Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377354344
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 744
Format : 11 x 17,8 mm

De grandes espérances

Charles Bernard-derosne (Traducteur), Isabelle Vieville-degeorges (Préface)
Collection : Collectors
Date de parution : 12/03/2020
Pour les 150 ans de la disparition de Charles Dickens, les éditions Archipoche rééditent 6 de ses plus grands romans dans nouvelles couvertures modernes et stylisées, dans le cadre d’une opération « 2 achetés = 1 offert » (Le possédé et autres histoires de spectres).
 
Philip, dit Pip, a grandi dans un village du Kent, sous la férule de sa mégère de sœur et de son beau-frère, un forgeron au grand cœur.

Devenu garçon de compagnie d’une vieille excentrique, Pip s’éprend de sa fille adoptive, la belle et froide Estella. Une passion qui éveille en lui...
Philip, dit Pip, a grandi dans un village du Kent, sous la férule de sa mégère de sœur et de son beau-frère, un forgeron au grand cœur.

Devenu garçon de compagnie d’une vieille excentrique, Pip s’éprend de sa fille adoptive, la belle et froide Estella. Une passion qui éveille en lui une ardente ambition. Lorsqu’il apprend que l’attend un mystérieux héritage, le jeune homme fuit sa famille pour Londres, dans l’espoir d’y devenir un gentleman...

Plein d’humour et de rebondissements, l’avant-dernier roman de Dickens (1861) est le récit truculent d’une ascension sociale. Les « grandes espérances » de Pip ne sont pas tant les aspirations de l’Angleterre victorienne au confort et à la respectabilité que les puissances du rêve et le désir du bonheur.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377354344
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 744
Format : 11 x 17,8 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mimichri Posté le 9 Octobre 2021
    De temps en temps, pas très souvent, pas assez souvent d'ailleurs, j'essaie de lire un classique. Aujourd'hui je suis attentive aux auteurs contemporains, aux sorties, aux livres primés, à ceux qui retiennent mon attention sur Babelio ou à ceux dont les auteurs ne me déçoivent quasiment jamais, et ma PAL monte, monte... Le temps passe, et je me dis que je vais finir par passer à côté de certains grands auteurs qu'on ne peut quand même pas n'avoir jamais lu quand on aime la littérature ! D'autant plus que je me suis régalée de Victor Hugo et de Zola durant ma jeunesse. Vous l'aurez compris, je n'avais jamais lu Charles Dickens. "De grandes espérances" raconte le parcours semé d'embûches mais surtout d'espérances du jeune Pip, au début du XIX ème siècle. C'est une plongée dans un tout autre monde que le notre. Un monde où vous étiez condamné et forçat pour rien... Mais aussi un monde de similitudes où règne le pouvoir, la trahison, la méchanceté ou la jalousie, mais aussi l'amitié, la bonté et l'amour. Autant de thèmes abordés dans ce grand roman d'aventure au charme un peu désuet qui m'a procuré beaucoup de plaisir de lecture.
  • Buzzato Posté le 16 Septembre 2021
    Un beau roman où l'on retrouve de nombreux thèmes chers à Dickens: l'enfance, les pères de substitution, l'élévation sociale et morale, la valeur des gens de peu, l'honnêteté et l'altruisme récompensés. Dans ce roman qui suit le parcours de Pip vers ses grandes espérances, Dickens pose la question de ce que l'on espère, ce que l'on attend de notre existence ou de celles de nos enfants. Ces grandes espérances, dont l'expression est répétée tout au long du roman, aboutissent à une épiphanie que l'on pourrait cyniquement décrire comme sirupeuse, se résumant à "avoir un bon copain, c'est ce qui a de meilleur au monde". L'ambiance est très masculine, la plupart des personnages féminins n'ont pas les meilleurs rôles dans ce roman, loin de là à l'exception de Biddy. De même, les méchants de l'histoire manquent d'une certaine profondeur, il semble qu'ils ne soient là que pour rendre plus lumineuses les figures positives que sont Joe et le bon samaritain. Le parcours de David Copperfield ou la noirceur de certains passages d'Oliver Twist m'ont davantage marqué. Peut-être que si j'avais commencé par la lecture des Grandes Espérances mon point de vue serait renversé et l'effet de "répétition" se reporterait sur les autres... Un beau roman où l'on retrouve de nombreux thèmes chers à Dickens: l'enfance, les pères de substitution, l'élévation sociale et morale, la valeur des gens de peu, l'honnêteté et l'altruisme récompensés. Dans ce roman qui suit le parcours de Pip vers ses grandes espérances, Dickens pose la question de ce que l'on espère, ce que l'on attend de notre existence ou de celles de nos enfants. Ces grandes espérances, dont l'expression est répétée tout au long du roman, aboutissent à une épiphanie que l'on pourrait cyniquement décrire comme sirupeuse, se résumant à "avoir un bon copain, c'est ce qui a de meilleur au monde". L'ambiance est très masculine, la plupart des personnages féminins n'ont pas les meilleurs rôles dans ce roman, loin de là à l'exception de Biddy. De même, les méchants de l'histoire manquent d'une certaine profondeur, il semble qu'ils ne soient là que pour rendre plus lumineuses les figures positives que sont Joe et le bon samaritain. Le parcours de David Copperfield ou la noirceur de certains passages d'Oliver Twist m'ont davantage marqué. Peut-être que si j'avais commencé par la lecture des Grandes Espérances mon point de vue serait renversé et l'effet de "répétition" se reporterait sur les autres ouvrages.
    Lire la suite
    En lire moins
  • __monir__ Posté le 20 Août 2021
    La première partie met en place les personnages et le décor. C'était un peu laborieux à lire. Sans doute par méconnaissance de l'écriture de Dickens. Ou du personnage de la grande sœur si antipathique... Mais une fois bien entré dans l'intrigue, j'ai pris conscience de la grandeur de ce chef d'œuvre. Dickens a eu le génie de créer des personnages très attachants autour de Pip (Joe, Provis, Wemmick, Biddy, Herbert). Ce sont eux pour moi les vrais héros. Le Londres du XIXe siècle est un autre protagoniste de l'histoire qui transforme notre héros. Au début plein d'espérances, Londres devient pour lui synonyme d'inquiétudes et menaces permanentes. J'ai donc découvert Dickens par Les Grandes Espérances et je suis impatient de découvrir le reste de son œuvre.
  • zellereb Posté le 13 Juillet 2021
    Ce livre est un roman d’apprentissage, celui qui raconte le parcours de « Pip », un petit orphelin. On est dans un univers de gens démunis, où Pip est pris en charge parr sa sœur, mais aussi bien malmené. Seul Joe, son beau-frère forgeron est compréhensif et lui apporte du réconfort. Un matin, Pip rencontre dans un cimetière un prisonnier évadé du bateau des forçats amarré au port, et qui voit en ce petit garçon l’occasion de se libérer de ses chaînes. Il lui demande de lui apporter en cachette des vivres, ainsi qu’une lime. J’ai adoré la relation que l’adolescent entretient avec Joe, et leurs mêmes antécédents. Ensuite, Pip est invité chez une dame riche, Ms. Havisham, un personnage très complexe, qui devient sa première bienfaitrice. Il veut ensuite devenir un gentleman. Ce sont là ses « grandes espérances ». On va connaître des univers sombres, fermés, muets, avec des personnages excentriques et la réelle bonté et lumière se trouve là où Pip ne la soupçonne pas. Il y a évidemment une morale derrière tout cela. Le lecteur est actif. Pip, lui, ne semble pas apprendre grand-chose de ses propres déboires. Certaines scènes... Ce livre est un roman d’apprentissage, celui qui raconte le parcours de « Pip », un petit orphelin. On est dans un univers de gens démunis, où Pip est pris en charge parr sa sœur, mais aussi bien malmené. Seul Joe, son beau-frère forgeron est compréhensif et lui apporte du réconfort. Un matin, Pip rencontre dans un cimetière un prisonnier évadé du bateau des forçats amarré au port, et qui voit en ce petit garçon l’occasion de se libérer de ses chaînes. Il lui demande de lui apporter en cachette des vivres, ainsi qu’une lime. J’ai adoré la relation que l’adolescent entretient avec Joe, et leurs mêmes antécédents. Ensuite, Pip est invité chez une dame riche, Ms. Havisham, un personnage très complexe, qui devient sa première bienfaitrice. Il veut ensuite devenir un gentleman. Ce sont là ses « grandes espérances ». On va connaître des univers sombres, fermés, muets, avec des personnages excentriques et la réelle bonté et lumière se trouve là où Pip ne la soupçonne pas. Il y a évidemment une morale derrière tout cela. Le lecteur est actif. Pip, lui, ne semble pas apprendre grand-chose de ses propres déboires. Certaines scènes facétieuses ont de la grâce. Je n’ai pas toujours trouvé très logique les événements. L’écriture était belle et m’a fait passer de bons moments drôles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • DD78 Posté le 13 Juin 2021
    Je n’avais encore jamais lu Dickens, mais quand j’ai trouvé « Les grandes espérances » dans une boite à livres, je me suis dit que c’était le moment. Pip est un jeune orphelin recueilli et « élevé à la cuillère » par sa sœur et son mari Joe le forgeron. Pourtant la vie n’est pas toujours facile avec cette frangine pas commode qui ne laisse rien passer (sauf les coups), heureusement que Joe est là pour partager avec bonhomie et tendresse les humeurs de madame. Mais un jour que Pip se recueille sur la tombe de ses parents, il voit débouler un forçat en cavale qui lui demande sous la menace de l’aider. Du haut de ses 5 ans, Pip terrorisé va alors piquer le pâté de canard dans le garde manger de la maisonnée. Ce qu’il ne sait pas, c’est que cette décision va changer à tout jamais le cours de sa vie… Ce qui m’a d’abord frappé et que j’ai beaucoup apprécié, c’est l’humour de Dickens : quel sens du ridicule et de la dérision face à cette société anglaise qui se voulait si exemplaire ! Le roman est en plus riche en personnages tous plus singuliers les uns que... Je n’avais encore jamais lu Dickens, mais quand j’ai trouvé « Les grandes espérances » dans une boite à livres, je me suis dit que c’était le moment. Pip est un jeune orphelin recueilli et « élevé à la cuillère » par sa sœur et son mari Joe le forgeron. Pourtant la vie n’est pas toujours facile avec cette frangine pas commode qui ne laisse rien passer (sauf les coups), heureusement que Joe est là pour partager avec bonhomie et tendresse les humeurs de madame. Mais un jour que Pip se recueille sur la tombe de ses parents, il voit débouler un forçat en cavale qui lui demande sous la menace de l’aider. Du haut de ses 5 ans, Pip terrorisé va alors piquer le pâté de canard dans le garde manger de la maisonnée. Ce qu’il ne sait pas, c’est que cette décision va changer à tout jamais le cours de sa vie… Ce qui m’a d’abord frappé et que j’ai beaucoup apprécié, c’est l’humour de Dickens : quel sens du ridicule et de la dérision face à cette société anglaise qui se voulait si exemplaire ! Le roman est en plus riche en personnages tous plus singuliers les uns que les autres, avec notamment miss Havisham, riche vieille fille abandonnée le jour de son mariage et vivant depuis recluse dans le noir, Mr Wemmick, homme de loi farfelu sonnant le canon tous les dimanches pour son vieux totalement sourd, ou bien encore Hubert, l’ami complètement à coté de la plaque. Ce que j’ai aimé aussi, c’est que je ne connaissais pas du tout l’histoire (ne vous fiez pas à mon pitch, il ne raconte que les 50 premières pages sur 700 !), je me suis donc régalée des multiples rebondissements que compte cette histoire : quelle imagination Mr Dickens ! En plus c’est super facile à lire. Bref, je recommande, et pour poursuivre je vais peut-être me laisser tenter par ses fameux contes de Noël.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés