RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Comment j'ai mangé mon estomac

            Julliard
            EAN : 9782260021223
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 112
            Format : 1 x 205 mm
            Comment j'ai mangé mon estomac

            Date de parution : 09/01/2014

            Jacques A. Bertrand  au sommet de son art.

            « Je n’avais jamais pu tout à fait me résoudre à considérer que mon corps m’appartenait en mains propres, si j’ose dire. L’estomac, surtout, que j’avais tendance à sous-estimer. J’étais contrarié d’avoir à le transporter toujours avec moi. Je redoutais qu’il finisse par prendre trop de place dans ma vie.... « Je n’avais jamais pu tout à fait me résoudre à considérer que mon corps m’appartenait en mains propres, si j’ose dire. L’estomac, surtout, que j’avais tendance à sous-estimer. J’étais contrarié d’avoir à le transporter toujours avec moi. Je redoutais qu’il finisse par prendre trop de place dans ma vie. J’avais été alarmé le jour où un radiologue avec qui j’avais rendez-vous avait demandé à sa secrétaire : “L’estomac est arrivé ?” »

             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260021223
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 112
            Format : 1 x 205 mm
            Julliard
            14.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            " Au sommet de son art, ce roman est écrit avec un savant dosage d'humour "
            Le dauphiné liberé
            " C'est sans compter le talent créatif et l'humour de Jacques A. Bertrand, qui s'empare de ces événements et qui, mêle habilement réflexions sur le corps, la maladie, le temps qui passe et ce que l'on fait de nos vies, avec la finesse et le talent qui lui sont propres "
            Aurélie Janssens / Pages
            « Miracle de pudeur et de délicatesse. »
            Philippe-Jean Catinchi / Le Monde des Livres

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • isabelleisapure Posté le 24 Avril 2015
              Jacques A. Bertrand nous livre dans ce court récit son combat contre la maladie, contre le cancer. Rien de triste ni de lugubre sous la plume de l’auteur. Il a choisi l’humour pour terrasser le mal. Tout y passe, les médecins un peu bizarres, les infirmières souvent si belles que l’on voudrait les avoir rencontrer dans d’autres circonstances, et puis bien sûr il y a les proches, les amis surtout qui ne sachant que dire, se contentent souvent comme entrée en matière d’un « Tu as bonne mine aujourd’hui ». Et puis l’attente interminable dans des salles bondées en espérant que le diagnostic du médecin donnera un peu d’espoir. J’ai aimé ce texte drôle, malgré la lourdeur du sujet. J’y ai trouvé belle leçon de courage et d’espoir.
            • kikibaba Posté le 20 Avril 2015
              Dans ce livre l'auteur parle de se traversée du cancer de l'estomac. La même année où sa compagne luttait contre un cancer du sein, lui dévorait son propre estomac. Comme toujours avec Jacques A. Bertrand, on rit de tout, même du pire sans que le texte ne devienne léger ni qu'il tombe dans le pathos. L'écriture est impeccable, pour moi, l'un de ses meilleurs livres.
            • Croquignolle Posté le 27 Janvier 2015
              Un immense coup de coeur pour ce petit roman, tout en pudeur, en poésie, délicieusement arrosé d'humour et de tendresse. J'ai ri. J'ai pleuré. J'ai tremblé. J'ai vibré. Du début à la fin. Le sujet est grave : l'homme atteint d'un cancer affronte ses angoisses, ses douleurs et les longues attentes hospitalières. Il souffre mais laisse l'humour sortir vainqueur du combat. Sous chaque mot se cache un sourire, sous chaque phrase, une remarque épicée du malade sur son propre état. Un sens de l'auto-dérision lumineux que seul un humain gravement atteint dans sa santé est capable de ressentir et de partager. Jacques A. Bertrand ne tombe jamais dans le larmoyant, le pathétique ou le désespoir. Avec pudeur et poésie, il ouvre les portes sur "la nébuleuse du Crabe" et permet un nouveau regard sur la maladie. Il invite à apprécier chaque instant pour ce qu'il est et à s'ouvrir à l'émerveillement. Un roman au ton juste, vrai, sensible qui m'a chamboulée et qui m'a touchée au plus profond de mon âme. J'en ressors avec une joie surprenante, une envie de vivre encore plus forte et un sentiment de gratitude souriante.
            • Dionysos89 Posté le 15 Décembre 2014
              C'est avec une cruelle ironie que Jacques André Bertrand nous raconte, dans le détail de ses séances de dépression et de chimiothérapie, comment il a "mangé son estomac". Avec ses petites phrases assassines mais véritables, il pose l'image du "patient qui patiente", toujours, comme si c'était devenu son métier. Attendant un soin qu'il ne désire pas, attendant un docteur qui daignera lui accorder quelques secondes son temps, attendant la mort qui ne se décide pas non plus, le récit offert par Comment j'ai mangé mon estomac n'est vraiment pas réjouissant, ni rassurant. Du coup, Jacques André Bertrand mêle à ce fond mortifère l'humour noir qu'il affectionne. Même dans les moments les plus difficiles, puisque nous sommes encore là, autant déceler de l'humour noir en chaque situation qui s'offre à nous, voilà en gros la morale de ce trop court roman. Ce n'est peut-être pas à conseiller aux plus hypocondriaques d'entre nous, mais la réelle proximité avec la maladie, quelle qu'elle soit, donne quand même une autre dimension à cette lecture, mais après coup pour moi. C'est à la fois poignant et dérangeant, car tous ces complications peuvent arriver à chacun d'entre nous aussi soudainement que chez le narrateur. Et alors que faire... C'est avec une cruelle ironie que Jacques André Bertrand nous raconte, dans le détail de ses séances de dépression et de chimiothérapie, comment il a "mangé son estomac". Avec ses petites phrases assassines mais véritables, il pose l'image du "patient qui patiente", toujours, comme si c'était devenu son métier. Attendant un soin qu'il ne désire pas, attendant un docteur qui daignera lui accorder quelques secondes son temps, attendant la mort qui ne se décide pas non plus, le récit offert par Comment j'ai mangé mon estomac n'est vraiment pas réjouissant, ni rassurant. Du coup, Jacques André Bertrand mêle à ce fond mortifère l'humour noir qu'il affectionne. Même dans les moments les plus difficiles, puisque nous sommes encore là, autant déceler de l'humour noir en chaque situation qui s'offre à nous, voilà en gros la morale de ce trop court roman. Ce n'est peut-être pas à conseiller aux plus hypocondriaques d'entre nous, mais la réelle proximité avec la maladie, quelle qu'elle soit, donne quand même une autre dimension à cette lecture, mais après coup pour moi. C'est à la fois poignant et dérangeant, car tous ces complications peuvent arriver à chacun d'entre nous aussi soudainement que chez le narrateur. Et alors que faire ? Patienter, assurément.
              Lire la suite
              En lire moins
            • kevindio Posté le 2 Novembre 2014
              Le narrateur nous raconte ici son cancer de l'estomac, alors que sa femme elle aussi est atteinte d'une tumeur au sein. Un livre déprimant ? Détrompez-vous. En effet, là où le récit pourrait être tourné vers la maladie, la souffrance et la mort, le narrateur prend plutôt les choses avec un humour parfois particulier et une ironie omniprésente qui m'ont fait beaucoup apprécier ce roman. On suit donc le développement de son cancer, sa chimiothérapie qui va être la cause d'une grande perte pour lui (sa moustache), le service et l'attente dans les hôpitaux, mais on a aussi droit à une petite réflexion sur ce qu'il a dû mal à digérer - à la fois au sens propre, mais surtout au sens figuré, le tout offrant un agréable (mais trop court) moment de lecture.

            les contenus multimédias

            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.