Lisez! icon: Search engine

D.

Plon
EAN : 9782259220439
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 496
Format : 154 x 240 mm
D.

Natalie ZIMMERMANN (Traducteur)
Collection : Feux croisés
Date de parution : 05/06/2014
 Ils ont menti pour protéger leur pays. Il a dit la vérité pour le sauver.
Un roman historique captivant dans le Paris de la Belle Époque par l’auteur de Fatherland.
 
Paris, janvier 1895. Par un matin glacial, un officier de l’armée, Georges Picquart, assiste devant vingt-mille personnes hurlant « À mort le juif ! » à l’humiliation publique d’un capitaine accusé d’espionnage : Alfred Dreyfus.
 
Picquart est promu : il devient le plus jeune colonel de l’armée française et prend la...
Paris, janvier 1895. Par un matin glacial, un officier de l’armée, Georges Picquart, assiste devant vingt-mille personnes hurlant « À mort le juif ! » à l’humiliation publique d’un capitaine accusé d’espionnage : Alfred Dreyfus.
 
Picquart est promu : il devient le plus jeune colonel de l’armée française et prend la tête de la section de statistique – le service de renseignements qui a traqué Dreyfus.
Dreyfus, lui, est condamné au bagne à perpétuité sur l’île du Diable, il n’a le droit de parler à personne, pas même à ses gardiens, et son affaire semble classée pour toujours.
 
Mais, peu à peu, Picquart commence à relever des éléments troublants dans l’enquête, tout en lisant les lettres de Dreyfus à sa femme dans lesquelles celui-ci ne cesse de clamer son innocence. Et quand le colonel découvre un espion allemand opérant sur le sol français, ses supérieurs refusent de l’écouter. En dépit des avertissements officiels, Picquart persiste et va se retrouver lui aussi dans une situation délicate.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259220439
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 496
Format : 154 x 240 mm
Plon

Ils en parlent

« S’appuyant sur une sérieuse documentation, le roman de Robert Harris est palpitant, tissé de félonie et de courage, de politique et de forfaitures machiavéliques. »
Gilles Heuré / Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Rhadamante Posté le 17 Novembre 2019
    Au départ, je me disais :"Un livre sur l'affaire Dreyfus, très peu pour moi !" et voilà que deux jours plus tard, je l'avais terminé. Quelles en sont les raisons ? L'auteur raconte l'affaire Dreyfus à travers le personnage principal, l'officier Picquart, chargé des renseignements, qui se rend bien compte qu'il y a quelque chose de louche dans cette histoire... Nous sommes pris dans le tourment de cette affaire, et nous avons beau nous dire que nous savons comment ça se termine, il n'empêche que nous sommes pris par ce remarquable roman. Un des rares livres que j'ai eu du mal à lâcher avant de l'avoir terminé ( un peu comme celui que je suis en train de lire, mais ça, vous le saurez dans une critique à venir...)
  • Cer45Rt Posté le 16 Novembre 2019
    Avec "D.", Robert Harris, a rédigé, un passionnant roman, sur l'affaire Dreyfus ! Oui, je dis bien "roman", même si cet écrit, suit, dans les grandes lignes, les événements historiques, sans rien n'y ajouter, car il y a vraiment, dans ce texte, des choses qu'on ne trouve, que dans les oeuvres d'art : d'abord, les qualités du style, ensuite les personnages, qui vivent intensément, et puis la construction, qui cause une tension certaine. La deuxième moitié de ce roman, en particulier, se lit passionnément. Les personnages sont tous forts, réalistes, et plus complexes, qu'ils n'en ont l'air au premier abord. L'Affaire Dreyfus est restitué dans toute sa longueur, dans chacune de ses étapes, et c'est vraiment, passionnant. Le style est efficace, le niveau de langue soutenu et les dialogues font mouche. "D.", se lit rapidement, facilement, agréablement. L'histoire se laisse découvrir avec passion ( même si on en connaît l'issue ). Addictif, se lisant avec plaisir et profit, "D.", est une excellente manière, d'apprendre à mieux connaître l'Affaire Dreyfus, qui, pour ma part, m'a augmenté mon envie de découvrir sous peu le fameux "J'accuse !...", de Zola, ainsi que le film homonyme, de Roman Polanski, récemment sorti en salles.
  • Elisart Posté le 4 Novembre 2019
    En 1895, le capitaine Dreyfus de confession juive est dégradé de ses fonctions accusé d'être un espion à la solde de l'Allemagne. Déclaré coupable, il est alors envoyé à l'île du Diable (Guyane) où il croupira 4 ans. Après sa destitution, le Colonel Picquart est nommé chef du service de statistique (Services Secrets), se penche sur le dossier, réalise que l'accusation repose sur peu de choses et met à jour progressivement des failles qui l'amèneront à découvrir le véritable coupable, le comte Esterhazy, joueur impénitent qui a de gros besoins d'argent. Il se heurtera alors à l'opposition de tout l'Etat-Major y compris le Ministre de la Guerre qui refuse de se dédire sur fond d'antisémitisme. Il sera écarté, surveillé, espionné et pour finir exilé en poste en Tunisie sous haute surveillance. Il ne perd pas pour autant le sens du devoir et pour faire éclater la vérité s'appuie sur la fidélité d'un ami avocat Louis Leblois et de soutiens tels que, parmi les plus connus : - Émile Zola et son célèbre "J'accuse" - Georges Clémenceau et son frère Albert - Jean-Jaures N'oublions pas l'avocat de Dreyfus, Zola et Picquart, Labori. Il finit par obtenir en 1897 la révision du procès à l'issue... En 1895, le capitaine Dreyfus de confession juive est dégradé de ses fonctions accusé d'être un espion à la solde de l'Allemagne. Déclaré coupable, il est alors envoyé à l'île du Diable (Guyane) où il croupira 4 ans. Après sa destitution, le Colonel Picquart est nommé chef du service de statistique (Services Secrets), se penche sur le dossier, réalise que l'accusation repose sur peu de choses et met à jour progressivement des failles qui l'amèneront à découvrir le véritable coupable, le comte Esterhazy, joueur impénitent qui a de gros besoins d'argent. Il se heurtera alors à l'opposition de tout l'Etat-Major y compris le Ministre de la Guerre qui refuse de se dédire sur fond d'antisémitisme. Il sera écarté, surveillé, espionné et pour finir exilé en poste en Tunisie sous haute surveillance. Il ne perd pas pour autant le sens du devoir et pour faire éclater la vérité s'appuie sur la fidélité d'un ami avocat Louis Leblois et de soutiens tels que, parmi les plus connus : - Émile Zola et son célèbre "J'accuse" - Georges Clémenceau et son frère Albert - Jean-Jaures N'oublions pas l'avocat de Dreyfus, Zola et Picquart, Labori. Il finit par obtenir en 1897 la révision du procès à l'issue duquel la culpabilité de Dreyfus est maintenue. Ce dernier ne sera libéré qu'en 1989 . En 1903, plaidoyer de Jean-Jaurès et révision des pièces À la demande du nouveau Ministre de la Guerre. En 1906 Dreyfus est reconnu innocent est réintégré avec le grade de commandant . La même année le colonel Picquart est réintégré et devient général de brigade. Clémenceau le nommera ministre de la guerre . Mon avis : D. a toutes les qualités des livres de Robert Harris, extrêmement précis et étayé, un style dense, évocateur qui sert les propos, le goût du héros fort, intègre, courageux, capable de résister à toutes les pressions par amour de la vérité. un livre qu'on ne lâche pas même si on n'en connaît l'issue dès le départ !
    Lire la suite
    En lire moins
  • bouquinovore Posté le 4 Novembre 2019
    À l’occasion de la sortie en salle de J’accuse de Roman Polanski le 13 novembre 2019, les éditions Plon réédite D. de Robert Harris. Honte à moi, je ne connaissais pas Robert Harris mais par contre, je connaissais déjà bien l’affaire Dreyfus pour l’avoir étudié en cours et également pour avoir lu un nombre incalculable de fois J’accuse d’Emile Zola publié le 13 janvier 1898 en première page du quotidien l’Aurore, lettre ouverte au Président de la République de l’époque Monsieur Félix Faure. Texte qui accusait le gouvernement français d’antisémitisme dans l’Affaire Dreyfus. L’auteur britannique Robert Harris réussit le coup de maître de s’approprier la Grande Histoire de France et surtout l’un des plus grands scandales politiques et judiciaires de la fin XIXe, qui marquera en profondeur la société française. Et nous propose un thriller incroyablement bien documenté, tout comme à la lecture de Au revoir là haut de Pierre Lemaitre, j’ai eu totalement l’impression de me plonger dans cette France de la fin du XIXe, un côté époque victorienne à la française, je fut également étonné de a precision dans l’exactitude de la géographie parisienne et également la connaissance de la part de l’auteur sur l’Affaire Dreyfus que popularisera Emile... À l’occasion de la sortie en salle de J’accuse de Roman Polanski le 13 novembre 2019, les éditions Plon réédite D. de Robert Harris. Honte à moi, je ne connaissais pas Robert Harris mais par contre, je connaissais déjà bien l’affaire Dreyfus pour l’avoir étudié en cours et également pour avoir lu un nombre incalculable de fois J’accuse d’Emile Zola publié le 13 janvier 1898 en première page du quotidien l’Aurore, lettre ouverte au Président de la République de l’époque Monsieur Félix Faure. Texte qui accusait le gouvernement français d’antisémitisme dans l’Affaire Dreyfus. L’auteur britannique Robert Harris réussit le coup de maître de s’approprier la Grande Histoire de France et surtout l’un des plus grands scandales politiques et judiciaires de la fin XIXe, qui marquera en profondeur la société française. Et nous propose un thriller incroyablement bien documenté, tout comme à la lecture de Au revoir là haut de Pierre Lemaitre, j’ai eu totalement l’impression de me plonger dans cette France de la fin du XIXe, un côté époque victorienne à la française, je fut également étonné de a precision dans l’exactitude de la géographie parisienne et également la connaissance de la part de l’auteur sur l’Affaire Dreyfus que popularisera Emile Zola. Bien que le roman de Robert Harris soit un pavé de plus de 500 pages, on se laisse entraîner dans sa lecture tel un véritable page turner. Il faut également féliciter l’auteur qui réussit à construire une véritable histoire policière sans pour autant dénaturer les faits historiques. Comme vous l’aurez compris, j’ai particulièrement aimé ce roman. Que je vous invite à découvrir sans plus attendre. Et si vous malgré la qualité du roman, vous avez peur de vous lancer dans la lecture de D. de Robert Harris, vous aurez toujours la possibilité de voir le film de Roman Polanski qui sortira en salle le 13 novembre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ZeroJanvier79 Posté le 27 Août 2019
    An Officer and a Spy est un roman historique de Robert Harris, un auteur à succès dont j'avais apprécié l'uchronie Fatherland et tout récemment le roman historique Munich. Dans ce roman publié en 2013, il s'attaquait à un épisode bien connu de l'histoire de France : l'affaire Dreyfus. Au premier abord, je trouvais étrange de lire un roman sur l'affaire Dreyfus écrit par un écrivain britannique. Même si cette affaire a sans doute eu une portée internationale, notamment en raison de la question de l'espionnage et des agissements de hauts-gradés français pour masquer la vérité, j'avais l'impression – sans doute erronée – que cette affaire appartient à l'histoire de France et donc aux auteurs français. C'était un a priori idiot. Très vite, on retrouve les codes du roman historique comme Robert Harris sait les écrire : un cadre historique bien décrit, des personnages bien sentis, et une intrigue à suspense écrite avec un certain talent. Je dois dire que j'avais peu de souvenirs des détails de l'affaire Dreyfus, hormis les faits essentiels dont je me souvenais de mes cours d'Histoire au lycée. J'ai donc redécouvert cette affaire avec ce roman, avec le bémol que je ne suis pas capable de distinguer ce qui... An Officer and a Spy est un roman historique de Robert Harris, un auteur à succès dont j'avais apprécié l'uchronie Fatherland et tout récemment le roman historique Munich. Dans ce roman publié en 2013, il s'attaquait à un épisode bien connu de l'histoire de France : l'affaire Dreyfus. Au premier abord, je trouvais étrange de lire un roman sur l'affaire Dreyfus écrit par un écrivain britannique. Même si cette affaire a sans doute eu une portée internationale, notamment en raison de la question de l'espionnage et des agissements de hauts-gradés français pour masquer la vérité, j'avais l'impression – sans doute erronée – que cette affaire appartient à l'histoire de France et donc aux auteurs français. C'était un a priori idiot. Très vite, on retrouve les codes du roman historique comme Robert Harris sait les écrire : un cadre historique bien décrit, des personnages bien sentis, et une intrigue à suspense écrite avec un certain talent. Je dois dire que j'avais peu de souvenirs des détails de l'affaire Dreyfus, hormis les faits essentiels dont je me souvenais de mes cours d'Histoire au lycée. J'ai donc redécouvert cette affaire avec ce roman, avec le bémol que je ne suis pas capable de distinguer ce qui appartient à la vérité historique de ce qui découle de la liberté prise par l'auteur dans l'écriture de ce qui reste un roman. Malgré tout, j'ai beaucoup aimé ce livre, qui représente vraiment l'archétype du roman historique réussi. Finalement, mon apriori était bien idiot, et je dois même dire que c'est presque un honneur de voir qu'un maître de la fiction historique comme Robert Harris s'est attaqué à un événement si emblématique de notre Histoire de France, au tournant des XIX° et XX° siècle.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…