En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Dans la vallée

        Presses de la cité
        EAN : 9782258150584
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 480
        Format : 140 x 225 mm
        Nouveauté
        Dans la vallée

        Date de parution : 13/09/2018
        « Certains êtres sont différents. Ils sont nés comme ça, sur le bord du monde. Ils savent voir ce que d’autres ne voient pas. Pour eux, les rivières ne coulent pas de la même façon. »
        Le temps semble s’être arrêté dans ce village du sud de l’Irlande égaré dans la vallée et battu par la famine. Nóra Leahy a perdu son mari et sa fille et se retrouve seule avec son petit-fils de quatre ans, infirme. Pourtant, Nóra s’en souvient : quelques années plus tôt,... Le temps semble s’être arrêté dans ce village du sud de l’Irlande égaré dans la vallée et battu par la famine. Nóra Leahy a perdu son mari et sa fille et se retrouve seule avec son petit-fils de quatre ans, infirme. Pourtant, Nóra s’en souvient : quelques années plus tôt, Micheál marchait et commençait déjà à parler. Que lui est-il arrivé ? A-t-il été changé, remplacé pendant la nuit par les fées qui auraient posé une autre créature dans le berceau ? Est-ce à lui que la vallée doit la malédiction qui la frappe ? Mary, la jeune servante que Nóra vient d’engager, se laisse impressionner par les commérages du village et les rapporte à sa maîtresse. Ensemble, les deux femmes se mettent
        en quête de la seule personne en mesure de sauver Micheál : une originale, qui vit seule dans la lande et parle le langage des plantes. Car, même si tout le monde s’en méfie, on sait que la vieille Nance Roche a le don. Qu’elle communique avec le peuple invisible. Et qu’il n’y a qu’elle pour faire revenir ceux qui ont été enlevés…
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258150584
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 480
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        22.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ingridfasquelle Posté le 29 Septembre 2018
          Née en Australie en 1985, Hannah Kent s'est fait connaître avec À la grâce des hommes (Presses de la Cité, 2015), son premier roman, best-seller international. Elle est cofondatrice et rédactrice en chef de la revue littéraire Kill your darlings. Dans la vallée est son deuxième roman. Inspiré de faits réels, Dans la vallée est un roman sur le folklore irlandais, les croyances populaires et la vérité, celle que nous pensons connaître et celle à laquelle nous voulons croire. Avec ce deuxième roman à l'atmosphère sombre et poétique, Hannah Kent confirme, si besoin était, son exceptionnel talent de conteuse et sa remarquable maîtrise de la langue. Construit comme un suspense psychologique, son roman montre à quel point le folklore irlandais était (et demeure) un système de croyances populaires extrêmement complexe, d’une ambigüité terrifiante. À travers l’histoire bouleversante de Micheál Kelliher, c’est le destin de tous les habitants des campagnes irlandaises du XIXème siècle dont il est question dans le roman de Hannah Kent. Grâce à un talent de conteuse hors pair, l’auteure fait revivre la vallée et le comté de Kerry. Insalubrité, dénuement, malnutrition, épidémies… On se rend vite compte à quel point il est difficile de survivre dans des conditions aussi... Née en Australie en 1985, Hannah Kent s'est fait connaître avec À la grâce des hommes (Presses de la Cité, 2015), son premier roman, best-seller international. Elle est cofondatrice et rédactrice en chef de la revue littéraire Kill your darlings. Dans la vallée est son deuxième roman. Inspiré de faits réels, Dans la vallée est un roman sur le folklore irlandais, les croyances populaires et la vérité, celle que nous pensons connaître et celle à laquelle nous voulons croire. Avec ce deuxième roman à l'atmosphère sombre et poétique, Hannah Kent confirme, si