En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        De l'autre côté du monde

        Fleuve éditions
        EAN : 9782265116733
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 130 x 200 mm
        De l'autre côté du monde

        Isabelle CHAPMAN (Traducteur)
        Date de parution : 24/08/2017
        « Elle sait désormais que ce n’est pas le fait de quitter un endroit le pire ; c’est, une fois arrivée à destination, de devoir vivre comme si son pays d’origine avait disparu. C’est cela la tragédie — au bout d’un certain temps on finit par douter de la réalité du lieu... « Elle sait désormais que ce n’est pas le fait de quitter un endroit le pire ; c’est, une fois arrivée à destination, de devoir vivre comme si son pays d’origine avait disparu. C’est cela la tragédie — au bout d’un certain temps on finit par douter de la réalité du lieu d’où l’on vient. Cette première existence, jadis pleine de sens, s’efface peu à peu. Sans faire de bruit, elle sombre dans l’oubli.»
         
        Cambridge, 1963.
        Une chambre à soi. Du temps pour peindre. Tel est le rêve de Charlotte après la naissance de ses deux filles. Son mari Henry, lui, ne supporte plus le climat anglais pluvieux et brumeux, et rêve d’un pays aride et ensoleillé comme l’Inde de son enfance. Une brochure, glissée dans la boîte aux lettres, semble apporter la solution : « L’Australie réveille le meilleur en vous. » Henry y croit.
        Charlotte, en dépit de ses réticences, finit par céder, et peu après la petite famille embarque pour l’autre côté du monde.
        Cependant, sous le soleil cuisant de Perth, la terre s’assèche tout comme leur relation dont la substance semble progressivement s’estomper. À l’image des aquarelles, les contours de leur vie précédente se brouillent, se perdent.
        Lorsqu’un nouvel événement vient chambouler l’équilibre familial fragile, Charlotte décide de prendre en main son avenir, quitte à renoncer à ce qu’elle a de plus précieux…
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782265116733
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 130 x 200 mm
        Fleuve éditions
        18.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Milleviesenune Posté le 22 Septembre 2017
          Curieux roman que celui-ci. Dès les premières pages, je me suis retrouvée plongée dans un endroit exigu et humide. J’avais moi aussi très envie d’en sortir et ai accueilli avec soulagement l’idée de Henry. Oui, allons voir ailleurs ce qu’il s’y passe, laissons derrière nous les hivers froid et pluvieux pour le soleil australien ! Je me suis laissé emporter par son énergie, prenant le bateau à leurs côtés, assurant à Charlotte que là-bas, tout irait mieux. J’ai observé ce couple qui pourrait si bien naviguer ensemble si seulement ils prenaient le temps de se parler et de comprendre leurs différences. Alors que Charlotte a besoin de ses racines, Henry, lui, peut faire de n’importe quelle terre sa maison. Outre le sentiment d’appartenance que chacun, De l’autre côté du monde, traite de la maternité. Nous sommes dans les années 1960 et le couple marital est encore divisé entre le père qui travaille pour subvenir aux besoins de sa famille et la mère qui tient son foyer et se consacre entièrement à ses enfants. La vie de mère ne suffit pas à l’épanouissement de Charlotte, elle a besoin d’autre chose sans bien savoir quoi mais ne peut se confier à personne. Qui comprendrait... Curieux roman que celui-ci. Dès les premières pages, je me suis retrouvée plongée dans un endroit exigu et humide. J’avais moi aussi très envie d’en sortir et ai accueilli avec soulagement l’idée de Henry. Oui, allons voir ailleurs ce qu’il s’y passe, laissons derrière nous les hivers froid et pluvieux pour le soleil australien ! Je me suis laissé emporter par son énergie, prenant le bateau à leurs côtés, assurant à Charlotte que là-bas, tout irait mieux. J’ai observé ce couple qui pourrait si bien naviguer ensemble si seulement ils prenaient le temps de se parler et de comprendre leurs différences. Alors que Charlotte a besoin de ses racines, Henry, lui, peut faire de n’importe quelle terre sa maison. Outre le sentiment d’appartenance que chacun, De l’autre côté du monde, traite de la maternité. Nous sommes dans les années 1960 et le couple marital est encore divisé entre le père qui travaille pour subvenir aux besoins de sa famille et la mère qui tient son foyer et se consacre entièrement à ses enfants. La vie de mère ne suffit pas à l’épanouissement de Charlotte, elle a besoin d’autre chose sans bien savoir quoi mais ne peut se confier à personne. Qui comprendrait qu’elle se plaigne de sa vie pourtant si belle en apparence ? Stephanie Bishop donne à son roman un tournant inattendu avant de revenir à une fin plus conventionnelle – ce qui n’enlève aucune force à son histoire. C’est un livre très agréable à lire de part le style de son auteur mais pas toujours de part ses thèmes. Tout n’est pas rose, l’intégration n’est pas facile et la vie de famille ne suffit pas forcément. Mais c’est un roman intelligent, d’une auteur qui ose nous emmener au plus profond de nos envies et besoins. Et finalement, cela me fait du bien aussi de lire ce genre de roman.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Symphonie Posté le 21 Septembre 2017
          Ne supportant plus le climat pluvieux de l'Angleterre, Henry aspire à un endroit ensoleillé au climat rutilant comme celui de son enfance dont il garde secrètement le souvenir radieux de ses jeunes années . En dépit de quelques réticenses, sa femme Charlotte, artiste peintre, affaiblie par les naissances rapprochées de leurs deux filles, Lucie et la petite dernière May, accepte bon an, mal an, ce nouveau départ. Malgré bien des efforts, leur nouvelle vie ne se présente cependant pas sous les meilleurs auspices. Au fil du temps, le couple si soudé qu'ils formaient se délie peu à peu. Tandis que son mari se noie dans son travail, Charlotte se sentant abandonnée, lassée des journées trop longues à s'occuper de l'entretien du ménage, accaparée par les plaintes incessantes de ses filles, décide de prendre son destin en main. Mais à quel prix ? Et si de l'autre côté du monde n'était qu'un leurre ? Si Stéphanie Bishop signe là son premier roman, autant dire qu'il s'agit d'une belle réussite. Elle aborde avec justesse les temps forts d'un couple, leurs espoirs, leurs désillusions face aux aléas de leur vie respective. L'auteure dépeint superbement la crise existentielle que traverse Henry et Charlotte. Dans ce roman,... Ne supportant plus le climat pluvieux de l'Angleterre, Henry aspire à un endroit ensoleillé au climat rutilant comme celui de son enfance dont il garde secrètement le souvenir radieux de ses jeunes années . En dépit de quelques réticenses, sa femme Charlotte, artiste peintre, affaiblie par les naissances rapprochées de leurs deux filles, Lucie et la petite dernière May, accepte bon an, mal an, ce nouveau départ. Malgré bien des efforts, leur nouvelle vie ne se présente cependant pas sous les meilleurs auspices. Au fil du temps, le couple si soudé qu'ils formaient se délie peu à peu. Tandis que son mari se noie dans son travail, Charlotte se sentant abandonnée, lassée des journées trop longues à s'occuper de l'entretien du ménage, accaparée par les plaintes incessantes de ses filles, décide de prendre son destin en main. Mais à quel prix ? Et si de l'autre côté du monde n'était qu'un leurre ? Si Stéphanie Bishop signe là son premier roman, autant dire qu'il s'agit d'une belle réussite. Elle aborde avec justesse les temps forts d'un couple, leurs espoirs, leurs désillusions face aux aléas de leur vie respective. L'auteure dépeint superbement la crise existentielle que traverse Henry et Charlotte. Dans ce roman, l'émotion m'a tellement submergée que j'ai ressenti la douleur écrasante de cette mère perdue dans une réalité qui la dépasse. J'ai eu mal pour elle face au terrible choix qu'elle entreprend, lorsque les relations maternelles dans la vie d'une femme interviennent. Si le début m'a paru un peu laborieux, la deuxième partie m'a fichu une sacrée claque émotionnelle, je peux vous l'assurer. Une lecture poignante au possible sur le mariage, les liens maternels, tout ce qui unit et désunit un couple dès lors où le sentiment d'appartenance n'a plus lieu d'être. Une écriture sensible et tragique à la fois. En deux mots : Juste magnifique !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Sourisetdeslivres Posté le 7 Septembre 2017
          Le roman débute en 1966 à Cambridge, ensuite nous nous retrouvons en 1963, nous suivons Charlotte et Henry. Henry est chargé de cours sur les poètes anglais tandis que Charlotte avant la naissance de ses filles était artiste peintre. Depuis la naissance de Lucie, Charlotte vit, d’après ce que je comprends, mais qui a cette époque n’était pas pris en compte du tout, une dépression post-partum. Elle oublie des choses, est triste, se sent mauvaise mère. Henry pour le bien de sa famille décide d’émigrer en Australie, pays de toutes les promesses pour les Anglais. Charlotte finit par accepter, mais un soir où elle était particulièrement épuisée. Pour Henry, quitter l’Angleterre n’est pas un problème, il est déjà émigré, ses parents, indiens, l’ont envoyé en Angleterre en 1945 alors que la colonie britannique commence son indépendance, pour Charlotte il n’est pas de même, toutes ses racines sont en Angleterre, elle aime son climat même s’il est difficile. Elle suit malgré tout son mari. L’arrivée en Australie ne se fera pas sans difficulté pour l’un comme pour l’autre. Charlotte se retrouve dans un pays qu’elle ne connaît pas, toujours avec ses filles, seule la journée pendant qu’Henry est à l’université. Henry lui souffre des préjugés... Le roman débute en 1966 à Cambridge, ensuite nous nous retrouvons en 1963, nous suivons Charlotte et Henry. Henry est chargé de cours sur les poètes anglais tandis que Charlotte avant la naissance de ses filles était artiste peintre. Depuis la naissance de Lucie, Charlotte vit, d’après ce que je comprends, mais qui a cette époque n’était pas pris en compte du tout, une dépression post-partum. Elle oublie des choses, est triste, se sent mauvaise mère. Henry pour le bien de sa famille décide d’émigrer en Australie, pays de toutes les promesses pour les Anglais. Charlotte finit par accepter, mais un soir où elle était particulièrement épuisée. Pour Henry, quitter l’Angleterre n’est pas un problème, il est déjà émigré, ses parents, indiens, l’ont envoyé en Angleterre en 1945 alors que la colonie britannique commence son indépendance, pour Charlotte il n’est pas de même, toutes ses racines sont en Angleterre, elle aime son climat même s’il est difficile. Elle suit malgré tout son mari. L’arrivée en Australie ne se fera pas sans difficulté pour l’un comme pour l’autre. Charlotte se retrouve dans un pays qu’elle ne connaît pas, toujours avec ses filles, seule la journée pendant qu’Henry est à l’université. Henry lui souffre des préjugés racistes, il a beau être anglais sur ses pièces d’identité, il n’a pas la bonne couleur de peau. Stephanie Bishop raconte l’histoire de ses grand-parents, ce n’est pas un livre d’action, mais un livre axé sur la psychologie des 2 protagonistes. On lit, l'on ressent la peine et le désespoir de Charlotte, elle aime ses filles, elle aime Henry, mais entre eux beaucoup de non-dits ternissent leur relation. Lui, cache ses difficultés au travail, elle, ses angoisses à la maison. Lui, lui envie son sentiment d’appartenance à un pays, il ne sent à sa place nulle part, elle ne comprend pas comment il a pu si facilement partir et emmener sa famille dans un pays au climat rude et sans contact. Charlotte va essayer de s’adapter, elle va essayer de se remettre à la peinture, mais on lit sa profonde détresse, on la sent par plusieurs fois sur le point de partir et de les laisser. Elle étouffe tout en les aimant. Elle dit « son cœur est semblable à une caverne noire où un oiseau affolé bat des ailes. Il y a bien une lueur qui pointe au loin, mais l’oiseau ne la voit pas. » Henry ne se rend pas compte de la profonde dépression de sa femme. On sent l’amour que les personnages se portent, mais l’amour fait-il tout dans une relation ? Les habitudes du couple étouffent Charlotte, ils sont ancrés tous les 2 dans le train-train quotidien sans plus de surprises, ce qui, a un moment leur faisait plaisir devient normal, à la limite de l’agacement. Si seulement ils se parlaient... . La fin m’a déchiré le cœur, j’ai été profondément attachée à Charlotte et aux gamines : Lucie et May. J’ai ressenti le mal-être de la mère, j’ai compris son manque de sommeil que toute maman connaît à un moment ou un autre, tout comme les craintes qui l'habitent. L’auteure à travers ses 2 personnages et les 4 parties du roman nous fait voyager entre Cambridge, Perth et New Delhi quand Henry part au chevet de sa mère malade. Les descriptions des environnements et du climat sont très justes et vous font ressentir la chaleur du bush australien, la mousson en Inde, le froid en Angleterre. Un roman sur l’amour, sur la maternité, sur le racisme, sur la difficulté d’intégration dans un pays, le déracinement, sur la quête d'identité à travers le personnage de Henry. Il ne plaira pas à tous les lecteurs, car c’est un livre où la narration est très peu présente, on lit tour à tour les pensées de Henry et de Charlotte. Des passages douloureux et de jolis moments familiaux avec les 2 petites filles et leurs mots d’enfants. Une lecture que j’ai aimé, mais pas adoré, je suis restée très éloignée d’Henry qui pourtant est bien décrit, je trouve un peu dommage que l’auteure n’explique pas mieux l’indépendance de la colonie britannique, une bonne partie de la psychologie d’Henry est basée dessus, ce sentiment d'être citoyen britannique mais de n'être pas accepté en tant que tel. J’ai ressenti beaucoup d’émotion en tant que maman pour Charlotte. Stéphanie Bishop a une très belle écriture, la tristesse, les doutes sont écrits avec beaucoup de justesse et de sensibilité.
          Lire la suite
          En lire moins
        • violaine124 Posté le 4 Septembre 2017
          Rentrée littéraire go ! En lisant ce roman, je découvrais la plume de Stéphanie Bishop. J'étais prête à partir en voyage avec la famille de Charlotte. Charlotte est une femme plutôt moderne, qui, par amour pour son mari et ses enfants, acceptera de partir à l'autre bout de monde voir si l'herbe y est plus verte. Elle se sent désemparée depuis la naissance de ses enfants et son mari croie qu'en changeant de pays, ils pourront vivre mieux. Une fois sur place en Australie, la vie quotidienne se met en route et chacun essaiera de trouver ses marques. Charlotte devra apprivoiser ce pays pour espérer y retrouver un apaisement et vivre avec son mari, Henry, la douce vie qu'ils pensent mériter. Mais leur fuite sera t'elle salvatrice ? Ce roman m'a plu mais n'a pas été un coup de cœur non plus. J'ai aimé l'écriture de l'auteure et l'histoire. Il est question de déracinement, de recherche d'identité, de quête mais j'ai eu du mal à m'identifier à Charlotte. A plusieurs reprises j'ai eu envie de la bousculer, qu'elle ouvre les yeux aussi sur la chance de découvrir ce nouveau pays, de pouvoir construire une vie différente, d'apporter à ses enfants une culture riche et variée. Or,... Rentrée littéraire go ! En lisant ce roman, je découvrais la plume de Stéphanie Bishop. J'étais prête à partir en voyage avec la famille de Charlotte. Charlotte est une femme plutôt moderne, qui, par amour pour son mari et ses enfants, acceptera de partir à l'autre bout de monde voir si l'herbe y est plus verte. Elle se sent désemparée depuis la naissance de ses enfants et son mari croie qu'en changeant de pays, ils pourront vivre mieux. Une fois sur place en Australie, la vie quotidienne se met en route et chacun essaiera de trouver ses marques. Charlotte devra apprivoiser ce pays pour espérer y retrouver un apaisement et vivre avec son mari, Henry, la douce vie qu'ils pensent mériter. Mais leur fuite sera t'elle salvatrice ? Ce roman m'a plu mais n'a pas été un coup de cœur non plus. J'ai aimé l'écriture de l'auteure et l'histoire. Il est question de déracinement, de recherche d'identité, de quête mais j'ai eu du mal à m'identifier à Charlotte. A plusieurs reprises j'ai eu envie de la bousculer, qu'elle ouvre les yeux aussi sur la chance de découvrir ce nouveau pays, de pouvoir construire une vie différente, d'apporter à ses enfants une culture riche et variée. Or, Charlotte n'arrive pas à avancer comme j'imaginais. J'ai eu plus d'empathie pour son mari. Peut-être que le fait d'avoir un travail l'a en quelque sorte "obligé" à s'intégrer plus rapidement mais certainement que son caractère aussi l'y a aidé. C'est un livre qui se lit relativement rapidement car l'auteure ne fait pas que nous raconter l'histoire de ce couple. Elle nous fait découvrir une nouvelle culture également et nous invite à réfléchir sur qui nous sommes finalement. Est-ce que l'endroit où nous vivons nous définit ? nous oblige à être ou faire des choses ? C'est un livre qui mène à la réflexion car la chute laisse une porte grande ouverte pour l'imagination. A mon sens, c'est ce qui a fait modifier mon avis sur cette lecture et m'a permis de mieux l'apprécier. Sans savoir vraiment pourquoi, je dirai que c'est une lecture d'automne, au chaud à la maison avec un bon café !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Aufildeslivres Posté le 30 Août 2017
          Ce roman ne sera pas un coup de cœur littéraire, mais il m’aura permis de passer un agréable moment. Le récit est intéressant et le style plaisant. A contre-cœur, Charlotte suit Henry, son mari, en Australie. Les billets sont pris en charge par le bureau des migrants, les promesses sont alléchantes, le climat plus clément que celui d’Angleterre. Henry en rêve, comme un ersatz d’Inde, pays de ses origines dont il garde quelques souvenirs. Charlotte tente de le faire changer d’avis, essaie de se soustraire au voyage, discute, tergiverse, puis se résigne. Ses rêves à elle s’évaporent. Elle n’est plus que mère et épouse. Stephanie Bishop décrit habilement les effets de ce sacrifice sur Charlotte, sur Henry, sur leur couple, sur leurs filles. Les souffrances sont exacerbées, le dialogue difficile, les tensions multiples. Se confrontent deux histoires : celle de celui qui se cherche des racines à celle de celle que l’on arrache aux siennes. L’amour, même le plus sincère, peut-il y survivre ? Je vous laisse le découvrir …

        Ils en parlent

        « Une méditation exquise sur la maternité, le mariage et le sens de l’appartenance. » The New York Times
        « Un roman profondément émouvant… Une prose douloureusement obsédante… Un tour de force littéraire… » Australian Women’s Weekly
        « Il y a des nuances d’Anne Tyler et Raymond Carver – des noms à ne pas citer à la légère – dans ce petit bijou calme. » The Big Issue (UK)
        « L’histoire de Charlotte et Henry – la beauté mélancolique de la prose de Bishop, et la finesse de sa représentation de la nostalgie et du sentiment d’appartenance – m’a accompagnée pendant plusieurs semaines. » Geordie Williamson, Chief Literary Critic, The Australian
        « Portrait de la claustrophobie maternelle et d’une perte de repères culturelle et géographique, De l’autre côté du monde est un roman révélateur […]. Bishop est une auteur talentueuse et intelligente, avec un style magistral, et De l’autre côté du monde mérite sa place dans les sélections des prix littéraires. » The Observer
        « Lumineux. » Australian Book Review
        « Une réflexion virtuose sur le mariage, le foyer et l’idée d’identité. » Kirkus Reviews
         
        Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
        Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com