Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265097636
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm

Comment braquer une banque sans perdre son dentier

Hélène HERVIEU (Traducteur)
Date de parution : 13/03/2014
Wanted : Ils sont cinq, trois femmes, deux hommes. Cheveux blancs, déambulateurs, ils s’apprêtent à commettre le casse du siècle. Si vous les croisez, restez prudents, et surtout ne tentez pas de vous interposer.
 
Ils s’appellent Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie, le Râteau, ils chantent dans la même chorale et vivent dans...
Wanted : Ils sont cinq, trois femmes, deux hommes. Cheveux blancs, déambulateurs, ils s’apprêtent à commettre le casse du siècle. Si vous les croisez, restez prudents, et surtout ne tentez pas de vous interposer.
 
Ils s’appellent Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie, le Râteau, ils chantent dans la même chorale et vivent dans la même maison de retraite. Nourriture insipide, traitement lamentable, restrictions constantes, pas étonnant que les résidents passent l’arme à gauche. Franchement, la vie ne serait pas pire en prison ! D’ailleurs, à Stockholm, elles ont plutôt bonne presse… Voilà l’idée ! Les cinq amis vont commettre un délit et faire en sorte d’être condamnés : en plus d’avoir la vie douce, ils pourraient redistribuer les bénéfices aux pauvres et aux vieux du pays.
Un brin rebelles et idéalistes, un peu fous aussi, les cinq comparses se lancent dans le grand banditisme. Mais évidemment rien ne va se passer comme prévu…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265097636
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • melajeh Posté le 3 Février 2020
    Un livre sympathique et drôle qui pour moi manque un peu de subtilité et d'émotions.
  • Edouard22 Posté le 4 Novembre 2019
    C'est vrai que lorsque l'on est dans un maison de retraite et soumis à des restrictions constantes (de nourriture, de couvre-feu le soir, de sorties, d'exercice) et que l'on voit à la télévision des reportages sur la vie en prison, du moins dans les pays scandinaves, on peut envier le confort de vie des prisonniers: nourriture de meilleure qualité, sorties dans les espaces extérieurs de promenade, séances de sport .... De fil en aiguille en peut en venir à souhaiter échanger sa place en maison de retraite contre une place en prison, et le groupe de nos cinq héros octogénaires en déambulateur vont s'y employer en commettant des délits passibles de un ou deux ans de prison ferme, comme des vols et un braquage de banque .... Bien raconté, et même avec un certain suspense, ce livre se situe dans le lignée de "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, de Jonas Jonasson, un petit cran en dessous cependant: on sourit souvent, on a envie de connaître la suite, c'est bien fait même si on rit un petit peu moins. Il faut dire que faire rire à jet continu c'est très difficile dans tous les domaines, et notamment en littérature: tout... C'est vrai que lorsque l'on est dans un maison de retraite et soumis à des restrictions constantes (de nourriture, de couvre-feu le soir, de sorties, d'exercice) et que l'on voit à la télévision des reportages sur la vie en prison, du moins dans les pays scandinaves, on peut envier le confort de vie des prisonniers: nourriture de meilleure qualité, sorties dans les espaces extérieurs de promenade, séances de sport .... De fil en aiguille en peut en venir à souhaiter échanger sa place en maison de retraite contre une place en prison, et le groupe de nos cinq héros octogénaires en déambulateur vont s'y employer en commettant des délits passibles de un ou deux ans de prison ferme, comme des vols et un braquage de banque .... Bien raconté, et même avec un certain suspense, ce livre se situe dans le lignée de "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, de Jonas Jonasson, un petit cran en dessous cependant: on sourit souvent, on a envie de connaître la suite, c'est bien fait même si on rit un petit peu moins. Il faut dire que faire rire à jet continu c'est très difficile dans tous les domaines, et notamment en littérature: tout le monde ne s'appelle pas John Kennedy Toole, indépassé à ce jour avec "La conjuration des imbéciles". Bonne traduction de Hélène Hervieu
    Lire la suite
    En lire moins
  • lokipg Posté le 5 Septembre 2019
    À la maison de retraite "Le Diamant", la situation des pensionnaires s'est nettement dégradée depuis un récent changement à la direction. À tel point que Martha et sa bande se demandent si ils ne passeraient une meilleure retraite en prison ! Il n'est jamais trop tard pour commencer une nouvelle vie et puis devenir cambrioleurs, quand on a plus de 75 ans, ça promet d'être amusant ! En effet, ça promet ! Mais j'ai trouvé le résultat en demie teinte. La bande des retraités est bien sympathique à suivre, Il y a une bonne dynamique de groupe, le pitch est bien trouvé, il y a beaucoup de péripéties amusantes... mais il y a un gros problème de rythme. J'ai trouvé le temps un peu long par moment. De plus, c'est bien moins drôle que je ne l'aurais pensé. J'ai souvent souri, mais très peu ri. J'ai l'impression que Catharina Ingelman-Sundberg a cherché à rendre crédible son postulat de départ invraisemblable et le résultat est que je n'ai pas réussi à entrer dedans, puisque je n'y croyais pas. L'autrice aurait gagné, je pense, à forcer plus le trait. Rendre les flics encore plus incompétents, et l'infirmière en chef bien plus sadique, par... À la maison de retraite "Le Diamant", la situation des pensionnaires s'est nettement dégradée depuis un récent changement à la direction. À tel point que Martha et sa bande se demandent si ils ne passeraient une meilleure retraite en prison ! Il n'est jamais trop tard pour commencer une nouvelle vie et puis devenir cambrioleurs, quand on a plus de 75 ans, ça promet d'être amusant ! En effet, ça promet ! Mais j'ai trouvé le résultat en demie teinte. La bande des retraités est bien sympathique à suivre, Il y a une bonne dynamique de groupe, le pitch est bien trouvé, il y a beaucoup de péripéties amusantes... mais il y a un gros problème de rythme. J'ai trouvé le temps un peu long par moment. De plus, c'est bien moins drôle que je ne l'aurais pensé. J'ai souvent souri, mais très peu ri. J'ai l'impression que Catharina Ingelman-Sundberg a cherché à rendre crédible son postulat de départ invraisemblable et le résultat est que je n'ai pas réussi à entrer dedans, puisque je n'y croyais pas. L'autrice aurait gagné, je pense, à forcer plus le trait. Rendre les flics encore plus incompétents, et l'infirmière en chef bien plus sadique, par exemple, pour qu'on ait encore plus de plaisir à les voir chuter. Et rajouter un peu plus de loufoquerie. Le sujet s'y prêtait très bien. Après, tout n'est pas si noir. Comme je l'ai déjà dit, les personnages sont sympathiques, et le livre se lit très bien. Les chapitres sont courts alors on en lit toujours un de plus pour savoir ce qu'il va se passer après. Ça reste une bonne lecture. Mais cela aurait pu être tellement mieux !
    Lire la suite
    En lire moins
  • cpw Posté le 13 Août 2019
    UN BON MOMENT DE PLAISIR ET DE RIRE cpw J ai mis du temps à commencer ce livre qui ne me disait rien et ensuite j ai complètement adhéré. Il est loufoque, on n’y croit pas mais les descriptions des caractères sont savoureuses et très réalistes. J’ai aimé l’humour de l’auteure, je suis triste de quitter les personnages mais je n’ai pas envie de lire la suite car les situations abracadabrantesques de ce roman n’auraient plus le même piquant dans un deuxiéme roman..
  • Carine57 Posté le 12 Août 2019
    Un petit livre assez distrayant dans l'ensemble. La petite bande de retraités est attachante. Par moment, on a néanmoins du mal à croire à leur histoire, tout semble un peu trop facile. De plus, la traduction m'a posé problème à quelques reprises. Je ne sais pas encore si je vais lire la suite de leurs aventures.
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.