besoin était, son exceptionnel talent de conteuse et sa remarquable maîtrise de la langue. Construit comme un suspense psychologique, son roman montre à quel point le folklore irlandais était (et demeure) un système de croyances populaires extrêmement complexe, d’une ambigüité terrifiante. À travers l’histoire bouleversante de Micheál Kelliher, c’est le destin de tous les habitants des campagnes irlandaises du XIXème siècle dont il est question dans le roman de Hannah Kent. Grâce à un talent de conteuse hors pair, l’auteure fait revivre la vallée et le comté de Kerry. Insalubrité, dénuement, malnutrition, épidémies… On se rend vite compte à quel point il est difficile de survivre dans des conditions aussi précaires et sordides. Peu ou pas éduqués, les habitants de ces régions défavorisées n’ont aucun espoir de s’extraire du quotidien crasseux auxquels ils sont destinés. Beaucoup d’entre eux sombrent dans l’alcoolisme et/ou cèdent aux croyances populaires et aux superstitions qui imprègnent ces campagnes arriérées et opèrent dans des circonstances radicalement différentes de celles que connaissent la plupart des membres de nos sociétés modernes, éclairées et cultivées. C’est sidérant de réalisme ! « Toutes ces histoires de Fairies et de Peuple invisible… Pour sûr, certaines personnes préfèrent se raconter n’importe quoi plutôt que d’affronter la réalité en face. » Hannah Kent a construit son roman comme le témoignage d’une époque. Mêlant intimement la fiction aux faits historiques, il est alors impossible au lecteur de distinguer quels sont les faits avérés de ceux qui servent l’intrigue, ô combien poignante, de son roman. L’ensemble sonne si incroyablement juste et certaines scènes sont si troublantes, si dures et si révoltantes qu’on en arrive à mieux comprendre pourquoi Nance Roche est devenue cette vieille femme solitaire et marginale, au comportement si indomptable ! C’est tout simplement captivant ! « Les actes pétris d’ignorance des inculpées prouvent leur appartenance à une classe marquée par une immoralité innée ou acquise. Cependant, ce qui ressort de cette affaire n’est pas la cruauté, mais bien l’irrésistible impression et la probabilité écrasante d’un faible niveau intellectuel combiné à des passions extrêmement fortes, et à la nature la plus vile. » Dès les premières pages, attendez-vous donc à être projeté dans les campagnes irlandaises du XIXème siècle, en compagnie de personnages qu’il vous sera très difficile de quitter. En dépit de leur pitoyable ignorance intellectuelle et morale, vous vous attacherez forcément à ces gens de peu, que Hannah Kent a su rendre, malgré la peur et le dégoût qu’ils inspirent parfois, attendrissants et touchants. Dans la vallée est un pur bijou, aussi sombre et brumeux que la campagne irlandaise que Hannah Kent décrit. Un roman à lire absolument !
          Lire la suite
          En lire moins
        • sylvie210 Posté le 23 Septembre 2018
          Un livre magnifique écrit dans un style poétique, des personnages tellement présents... Dès les premiers mots, on se retrouve projeté dans l'Irlande du XIXe siècle. J'ai littéralement dévoré ce livre. Quel talent ! Le sol bémol, c'est le désarroi dans lequel on se retrouve une fois la dernière page tournée ! Difficile de revenir au XXI e siècle et d'abandonner tous ces personnages derrière soi. A lire absolument
        • Carolivra Posté le 18 Septembre 2018
          Dans la vallée est un roman qui restera longtemps gravé dans ma mémoire de lectrice. Hannah Kent s’inspire d’un fait divers survenu en Irlande au XIXème siècle pour nous raconter une histoire à la fois fascinante et glaçante, celle de Nora et de Micheal son petit-fils infirme. Le premier chapitre du roman donne le ton: Nora vient de perdre son mari, Martin. Elle se retrouve seule dans sa pauvre chaumière avec Micheal, son petit-fils qu’elle a adopté après le décès de sa propre fille. L’atmosphère est pesante. Il pleut, il fait noir, le mort est exposé dans la chambre. Les hommes et les femmes du village viennent lui rendre un dernier hommage dans la fumée des pipes et l’odeur de l’alcool local, le poitin. Le décor empli de pauvreté et de misère est planté. Rapidement, on commence à murmurer, à répandre des rumeurs sur la mort de Martin. On l’aurait vu tomber au croisement de deux chemins, près d’un site dédié au petit peuple. On aurait vu des pies et des corbeaux ayant un étrange comportement peu avant qu’il ne meure. Et si les fées y étaient pour quelque chose? Nance Roche, figure reclus et exclue du village, guérisseuse, interlocutrice privilégiée du petit... Dans la vallée est un roman qui restera longtemps gravé dans ma mémoire de lectrice. Hannah Kent s’inspire d’un fait divers survenu en Irlande au XIXème siècle pour nous raconter une histoire à la fois fascinante et glaçante, celle de Nora et de Micheal son petit-fils infirme. Le premier chapitre du roman donne le ton: Nora vient de perdre son mari, Martin. Elle se retrouve seule dans sa pauvre chaumière avec Micheal, son petit-fils qu’elle a adopté après le décès de sa propre fille. L’atmosphère est pesante. Il pleut, il fait noir, le mort est exposé dans la chambre. Les hommes et les femmes du village viennent lui rendre un dernier hommage dans la fumée des pipes et l’odeur de l’alcool local, le poitin. Le décor empli de pauvreté et de misère est planté. Rapidement, on commence à murmurer, à répandre des rumeurs sur la mort de Martin. On l’aurait vu tomber au croisement de deux chemins, près d’un site dédié au petit peuple. On aurait vu des pies et des corbeaux ayant un étrange comportement peu avant qu’il ne meure. Et si les fées y étaient pour quelque chose? Nance Roche, figure reclus et exclue du village, guérisseuse, interlocutrice privilégiée du petit peuple, vient jeter un voile mystérieux sur cette mort qui devient de plus en plus suspecte lorsque les habitants découvrent le mal mystérieux qui habite Micheal. Hannah Kent nous emmène au cœur d’une Irlande partagée entre deux croyances: la religion catholique prend de plus en plus d’importance et d’ascendant, tandis que la tradition folklorique des fées et du petit peuple perd de son intensité. Elle raconte à la perfection ce tournant dans la foi des Irlandais. Il y a toutes les traditions, tout ce folklore qu’on continue à perpétuer malgré tout: les cendres dans les poches pour se préserver des tours joués par le petit peuple; le fer croisé sur le berceau du bébé pour l’empêcher d’être enlevé et remplacé par un changelin. Et puis il y a la religion catholique qui prend de plus en plus d’importance sur ces croyances qui deviennent dépassées, ridicules, d’un autre siècle. L’auteur prend son temps pour poser la situation et montrer l’enjeu de ces croyances qui se télescopent. Nora et son petit-fils vont cristalliser toutes les peurs et toutes les superstitions. Peu à peu, l’atmosphère du roman devient pesante et lourde et sombre. Nora, en essayant de guérir son petit-fils, va se livrer à des actes de plus en plus extrêmes. Nous autres, simples lecteurs, assistons à une progression lente mais inexorable du drame qui se profile à l’horizon sans que nous puissions agir. En lisant ce récit, on ne peut que frissonner. Nance Roche incarne à la perfection ce déchirement entre deux fois: guérisseuse, accoucheuse, on fait appel à elle pour soigner, pour contrer les mauvais sorts; on la rejette lorsqu’elle échoue, l’accusant de sorcellerie. Figure d’exclue, Nance est un personnage très mystérieux qui va tenter d’aider Nora. Elle se situe à la frontière: est-elle folle ou possède-t-elle le don? Les pages qui accompagnent ce personnage sont très belles et rendent hommage à la nature majestueuse et redoutable. Dans la vallée est assurément un très beau roman, parfois contemplatif, qui entraîne le lecteur au cœur des croyances irlandaises entre folklore et superstition.
          Lire la suite
          En lire moins
        • motspourmots Posté le 18 Septembre 2018
          C'est le genre de gros bouquin qu'on a envie de glisser dans son sac pour un long week-end d'automne à la campagne au coin du feu. De ceux qui promettent le dépaysement mais n'en oublient pas pour autant de semer quelques graines dans l'esprit du lecteur, de chatouiller un peu ses idées reçues. De lui rappeler qu'il fut un temps où il croyait encore aux fées et aux lutins lui aussi. Bref, de lui redonner le goût des légendes qui se transmettent depuis des millénaires ; tout en interrogeant sur ces croyances auxquelles les humains ont besoin de se raccrocher pour tenter de trouver un sens aux drames de leur vie. C'est un livre qui fleure bon l'Irlande, ses nuances de vert et ses paysages humides. L'Irlande du 19ème siècle, celle des campagnes et de la pauvreté, pommes de terre à tous les repas, pieds nus dans la terre, fumets des corps fatigués mélangés à ceux des bestiaux dans les chaumières. La vie de Nora bascule le jour où son Martin s'écroule d'un coup dans le fossé qu'il était en train de creuser. La voilà veuve en charge de son petit-fils, Michéal alors qu'elle n'avait pas fini de pleurer le décès... C'est le genre de gros bouquin qu'on a envie de glisser dans son sac pour un long week-end d'automne à la campagne au coin du feu. De ceux qui promettent le dépaysement mais n'en oublient pas pour autant de semer quelques graines dans l'esprit du lecteur, de chatouiller un peu ses idées reçues. De lui rappeler qu'il fut un temps où il croyait encore aux fées et aux lutins lui aussi. Bref, de lui redonner le goût des légendes qui se transmettent depuis des millénaires ; tout en interrogeant sur ces croyances auxquelles les humains ont besoin de se raccrocher pour tenter de trouver un sens aux drames de leur vie. C'est un livre qui fleure bon l'Irlande, ses nuances de vert et ses paysages humides. L'Irlande du 19ème siècle, celle des campagnes et de la pauvreté, pommes de terre à tous les repas, pieds nus dans la terre, fumets des corps fatigués mélangés à ceux des bestiaux dans les chaumières. La vie de Nora bascule le jour où son Martin s'écroule d'un coup dans le fossé qu'il était en train de creuser. La voilà veuve en charge de son petit-fils, Michéal alors qu'elle n'avait pas fini de pleurer le décès de sa fille unique. Deux morts en quelques mois, il n'en faut pas plus pour que les habitants du village interrogent les signes et cherchent l'objet du malheur. Ne serait-ce pas cet enfant justement, qui, à quatre ans ne parle pas, ne se tient même pas sur ses jambes et pousse des hurlements terribles ? Nora aussi s'interroge. Est-ce bien l'enfant de sa fille ou bien les fées l'ont elle échangé contre un des leurs ? Mary, la jeune fille engagée par Nora pour s'occuper de l'enfant semble parvenir à le calmer parfois mais Nora s'enfonce dans ses croyances et demande à Nance, la guérisseuse qui vit au-dessus de la vallée de l'aider à retrouver son "vrai" petit-fils, tandis qu'autour d'elle, l'ambiance se fait de plus en plus suspicieuse, surtout lorsque le nouveau curé se met en tête de détourner durablement la population de ces superstitions d'un autre âge... Il faut saluer la performance de l'auteure qui nous plonge dans cette campagne irlandaise avec un soin extrême dans la reconstitution sans jamais nuire à la fluidité de la narration. Par-delà les croyances et la mythologie, le récit est un bel hommage à la nature et à ses pouvoirs infinis à travers le personnage de Nance, vieille femme solitaire qui connaît chaque fleur, brin ou branchage, et qui parle aux "Bonnes Gens", ces petits êtres invisibles qu'il ne faut surtout pas fâcher. Les clans s'opposent. L'Eglise n'entend pas laisser son influence se dissoudre dans les superstitions. Quant aux individus... ma foi... ils finissent par prendre le parti qui les arrange. Et le lecteur, lui, est invité à s'interroger sur ce qui pousse chacun à tenter de trouver des explications la plupart du temps irrationnelles pour expliquer l'inexplicable. Comme l'infirmité qui frappe un enfant. Au cours de ma lecture, je me suis surprise à avoir envie que Nance ait raison, que le petit peuple des Fairies existe bel et bien... Mais l'auteure prend garde à livrer un roman qui évite tout manichéisme. Les personnages sont complexes, et la vérité sûrement pas unique. Les sentiments évoluent au fil de l'intensité dramatique. D'une histoire vraie, elle compose un récit tendu (malgré quelques longueurs) qui se lit avec grand plaisir et un réel intérêt.
