En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Courir dans la neige

        Les Escales
        EAN : 9782365692892
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 140 x 225 mm
        Courir dans la neige

        Collection : Domaine français
        Date de parution : 02/02/2017
        Il n'y a pas d'âge pour commencer à être adulte.
        Il est marié et père de famille. Chef cuisinier aussi, un métier à sa mesure, lui qui aime tant partager autour d’une table, magnifier les goûts et les saveurs. Mais l’époque est rude. Le temps d’un été, peut-être d’un bilan, le narrateur doit retourner vivre chez sa mère. Seul. Il... Il est marié et père de famille. Chef cuisinier aussi, un métier à sa mesure, lui qui aime tant partager autour d’une table, magnifier les goûts et les saveurs. Mais l’époque est rude. Le temps d’un été, peut-être d’un bilan, le narrateur doit retourner vivre chez sa mère. Seul. Il a quarante-deux ans. L’été passe, et l’homme ne repart pas.
        Au début, la mère est heureuse. Elle a retrouvé son fils bien-aimé, les discussions à bâtons rompus, les grands repas qu’elle affectionnait tant. Peu à peu, cependant, la joie cède le pas à l’inquiétude. Son enfant n’a plus d’ambition, il s’enlise, fait du sur-place. Alors que la neige recouvre la campagne, son fils est toujours là. La mère s’interroge. La nature de l’homme ne réside-t-elle pas dans le mouvement ?
        Sous forme de contre-Odyssée, ce roman subtil et d’une grande humanité explore la tentation du retour au ventre maternel et le passage difficile au monde adulte.
         
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365692892
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 140 x 225 mm
        Les Escales
        17.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • BabaLoe Posté le 22 Septembre 2017
          Ce roman est présenté par l’éditeur comme une contre-odyssée, et le terme sied parfaitement à ce récit. En effet, plutôt que de bouger sans cesse à la recherche de sa famille, le narrateur est enlisé auprès de sa mère. Sa femme et ses enfants ne lui manquent pas particulièrement. L’histoire propose de se mettre dans la peau d’un chômeur, de quelqu’un qui n’a pas d’activité, qui erre souvent dans sa ville d’enfance. Il y a un sentiment de perte très fort. Pourtant, ce n’est pas un homme qui se laisse abattre, il est plutôt confiant pour sa situation professionnelle. Le rapport à la mère est prédominant. Celle-ci est tellement heureuse de revoir son fils qu’elle fait tout pour qu’il reste, elle lui organise même des rendez-vous professionnels sans son accord. C’est une personne étouffante mais aimante. Elle cherche à rendre son fils heureux. Cependant, sa situation est assez ambiguë, car à travers son fils, c’est elle qu’elle tente de rassurer, de raccrocher à la vie. En effet, elle vit seule depuis le décès de son mari et a très peu d’amis. Avoir son fils lui permet de retrouver un souffle de jeunesse. Le titre exprime avec justesse l’idée du roman, à savoir que... Ce roman est présenté par l’éditeur comme une contre-odyssée, et le terme sied parfaitement à ce récit. En effet, plutôt que de bouger sans cesse à la recherche de sa famille, le narrateur est enlisé auprès de sa mère. Sa femme et ses enfants ne lui manquent pas particulièrement. L’histoire propose de se mettre dans la peau d’un chômeur, de quelqu’un qui n’a pas d’activité, qui erre souvent dans sa ville d’enfance. Il y a un sentiment de perte très fort. Pourtant, ce n’est pas un homme qui se laisse abattre, il est plutôt confiant pour sa situation professionnelle. Le rapport à la mère est prédominant. Celle-ci est tellement heureuse de revoir son fils qu’elle fait tout pour qu’il reste, elle lui organise même des rendez-vous professionnels sans son accord. C’est une personne étouffante mais aimante. Elle cherche à rendre son fils heureux. Cependant, sa situation est assez ambiguë, car à travers son fils, c’est elle qu’elle tente de rassurer, de raccrocher à la vie. En effet, elle vit seule depuis le décès de son mari et a très peu d’amis. Avoir son fils lui permet de retrouver un souffle de jeunesse. Le titre exprime avec justesse l’idée du roman, à savoir que le narrateur est sur un terrain glissant dans lequel il peut s’enfoncer s’il n’y prend pas garde. Il ne marche pas, car il est dans une espèce d’urgence passive. Il essaie de rattraper une vie qu’il ne pourra pas atteindre. L’auteur écrit avec simplicité et précision. Les chapitres alternent entre le point de vue de cet homme retourné chez lui, avec une narration à la 1ère personne qui renforce une identification, et de sa mère, à la 3e personne. Pour cette dernière, le lecteur a l’impression d’une distance, presque d’un jugement de la part du narrateur.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Marech20 Posté le 15 Septembre 2017
          Bien écrit, l'auteur met des mots sur des choses si vraies du quotidien... et arrive à faire ressentir aussi bien les émotions d'un homme de 42 ans que d'une femme de 62 ans. Le roman se lit assez vite...y compris les paradoxes de chacun.
        • Annette55 Posté le 3 Août 2017
          "Il y a ceux qui disent et ceux qui font", répétait son patron lorsqu'ils hésitaient sur une nouvelle recette. Las ! À 42 ans, marié et Père de deux enfants, chef de cuisine dans un restaurant étoilé, inventif, rigoureux, passionné par son métier, respecté de tous, vu la conjoncture économique, le voilà licencié ! Pour se ressourcer, se retourner, survivre, rapidement, il décide de retourner chez sa mère, pour quelques jours, quelques mois.......dans une petite ville de province où tout le monde le connaît , sa mère aussi, bien sûr, car elle était prof de collège. ... Tandis que son épouse, Hélène, architecte dans une agence, licenciée elle aussi, ( la crise) , décide de passer ses vacances d'été avec leurs deux enfants ,petits, chez ses parents . Un roman à deux voix mère - fils, passionnant et subtil, une rude épreuve pour la mère, veuve récemment, fragilisée, débordante d'amour pour son fils adoré, taiseuse, rongée par le cancer d'une inquiétude diffuse, hantée par les souvenirs de la vie d'avant, de beaux moments, et la mémoire de la jeunesse heureuse de son fils. Comment retrouver une complicité ? Comment s'aimer tant d'années après? Comment le fils peut-il réagir positivement et se relancer après son... "Il y a ceux qui disent et ceux qui font", répétait son patron lorsqu'ils hésitaient sur une nouvelle recette. Las ! À 42 ans, marié et Père de deux enfants, chef de cuisine dans un restaurant étoilé, inventif, rigoureux, passionné par son métier, respecté de tous, vu la conjoncture économique, le voilà licencié ! Pour se ressourcer, se retourner, survivre, rapidement, il décide de retourner chez sa mère, pour quelques jours, quelques mois.......dans une petite ville de province où tout le monde le connaît , sa mère aussi, bien sûr, car elle était prof de collège. ... Tandis que son épouse, Hélène, architecte dans une agence, licenciée elle aussi, ( la crise) , décide de passer ses vacances d'été avec leurs deux enfants ,petits, chez ses parents . Un roman à deux voix mère - fils, passionnant et subtil, une rude épreuve pour la mère, veuve récemment, fragilisée, débordante d'amour pour son fils adoré, taiseuse, rongée par le cancer d'une inquiétude diffuse, hantée par les souvenirs de la vie d'avant, de beaux moments, et la mémoire de la jeunesse heureuse de son fils. Comment retrouver une complicité ? Comment s'aimer tant d'années après? Comment le fils peut-il réagir positivement et se relancer après son licenciement face à cette société impitoyable, les ragots et les réflexions , face à sa mère , face aux autres , lui qui avait "l'aura"du chef cuisinier talentueux et inventif ? de celui qui avait réussi ? Comment ne pas perdre toute confiance et estime de soi ? Comment rebondir et retrouver ses marques? Laisser passer le temps, se remémorer sa douce enfance, le choix d'après bac qui n'avait pas plu à sa mère? Que reste t- il de la filiation mère - fils ? L'auteur, face à ce sujet douloureux, nous donne des détails minutieux sur la vie en province , les soirées" loto, "les virées" chez l'ancien footballeur Alain et son bar : " Gaffe à pas t'ensabler ici" lui dit- il ". Il faut agir ...... Il brosse de belle façon les rituels et les figures de la petite ville de province. Un ouvrage dérangeant car il renvoie aux difficultés actuelles, bien sûr ! Un récit très agréable à lire, subtil et bien écrit , qui explore avec finesse, sensibilité, méticulosité, lenteur et tendresse les paradoxes de nos vies rêvées , de nos choix de vie, le passage difficile au monde adulte, à la croisée des chemins, la douleur du deuil, l'intime et l'universel ..... Une belle oeuvre pétrie d'humanité, vibrante et déchirante . " On doit toujours décider de son destin ".
          Lire la suite
          En lire moins
        • blandine5674 Posté le 24 Juillet 2017
          Roman dérangeant dans le sens où il renvoie aux difficultés actuelles apportées par le chômage et ses conséquences. Cuisinier de 42 ans retourne chez sa mère suite à son licenciement. Que reste-t-il de la filiation mère/fils ? Roman à deux voix pour un sujet répandu qui touche beaucoup de monde et rarement aussi finement traité en littérature. Fin où je suis restée sur ma faim !
        • yv1 Posté le 29 Juin 2017
          "Il est marié et père de famille. Chef cuisinier aussi, un métier à sa mesure, lui qui aime tant partager autour d'une table, magnifier les goûts et les saveurs. A quarante-deux ans, il n'a plus le choix. Le temps d'un été, peut-être d'un bilan, il doit retourner vivre chez sa mère. Pour celle qui retrouve le fils adoré, c'est une renaissance. Entre eux brûlent des regards, des colères, la mémoire d'une enfance aux allures heureuses et une question lancinante : comment s'aimer, tant d'années après ? Les mois passent, et la neige recouvre la campagne. Lui est toujours là. Il s'enlise peu à peu, renonce à toute forme d'ambition. C'en est trop. Il faut agir. Alors, pour l'amour maternel, tout commence." (4ème de couverture) Voilà typiquement le genre de livres que je fuis. Le résumé pas vraiment sexy. Le titre pas terrible et la couverture moyenne. Un envoi dans ma boîte à lettres sans que je n'ai rien demandé. Dans ces conditions, certains livres ne passent même pas le stade de la lecture des premières pages. Celui-ci, allez savoir pourquoi, je l'ai gardé et retrouvé en triant, activité à laquelle je me livre régulièrement pour ne pas encombrer ma bibliothèque. Et... "Il est marié et père de famille. Chef cuisinier aussi, un métier à sa mesure, lui qui aime tant partager autour d'une table, magnifier les goûts et les saveurs. A quarante-deux ans, il n'a plus le choix. Le temps d'un été, peut-être d'un bilan, il doit retourner vivre chez sa mère. Pour celle qui retrouve le fils adoré, c'est une renaissance. Entre eux brûlent des regards, des colères, la mémoire d'une enfance aux allures heureuses et une question lancinante : comment s'aimer, tant d'années après ? Les mois passent, et la neige recouvre la campagne. Lui est toujours là. Il s'enlise peu à peu, renonce à toute forme d'ambition. C'en est trop. Il faut agir. Alors, pour l'amour maternel, tout commence." (4ème de couverture) Voilà typiquement le genre de livres que je fuis. Le résumé pas vraiment sexy. Le titre pas terrible et la couverture moyenne. Un envoi dans ma boîte à lettres sans que je n'ai rien demandé. Dans ces conditions, certains livres ne passent même pas le stade de la lecture des premières pages. Celui-ci, allez savoir pourquoi, je l'ai gardé et retrouvé en triant, activité à laquelle je me livre régulièrement pour ne pas encombrer ma bibliothèque. Et je l'ai ouvert. Et j'ai bien fait. Contre toute attente, j'ai beaucoup aimé. On dit parfois de certaines personnes qu'elles ne paient pas de mine -c'est peut-être une expression du cru ?- et qu'elles gagnent à être connues. Il en va de même pour ce roman de Fabrice Tassel. Minutieux dans les descriptions des actes et des paysages de tous les jours, dans les portraits des gens rencontrés, le romancier fait dans le simple, l'épuré, le réel, le "vrai". C'est un roman qui parle à la fois des petites choses de la vie et des grandes interrogations humaines : le chômage, la vie de couple, la filiation, le changement de vie, l'impact de l'éducation et de l'enfance sur la vie d'adulte. Fort bien mené, sans temps mort malgré une lenteur affirmée, c'est un roman qui se déguste et qui met l'eau à la bouche lorsque le cuisinier parle de ses plats favoris. Le double point de vue, le sien et celui de sa mère permet de se faire une idée assez nette des deux personnages d'abord heureux de se revoir, puis en proie aux doutes et pas à l'aise avec l'expression de leurs sentiments. Une écriture classique qui joue avec les longueurs de phrases, le rythme, élégante et fluide. Un livre qui débute par ces phrases : "J'ai quarante-deux ans et je rentre chez ma mère. Pas pour un week-end de repos, ces heures légères et invisibles à cuisiner un poulet au citron, marcher le long du canal avant de repartir l'esprit et le corps apaisés. Je reviens "dans ses jupes", rincé, sans cap, ni boussole. C'est un retour que je n'aurais pas imaginé il y a encore peu. Comme si je n'avais pas voulu, ou su, voir mon odyssée basculer. Je me sens coupable et impuissant. Un enfant." (p.9)
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Un très beau roman, formidablement tenu, qui dresse le portrait d'un homme en milieu de vie, chef cuisinier fraichement licencié et père de deux enfants, à bout de souffle et d'énergie, qui tente de se reconstruire et de se réinventer, de trouver de nouveaux repères en revenant vivre sur les lieux de son enfance, auprès de sa mère. Une relation belle et touchante, malaisée aussi, entre une mère et son fils quadragénaire, balloté par la vie, dont les sentiments sont à fleur de peau et les émotions contenues dans la pudeur et la délicatesse, à l'image de la belle écriture de Fabrice Tassel."
         
        Manuel Hirbec, librairie la buissonnière (Yvetot). / Manuel Hirbec, librairie la buissonnière (Yvetot).
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.