Lisez! icon: Search engine
Cher monsieur M.
Isabelle Rosselin (traduit par)
Date de parution : 19/05/2016
Éditeurs :
Belfond
En savoir plus

Cher monsieur M.

Isabelle Rosselin (traduit par)
Date de parution : 19/05/2016
Toujours plus noir, toujours plus grinçant, toujours plus dérangeant, Herman Koch nous revient avec une œuvre à la fois drôle et provocante. Entre thriller psychologique et roman à tiroirs, un règlement de comptes flamboyant, dans la lignée du Dîner.
Amsterdam, de nos jours.
Herman écrit des lettres. Des lettres de menace, adressées à son voisin, l’auteur de bestsellers internationaux monsieur M. ; des lettres qu’il n’envoie pas, mais dans lesquelles...
Amsterdam, de nos jours.
Herman écrit des lettres. Des lettres de menace, adressées à son voisin, l’auteur de bestsellers internationaux monsieur M. ; des lettres qu’il n’envoie pas, mais dans lesquelles il fait part de sa fascination mêlée de dégoût pour ce romancier, gloire passée des librairies dont Herman affirme que...
Amsterdam, de nos jours.
Herman écrit des lettres. Des lettres de menace, adressées à son voisin, l’auteur de bestsellers internationaux monsieur M. ; des lettres qu’il n’envoie pas, mais dans lesquelles il fait part de sa fascination mêlée de dégoût pour ce romancier, gloire passée des librairies dont Herman affirme que le succès a été bâti sur un mensonge ; cet homme vieillissant, fortuné, à l’épouse trop jeune, trop belle, mais à l’enfant trop laide.
Un homme avec lequel Herman joue les gentils voisins, en attendant son heure. Car Herman n’a qu’une obsession : se venger.
Quarante ans plus tôt, Herman est un lycéen peu populaire, évoluant dans un établissement d’Amsterdam en proie à une mystérieuse vague de crimes, qui décime une partie du corps enseignant. Des faits divers qui n’atteigne pas le jeune garçon : lui n’a d’yeux que pour l’accorte Laura, fille d’une vedette de la télé. Et alors que la flamme semble prendre dans le cœur de la belle, un homme, le professeur Landzaat, est prêt à tout pour empêcher l’adolescente d’échapper à son amour…
Quelques mois plus tard, Landzaat est introuvable. Disparition ? Assassinat ? La vie de Laura et d’Herman bascule. Avant de devenir l’objet d’un célèbre roman, bien des années plus tard… 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714459527
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 430
Format : 140 x 225 mm
Belfond
En savoir plus
EAN : 9782714459527
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 430
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

À propos de Cher monsieur M. :

« Presque trop bon pour être néerlandais ! »
 De Limburger

« Il y a des auteurs qui s’enlisent après avoir connu un succès tardif. Et puis, il y a ceux que la gloire épanouie : Herman Koch est de ceux-là. »
 De Morgen

À propos de Villa avec piscine :

« Herman Koch cultive un tel art du suspense qu'on est forcé de le suivre jusqu'au bout de sa descente aux enfers. »
Philippe Chevilley, Les Échos