          Lire la suite
          En lire moins
        • sylvaine Posté le 15 Septembre 2018
          Dans la vallée Hannah Kent Les Presses de la Cité Août 2018. Roman surprenant et fascinant que celui-ci, un roman qui nous entraine en Irlande au début du 19 ème siècle dans une vallée encaissée, un petit village est éparpillé sur les coteaux. An 1846, Martin s'effondre brutalement alors qu'il s'activait à nettoyer un fossé. Nora sa veuve est anéantie, d'autant plus que depuis peu ils ont recueilli Micheal ,le fils de Johanna leur fille trop tôt disparue.. Mais cet enfant handicapé, incapable de marcher ou de parler alors qu'il va sur ses 4 ans est-il vraiment son petit-fils? N'y a t'il pas eu un échange fait avec un Fé , les Bonnes Gens sont si présents.... Se pose alors la question si il y a eu échange comment récupérer le vrai petit-fils et qui peut réussir l'opération si ce n'est Nance Roche, celle qui a un don, celle qui sait les plantes, les remèdes et accouche les femmes. Mais c'est sans compter sur le nouveau curé le Père League hostile à toutes ces pratiques qu'il juge païennes et hérétiques au nom de la Très Sainte Eglise ... Un roman qui démarre lentement, au pas lourd des hommes fatigués par le... Dans la vallée Hannah Kent Les Presses de la Cité Août 2018. Roman surprenant et fascinant que celui-ci, un roman qui nous entraine en Irlande au début du 19 ème siècle dans une vallée encaissée, un petit village est éparpillé sur les coteaux. An 1846, Martin s'effondre brutalement alors qu'il s'activait à nettoyer un fossé. Nora sa veuve est anéantie, d'autant plus que depuis peu ils ont recueilli Micheal ,le fils de Johanna leur fille trop tôt disparue.. Mais cet enfant handicapé, incapable de marcher ou de parler alors qu'il va sur ses 4 ans est-il vraiment son petit-fils? N'y a t'il pas eu un échange fait avec un Fé , les Bonnes Gens sont si présents.... Se pose alors la question si il y a eu échange comment récupérer le vrai petit-fils et qui peut réussir l'opération si ce n'est Nance Roche, celle qui a un don, celle qui sait les plantes, les remèdes et accouche les femmes. Mais c'est sans compter sur le nouveau curé le Père League hostile à toutes ces pratiques qu'il juge païennes et hérétiques au nom de la Très Sainte Eglise ... Un roman qui démarre lentement, au pas lourd des hommes fatigués par le labeur et l'inquiétude des jours à venir, un roman qui soudain vous happe et que vous ne lâcherez plus .. Que reste t'il de toutes ces croyances dans le subconscient irlandais actuel? sans doute plus que nous le soupçonnerions .. Un bien beau roman que je recommande à tous ceux et celles qui aiment l'imaginaire et les légendes qui s'y rapportent . Bonne lecture. Merci beaucoup aux Presses de la Cité via NetGalley pour ce partage. #Rentreelitteraire2018 #NetGalleyFrance
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        " L’auteure brosse le portrait de femmes courage, dont le cœur, dans cette vallée rude comme un hiver irlandais, brûle d'humanité. Audacieux et magnifique."
        La Voix du Nord
        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !