En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Combien ?

        Belfond
        EAN : 9782714450777
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 140 x 225 mm
        Combien ?

        Bernard COHEN (Traducteur)
        Date de parution : 03/05/2012

        Douglas Kennedy au pays de l’argent. Dans la lignée d’Au pays de Dieu et d’Au-delà des pyramides, un voyage à travers les places financières du monde pour une étude drôle et piquante sur notre rapport à l’argent. Loin des clichés, porté par la plume géniale de Kennedy, un document qui n’a rien perdu de son actualité, bien au contraire…

        L’argent nous définit. L’argent nous tente et nous effraie. L’argent trouble notre sommeil et nous fait bondir hors du lit chaque matin. L’argent crée la pagaille mais qu’y a-t-il de plus passionnant que l’immense pagaille humaine ? 

        Quand il entame la rédaction de Combien ?, Douglas Kennedy a trente-cinq ans, pas...

        L’argent nous définit. L’argent nous tente et nous effraie. L’argent trouble notre sommeil et nous fait bondir hors du lit chaque matin. L’argent crée la pagaille mais qu’y a-t-il de plus passionnant que l’immense pagaille humaine ? 

        Quand il entame la rédaction de Combien ?, Douglas Kennedy a trente-cinq ans, pas un sou en poche et serait bien incapable de discuter actions ou investissements. 
        Mais s’il n’est pas un as de la finance, Kennedy est le plus fin des observateurs. Car après tout, écrire sur l’argent, n’est-ce pas écrire sur la condition humaine ? 
        Et notre explorateur des âmes d’entamer un périple dans les grands bastions de l’argent : New York, Singapour, Londres. Mais aussi les nouvelles places émergentes : la Bourse de Casablanca, sorte d’annexe du souk ; Sydney et ses salles de marché à la Star Trek ; et la toute jeune Bourse de Budapest qui passe brutalement du communisme à l’économie de marché. 

        Autant de rencontres, cocasses ou désabusées, pour une comédie humaine passionnante autour du rôle central qu’occupe l’argent dans nos vies. 
        Car aujourd’hui plus que jamais, en avoir ou pas, là est la question…

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714450777
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Kaky Posté le 2 Octobre 2018
          Pour un premier livre de cet auteur pour moi, je ne crois pas avoir fait le bon choix. Dans un premier temps parce que le monde de la bourse et tout ces termes techniques me sont étrangers, comme si l'on me parlais une autre langue. Sinon, j'ai bien aimé la façon d'écrire, il y a un bon travail de recherche en amont. Ce ne sera pas le dernier livre lu de cet auteur pour moi.
        • Allantvers Posté le 28 Mars 2013
          Un reportage de Douglas Kennedy intéressant à double titre : - l'un littéraire pour les aficionados de DK : découvrir que sa plume avait déjà du chien et que sa curiosité des hommes était déjà bien là avant d'écrire ses romans - l'autre économique, le reportage se situant aux prémisses de ces pratiques financières qui allaient tout emporter 20 ans plus tard... le passage à la Bourse de Marrakesh est particulièrement délicieux et révélateur : nous sommes vraiment passés aujourd'hui dans un autre monde...
        • liratouva2 Posté le 26 Juillet 2012
          Contrairement à ce que je pensais au tout début, ce thème de l'argent à travers des rencontres de financiers de tous niveaux dans de nombreux pays, ne m'a pas ennuyée une seconde. L'auteur a su rendre ces sortes de reportages très vivants. Lui se met au centre, bien sûr, en héros modeste et naïf d'une quête qui se veut existentielle et ses interlocuteurs deviennent de vrais personnages dont la vie a toujours fini par m'intéresser. On sent très vite que le romancier n'est pas loin. Le point de départ est habile. A 35 ans, lors d'une fête, l'auteur retrouve ses anciens amis d'université qui tous, curieusement, travaillent à Wall street. Il les interroge sur leur travail et leur vie de famille et ce qu'il découvre est si étonnant qu'il décide de partir faire le tour du monde des grands marchés de l'argent, ce qui le conduit de New York à Londres, en passant par Casablanca, Sydney, Singapour, Budapest. On découvre des pays en plein changement, des parcours de vie très différents mais surtout on rencontre des hommes et quelques femmes qui ne sont pas dupes de la fragilité de leur situation et qui,... Contrairement à ce que je pensais au tout début, ce thème de l'argent à travers des rencontres de financiers de tous niveaux dans de nombreux pays, ne m'a pas ennuyée une seconde. L'auteur a su rendre ces sortes de reportages très vivants. Lui se met au centre, bien sûr, en héros modeste et naïf d'une quête qui se veut existentielle et ses interlocuteurs deviennent de vrais personnages dont la vie a toujours fini par m'intéresser. On sent très vite que le romancier n'est pas loin. Le point de départ est habile. A 35 ans, lors d'une fête, l'auteur retrouve ses anciens amis d'université qui tous, curieusement, travaillent à Wall street. Il les interroge sur leur travail et leur vie de famille et ce qu'il découvre est si étonnant qu'il décide de partir faire le tour du monde des grands marchés de l'argent, ce qui le conduit de New York à Londres, en passant par Casablanca, Sydney, Singapour, Budapest. On découvre des pays en plein changement, des parcours de vie très différents mais surtout on rencontre des hommes et quelques femmes qui ne sont pas dupes de la fragilité de leur situation et qui, bien que devenus riches, ne sont pas particulièrement comblés. Un seul point commun les rassemble: stressés en permanence, ils travaillent énormément, sauf peut-être les Marocains, plus fatalistes. Chaque rencontre est traitée comme un mini roman et j'ai regretté à chaque fois de quitter aussi rapidement le personnage en question. Le style est celui des romans qui suivront: limpide, précis, simple. Un livre à ne pas négliger.
          Lire la suite
          En lire moins
        • beeshop Posté le 11 Juillet 2012
          Il y a une vingtaine d’année, Douglas Kennedy commençait à être édité. Il n’était pas alors l’auteur mondialement connu qu’il est devenu et a vécu quelques années de vache maigre, il venait tout juste de recevoir un chèque conséquent d’une maison d’édition. Lors d’un retour en famille il a retrouvé d’anciens amis et élèves de son université. L’occasion de se remémorer le passer mais surtout de voir ce que chacun est devenu. Ce livre est un livre de voyage et de rencontre. L’auteur écoute, ne juge pas, n’envie pas, il nous fait partager des histoires de vie et nous promène dans le monde de la finance de manière claire, simple et agréable. La première chose qui m’a surprise est que certain protagoniste n’était pas proche de l’auteur au moment de leur scolarité, juste des connaissances, mais ils exposent leurs vies, leurs réussites, leurs échecs à un quasi-inconnu avec une simplicité déroutante. Une chose est sure les américains sont absolument décomplexés sur leurs (gros) revenus. Si après une absence de 10 ans vous entamez l’apéro en demandant ses revenus annuels à votre interlocuteur en France vous risquez quelques regards noirs. L’argent qui est souvent en France un sujet délicat voir confidentiel... Il y a une vingtaine d’année, Douglas Kennedy commençait à être édité. Il n’était pas alors l’auteur mondialement connu qu’il est devenu et a vécu quelques années de vache maigre, il venait tout juste de recevoir un chèque conséquent d’une maison d’édition. Lors d’un retour en famille il a retrouvé d’anciens amis et élèves de son université. L’occasion de se remémorer le passer mais surtout de voir ce que chacun est devenu. Ce livre est un livre de voyage et de rencontre. L’auteur écoute, ne juge pas, n’envie pas, il nous fait partager des histoires de vie et nous promène dans le monde de la finance de manière claire, simple et agréable. La première chose qui m’a surprise est que certain protagoniste n’était pas proche de l’auteur au moment de leur scolarité, juste des connaissances, mais ils exposent leurs vies, leurs réussites, leurs échecs à un quasi-inconnu avec une simplicité déroutante. Une chose est sure les américains sont absolument décomplexés sur leurs (gros) revenus. Si après une absence de 10 ans vous entamez l’apéro en demandant ses revenus annuels à votre interlocuteur en France vous risquez quelques regards noirs. L’argent qui est souvent en France un sujet délicat voir confidentiel est ici évoqué sans pudeur, de manière très franche. Beaucoup des protagonistes avaient des rêves mais il apparait que ce n’était pas des rêves assez forts pour renoncer aux postes dorés de la finance. Ce livre ayant été écrit il y a environ 20 ans la finance était encore un secteur flamboyant loin de la crise des subprimes et des faillites. J’ai ressenti dans ces portraits beaucoup de raison et de convention comme s’il y avait une échelle à gravir : le job, le mariage, les enfants, la maison dans les Hampton et les rêves d’humanitaires, de création, de vie de bohème sagement remisés. Même celui qui a fait des études le menant vers l’ingénierie finira dans le domaine boursier. A croire que dans les années 80 le milieu de la finance était un aimant ! Douglas Kennedy nous entraine ensuite dans des places boursières beaucoup plus atypique, notamment au Maroc, pour des passages beaucoup plus amusant et moins centré sur l’individu et l’épanouissement financier mais plus dans une réflexion globale de l’homme face à la finance et à l’économie. imaginer une place boursière ouverte deux fois 30 minutes par jours, sans terminaux, où des employés notent frénétiquement des chiffres à la craie sur des tableaux ! On sort de ce voyage en ayant la désagréable impression que tout peu s’écrouler, le monde financier sera le premier à se relever ! J’ai lu ce livre la même semaine que celle où je suis allée voir Margin call de J. C. Chandor au cinéma, une vision beaucoup plus cynique mais à mon avis complémentaire pour comprendre les 20 ans qui séparent la rédaction de ce livre et notre époque. Au vu des évolutions économiques et politiques mondiales depuis les années 1990 j’aimerai beaucoup que l’auteur recommence cet exercice. Que sont devenus ces gens ? Que pense-t-il du milieu de la finance aujourd’hui ? Comment ont-ils vécu la mutation de ce milieu ?
          Lire la suite
          En lire moins
        • angelita.manchado Posté le 16 Juin 2012
          Pendant un an, Douglas Kennedy a visité de nombreuses places financières. Certaines étaient en plein boom, d’autres commençaient à émerger. Avec ce livre, un récit de voyages, Douglas Kennedy nous fait partager ce qui motive le monde. A savoir l’argent. De New York, en passant pas l’Asie, le Maroc et pour finir par l’Angleterre, le pays où vit Douglas Kennedy, on rencontre des hommes et des femmes dont le but est de gagner de l’argent. Je suis plutôt habituée à lire des romans de Douglas Kennedy. Des romans où il montre les sentiments humains, la vie d’hommes et de femmes avec ce qu’elle peut avoir de bon ou de mauvais. Ce récit de voyage est prenant. J’ai retrouvé la plume acérée de Douglas Kennedy et cela se lit réellement comme un roman. Dans sa préface très fine, Douglas Kennedy nous livre le changement au sein de la mairie de New York qui a entrainé des gens riches et de l’argent. Même si l’auteur nous donne de nombreuses informations concernant ces traders qui ont fait les beaux jours des entreprises et des places boursières dans les années 80 et 90. Il commence par d’anciens amis de facultés qui ont tous suivi la même voie. Sauf que... Pendant un an, Douglas Kennedy a visité de nombreuses places financières. Certaines étaient en plein boom, d’autres commençaient à émerger. Avec ce livre, un récit de voyages, Douglas Kennedy nous fait partager ce qui motive le monde. A savoir l’argent. De New York, en passant pas l’Asie, le Maroc et pour finir par l’Angleterre, le pays où vit Douglas Kennedy, on rencontre des hommes et des femmes dont le but est de gagner de l’argent. Je suis plutôt habituée à lire des romans de Douglas Kennedy. Des romans où il montre les sentiments humains, la vie d’hommes et de femmes avec ce qu’elle peut avoir de bon ou de mauvais. Ce récit de voyage est prenant. J’ai retrouvé la plume acérée de Douglas Kennedy et cela se lit réellement comme un roman. Dans sa préface très fine, Douglas Kennedy nous livre le changement au sein de la mairie de New York qui a entrainé des gens riches et de l’argent. Même si l’auteur nous donne de nombreuses informations concernant ces traders qui ont fait les beaux jours des entreprises et des places boursières dans les années 80 et 90. Il commence par d’anciens amis de facultés qui ont tous suivi la même voie. Sauf que Douglas Kennedy a toujours travaillé pour gagner de l’argent. On lui a toujours rappelé que tout coûte cher et il a donc un autre rapport à l’argent par rapport à ses amis car à ce moment-là, il n’était pas célèbre. Dans ce récit, on se rend compte que certaines personnes sont prudentes et économisent et d’autres qui bossent pour se payer le mieux pendant qu’il est encore temps car la carrière de trader dure peu de temps. Aux USA, l’échec n’est pas de mise. On peut être un raté. Les gens travaillent pour gagner de l’argent et non pour s’accomplir dans leur travail. Le travail aux Etats Unis est un jeu de pouvoir. On n’étale toutefois pas trop sa richesse mais on se conforme à ce que veulent et ont décidé les autres. Surtout les conventions, très importantes dans ce pays. Il n’y a aucune place au hasard. La vie est chronométrée, fragmentée. La finance crée malgré tout l’insécurité. Ces personnes là souhaitent que l’argent règle tous leurs problèmes. Mais quand des problèmes de santé touchent leurs proches, ils sont plus que démunis face à cette adversité qu’ils ne maîtrisent pas. Selon les places mondiales, on se rend compte des différences, des valeurs de chacun. Mais ce qui les réunit tout de même c’est faire de l’argent, en gagner pour eux, pour leur entreprise. 20 ans après, qu’est-ce qu’il en reste ? Toujours la course à l’argent avec de plus en plus de pouvoirs pour les agences de notation et surtout ces traders qui veulent gagner de l’argent mais aussi faire gagner de l’argent aux entreprises et aux actionnaires. Car ces derniers regardent très souvent les cours de la bourse pour voir s’ils n’ont pas perdu d’argent. Douglas Kennedy nous montre toutefois que la carrière de trader dure très peu de temps. De quoi amasser un paquet de fric sur une courte période, de le dépenser (surtout la famille) et en perdre la santé. Car la course continuelle à l’argent tue son homme ou sa femme à petit feu, il faut bien le dire. C’est vrai qu’il y a tout de même une différence entre les places boursières déjà installées et celles qui se créent. Ces dernières se mettent en place, travaillent peu mais quand elles travaillent, ceux qui veulent gagner de l’argent font comme les autres. C’est à qui hurlera le plus fort. Notre société est une société de consommation. Moi-même, je veux toujours plus d’argent. Pour en faire quoi ? Pour le dépenser, pour rendre ma vie plus confortable, pour gâter les miens, pour économiser pour partir en vacances. Mais il faut faire avec les aléas de la vie. Gagner un peu d’argent une année. Le reverser aux impôts l’année suivante et surtout se retrouver une année en ayant moins de revenus mais en payant toujours des impôts. Oui, il m’est arrivé que le manque d’argent m’empêche de dormir. Oui, je râle lorsque je ne peux pas écrire pour gagner quelques sous sur des articles payés une misère. Mais bon, j’essaie au mieux du possible de gérer mon temps pour travailler, gagner des sous à côté et tenir ce blog.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Combien ? se lit comme un roman. Grâce au sens de la narration - et de l'humour - de Kennedy, son art du détail et sa manière de faire défiler une galerie de portraits."

        Tristan Savin / Lire
        Toute l'actualité de Douglas Kennedy
        Suivez votre auteur préféré au fil de ses nouveaux romans.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com