« Une farce à la précision chirurgicale [...] La mécanique Koch est imparable. Elle provoque des convulsions. De rire ou de malaise. Mais elle fonctionne. »
Marine de Tilly, Transfuge
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marcuyttendaele 08/08/2021
    Un roman « roman ». Un narrateur au début anonyme s’adresse avec une méchanceté certaine à l’écrivain célèbre qui habite au-dessus de chez lui. Il l’espionne, s’immisce progressivement dans sa vie en suivant sa femme alors qu’elle est seules avec sa petite fille en vacances. Parallèlement est décrite une histoire non datée de deux adolescents (Laura et Herman) ayant noué une histoire d’amour et ayant été soupçonnés d’avoir tué leur professeur d’histoire (Grein), lequel avait entretenu avec la jeune fille une relation sexuelle pour elle, amoureuse pour lui. Cette histoire a été exploitée par l’écrivain, M, dans son roman « Règlement de comptes », lequel est son plus grand succès. Le professeur d’histoire avait rejoint les deux amoureux en plein hiver dans la maison de vacances de la famille de Laura à Terhofstede (près de Retranchement). Bloqué par la neige, voiture en panne, il était parti chercher un garage avec Herman et Herman était revenu seul, disant qu’il l’avait perdu. Soupçonnés de meurtre, Laura et Herman avaient été relaxés faute de preuves. Il apparaît que la narrateur n’est autre qu’Herman et que Monsieur M savait qu’il n’était coupable de rien. Peu avant la publication de son livre où il prenait... Un roman « roman ». Un narrateur au début anonyme s’adresse avec une méchanceté certaine à l’écrivain célèbre qui habite au-dessus de chez lui. Il l’espionne, s’immisce progressivement dans sa vie en suivant sa femme alors qu’elle est seules avec sa petite fille en vacances. Parallèlement est décrite une histoire non datée de deux adolescents (Laura et Herman) ayant noué une histoire d’amour et ayant été soupçonnés d’avoir tué leur professeur d’histoire (Grein), lequel avait entretenu avec la jeune fille une relation sexuelle pour elle, amoureuse pour lui. Cette histoire a été exploitée par l’écrivain, M, dans son roman « Règlement de comptes », lequel est son plus grand succès. Le professeur d’histoire avait rejoint les deux amoureux en plein hiver dans la maison de vacances de la famille de Laura à Terhofstede (près de Retranchement). Bloqué par la neige, voiture en panne, il était parti chercher un garage avec Herman et Herman était revenu seul, disant qu’il l’avait perdu. Soupçonnés de meurtre, Laura et Herman avaient été relaxés faute de preuves. Il apparaît que la narrateur n’est autre qu’Herman et que Monsieur M savait qu’il n’était coupable de rien. Peu avant la publication de son livre où il prenait comme hypothèse la culpabilité d’Herman, il avait été contacté par Grein qui avait disparu, était devenu mendiant à Paris avec comme seul but de voir accuser les deux adolescents, ne se remettant pas d’avoir été rejeté par Laura. Monsieur M avait poussé Grein dans la Seine. Le livre se termine avec la mort de Monsieur M suite à une rixe avec un autre écrivain lors d’une soirée d’écrivains à laquelle Herman l’avait accompagné en lieu et place de la femme beaucoup plus jeune de M (lasse de ce genre de manifestations). Peinture au vitriol du monde littéraire néerlandais. Réflexion sur la manière dont un écrivain, à la seule fin de son art, travestit la réalité et rend sa fiction crédible aux yeux du plus grand nombre avec les dégâts que cela peut impliquer pour les véritables protagonistes. Quelques lacunes cependant, le lycée ayant été l’objet de décès en série de professeurs, lesquels ne reçoivent pas d’explication convaincante. Herman peut être soupçonne de l’un d’eux mais sans que cela soit réellement approfondi. Intéressant cependant de voir comment
    Lire la suite
    En lire moins
  • DelPotBleu 22/09/2020
    Herman a un hobby : il écrit des lettres de menace à son voisin, "Monsieur M.". Des lettres qu'il n'envoie pas, mais qui dévident sa fascination écœurée pour le romancier star (vieux beau, marié à une jeune femme et menant une vie belle). Herman joue au gentil voisin, mais il sait que le succès de Monsieur M. est bâti sur un mensonge. La vérité, i11a la connaît et il compte bien décidé à se venger.
  • ASAI 23/05/2020
    Encore une page critique délicate, car, j'ai plongé dans ce livre, sur une bonne centaine de pages, puis retour à l'air libre, et là, je découvre que je suis en train de lire un roman (épais qui va donc me prendre du temps), insipide. Du déjà vu, lu, des personnages typés, maintes fois par les prédécesseurs... Alors, certes, la plume est alerte, propre. Mais cela ne suffit pas. La profondeur n'y est pas. La créativité non plus. Troisième roman pour l'auteur et l'édition, idem pour moi, je les ai lus en ordre de parution, cela ne s'améliore pas. Je finis par penser à une supercherie...
  • delphine92 27/08/2019
    De ces 3 romans, c'est celui que j'ai le moins aimé, l'intrique est plus longue.... pas toujours évident de suivre le personnage principal, notamment sur le but de son action avec la femme de Monsieur M.
  • mjaubrycoin 03/08/2019
    Un écrivain s'empare d'un fait divers, la disparition d'un professeur, pour en faire un roman qui devient un best-seller. Il est vrai que l'histoire est alléchante car le professeur avait eu le mauvais goût de séduire la plus jolie de ses élèves puis de la harceler de ses assiduités après leur rupture, allant même jusqu'à la relancer dans le chalet où elle passe ses vacances de Noël avec son petit ami. Sa disparation dans une tempête de neige parait suspecte et fait peser de lourds soupçons sur le jeune couple. A cette histoire jamais élucidée, l'écrivain donne une fin meurtrière .... Est-ce pour se venger de cette accusation que de nombreuses années plus tard, le petit ami devenu adulte se met à épier l'écrivain devenu un vieil homme à la carrière sur le déclin ? Cet intérêt à entrer dans l'intimité de celui qui est à présent son voisin, cacherait-il de sombres intentions ? Comme toujours Herman Koch excelle à semer le doute dans l'esprit de ses lecteurs et parvient à les tenir en haleine jusqu'au bout. Cerise sur le gâteau, il nous livre une critique féroce du milieu littéraire néerlandais qui n'a rien à envier à notre monde germanopratin. Ceci étant, malgré les... Un écrivain s'empare d'un fait divers, la disparition d'un professeur, pour en faire un roman qui devient un best-seller. Il est vrai que l'histoire est alléchante car le professeur avait eu le mauvais goût de séduire la plus jolie de ses élèves puis de la harceler de ses assiduités après leur rupture, allant même jusqu'à la relancer dans le chalet où elle passe ses vacances de Noël avec son petit ami. Sa disparation dans une tempête de neige parait suspecte et fait peser de lourds soupçons sur le jeune couple. A cette histoire jamais élucidée, l'écrivain donne une fin meurtrière .... Est-ce pour se venger de cette accusation que de nombreuses années plus tard, le petit ami devenu adulte se met à épier l'écrivain devenu un vieil homme à la carrière sur le déclin ? Cet intérêt à entrer dans l'intimité de celui qui est à présent son voisin, cacherait-il de sombres intentions ? Comme toujours Herman Koch excelle à semer le doute dans l'esprit de ses lecteurs et parvient à les tenir en haleine jusqu'au bout. Cerise sur le gâteau, il nous livre une critique féroce du milieu littéraire néerlandais qui n'a rien à envier à notre monde germanopratin. Ceci étant, malgré les qualités littéraires incontestables de ce roman, je n'ai pas été totalement convaincue par sa construction. Pourquoi d'abord Herman écrit-il à son voisin écrivain qu'il parait jalouser car il est marié à une superbe jeune femme, pour décrire par le menu ses travers et sa décrépitude, mais sans jamais lui envoyer ses lettres ? Pourquoi Laura, tant aimée, protagoniste principale du récit, a t'elle disparu de la vie d'Herman ? Et pourquoi n'y fait-il plus jamais allusion ? Peut-on en déduire que l'écrivain a été à l'origine de la rupture du couple par les soupçons distillés dans son livre ? Que recherche finalement Herman ? Bien sûr on ne doit pas attendre de lui un comportement logique et rationnel . Tout au long de ma lecture, je n'ai cessé de voir le personnage sous les traits du jeune acteur Freddy Highmore qui s'est illustré dans les séries "Bates Motel" et "the good doctor". La fin du roman lève certes quelques questions mais amène à en poser bien d'autres et ne laisse pas indifférent. La plume de Herman Koch est toujours élégante et j'adore son humour noir et son ironie féroce. Je ne peux qu'espérer que son éditeur parvienne à faire traduire en français ses autres romans pour pouvoir à nouveau cheminer en sa compagnie.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.