Lisez! icon: Search engine
Omnibus
EAN : 9782258056435
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 112
Format : 130 x 198 mm

Ceux du Grand Café

,

Date de parution : 20/09/2001

Un enquête du commissaire Maigret dans une nouvelle illustrée par Loustal.

Maigret connaissait tout le monde à Meung-sur-Loire, où il s'était retiré. Il était à la retraite. Il cultivait son jardin et bricolait dans son cabanon au bord du fleuve. Il lui arrivait d'entrer au Grand Café, près du pont, il y buvait parfois un demi. Ce n'était pas encore une habitude.

Une nouvelle de Simenon illustrée par Loustal.

EAN : 9782258056435
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 112
Format : 130 x 198 mm
Omnibus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nadouch Posté le 24 Août 2018
    Une très courte enquête d'un Maigret désormais à la retraite et entiché de jeux de cartes au bistrot… Déroutante au début (notre cher commissaire ne hante plus les couloirs du Quai des Orfèvres…), cette nouvelle réunit tous les ingrédients que l'on aime dans ces enquêtes : finesse psychologique, descriptions des êtres et des habitudes, tableau de province… Bon moment de brève lecture !
  • Polars_urbains Posté le 3 Juillet 2018
    Maigret ne joue pas souvent aux cartes mais il aime parfois regarder les joueurs de manille ou de belote (l ne comprend rien au bridge, comme il le reconnait dans Les vacances de Maigret) en buvant en verre au café du coin, surtout en province. Ceux du grand café va portant le conduire à la table des habitués du principal établissement de Meung-sur-Loire (« le lieu de réunion sélect de notre ville », un peu contraint par son épouse qui le trouve désoeuvré. L'occasion pour Simenon, dans le premier chapitre, de brosser un tableau réaliste des notables locaux - le maire également vétérinaire, le maréchal-ferrant, le boucher - et leurs habitudes. Une évocation des mois qui passent également, que rythment les boissons consommées par les joueurs. C'est la mort violente du boucher qui va être le point de départ de ce que l'ex-commissaire appellera un drame. Un événement dont Maigret va immédiatement percevoir la sinistre réalité et dont il refusera de parler à quiconque, ce qui lui vaudra quelques inimitiés et même des tensions avec Mme Maigret. Ce n'est que dans les toutes dernières pages qu'il livrera son analyse à Mme Maigret, démontrant qu'il n'a rien perdu de ses qualités. Ceux du... Maigret ne joue pas souvent aux cartes mais il aime parfois regarder les joueurs de manille ou de belote (l ne comprend rien au bridge, comme il le reconnait dans Les vacances de Maigret) en buvant en verre au café du coin, surtout en province. Ceux du grand café va portant le conduire à la table des habitués du principal établissement de Meung-sur-Loire (« le lieu de réunion sélect de notre ville », un peu contraint par son épouse qui le trouve désoeuvré. L'occasion pour Simenon, dans le premier chapitre, de brosser un tableau réaliste des notables locaux - le maire également vétérinaire, le maréchal-ferrant, le boucher - et leurs habitudes. Une évocation des mois qui passent également, que rythment les boissons consommées par les joueurs. C'est la mort violente du boucher qui va être le point de départ de ce que l'ex-commissaire appellera un drame. Un événement dont Maigret va immédiatement percevoir la sinistre réalité et dont il refusera de parler à quiconque, ce qui lui vaudra quelques inimitiés et même des tensions avec Mme Maigret. Ce n'est que dans les toutes dernières pages qu'il livrera son analyse à Mme Maigret, démontrant qu'il n'a rien perdu de ses qualités. Ceux du grand café ne propose pas une grande enquête mais, en moins de cent pages, reste un texte fort sur l'ennui que l'on ressent dans les petites villes, celui de la routine quotidienne pour les habitués de la partie de manille ou celui du manque de responsabilités pour le commissaire à la retraite. Un ennui qui amène les individus à rêver un peu trop fort et à prendre des décisions d'autant plus tragiques qu'elles sont dérisoires. La très élégante collection « Carnets Omnibus » illustrée par Loustal est un régal.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.