nécessaire si on souhaite comprendre cette Amérique post-11 septembre, cette Amérique où les classes sociales se sont scindées de façon encore plus importante amenant à l'Amérique d'aujourd'hui. Ceux d'ici n'est pas un livre où l'action est omniprésente, il ne faut pas s'attendre à de nombreux rebondissements mais bien à la description du quotidien d'une petite ville notamment au travers d'une famille déchirée où chaque membre possède ses secrets et ses espoirs. L'arrivée d'un homme riche de New York va exacerber leurs problèmes, va amener certains à voir plus grand pour une chute plus vertigineuse. La force de ce livre repose sur les protagonistes, l'auteur réussit ainsi à passer d'un personnage à un autre, réussit à entrer dans la tête de chacun. Il y a des êtres naïfs, antipathiques mais aussi des personnages très attachants. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la jeune Haley pour sa perspicacité et sa volonté de solitude ainsi que Candace, la tante... Ceux d'ici fait partie des romans nord-américains les plus attendus de ce début d'année. Il signe le retour de Jonathan Dee avec une histoire décrivant le quotidien d'une petite ville des États-Unis. Ce livre défendu notamment par le libraire Stanislas Rigot (Librairie Lamartine) est indéniablement une lecture passionnante et nécessaire si on souhaite comprendre cette Amérique post-11 septembre, cette Amérique où les classes sociales se sont scindées de façon encore plus importante amenant à l'Amérique d'aujourd'hui. Ceux d'ici n'est pas un livre où l'action est omniprésente, il ne faut pas s'attendre à de nombreux rebondissements mais bien à la description du quotidien d'une petite ville notamment au travers d'une famille déchirée où chaque membre possède ses secrets et ses espoirs. L'arrivée d'un homme riche de New York va exacerber leurs problèmes, va amener certains à voir plus grand pour une chute plus vertigineuse. La force de ce livre repose sur les protagonistes, l'auteur réussit ainsi à passer d'un personnage à un autre, réussit à entrer dans la tête de chacun. Il y a des êtres naïfs, antipathiques mais aussi des personnages très attachants. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la jeune Haley pour sa perspicacité et sa volonté de solitude ainsi que Candace, la tante d'Haley, qui essaye de sortir sa famille du désastre et de soutenir chacun (sans que personne ne se préoccupe vraiment de son sort à elle). Je tiens aussi à mettre en lumière l'importance du premier chapitre raconté à la première personne par un personnage qu'on ne reverra pas. Un être égoïste et détestable mais qui permet de mettre en exergue une certaine hypocrisie au sein de la société. C'était le protagoniste parfait pour introduire l'intrigue. J'ai adoré cette introduction qui est à la fois terrible (nous sommes quelques jours après les attentats du 11 septembre) et hilarante (du fait des pensées sarcastiques et égocentriques du narrateur). En définitive, une très bonne lecture qui permet d'appréhender une partie de la société américaine.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Une fable sociale aussi cruelle que vivifiante. Avec ce roman à la fois juste et enlevé, provocant et parfois glaçant, on retrouve ici l'auteur des Privilèges, portraitiste affûté des solitudes modernes. »
        Lire
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com