Lisez! icon: Search engine
Les Escales
EAN : 9782365694582
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm

Comme des lions

Sophie BASTIDE-FOLTZ (Traducteur)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 06/02/2020
Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour échapper à notre vie ?
Anita, Monty et Sunny. Trois adolescents qui n’auraient jamais dû se rencontrer vont se croiser et se heurter à des choix terribles. Anita vit dans le plus grand bidonville de Karachi. Grâce à son voisin, un homme âgé dont les étagères regorgent de livres, elle découvre un moyen de s’évader... Anita, Monty et Sunny. Trois adolescents qui n’auraient jamais dû se rencontrer vont se croiser et se heurter à des choix terribles. Anita vit dans le plus grand bidonville de Karachi. Grâce à son voisin, un homme âgé dont les étagères regorgent de livres, elle découvre un moyen de s’évader de son morne quotidien. De l’autre côté de la ville habite Monty, fils d’un père autoritaire et richissime qui possède la moitié de la ville. Mais Monty, troublé par l’arrivée d’une fille rebelle dans son école, s’écarte de la voie qui lui était toute tracée. Sunny, lui, est né en Angleterre où son père a émigré dans l’espoir d’une vie meilleure. Cependant, il ne s’intègre pas. Séduit par le charisme de son cousin revenu de Syrie, Sunny pense avoir enfin trouvé sa communauté.
Jusqu’où seront-ils prêts à aller pour échapper à leur destin ?

« Vous ne pourrez qu’être émus par la profonde sagesse qui se dégage du nouveau roman de Fatima Bhutto et par sa capacité à saisir notre époque tourmentée. »
Elif Shafak, autrice de La Bâtarde d'Istanbul
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365694582
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"D'une écriture cinématographique, dont les détails plongent le lecteur occidental dans
un bain à la fois étrange et familier, Fatima Bhutto saisit l'action avec une justesse quasi documentaire et capte le tourment d'une génération qui cherche encore sa place. Passionnant."
Victorine de Oliveira / La Vie

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Flaubauski Posté le 26 Mai 2020
    Anita, Monty et Sunny sont trois jeunes gens que tout sépare en premier lieu : l’une vit dans le plus grand bidonville de Karachi, tentant tant bien que mal de s’échapper de sa condition de jeune fille pakistanaise et pauvre ; l’autre, au contraire, vit dans l’opulence, dans le quartier le plus huppé de cette même ville, se sentant désœuvré au milieu d’une famille qui ne lui laisse que peu de marge de manœuvre pour s’épanouir autrement ; le troisième, d’origine indienne, vit en Angleterre avec son père, ne supportant pas l’acclimatation de celui-ci à son pays d’adoption et à ce qu’il considère comme une trahison de leur origine. Un concours de circonstances va les faire se rencontrer, après de multiples aventures et mésaventures, pour le meilleur et pour le pire, jusqu’au point de non-retour dans le désert irakien. Récit à plusieurs voix et plusieurs temporalités, ô combien récurrent dans la littérature actuelle, ce qui a le don de me rebuter un peu en ce moment, Comme des lions est malgré tout parvenu à se faire apprécier malgré ce premier point qui m’est dernièrement assez rédhibitoire. En effet, la multiplication, et des voix, et des temporalités, a ici un véritable sens et... Anita, Monty et Sunny sont trois jeunes gens que tout sépare en premier lieu : l’une vit dans le plus grand bidonville de Karachi, tentant tant bien que mal de s’échapper de sa condition de jeune fille pakistanaise et pauvre ; l’autre, au contraire, vit dans l’opulence, dans le quartier le plus huppé de cette même ville, se sentant désœuvré au milieu d’une famille qui ne lui laisse que peu de marge de manœuvre pour s’épanouir autrement ; le troisième, d’origine indienne, vit en Angleterre avec son père, ne supportant pas l’acclimatation de celui-ci à son pays d’adoption et à ce qu’il considère comme une trahison de leur origine. Un concours de circonstances va les faire se rencontrer, après de multiples aventures et mésaventures, pour le meilleur et pour le pire, jusqu’au point de non-retour dans le désert irakien. Récit à plusieurs voix et plusieurs temporalités, ô combien récurrent dans la littérature actuelle, ce qui a le don de me rebuter un peu en ce moment, Comme des lions est malgré tout parvenu à se faire apprécier malgré ce premier point qui m’est dernièrement assez rédhibitoire. En effet, la multiplication, et des voix, et des temporalités, a ici un véritable sens et intérêt au sein de la narration pour que le lecteur puisse vraiment prendre conscience de l’évolution progressive et insidieuse de chacun de nos personnages. Car nos trois personnages principaux, qui n’ont pourtant rien à voir, vont suivre la même voie, celle du terrorisme, même si pour diverses raisons. Et c’est le chemin jusqu’à cette voie qui nous est ici raconté, avec beaucoup de vraisemblance et de cohérence. Ou comment, lorsque l’on est en perdition, l’on peut facilement se laisser persuader par une cause qui nous paraît juste, jusqu’à déchanter brutalement face à toute la violence dont elle est l’instigatrice. Je crois que c’est ce qui, finalement, m’a fait le plus apprécier ce roman : Fatima Bhutto, à aucun moment, n’énonce de jugement, elle nous donne simplement les clés pour comprendre à quel point l’on peut, en quelques instants, basculer dans l’extrémisme, quelque soit la forme qu’il prend, et plus encore lorsque l’on est adolescent ou jeune adulte. Une grande leçon en somme, plus que nécessaire me semble-t-il de nos jours. Je remercie les éditions Les Escales et NetGalley de m’avoir permis de découvrir ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Maplumedepaon Posté le 30 Avril 2020
    Comme des Lions est un roman à 3 voix. 3 histoires, 3 destins, 3 jeunes Pakistanais aussi différents que possible, et dont les destins vont finir par s'entremêler. Tout d'abord, il y a Anita Rose une jeune fille pauvre de Karachi, très bonne élève, vivant seule avec une mère aimante et un frère aîné prêt à tout pour sortir de la misère. Ensuite, il y a Sunny, fils d'immigrés Pakistanais, né à Londres et vivant seul avec son père, Pa qui a sacrifié toute sa vie pour ce fils unique qu'il pousse à réussir. Mais Sunny est perdu, tant dans sa vie londonienne que dans sa sexualité. Et enfin, Monty, fils d'un riche Pakistanais, né avec une cuillère en or dans la bouche, sans soucis de prime d'abord, son seul tord : être amoureux fou. Tout semble les opposer, et pourtant nous allons finir par les retrouver tous les 3 dans le désert, participant au Djihad, chacun à sa façon : par rébellion, par vengeance, en quête d'une hypothétique gloire, par amour, bref pour des motifs bien autres que religieux... A la lecture de ce livre, on ne peut encore une fois que constater le fardeau de la colonisation qui pèse encore sur des générations... Comme des Lions est un roman à 3 voix. 3 histoires, 3 destins, 3 jeunes Pakistanais aussi différents que possible, et dont les destins vont finir par s'entremêler. Tout d'abord, il y a Anita Rose une jeune fille pauvre de Karachi, très bonne élève, vivant seule avec une mère aimante et un frère aîné prêt à tout pour sortir de la misère. Ensuite, il y a Sunny, fils d'immigrés Pakistanais, né à Londres et vivant seul avec son père, Pa qui a sacrifié toute sa vie pour ce fils unique qu'il pousse à réussir. Mais Sunny est perdu, tant dans sa vie londonienne que dans sa sexualité. Et enfin, Monty, fils d'un riche Pakistanais, né avec une cuillère en or dans la bouche, sans soucis de prime d'abord, son seul tord : être amoureux fou. Tout semble les opposer, et pourtant nous allons finir par les retrouver tous les 3 dans le désert, participant au Djihad, chacun à sa façon : par rébellion, par vengeance, en quête d'une hypothétique gloire, par amour, bref pour des motifs bien autres que religieux... A la lecture de ce livre, on ne peut encore une fois que constater le fardeau de la colonisation qui pèse encore sur des générations qui ne l'ont pourtant pas vécue, l'intégration n'étant qu'un leurre qu'on a fait miroiter à leurs parents. On voit aussi le rôle des réseaux sociaux dans l'embrigadement de tous ces jeunes en quête d'une minute de gloire, courant après un mirage qu'on leur agite sous le nez, et qui peut bien vite se retourner contre eux. Une lecture intéressante, même si je n'ai pas réussi à ressentir de compassion pour ces 3 personnages, et surtout une fin qui ne me convient pas vraiment, il me manque un chapitre, voir deux, cela m'aurait certainement plus convaincu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lili0000 Posté le 15 Avril 2020
    Anita-Rose vit dans un bidonville de Karachi avec sa mère et son frère, bien décidé à s’extraire de cette vie à n’importe quel prix. Anita-Rose, elle, passe son temps chez son voisin qui l’initie à la littérature. Monty vit aussi à Karachi mais soupçonne à peine l’existence des bidonvilles. Fils d’une famille richissime, un peu trop couvé par sa mère, il tombe amoureux de Layla, jeune fille rebelle de son école et, pour elle, s’écarte de la voie tracée par son père. Sunny est né en Angleterre. Son père, veuf, a quitté l’Inde pour offrir un avenir meilleur à son fils et sa réussite lui tient à coeur. Mais Sunny se sent différent de ses camarades et a honte de ce père trop soumis au modèle occidental. Quand son cousin Oz, fondamentaliste de retour de Syrie, le prend sous son aile, il envisage différemment sa place dans le monde. Ces trois jeunes, encore des enfants, voient leurs destins se croiser dans le désert et l’odeur du sang. J’ai beaucoup aimé ce roman. La conjonction d’un sujet qui m’intéresse, la fragilité des âges charnières, et du style de l’auteure. C’est beau, subtil et intelligent. Un vrai moment de plaisir. A lire au lieu de retourner au lycée.
  • josephiine Posté le 10 Avril 2020
    Qu'est-ce qui pousse trois adolescents d'origine pakistanaise à s'engager dans le djihad ? A travers ce cheminement, qu'est-ce qui les anime ? Est-ce un moyen pour exister ? Grâce aux personnages de Sunny - fils d'un veuf immigré à Londres, Monty - fils d'un couple de riches pakistanais, Anita Rose - issue d'une famille des quartiers pauvres du Pakistan, l'auteure place le lecteur sur trois points de départ différents et fait expérimenter la peur, la violence, l'errance, l'espoir et la trahison qui peuvent se transformer en férocité. Tout en donnant un aperçu de la culture arabe, de la fierté d'appartenance, de l'intégration en Occident, elle répond à ces questions par ces destins individuels. Les intrigues sont entrelacées : c'est par ce procédé que Fatima Buttho sait tenir son lecteur en haleine en jouant de l'alternance. Chaque chapitre est un point de vue de personnage et c'est ainsi que le puzzle se reconstruit.
  • traversay Posté le 4 Mars 2020
    Le nom de Bhutto, tellement célèbre au Pakistan, et pas que pour de bonnes raisons, a été à la fois un atout et une contrainte lorsque Fatima Bhutto s'est lancée en littérature. Après le prometteur Les lunes Mir Ali, Comme des lions confirme qu'elle est une vraie romancière et que la notoriété de sa famille n'est pour rien dans le succès qu'elle remporte. En V.O, Comme des lions s'intitule The Runaways et il s'agit bien des itinéraires croisés de trois fugitifs de notre temps (Anita Rose dite Layla, Monty et Sunny), des jeunes gens en guerre contre la société et qui ont épousé la cause de l'islamisme radical, pour des raisons différentes mais finalement pas si éloignées. le récit raconte alternativement le cheminement de ces jeunes exaltés du Pakistan (l'Angleterre pour l'un d'entre eux) à l'Irak. Leurs trajectoires vont bien entendu se rencontrer dans les derniers chapitres du livre qui sont les plus violents et les plus tragiques. Tout l'art de Fatima Bhutto est de décrire des personnages complexes et d'expliquer l'engrenage fatal qui les entraîne vers l'extrémisme. C'est la part la plus captivante du roman, celle qui doit rendre crédible le basculement de ces deux garçons et de cette... Le nom de Bhutto, tellement célèbre au Pakistan, et pas que pour de bonnes raisons, a été à la fois un atout et une contrainte lorsque Fatima Bhutto s'est lancée en littérature. Après le prometteur Les lunes Mir Ali, Comme des lions confirme qu'elle est une vraie romancière et que la notoriété de sa famille n'est pour rien dans le succès qu'elle remporte. En V.O, Comme des lions s'intitule The Runaways et il s'agit bien des itinéraires croisés de trois fugitifs de notre temps (Anita Rose dite Layla, Monty et Sunny), des jeunes gens en guerre contre la société et qui ont épousé la cause de l'islamisme radical, pour des raisons différentes mais finalement pas si éloignées. le récit raconte alternativement le cheminement de ces jeunes exaltés du Pakistan (l'Angleterre pour l'un d'entre eux) à l'Irak. Leurs trajectoires vont bien entendu se rencontrer dans les derniers chapitres du livre qui sont les plus violents et les plus tragiques. Tout l'art de Fatima Bhutto est de décrire des personnages complexes et d'expliquer l'engrenage fatal qui les entraîne vers l'extrémisme. C'est la part la plus captivante du roman, celle qui doit rendre crédible le basculement de ces deux garçons et de cette jeune femme vers l'irréparable. Pour ce faire, Fatima Bhutto ne lésine pas sur les flashbacks afin de nous faire comprendre ce qui a pu se passer dans les têtes de ses protagonistes. Et c'est l'un des bémols que l'on peut prononcer envers Comme des lions, le comportement de L'un d'entre eux, malgré les efforts de la romancière, parait tout de même surprenant et un peu difficile à avaler. Mais au-delà de ce reproche, le livre est puissant, très dense et intense, culminant dans les scènes où Sunny et Monty se retrouvent seuls dans le désert irakien. Tour à tour poétique et crue, l'écriture de Fatima Bhutto épouse parfaitement les pensées intimes de ses personnages et leur route cahoteuse vers un accomplissement et un épanouissement qui s'apparentent à des leurres.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !