Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355842573
Code sériel : 136
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 220 mm

Damnés

Héloïse ESQUIE (Traducteur)
Date de parution : 21/08/2014
L’enfer selon Palahniuk.
Madison, 13 ans, est la fille d’une star du cinéma et d’un producteur milliardaire. Élevée dans la religion du fun et de la culture pop, elle passe un Noël ennuyeux seule dans son pensionnat en Suisse, tandis que ses parents se consacrent à leurs projets professionnels et à l’adoption d’orphelins du... Madison, 13 ans, est la fille d’une star du cinéma et d’un producteur milliardaire. Élevée dans la religion du fun et de la culture pop, elle passe un Noël ennuyeux seule dans son pensionnat en Suisse, tandis que ses parents se consacrent à leurs projets professionnels et à l’adoption d’orphelins du tiers-monde. Mais un événement inattendu va venir illuminer ses vacances : sa mort subite. Débarquée en enfer, elle y fait la connaissance d’une bande de jeunes marginaux, une jolie fille, un sportif, un geek et un rocker, soit la version Six Feet Under de Breakfast Club. Alors qu’elle se lance dans l’exploration de ce nouvel environnement, qui lui réserve de multiples surprises, Madison se remémore sa courte existence pour essayer de comprendre ce qui a bien pu la mener à la damnation. Pour découvrir, aussi, les raisons de sa mort.
En enfer, vous ne pouvez pas faire un pas sans bousculer quelqu’un de célèbre : Marilyn Monroe, James Dean, Susan Sontag. River Phoenix, Kurt Cobain. John Lennon, Jimi Hendrix, Jim Morrison, Janis Joplin. Un Woodstock permanent. Mais si l’enfer est pavé de bonnes intentions, la prose de Chuck Palahniuk ne l’est pas. Et le royaume de Satan qu’il décrit, frappé de tous les vices imaginables et de quelques-uns imaginés pour l’occasion, comme celui consistant à torturer les damnés en leur projetant en boucle Le Patient anglais, n’est rien comparé à son portrait ultradécapant du show-biz et des hautes sphères de notre société. 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355842573
Code sériel : 136
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

Brillant. Chuck Palahniuk est plus inspiré que jamais. 
The Washington Post
Son meilleur livre depuis Fight Club. Irrésistible. 
The New York Times

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Livrepoche Posté le 16 Avril 2020
    Un roman de Chuck Palahniuk, c’est une expérience de lecture unique. Parfois, il explore l’Amérique des laissés-pour-compte et parfois, il se lance dans des romans fantastiques où son imagination ne trouve plus de limites. Je pense à Peste, un roman sans équivalent. C’est le cas aussi de Damnés, 1er volet d’un triptyque, réécriture du chef d’oeuvre de Dante Alighieri, réécriture très personnelle, très lointaine mais qui ne manque pas d’attrait. Chuck Palahniuk explore 2 univers diamétralement opposés, quoique, l’Enfer et le milieu des stars hollywoodiennes. Il me semble que pas mal de lecteurs ont bloqués sur la partie démentielle et infernale de Damnés. C’est vrai que c’est assez barré et que cette fantaisie à un petit côté naïf. Il faut rester ouvert. Cette partie m’avait déstabilisé à ma première lecture. Pas à la 2e. Car c’est la partie souvenirs, pour lequel j’ai retrouvé le Chuck Palahniuk qui me plaît par dessus tout. Cynique au possible, critique acide de la société, il déboulonne le piédestal des célébrités et à travers elles, les contradictions de tout un chacun. C’est drôle, inventif comme souvent. Subversif. Iconoclaste. Et truculent. Un régal mené par la voix d’une gamine de 13 ans, mal dans sa peau mais très... Un roman de Chuck Palahniuk, c’est une expérience de lecture unique. Parfois, il explore l’Amérique des laissés-pour-compte et parfois, il se lance dans des romans fantastiques où son imagination ne trouve plus de limites. Je pense à Peste, un roman sans équivalent. C’est le cas aussi de Damnés, 1er volet d’un triptyque, réécriture du chef d’oeuvre de Dante Alighieri, réécriture très personnelle, très lointaine mais qui ne manque pas d’attrait. Chuck Palahniuk explore 2 univers diamétralement opposés, quoique, l’Enfer et le milieu des stars hollywoodiennes. Il me semble que pas mal de lecteurs ont bloqués sur la partie démentielle et infernale de Damnés. C’est vrai que c’est assez barré et que cette fantaisie à un petit côté naïf. Il faut rester ouvert. Cette partie m’avait déstabilisé à ma première lecture. Pas à la 2e. Car c’est la partie souvenirs, pour lequel j’ai retrouvé le Chuck Palahniuk qui me plaît par dessus tout. Cynique au possible, critique acide de la société, il déboulonne le piédestal des célébrités et à travers elles, les contradictions de tout un chacun. C’est drôle, inventif comme souvent. Subversif. Iconoclaste. Et truculent. Un régal mené par la voix d’une gamine de 13 ans, mal dans sa peau mais très lucide, Madison Spencer.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesLecturesDeRudy Posté le 11 Août 2018
    Si la lecture des trois ou quatre premiers chapitres est laborieuse heureusement après une trentaine de pages l'histoire décolle et cela devient savoureux. Une écriture crue, un récit déjanté bordélique mais avec un humour diabolique de circonstance et surtout une critique décapante du showbiz et des hautes sphères de la société. Palahniuk a un don pour les histoires explosives même si ce n'est pas du niveau du mythique " Fight Club" . Il frappe fort une fois de plus avec "Damnés" . Si vous n'avez pas peur de l'Enfer et que vous surpassez la banalité des premières pages la suite vous fera frissonner de plaisir diabolique.
  • Bazart Posté le 12 Mai 2017
    Dernier ouvrage choc et trash du romancier américain Chuck Palahniuk, le mythique auteur de "Fight Club" qui comme dans toutes ses oeuvres n'aime rien de mieux que d'explorer la face obscure des sociétés bien-pensantes, Vous vous demandez à quoi peut ressembler l'enfer ? Lisez le livre de Chuck Palahniuk et vous connaitrez l'expérience de Madison, 13 ans, décédée à la suite d'un French kiss. Description très personnelle d'un endroit où "Satan a réussi à augmenter ses parts de marché " où des amitiés se forment, des emplois sont occupés - Madison fait du télémarketing - où une administration tatillonne est respectée. On y rencontre des gens célèbres, Madison arrive même à arracher sa moustache à Hitler. Elle interpelle Satan au début de chaque chapitre, c'est un copain qu'elle souhaite rencontrer. Le monde du show biz n' est pas épargné, les parents de Madison adoptent des orphelins pour faire la couverture des magazines et les oublier rapidement après. Evidemment, tout cela ne doit pas être pris comme un témoignage ultra crédible, mais en roman distrayant et original, comme les autres romans de sieur Palahniuk, il se pose là..
  • Hyaline Posté le 12 Octobre 2016
    Damnés, c’est la description de l’enfer selon Chuck Palahniuk, mais c’est surtout une vive critique de notre société de consommation et de notre façon d’idolâtrer des personnes que nous ne connaissons, en réalité, absolument pas. Pour rester proche du livre, celui-ci a été très agréable tout au long de la lecture. On s’attache réellement aux personnages, que ce soit Madison ou bien Archer ! Le récit peut donner l’impression de tourner en rond mais j’ai plutôt eu la sensation que c’était autant une critique de la société qu’un hymne à l’espoir. J’ai énormément apprécié tous les débuts de chapitre à l’adresse de Satan. C’était mon premier livre de cet auteur et j’espère pouvoir continuer sur ma lancée. Un langage trash pour mieux et interpellé et choqué le lecteur durant son moment de détente. Cet auteur ne mâche pas ses mots et j’en suis rapidement devenu accro ! Quant à l’histoire en elle-même, l’intrigue, elle, est accrochante et nous permet de ne jamais décrocher. La fin m’a vraiment perturbé et je me pose encore beaucoup de question sur ça ! Je pense encore à cette lecture malgré qu’elle soit finit depuis quelques semaines du coup… Mais ça reste un très bon... Damnés, c’est la description de l’enfer selon Chuck Palahniuk, mais c’est surtout une vive critique de notre société de consommation et de notre façon d’idolâtrer des personnes que nous ne connaissons, en réalité, absolument pas. Pour rester proche du livre, celui-ci a été très agréable tout au long de la lecture. On s’attache réellement aux personnages, que ce soit Madison ou bien Archer ! Le récit peut donner l’impression de tourner en rond mais j’ai plutôt eu la sensation que c’était autant une critique de la société qu’un hymne à l’espoir. J’ai énormément apprécié tous les débuts de chapitre à l’adresse de Satan. C’était mon premier livre de cet auteur et j’espère pouvoir continuer sur ma lancée. Un langage trash pour mieux et interpellé et choqué le lecteur durant son moment de détente. Cet auteur ne mâche pas ses mots et j’en suis rapidement devenu accro ! Quant à l’histoire en elle-même, l’intrigue, elle, est accrochante et nous permet de ne jamais décrocher. La fin m’a vraiment perturbé et je me pose encore beaucoup de question sur ça ! Je pense encore à cette lecture malgré qu’elle soit finit depuis quelques semaines du coup… Mais ça reste un très bon livre, et ce moment de doute à la fin fait que je l’apprécie d’autant plus même si c’est particulièrement dérangeant pour moi !
    Lire la suite
    En lire moins
  • rodmerrina Posté le 19 Septembre 2016
    De l'humour, de la réflexion, un cadre spatio-temporel toujours aussi loufoque. Du Chuck, comme on aime.
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !