Lisez! icon: Search engine
Les Escales
EAN : 9782365693684
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 225 mm

De notre côté du ciel

Brice GERMAIN (Traducteur)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 08/11/2018
De l’Amérique latine contemporaine à l’Allemagne nazie, un grand voyage tissé de souvenirs et d’espoir. Henriette, bientôt âgée de cent ans, part à la recherche de son amour de jeunesse et de son enfance perdue.
Allemagne, années 1930 : Henriette, Hans, Charlotte et Karl sont les meilleurs amis du monde. Ensemble, ils forment la bande du trèfle à quatre feuilles et se sont juré de veiller les uns sur les autres. Tandis que les années passent et que le climat politique devient de plus en... Allemagne, années 1930 : Henriette, Hans, Charlotte et Karl sont les meilleurs amis du monde. Ensemble, ils forment la bande du trèfle à quatre feuilles et se sont juré de veiller les uns sur les autres. Tandis que les années passent et que le climat politique devient de plus en plus étouffant, Henriette et Hans tombent follement amoureux. Seulement, Henriette est juive. Pour rester en vie, elle devra fuir l'Allemagne, abandonnant derrière elle sa famille, ses amis et Hans.
Plus de cinquante ans après, Henriette quitte l’Uruguay accompagnée de son arrière petite-fille Rachel pour retourner sur les lieux de son enfance. Débute alors un voyage terriblement émouvant pour Henriette, mais aussi pour Rachel, qui ne sait rien du passé de son arrière grand-mère.
Un roman tendre sur l'enfance et le passage à l'âge adulte d'une fillette au destin bouleversé par l'Histoire.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365693684
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 225 mm
Les Escales

Ils en parlent

À propos de La Mélodie du passé : « Quel superbe roman ! Quelle histoire passionnante ! »

 
Gérard Collard

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • FelicieAussi Posté le 3 Avril 2020
    Encore un roman sur la seconde guerre mondiale, c’est rare que je lise autant sur un même sujet, qui plus est, relativement sensible. J’en ai encore 2 sous le coude dont je dois vous parler (Les enfants du dernier salut et Le mur du temps). Mais pour l’heure, c’est « De notre côté du ciel » de Hans Meyer Zu Düttindorf qui est passé sous mes yeux. Henriette, personnage central, habitant en Uruguay, souhaite offrir un voyage de fin d’études, à Rachel, son arrière petite fille. Malgré l’âge avancé d’Henriette, elles vont traverser l’océan pour se rendre en Allemagne, pays de son enfance. C’est ici que Rachel connaitra les secrets de sa grand-mère et pourquoi elle tenait tant à venir à Berlin. Leur séjour débute pourtant assez mal ; Henriette est prise de malaises et doit rester plusieurs jours à l’hôtel. Laissant Rachel découvrir la ville et faire des connaissances.. C’est avec une alternance de flash back, qu’Henriette, le cœur empli de souvenirs, les dévoile à Rachel, au compte goutte, jusqu’à la dernière ligne.. Peut être un peu de trop d’attente à mon goût, bien que j’entende que certains souvenirs soient douloureux à remonter. Elle se remémore la création de leur bande... Encore un roman sur la seconde guerre mondiale, c’est rare que je lise autant sur un même sujet, qui plus est, relativement sensible. J’en ai encore 2 sous le coude dont je dois vous parler (Les enfants du dernier salut et Le mur du temps). Mais pour l’heure, c’est « De notre côté du ciel » de Hans Meyer Zu Düttindorf qui est passé sous mes yeux. Henriette, personnage central, habitant en Uruguay, souhaite offrir un voyage de fin d’études, à Rachel, son arrière petite fille. Malgré l’âge avancé d’Henriette, elles vont traverser l’océan pour se rendre en Allemagne, pays de son enfance. C’est ici que Rachel connaitra les secrets de sa grand-mère et pourquoi elle tenait tant à venir à Berlin. Leur séjour débute pourtant assez mal ; Henriette est prise de malaises et doit rester plusieurs jours à l’hôtel. Laissant Rachel découvrir la ville et faire des connaissances.. C’est avec une alternance de flash back, qu’Henriette, le cœur empli de souvenirs, les dévoile à Rachel, au compte goutte, jusqu’à la dernière ligne.. Peut être un peu de trop d’attente à mon goût, bien que j’entende que certains souvenirs soient douloureux à remonter. Elle se remémore la création de leur bande du trèfle à quatre feuilles, deux filles, deux garçons, composé de Charlotte, Hans et Karl. Bien que ces jeunes soient de milieux et de familles différentes, ils se promettent de toujours s’épauler. Mais les années passent à une vitesse folle, les enfants grandissent, les sentiments changent, naissent, se révèlent. Puis lorsqu’Hitler arrive au pouvoir, que tout bascule, c’est aussi l’avenir de ces jeunes qui éclate, leur amitié est mise à mal. Quand l’un entre à la Jeunesse Hitlérienne, l’autre est obligé de fuir le pays pour survivre. Les amitiés se déchirent, les amours se séparent. Contrairement aux autres romans que j’ai pu lire, qui relatent de la vie pendant la guerre, nous avons ici une montée du nazisme et tout ce qu’il implique : l’évolution du climat politique, les aménagements scolaires, la pensée du peuple, leur façon de vivre ou même de traiter leur voisins anciennement amis.. Les enfants suivent indéniablement. J’ai bien aimé ce roman, qui nous propose l’avant Hitler ainsi que la quête d’Henriette de vouloir relier son passé et dévoiler ses origines à sa famille. Cependant, on passe très vite sur les débuts amoureux d’Henriette, ce ne sont que les prémices et puis, c’est la fuite vers l’Amérique du Sud. J’aurai voulu suivre un peu plus la vie des 3 autres amis, après l’adolescence. On apprend juste s’ils sont décédés ou pas, ce qu’ils ont fait après leur séparation mais peu sur leur vie adulte finalement. Et puis, Rachel.. quel dommage qu’elle passe à côté de son voyage avec sa grand-mère pour aller flirter avec le garçon d’hôtel !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Annette55 Posté le 19 Février 2020
    Allemagne : années 30, quatre amis inséparables: Hans , Henriette, Charlotte et Karl, forment la bande du trèfle à quatre feuilles et se sont juré de veiller les uns sur les autres ... Hélas, les années passent et la montée du nazisme dans le petit village de Küstrin fera exploser les relations sociales ... Le climat politique devient étouffant .....Pourtant Hans et Henriette tombent follement amoureux ... De nos jours, Rachel , une jeune Uruguayenne accepte d'accompagner son arrière grand - mère Henriette, qui approche les cent ans, lors d’un voyage à Berlin.. Elle ignore tout du terrible passé de son aïeule , pourtant née à quelques kilomètres de là, dans le petit village de Küstrin, des années avant le tumulte de la guerre. ... Henriette a fui l'Allemagne lors de la seconde guerre mondiale. Elle n'en a jamais parlé à personne. Son arrière petite fille ignore qu'elle parle allemand..... Son père, Ephraïm , honorable commerçant juif, confondant de naïveté ne croyait pas aux menaces et à l'exclusion progressive de sa fille interdite d'école , rejetée par tous ses amis qui s'engageaient dans les jeunesses Hitlériennes . Le récit brouillon et lent mêle présent et passé, les repères chronologiques sont absents, Henriette revoit ses douloureux souvenirs... Allemagne : années 30, quatre amis inséparables: Hans , Henriette, Charlotte et Karl, forment la bande du trèfle à quatre feuilles et se sont juré de veiller les uns sur les autres ... Hélas, les années passent et la montée du nazisme dans le petit village de Küstrin fera exploser les relations sociales ... Le climat politique devient étouffant .....Pourtant Hans et Henriette tombent follement amoureux ... De nos jours, Rachel , une jeune Uruguayenne accepte d'accompagner son arrière grand - mère Henriette, qui approche les cent ans, lors d’un voyage à Berlin.. Elle ignore tout du terrible passé de son aïeule , pourtant née à quelques kilomètres de là, dans le petit village de Küstrin, des années avant le tumulte de la guerre. ... Henriette a fui l'Allemagne lors de la seconde guerre mondiale. Elle n'en a jamais parlé à personne. Son arrière petite fille ignore qu'elle parle allemand..... Son père, Ephraïm , honorable commerçant juif, confondant de naïveté ne croyait pas aux menaces et à l'exclusion progressive de sa fille interdite d'école , rejetée par tous ses amis qui s'engageaient dans les jeunesses Hitlériennes . Le récit brouillon et lent mêle présent et passé, les repères chronologiques sont absents, Henriette revoit ses douloureux souvenirs et toutes les choses qui la hantent lors des longues nuits de son voyage ... Obstinément elle ne parle que très tardivement à son arrière petite fille de son passé alors que le lecteur a très vite compris l'histoire d'Henriette , son passé , ses secrets , cinquante après l'auteure nous «  Vend » une histoire d'amour dévastatrice et inoubliable . C'est une tentative louable d'éclairer le passé, le terreau historique et social de ces années noires est bien traité mais le rythme est lent : trop de décalage entre Henriette et Rachel. C'est un roman d'amitié et d'amour , de violence et de souffrance, de troubles et de larmes , malgré tout, à ma honte: je me suis ennuyée, trop prévisible ... Une lassitude peut - être après la lecture de très nombreux récits touchant à cette douloureuse période . Faut - il aussi lire avant cet ouvrage le précédent : «  Mélodie du passé ? » Je ne sais pas.. Ou trop exigeante ? «  Nous marchons pour Hitler À travers la nuit et la détresse Avec le drapeau de la jeunesse Pour la liberté et le pain » ..
    Lire la suite
    En lire moins
  • vratajczak257 Posté le 9 Janvier 2020
    De notre côté du ciel de Hanz Meyer Zu Düttingdorf Henriette, presque centenaire et son arrière petite fille partent pour un long voyage vers Berlin et l’Allemagne . La jeune femme ne sait pas que son arrière-grand-mère va la rencontre de ses souvenirs et de ses origines marquées notamment par la deuxième guerre mondiale et ses horreurs. Ce voyage est en effet l’occasion pour la vieille dame de faire la paix avec elle même ... cet auteur est un excellent conteur, il faut lui reconnaître. Même si c’est un sujet sur lequel on a maintes fois écrit, l’histoire est intéressante et bien documentée. On se prend d’amitié pour Henriette enfant et son parcours atypique, si loin des préoccupations modernes de l’époque de son arrière petite fille... un peu difficile aussi parfois de s’y retrouver dans les générations qui se succèdent ... mais une lecture agréable !
  • ASAI Posté le 22 Décembre 2019
    Si je devais choisir un seul mot pour parler de ce livre, je pense que ce serait SENSIBILITE. - la sensibilité de la relation entre l'arrière -petite-fille et donc Henriette, le personnage emblématique de ce livre, Henriette que l'on découvre gamine en Allemagne puis très très vieille en Argentine, puis revenant en Allemagne. - la sensibilité de ces personnes qui n'ont plus osé dire, plus osé raconter l'indicible, qui ont choisi de se taire mais alors de garder leur douleur, choisi de ne pas les partager et donc se punir encore et encore. - la sensibilité de l'écriture qui est faite de beaucoup de dialogues. Ah... quel bien de lire des dialogues bien menés et dont l'auteur sait faire rebondir avec de la narration. - la sensibilité des lieux, car j'ai vérifié, les lieux existent et ont eu une vie de souffrance aussi. - la sensibilité de l'empathie, car certains personnages n'ont pas eu vraiment le choix... l'auteur nous interdit quelque part tout jugement trop facile. - la sensibilité qui est la mémoire, non pas le devoir dont les institutions nous rebâchent, mais la mémoire affective, émotionnelle, qui est à partager avec les résistants, les survivants, les rebelles, et cela aussi est intergénérationnel. Un roman magnifique, d'une... Si je devais choisir un seul mot pour parler de ce livre, je pense que ce serait SENSIBILITE. - la sensibilité de la relation entre l'arrière -petite-fille et donc Henriette, le personnage emblématique de ce livre, Henriette que l'on découvre gamine en Allemagne puis très très vieille en Argentine, puis revenant en Allemagne. - la sensibilité de ces personnes qui n'ont plus osé dire, plus osé raconter l'indicible, qui ont choisi de se taire mais alors de garder leur douleur, choisi de ne pas les partager et donc se punir encore et encore. - la sensibilité de l'écriture qui est faite de beaucoup de dialogues. Ah... quel bien de lire des dialogues bien menés et dont l'auteur sait faire rebondir avec de la narration. - la sensibilité des lieux, car j'ai vérifié, les lieux existent et ont eu une vie de souffrance aussi. - la sensibilité de l'empathie, car certains personnages n'ont pas eu vraiment le choix... l'auteur nous interdit quelque part tout jugement trop facile. - la sensibilité qui est la mémoire, non pas le devoir dont les institutions nous rebâchent, mais la mémoire affective, émotionnelle, qui est à partager avec les résistants, les survivants, les rebelles, et cela aussi est intergénérationnel. Un roman magnifique, d'une beauté qui puise dans la douleur, et quelle douleur. A la fin de la lecture, chaque personnage vibre encore dans ma tête. Je ne peux que dire merci à son auteur pour m'avoir donner ces heures terriblement émouvantes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mamy_Poppins Posté le 16 Mai 2019
    Un joli roman, qui relate l'arrivée du nazisme dans une petite ville allemande, avec les bouleversements et l'incompréhension que cela entraîne. On suit le destin d'Henriette, jeune juive confrontée au rouleau compresseur du fascisme. C'est à la fois poignant et doux, sans pathos inutile. Le roman s'attache à montrer comment le nazisme a fait imploser des communautés vivant jusqu'alors en harmonie, comment les voisins en sont arrivés à se trahir, se haïr.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !

Lisez maintenant, tout de suite !