RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Confession inachevée

            Robert Laffont
            EAN : 9782221127438
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 252
            Format : 135 x 215 mm
            Confession inachevée

            Janine HÉRISSON (Traducteur)
            Date de parution : 13/10/2011

            « Il y avait quelque chose de spécial chez moi, et je savais ce que c'était. J'étais le genre de fille qu'on retrouve morte dans une chambre minable, un flacon de somnifères vide à la main. »
            Marilyn Monroe, 1954.

            C’est en 1954 que l’agent de Marilyn, Charles Feldman, contacta Ben Hecht pour lui demander d’aider l’actrice à écrire ses mémoires. À 28 ans, elle a déjà tourné une vingtaine de films, dont ses premiers succès - Niagara et Les hommes préfèrent les blondes -, et elle est lasse des...

            C’est en 1954 que l’agent de Marilyn, Charles Feldman, contacta Ben Hecht pour lui demander d’aider l’actrice à écrire ses mémoires. À 28 ans, elle a déjà tourné une vingtaine de films, dont ses premiers succès - Niagara et Les hommes préfèrent les blondes -, et elle est lasse des inventions et potins des feuilles à scandale. Elle lui dicte les mots qu’il couche sur le papier… Pour des raisons personnelles, elle ne poursuivit pas ces séances de travail, mais confia le texte inachevé au photographe Milton Greene, son ami de toujours. Vingt ans après avoir recueilli ces feuillets, douze ans après cette soirée d’août où Marilyn s’est endormie à jamais dans la solitude de sa villa, Milton Greene décida de révéler au public ce que la star elle-même avait à dire…
            Qui était Marilyn Monroe ? Une blonde un peu gourde qui pose nue sur des calendriers, sex-symbol et actrice ingénue ? Ou une jeune femme mélancolique, perfectionniste, cultivée, passionnée de littérature ? Lire cette Confession inachevée, c’est se rapprocher d’elle, entendre sa voix bien reconnaissable dévoiler les deux faces de sa personnalité, raconter les étapes de sa brève existence. D’abord Norma Jean, l’enfant dont la mère est internée, ballottée entre différentes familles d’accueil, puis la jeune fille qui crie son manque d’amour, son besoin constant d’attirer l’attention, et épouse le premier homme qu’elle fréquente. Enfin Marilyn, le sex-symbol qui côtoie et déteste Hollywood, avec ses ratés, ses dragueurs et ses escrocs, qui se heurte à la jalousie des femmes, mais qui reste lucide sur la tragédie de son milieu d’adoption – « À Hollywood, la vertu d’une jeune fille a beaucoup moins d’importance que le style de sa coiffure. On vous juge sur votre apparence, pas sur le reste. Hollywood, c’est un endroit où on vous offre mille dollars d’un baiser et cinquante cents de votre âme. Je le sais, j’ai assez souvent refusé la première proposition et tenu bon pour les cinquante cents. » Tiraillée entre les paillettes et les coulisses, entre la beauté et la souffrance, ce n’est pas qu’une fragile Marilyn qui se livre ici, mais aussi une observatrice lucide et intelligente.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221127438
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 252
            Format : 135 x 215 mm
            Robert Laffont
            21.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            " On avait oublié Confession inachevée, qui sera réédité par Robert Laffont fin octobre, et c'est comme un petit coffre aux trésors de lucidité, de malice et d'humour. [...] Une vision cash des rapports hommes-femmes ou femmes-femmes. Le tout avec un art poétique et drôle de la métaphore. Comme quoi, on peut avoir un nègre, c'est avant tout la voix qui compte. Marilyn, meilleur écrivaine que certains de nos contemporains ? "

            Nelly Kaprièlian / Les Inrocks

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • vanessaLe Posté le 2 Mars 2016
              Un coup de foudre pour ce livre : Confession inachevée ! Je ne connaissais pas grand chose sur la vie de Marilyn Monroe quand j'ai ouvert ce livre et pourtant les pages m'ont engloutie. Le livre à aussi pour thème : les liens entre la Psychanalyse et Hollywood... Le pouvoir du Thérapeute , du transfert et contre transfert, de la limite entre le professionnel et l'intime ( la relation entre Marilyn Monroe et Ben Hecht. Je ne trouve pas que ce livre soit une simple biographie de Marilyn Monroe et il peut se lire même sans cet attrait ! Car il traite de la douleur extrême d'une femme à l'enfance brisée et qui cherche à s'en sortir avec ses moyens et son charme .
            • Takalirsa Posté le 18 Juillet 2014
              Oui je sais : on a déjà tout lu, tout vu, tout entendu sur Marilyn... Et pourtant, c'est une personnalité tellement fascinante que je ne peux m'empêcher de me replonger de temps à autre dans son terrible destin. J'ai commencé par admirer les deux carnets de photos, pertinemment commentées par le fils de Milton Greene, le photographe ami de l'actrice. Et puis je me suis plongée dans l'autobiographie, récit nostalgique d'une star prisonnière d'une douloureuse enfance malgré le chemin parcouru. Tout commence avec Norma Jean, la pauvre Norma Jean dont le père est réduit à une photo et dont la mère est précocement internée dans un asile d'aliénés. Norma Jean la mal-aimée, trimballée dans des familles d'accueil, honteuse de son statut d'orpheline et qui rêve que quelqu'un s'intéresse à elle. Et puis un jour elle découvre le pouvoir de séduction de son corps, cet "ami détenteur d'un pouvoir magique", qui lui vaudra bien des baratins de la part des dragueurs et de jalousies de la part des femmes... Car le chemin de Norma Jean à Marilyn Monroe est long et laborieux, semé d'interminables journées à subir les rejets des studios ("Vous n'êtes pas photogénique"), la misère qui oblige à mendier le moindre dollar... Oui je sais : on a déjà tout lu, tout vu, tout entendu sur Marilyn... Et pourtant, c'est une personnalité tellement fascinante que je ne peux m'empêcher de me replonger de temps à autre dans son terrible destin. J'ai commencé par admirer les deux carnets de photos, pertinemment commentées par le fils de Milton Greene, le photographe ami de l'actrice. Et puis je me suis plongée dans l'autobiographie, récit nostalgique d'une star prisonnière d'une douloureuse enfance malgré le chemin parcouru. Tout commence avec Norma Jean, la pauvre Norma Jean dont le père est réduit à une photo et dont la mère est précocement internée dans un asile d'aliénés. Norma Jean la mal-aimée, trimballée dans des familles d'accueil, honteuse de son statut d'orpheline et qui rêve que quelqu'un s'intéresse à elle. Et puis un jour elle découvre le pouvoir de séduction de son corps, cet "ami détenteur d'un pouvoir magique", qui lui vaudra bien des baratins de la part des dragueurs et de jalousies de la part des femmes... Car le chemin de Norma Jean à Marilyn Monroe est long et laborieux, semé d'interminables journées à subir les rejets des studios ("Vous n'êtes pas photogénique"), la misère qui oblige à mendier le moindre dollar et la faim qui empêche de dormir. L'arrogance des riches aussi, et les plans douteux des "agents". Et même une fois devenue (enfin !) célèbre, elle ne rencontre que du mépris de la part de ses pairs. C'est tout cela que raconte Marilyn, avec simplicité et surtout grande humilité. Non elle n'a aucune culture mais elle adore lire et suit des cours d'histoire de l'art. Peut-être n'a-t-elle aucun talent mais elle prend des leçons d'art dramatique. Oui elle a défauts mais ils sont bien de choses au regard de tous ces personnages inconsistants qui peuplent les soirées hollywoodiennes ! Il en résulte un texte émouvant empreint d'une profonde souffrance, d'un continuel sentiment de solitude aussi : "Le public était la seule famille, le seul prince charmant, le seul foyer dont j'avais jamais rêvé." Et bien sûr on regrette que l'actrice ait abandonné ce projet autobiographique (juste après son mariage avec Joe DiMaggio)...
              Lire la suite
              En lire moins
            • Sharon Posté le 17 Juillet 2014
              J'ai trouvé ce livre par hasard, en furetant à la bibliothèque. Je l'ai pris et lu, tout en sachant qu'il était "inachevé", et que Marilyn avait interrompu leur rédaction trois ans avant sa mort. Souci avec Ben Hecht, chargé de mettre en forme ses notes ? Suite du conflit avec les studios ? Nul ne le sait, comme nul ne sait à quel point le texte original a été modifié. Ce qui m'a frappé, en le lisant, c'est la bienveillance de Marilyn, en dépit des épreuves qu'elle a traversé étant enfant. Elle n'accable pas sa mère, dont elle dresse un portrait presque positif. Elle adore sa tante Grace, qui l'abandonna elle aussi. Elle ne se lamente pas sur ses années de misère, elle raconte, presque naîvement, les repas, maigres, inexistants, les galères, les amours qui finissent mal, les jalousies. Derrière la sophistication de Marilyn, la simplicité de Norma Jean. Il est d'ailleurs inquiétant qu'elle distingue ses deux personnalités. Comment vivre quand on se sent deux ? Confession inachevée, un livre à découvrir pour tous les fans de l'actrice.
            • Ivy-Read Posté le 23 Avril 2013
              On connaît tous Marilyn, au moins de nom. On la connaît aussi par ce qu’on dit d’elle, les rumeurs qui courent sur son compte. L’image qu’on s’en fait est façonnée par ces bruits de couloirs. Qu’on ait vu ou non ses films, elle reste une icône. Fascinée par ce personnage, encore très médiatisé à l’heure actuelle, dont je ne connaissais que peu de choses, il m’a semblé bon de découvrir sa vie par ses propres mots. J’ai toute une collection de biographies sur elle mais n’ai jamais eu l’occasion d’en ouvrir sérieusement une. Quoi de mieux que de commencer avec celle dictée par l’actrice elle-même ? Le ton est doux, le style très fluide, on se laisse emporter par les souvenirs de Marilyn avec une facilité déconcertante et le plaisir évident de connaître son passé. Elle nous raconte plusieurs épisodes de sa vie à travers des chapitres différents. On apprendra plusieurs bribes de son enfance malheureuse, car ballottée de foyer en foyer à cause d’une mère internée en hôpital psychiatrique et d’un père qu’elle n’a jamais connu. Elle ne s’étend pas énormément sur cette partie, ce qui m’aurait bien plu. Plus... On connaît tous Marilyn, au moins de nom. On la connaît aussi par ce qu’on dit d’elle, les rumeurs qui courent sur son compte. L’image qu’on s’en fait est façonnée par ces bruits de couloirs. Qu’on ait vu ou non ses films, elle reste une icône. Fascinée par ce personnage, encore très médiatisé à l’heure actuelle, dont je ne connaissais que peu de choses, il m’a semblé bon de découvrir sa vie par ses propres mots. J’ai toute une collection de biographies sur elle mais n’ai jamais eu l’occasion d’en ouvrir sérieusement une. Quoi de mieux que de commencer avec celle dictée par l’actrice elle-même ? Le ton est doux, le style très fluide, on se laisse emporter par les souvenirs de Marilyn avec une facilité déconcertante et le plaisir évident de connaître son passé. Elle nous raconte plusieurs épisodes de sa vie à travers des chapitres différents. On apprendra plusieurs bribes de son enfance malheureuse, car ballottée de foyer en foyer à cause d’une mère internée en hôpital psychiatrique et d’un père qu’elle n’a jamais connu. Elle ne s’étend pas énormément sur cette partie, ce qui m’aurait bien plu. Plus que des émotions, ce sont surtout des fragments de sa vie mis bout à bout qui nous montrent comment cette jeune femme s’est construite. « Je passais mon temps à rêver tout éveillée, […] de mon père. Lorsque je revenais de l’école pour rentrer à la maison, à pied, sous la pluie, et me sentais déprimée, je me racontais que mon père m’attendait pour me gronder de ne pas avoir mis mes caoutchoucs. Je ne possédais même pas de caoutchoucs. Et je ne pouvais guère prétendre que je rentrais chez moi. C’était un endroit où je travaillais comme servante-enfant, faisais la vaisselle, les courses, la lessive, frottais par terre et me taisais. » On l’y découvre peu sûre d’elle et renvoyant une image d’elle-même dont elle ne veut pas. Ces années en foyer ont fait de Norma Jean quelqu’un de presque invisible, que personne ne regardait. L’adolescence aidant, la nature la dota d’un corps de femme qui lui valu d’être remarquée par tous les mâles à la ronde et détestée par les femmes. Elle apprécie ces nouvelles attentions mais pas les intentions qui vont avec. C’est à ce moment-là qu’elle commence à devenir Marilyn Monroe mais, elle ne choisira ce pseudonyme que plusieurs années plus tard, en prenant son premier rôle à la 20th Century Fox. « Les garçons se mirent à me faire la cour comme si j’avais été la seule créature de mon sexe dans tout le secteur. (…) J’aurais bien aimé désirer quelque chose autant qu’eux. Moi, je n’avais envie de rien. Ils auraient aussi bien pu faire la cour à une bûche. » Durant sa carrière, elle tentera de se défaire de cette image de blonde écervelée dotée d’une sexualité débridée qu’elle ne comprend pas, sans succès. Elle deviendra d’ailleurs le sex-symbol que l’on connaît sans aide de la part de ses producteurs qui la jugeaient trop peu consistante pour devenir une véritable actrice. Quelques apparitions en tant que figurante lui valurent sifflements ravis et enthousiasme de la part du public qui l’éleva, avec l’aide de la presse, au rang de star. Cette autobiographie, dictée par Marilyn et rédigée par Ben Hecht, débute donc aux premiers souvenirs de la jeune femme jusqu’à son mariage avec Joe DiMaggio en passant par ses déboires de mannequin et ensuite d’actrice avant d’enfin accéder à des premiers rôles et être adulée par son public. Il manque donc énormément d’évènements à cette autobiographie mais, durant les 240 pages du livre, on fait connaissance avec une femme très torturée qui peine à accomplir ses rêves. Elle est très touchante et toutes ces confessions la rendent beaucoup plus accessible au public. Petit plus : de très belles photographies de Marilyn sont insérées dans le livre et la préface explique les circonstances dans lesquelles a été prise chaque photo, ce qui est vraiment intéressant. On obtient donc un petit historique qui permet de savoir où ? quand ? et comment ? et qui satisfera amplement la curiosité de certains et ravira d’autres par ces anecdotes. En bref, c’est un livre que je conseille car il se lit vraiment comme un roman, il est fluide et se dévore en quelques heures en nous donnant des informations sur l’existence de cette femme mythique. La fin se termine sur une note très positive pour la belle : son récent mariage et le véritable début de sa carrière d’actrice. Pour ma part, je vais aller satisfaire plus amplement ma curiosité et filer lire une biographie complète de la demoiselle !
              Lire la suite
              En lire moins
            • lafilleauxchaussures Posté le 22 Janvier 2013
              Bouleversant.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.